//img.uscri.be/pth/49d3d93dd57664b9ca49d14376a0e024df3107b1
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 24,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Ingénierie territoriale à l'épreuve des observatoires pyrénéens

De
310 pages
Cet ouvrage s'intéresse aux transformations et modalités de mise en oeuvre de l'ingénierie territoriale, analysée à travers l'émergence d'un nouvel instrument, l'observatoire territorial. L'auteur a participé à la conception et aux usages d'observatoires sur les Pyrénées. L'enjeu fondamental est celui de la construction de compétences collectives dans l'ingénierie territoriale, indispensables pour ancrer l'expertise dans le territoire.
Voir plus Voir moins
ngénLie teieriroairrtilpéel àdee uvrervseobs  seriotaneénéryps 978-2-3ISBN :230-aDe 0-639650exnt dte lnscoe taoiixcpmel eocn puctio lan deolevéd ed euqilbmbnoe  dt,enemppjua druoiuhméd uxrera tuxvant oecd  ealf notcoiontré limportanemeppoleirret tnpuapdn év daui ngremoapd cél seal. tori accPour fcse ac prsliuba seuetcoisid snse ce dés que poaexud éua xonvut esl  il,iaoritrret tnemeppolevre lrendcompeux  eimerd ssiaénecad cces s le, reisseforpd slennoynames ds teiqueroairrtiD nael.sgitée qunsdaa  lroocanidnoitsed u développement no tnur lô etsar ed tejorp ua seCet.enempplovedéraetstp réned isairéceses nnairte sdom amronoitmie  eseital dés esniét tuorvgax transfresse auevsrt aremgrl é, anialeée àalys eireinérotirrete vrœun ngi ldetiroai.lI  lopesbservatoire terrsni murt,tneol ceenu dnon eluvéveldu dels ionnefssp ord secnsetepéom ces lue qesèhtopyh emmoc énierie ette ingti éedc l eccas tensdarmteaninnos éd teppotnemn deutioévolr lcnseépetc moc seéta e ysalanL. etius etiudnoc é retour,et quentcrutaoil  atsur-cleini den el cnemeus t eutrofvrtaboes susioers Pyr lees prénétnil raiaidémrente dres entireà l  aaptrcipitaion de lauteur al ànoc tpec noi aet uuxgesads d nies ua etnapiicrtpan ioatrvsed vé eedeénnrynére puctu strunerp stejod srec e aeseuctprau dèsoi ndboenp sotiravers us et à t cden ionctepéomc al ed tcurtsnolinans eriegéniloelsec sed tcviqumiLe.jeenfou poleemepé tnonoc avant est celuidnmaneat lim sne ntseaivi denéra ertneg: xutne . Cet enrritoirepéoleià ej uesd peexlr renc auret el snad esitre, irialrito ter sopbaelepsndnsidém etai sruovafsari lntmeéenrgC sen viaexuf not apparaître desd stnegaeréid etr sesnts.retuucnu e sds rtêmemre euctutre t enurtcoi nalc notsurce de me ressoecnemoc oc atépme qu ldegréohiapehg rpcoLpase .ctivollees ctencépmoc sed noitadlisoon clat  eceiversité de Toulanegemtnd  elnugén raogiephmé-ae dnd tsetcoe ruline.Pauorma Lend  eueervierecl va ane uaj méencrotirrettse elaitir de sle à parrrtiroaiiluq eet. les Seiosselnnp eueforrp aqitalisefoca se llestceusea rehcerhc ersieét mes donitulovél rus tnti éeds nop raocouse. Loriginalni linég/ruevinus urou(de blopr tedreemtsoiq eutairersiui pe) lcal ed bup noité lernnontiluvo,lairyP rretrotielévpeopéeén ds,irotirlaemtnt re.
