//img.uscri.be/pth/25e180471507d614395a000c5e2bf6d626eea017
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI - PDF

sans DRM

Airs salés

De
54 pages

Un recueil de textes et de chansons marines, à la recherche d'un musicien inspiré qui saura les faire vivre.


Voir plus Voir moins
Couverture
CopyRight
Cet ouvrage a été composé par Edilivre
175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-332-81585-9
© Edilivre, 2015
BrEtagnE
Les goualants
Nous sommes chanteurs de sornettes. De tant de vies sommes les goualants, Bardes d’Armorique louant la terre Qui a porté tant de printemps.
Au chant classique n’empruntons guère Que ritournelles et contre-chants, Et si tuilons parfois nos vers, C’est au nom dukan ha diskan.
Disons vos craintes par mots couverts, Aussi vos joies ou vos serments. Travaux des champs, murets de pierres, Vie des villages sont nos diamants.
Chantons aussi les gens de mer : Rimes à virer au cabestan, Chansons des ports, chants de la mer, Complaintes du gaillard d’avant.
Pour vos plaisirs chantent les trouvères, Pour leur plaisir également, Aux traces d’un dénommé Tonnerre Qu’ils saluent ici humblement.
Lepays blanc
La mer sonne dans la croix de l’anse, Promet le sel en abondance. Le flot qui envahit le traict Emplit l’étier, la vasière, les rais.
La voie de l’eau est tracée. Elle chemine de la vasière au cobier, Pour ensuite et sans retard Accéder enfin aux fares.
L’eau entre dans l’œillet, Étape ultime du marais. En ce lieu clos et sauvage Sonnera la fin de son voyage.
Ainsi vivent les paludiers D’un art ancien, presque oublié, Sous le soleil et sous le vent, Sur les œillets du pays blanc.
LetRaict salant
Au creux des dunes d’Escoublac, Loin des regards, dans les halliers Dort un village, loin du ressac Du tombolo...