Faire le bio-bilan de sa maison

-

Livres
98 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Un bio-bilan pour rester en bonne santé !
Une personne passe plus de 90% de sa journée dans un espace couvert. La toxicité, bien réelle, des matériaux de construction et des équipements courants n'est donc pas à négliger !
Cet ou


Un bio-bilan pour rester en bonne santé !



Une personne passe plus de 90% de sa journée dans un espace couvert. La toxicité, bien réelle, des matériaux de construction et des équipements courants n'est donc pas à négliger !



Cet ouvrage s'efforce d'identifier ces pollutions dans nos maisons, pour supprimer ou du moins atténuer les effets des champs électromagnétiques, des composés organiques volatils, des éléments nocifs des abords de la maison et de son terrain...



Après un rappel des enjeux et des techniques de la bioconstruction, Isabelle Jouhanneau, architecte "bio" et géo-biologue avertie, nous apprend tout ce qu'il faut savoir sur les outils du diagnostic bio et les domaines de compétences du géobiologue, du bio-électricien, etc.



Afin d'optimiser les mesures qui seront prises à l'issue du bio-bilan, l'ouvrage propose enfin de découvrir les principes de la chromobiologie et du Feng Shui.




  • De l'importance d'un bio-bilan pour sa santé


  • Qu'est-ce que le bio-bilan ?