Pauline LENORMAND
L
ingénierie territoriale à lépreuve des observatoires pyrénéens
det cos étmpceened srp ssefonoisnels du développmene tetrrtiroai-ctsMol.in: s léeireinégotirret e, crialtencompésbre,eo ri eavot
         L'ingénierie territoriale à l’épreuve des observatoires pyrénéens                          
                       
 
            © LHarmattan, 2012 5-7, rue de lÉcole-polytechnique ; 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-336-00569-0 EAN : 9782336005690
Pauline L ENORMAND        L'ingénierie territoriale à l’épreuve des observatoires pyrénéens                 
 
 
 
 
INTRODUCTION
Les projets de développement territorial, processus qui reposent sur la mobilisation des acteurs locaux pour créer, à partir des potentialités du territoire, un projet commun, ont connu, en quelques décennies, des changements importants en termes dobjectifs, de moyens et de pratiques. Ces mutations sexpliquent par plusieurs facteurs. En premier lieu, ces projets sont marqués par lévolution des politiques territoriales en France depuis la décentralisation et par un référentiel de développement conjuguant désormais développement durable, compétitivité et société de linformation. En deuxième lieu, la multiplication des types dacteurs impliqués dans le développement territorial a fait émerger le concept de gouvernance ainsi quune interrogation sur les formes de coordination entre acteurs. En troisième lieu, les problématiques à traiter par les acteurs dans les territoires se sont diversifiées du fait des différents problèmes (économiques, sociaux, environnementaux, culturels) à traiter et à résoudre à léchelle locale. Lanalyse de ces différentes transformations révèle in fine le rôle croissant de lingénierie territoriale, dans laccompagnement des démarches de développement territorial, ingénierie que lon peut définir comme lensemble des instruments et compétences des agents chargés des projets de développement territorial. La capacité daction de ces professionnels, indispensable dans la consolidation des processus de développement territorial, doit être renforcée. Mais cette ingénierie territoriale doit faire face aux transformations récentes des politiques publiques (Muller P., 2003 ; Faure A., Douillet A.-C., 2005) ainsi quà la réorganisation de ses moyens. Si le développement territorial consiste en la capacité des acteurs locaux à construire leur démarche de développement, ce sont bien ses conditions de mise en uvre qui sont à interroger. La capacité des acteurs territoriaux à élaborer et conduire des projets dépend, pour une grande part, de lingénierie quils peuvent mobiliser. Cette ingénierie est inégale selon les territoires considérés. Elle se décompose en moyens humains dont disposent en propre les différentes structures de développement ; en compétences, au sens dun ensemble de « savoir-agir démontrés » (Pemartin D., 1999), présents sur le territoire ; auxquels sajoutent des ressources (consultants, universités et recherche) qui peuvent être sollicitées plus ou moins ponctuellement. Dans une approche systémique du territoire, les compétences des acteurs locaux sont des ressources pour le développement territorial. Lingénierie territoriale pose la question de la maîtrise locale de ces compétences au sein du projet territorial. Ancrées dans des territoires et dans des collectifs, ces dernières sont lun des éléments constitutifs de projets de développement territorialisés. Laccumulation dexpériences et de dispositifs de développement territorial depuis plus de vingt ans rend nécessaire le recours à de nouvelles manières de capitaliser lexpérience et linformation produite. Les nouveaux dispositifs daction publique exigent efficacité et rapidité de laction pour
7
bénéficier des financements publics. Se pose alors la question de lanalyse des projets de développement de territoire et des formes dingénierie territoriale : quels instruments permettent de concevoir des connaissances territoriales utiles au développement territorial, et comment ces instruments y contribuent-ils ? Comment analyser ces évolutions de lingénierie territoriale dans un environnement complexe ? Dans une perspective géographique, comment maintenir, développer et faire coopérer les compétences présentes sur un même territoire ? Pour toutes ces raisons, notre travail de recherche place lingénierie territoriale au centre de lanalyse des déterminants des projets de développement territorial. Cest après une réflexion sur les questions de médiations et de compétences que nous avons commencé une thèse de géographie, avec la particularité davoir obtenu une bourse CIFRE 1  construite en partenariat avec une association, lAssemblée pyrénéenne déconomie montagnarde (APEM). Le projet de thèse CIFRE a été initié par lAPEM avec le laboratoire Dynamiques Rurales de lUniversité Toulouse-Le Mirail qui sintéresse depuis les années 2000 à la problématique de lingénierie territoriale dans les démarches de développement territorial (Barthe et al., 2004) avec une attention particulière accordée aux territoires de montagne du massif pyrénéen. Notre itinéraire de recherche sinscrit, dès le début, dans une double perspective : celle de lexpertise, de l'appui à la conduite de laction de développement et celle de lanalyse de laction publique de développement, et plus particulièrement des instruments et des compétences mobilisés dans le champ du développement territorial. LAPEM est une association portée depuis 1997 par les organismes consulaires du massif pyrénéen, c'est-à-dire le regroupement des chambres dagriculture, des chambres de métiers et dartisanat et des chambres de commerce et dindustrie. Elle a pour mission de contribuer au développement économique des territoires pyrénéens en lien avec la mise en uvre de la politique de la Montagne. LAPEM est issue dune mobilisation des acteurs économiques, pour faire face à un manque de transversalité entre les secteurs professionnels des Pyrénées. Pour remplir sa mission, elle a créé lobservatoire socio-économique du massif pyrénéen qui qui se traduit par la mise en uvre dun instrument : le SIG Pyrénées. Nous choisissons pour cette thèse de considérer les projets dobservatoires territoriaux (cur de laction de lAPEM) comme des objets pertinents pour analyser lévolution de lingénierie territoriale et les compétences des agents de développement.  Lobservatoire territorial est lobjet utilisé dans la thèse pour analyser les évolutions des compétences des professionnels du développement. De façon                                                  1 Convention industrielle de formation par la recherche.
8
générale, les observatoires territoriaux font référence à de nombreux dispositifs, ce qui les conduit à être parfois décriés du fait de leur multiplication. En effet, de nombreuses administrations, collectivités mais aussi entreprises ont leurs propres observatoires. Certains reposent sur des textes législatifs et réglementaires. Par exemple, la Loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) prévoit pour le suivi des SCOT (Schémas de Cohérence Territoriale) un dispositif dobservation du territoire. Dautres sont mis en place pour faire face à la multiplication des données et informations disponibles sur un territoire mais aussi pour répondre aux injonctions de réactivité et de souplesse des politiques territoriales. Lexamen dexpériences de terrain montre quau-delà de la grande diversité des domaines traités par les observatoires (habitat, développement durable, énergie, santé, etc.), les outils mis en uvre et les résultats obtenus ne font pas toujours lunanimité. La mise en place dinstruments dobservation territoriale reste une opération délicate. La majorité est constituée par un ensemble dapplications informatiques agrégeant des données et les restituant synthétiquement sous la forme de tableaux, cartes ou indicateurs. Cependant, nous considérerons un observatoire territorial avant tout comme un instrument qui répond à une problématique territoriale. Il concerne le développement dun territoire et a pour cela des objectifs qui peuvent être traduits sous la forme dindicateurs. Dans ce livre, les projets dobservatoires territoriaux sont considérés comme des instruments utilisés par les professionnels du développement pour faciliter la conduite de lingénierie territoriale et, plus généralement, pour faciliter laction de développement territorial. La place et le rôle de linformation géographique et des SIG (Systèmes dinformation géographique) dans les observatoires territoriaux sont variables, malgré le rôle croissant des TIC dans lingénierie territoriale. Nous nous intéressons à des projets dobservatoire territorial où la dimension qualitative occupe une place centrale, quils fassent appel à des données statistiques et/ou géographiques. Ces projets dobservatoires territoriaux sont des instruments marqués par : x  une difficile mesure de la plus-value directe en termes de développement du territoire sur lequel ils sont mis en place ; x  des problèmes de coopération, de coordination et de gestion de linformation qui agissent comme des freins récurrents à leur mise en place.  La question de la gestion de linformation sur le territoire dans une optique de développement territorial fait lobjet de travaux en géographie. De façon très générale, les géographes se sont interrogés sur les limites et les apports des technologies de linformation géographique et des représentations spatiales dans un projet de territoire. Nous pouvons identifier deux perspectives adoptées par les recherches géographiques concernant les
9