  • Mener le bio-bilan des abords


  • Mener le bio-bilan de la maison


  • Tirer les conclusions du bio-bilan


  • Annexe

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 juillet 2011
Nombre de visites sur la page 61
EAN13 9782212851939
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0082 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Chantiers pratiques
ISABELLE JOUHANNEAU Faire le bio-bilan de sa maison
Comprendrela bio-construction Connaîtreles outils du bio-bilan Analyserstructure, revêtements, abords de la maison Trouverles bonnes réponses
Fairele bio-bilan de sa maison
Dans la même collectionPierre-Gilles Bellin,Se chauffer au bois Collectif d’auteurs,Papier peint, style et pose Gil Eckert,Bien penser sa cuisine Iris ViaGardini,Enduits et badigeons de chaux
Dans la série « Chantiers pratiques »
Yves Baret,Traiter l’humidité Michel Dewulf,Le torchis, mode d’emploi Bruno Duquoc,Entretenir sa maison en 10 leçons Christian Lassure,La pierre sèche, mode d’emploiGilles Sainsaulieu,Aménager les combles de sa maison ancienne Pierre Thiébaut,Modifier, créer des ouvertures Jean-Louis Valentin,Le colombage, mode d’emploi
Crédits Conception, coordination générale et direction d’ouvrage : PATRIBAT productions (Hervé Fillipetti, Fabienne Sébilo) Dessins : Marie Percq ; Marie-Pierre Dillenseger et Michel Jacquard (p. 88). Photographies : Isabelle Jouhanneau (p. 39, 64 h.) ; PATRIBAT productions. Avec la participation de Marie-Pierre Dillenseger, maître en Feng Shui (p. 84-89) et les précieuses infor-mations de Claude Bossard, électricien biocompatible (p. 70-73), Thierry Gautier, géobiologue et Nathalie Stuttgen-Prel, chromobiologue.
Éditions Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris Cedex 05 www.editions-eyrolles.com
Aux termes du Code de la propriété intellectuelle, toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle de la pré-sente publication, faite par quelque procédé que ce soit (reprographie, microfilmage, scannérisation, numérisation...) sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
L’autorisation d’effectuer des reproductions par reprographie doit être obtenue auprès du Centre Français d’exploitation du droit de Copie (CFC) – 20, rue des Grands-Augustins – 75006 PARIS.
© Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-12304-3
Isabelle Jouhanneau
Fairele biobilan de sa maison
Faire le biobilan de sa maison
De l’importance d’un biobilan pour sa santé…
La bioconstruction conquiert depuis quelques années une part importante de la littérature consacrée au bâti, qu’il soit individuel ou collectif. Un nouveau regard porté sur l’habitat des hommes, tant par les scientifiques que par les autorités administratives, amène à poser publiquement la question de la santé, l’épanouissement, le bonheur de l’homme dans sa maison. Et, par là même, à réfléchir à l’impact que peuvent avoir sur les habitants les matériaux et amé-nagements produits par l’industrie. La question reste de circons-tance pour ce qui concerne le bâti ancien, vu les interventions de « modernisation » qu’on a pu y faire. Faut-il encore comprendre ce que l’on cherche exactement quand on veut mener le bio-bilan de sa maison. Littéralement, le bio c’est le vivant. La bioconstruction, c’est en quelque sorte la construction vivante, naturelle, qui n’entre pas en contradiction avec la vie. C’est pourquoi les principes de la biocons-truction ne concernent pas seulement l’usage de matériaux sains sur un chantier, mais impliquent tous les maillons d’une chaîne complexe, de la production du matériau à son acheminement sur le site et à sa mise en œuvre, exigeant de plus le recours à une conception de bâtiment économe en énergie et à la bonne gestion du chantier. Enfin, le devenir de ces matériaux et équipements, en cas de dégradation ou de destruction de l’édifice, doit toujours être envisagé dans la perspective de leur recyclage. Le recours à un matériau naturel n’est ainsi pas suffisant pour se réclamer de la bioconstruction si son extraction, son façonnage, son transport ou encore sa mise en œuvre ont requis une quan-tité importante d’énergie, ont engendré des pollutions ou entraîné des désordres écologiques à un endroit quelconque de la planète. Poussée à l’extrême, la philosophie de la bioconstruction devrait
logiquement confiner le bâtisseur, en termes d’approvisionnement en matériaux, à la seule aire du chantier et l’obliger, pour mener celui-ci, à privilégier l’intervention manuelle et refuser tout recours à des matériels et outils de fabrication industrielle !
Le rapprochement d’une telle attitude avec la situation qui était faite aux constructeurs ruraux d’autrefois s’impose alors, même si l’on sait que ces derniers ne faisaient qu’obéir à des contraintes techniques et économiques et non à des principes philosophiques (ne rien faire qui engendre, quelque part dans le monde et à une époque plus ou moins lointaine, une gêne pour l’épanouissement de la vie sous toutes ses formes).
Sauf à verser dans l’intégrisme, agir en bioconstruction demande donc, non seulement la parfaite connaissance des mécanismes intervenant dans l’acte de construire à tous ses stades, mais aussi du discernement pour faire des choix et accepter des compromis honorables : rechercher moins de pollution, moins de dépense d’énergies non renouvelables, moins de déchets non recyclables, moins d’effets nocifs… tout en assurant le confort des habitants dans la maison.
La biorestauration, c’est-à-dire l’intervention, selon ces principes, sur un bâtiment conçu avant que ne soit développée cette approche de la construction, n’échappe pas à cette fatalité : chercher à se rapprocher d’un idéal sans pour autant l’atteindre absolument. Il est en effet le plus souvent illusoire d’imaginer rendre saine à 100 % une maison ancienne, même avec des interventions lourdes. Soulager à défaut de guérir est déjà une bonne perspective, stopper un processus de dégradation à défaut de restituer l’état originel peut toujours être envisageable. Savoir limiter ses ambitions, peut être, à tous points de vue, la règle à suivre.
Introduction
Faire le biobilan de sa maison
1 Chapitre
Qu’estce quelebiobilan?
Faire le biobilan de sa maison, c’est en faire l’analyse minutieuse pour détecter tout ce qui, dans sa structure, son aménagement, son usage, son positionnement, son environne ment, peut présenter des effets néfastes plus ou moins graves sur le bienêtre et la santé des habitants. Établir un biobilan repose donc sur la connais sance des règles de la bioconstruction en matière de matériaux et de mise en œuvre, et sur la compréhension des effets de cer tains éléments naturels (l’eau, la végétation, les roches) sur le comportement des êtres vivants, afin de supprimer la nocivité natu relle du site ou des éléments perturbateurs introduits, après coup, dans la maison ou son environnement proche. Comprendre de quoi l’on souffre est déjà un premier pas qui permet de prendre des déci sions transitoires ou radicales. Il en va de la santé d’une maison comme de celle de ses habitants. Contenant et contenu forment un tout avec des effets de réciprocité : la maison agit sur ceux qui l’habitent et vice versa.
1IV Qu’estce que le biobilan ?
8
Pourquoi faire un biobilan ?
Le bio-bilan d’une maison peut être décidé en fonction de circons-tances diverses. Le plus souvent, la décision fait suite à l’achat d’une maison dont on ne connaît pas forcément l’histoire et dont on veut analyser, dans le détail, toutes les caractéristiques particulières qui vont influencer la vie des usagers.
Mais cette intervention est aussi possible pour des habitants de longue date qui, sensibilisés à l’habitat sain et à la bioconstruction, se posent la question de la qualité de leur propre maison.
Enfin, il devient de plus en plus fréquent que des individus s’inter-rogent sur l’origine des maux dont ils souffrent (de l’insomnie aux maladies invalidantes) et qui veulent savoir si des éléments de leur environnement quotidien n’ont pas leur part de responsabilité dans les désordres physiologiques ou psychologiques qui les affectent. En effet, le développement de la production industrielle des maté-riaux de construction et de décor intérieur, du mobilier et des amé-nagements techniques du confort de l’habitat a engendré le recours, sans discernement, à des produits (très souvent issus de l’industrie pétrochimique) qui, par leur nature ou par association à d’autres matériaux, ont des effets pervers sur la santé des habitants.
Par ailleurs, une analyse plus rationnelle et scientifique de phéno-mènes naturels autrefois abordés sous l’angle de l’ésotérisme et des croyances populaires, permet aujourd’hui de comprendre précisé-ment l’impact de certains éléments naturels (eau, pierre, failles…) sur l’équilibre des organismes vivants.
LESMAUXDUNENVIRONNEMENTMALSAIN
Selon la sensibilité des habitants, leur âge (les enfants et les personnes âgées sont plus fragiles), la nature des pollutions et la durée d’exposition à ces pollutions, une personne peut être sujette aux symptômes et maladies suivants :
vertiges฀•฀nausées฀•฀fatigue฀•฀maux฀de฀tête฀•฀stress฀•฀pertes฀de฀mémoire฀•฀déprime฀•฀irritabilité฀ •฀ anémie฀ •฀ insomnie฀ •฀ eczéma฀ •฀ allergies฀ •฀ rhinite฀ •฀ bronchite฀ •฀ rhumatismes฀ •฀ dérèglement฀ endocrinien฀ •฀ troubles฀ cardiaques฀ •฀ hémorragies฀ pulmonaires฀ •฀ sclérose฀ en฀ plaque฀ •฀ maladie d’Alzheimer฀ •฀ leucémie฀ de฀ l’enfant฀ •฀ cancers฀ •฀ etc.