L

L'urbanisme de Lisbonne

-

Livres
316 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dans ce travail consacré à l'urbanisme de la ville de Lisbonne, est analysée l'émergence et l'évolution de l'aménagement du territoire de Lisbonne, le regard se portant sur la pratique professionnelle, le discours des urbanistes et leur désir, parfois frustré, de transformation urbaine. Pour en comprendre l'évolution, l'attention est portée sur les logiques de la production urbaine pendant le XXe siècle.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 janvier 2012
Nombre de lectures 533
EAN13 9782296479159
Langue Français
Signaler un problème

L’URBANISME DE LISBONNE

Nous sommes conscients que quelques scories subsistent dans cet ouvrage.
Vu l’utilité du contenu, nous prenons le risque de l’éditer ainsi
et comptons sur votre compréhension.

© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.f

ISBN : 978-2-296-55952-3
EAN : 9782296559523

Catarina CAMARINHAS

L’URBANISME DE LISBONNE

Éléments de théorie urbaine appliquée

QuestionsContemporaines
Collection dirigée par J.-P. Chagnollaud,
B. Péquignot et D. Rolland

Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les «questions
contemporaines »n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes à
appréhender. Le pari de la collection « Questions Contemporaines »
est d’offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux,
chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser autrement,
exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion
collective.

Derniersouvragesparus

Marc DELEPOUVE,Une société intoxiquée par les chiffres, 2011.
André ROPERT,La gauche en France. Historique d’un enlisement,
2011.
Kilien STENGEL,Un ministère de la Gastronomie ? Et pourquoi pas!,
2011.
Gilbert DELAGRANGE,Le citoyen et le système politique, 2011.
Bruno FABRE,L’Université a-t-elle perdu son âme ? Plaidoyer pour une
autre réforme, 2011.
Louise FINES,Les crimes en col blanc, 2011.
Céline HULLO-POUYAT, La restauration monumentale en
question, 2011.
Jean RIVIERE,Mondes en mutation dans un système en crise, 2011.
Jean-Pierre SALVETAT et Catherine IZZO,Plaidoyer pour la
er
Turquie. De François 1à Nicolas Sarkozy, six siècles de relations
franco-turques, 2011.
Florence SAMSON, Une femme présidente pour la France, 2011.
Philippe QUEME,Monnaie bien public ou « banque-casino »?,2011.
Elsa FOREY, Christophe GESLOT,Internet, machines à voter et
démocratie, 2011.
Alain ZOLTY,L’espoir citoyen,2011.
Hervé CAUDRON,Quand les sagesses nous endorment, 2011.
Daniel LAGOT,Le droit international et la guerre, Nouvelle édition,
2011.
Frank MISTIAEN,La richesse n’est pas produite ou Essai sur la nature
et l’originede la valeur marchande et la richesse matérielle,2011.
Hélène HATZFELD,Les légitimités ordinaires,2011.

à la mémoire de mes parents

AAP

AML
AMP
APL

CCR

CCDRLVT

CE
CESUR

CIAM

CML
CML-AC

DCH

DGEMN

DGOTDU

DGSU

ESBAL

EPUL

FAUTL

FCG
IAURIF

Liste des abréviations

Association portugaise des
architectes
Aire métropolitaine de Lisbonne
Aire métropolitaine de Porto
Administration du Port de
Lisbonne
Commission de coordination
régionale
Commission de coordination et
développement de la région de
Lisbonne et la Vallée du Tage
CommunautéEuropéenne
Centre de systèmes urbainset
régionaux
Congrès international
d’architecturemoderne
Mairie de Lisbonne
Archive historique dela Mairie
de Lisbonne, ArcodoCego
Départementdela constructionde
logement
Directiongénérale desbâtiments
et monuments nationaux
Directiongénérale de
l’aménagementdu territoire etdu
développement urbain
Directiongénérale des services
d'urbanisation
Ecole desBeaux-Artsde
Lisbonne
Entreprisepublique d'urbanisation
de Lisbonne
Faculté d'architecture de
l'Université Technique de
Lisbonne
FundaçãoCalouste Gulbenkian
Institutd'aménagementet
d'urbanisme
delarégionIle-deFrance

Associação dos Arquitectos
Portugueses
Área metropolitana de Lisboa
Área metropolitana do Porto
Administração do Porto de Lisboa

Comissão deCoordenação Regional

Comissão deCoordenação e
Desenvolvimento da Região de
Lisboa e Vale do Tejo
ComunidadeEuropeia
Centrode SistemasUrbanose
Regionais
CongressoInternacionalde
Arquitectura Moderna
Câmara Municipalde Lisboa
Arquivohistórico municipalde
Lisboa, ArcodoCego
Departamentode Construçãode
Habitação
Direcção-GeraldosEdifíciose
MonumentosNacionais
Direcção-GeraldoOrdenamentodo
Territórioe Desenvolvimento
Urbano
Direcção-GeraldosServiçosde
Urbanização
Escola Superiorde BelasArtesde
Lisboa
Empresa Pública de Urbanizaçãode
Lisboa
Faculdade de Arquitectura da
Universidade Técnica de Lisboa

FondationCalouste Gulbenkian

IFA
INE
INSEE

IUP
PDM
PDRL

PROT

PROTAML

RLVT

SFU
SGAL

UNOR

Institutfrançaisd'Architecture
Institut nationaldelastatistique
Institut nationaldelastatistique
etdesétudeséconomiques
Institutd’urbanisme de Paris
Plandirecteur municipal
Plandirecteurdelarégionde
Lisbonne
Plan régionald’aménagementdu
territoire
Plan régionald’aménagementdu
territoire del’airemétropolitaine
de Lisbonne
Région de Lisbonne et la Valée
du Tage
Société française des urbanistes
Société de gestiondoAltodo
Lumiar
Unité d'aménagement

8

InstitutoNacionalde Estatística

PlanoDirectorMunicipal
PlanoDirectorda Regiãode Lisboa

PlanoRegionalde Ordenamentodo
Território
PlanoRegionalde Ordenamentodo
Territórioda Área Metropolitana de
Lisboa
Região de Lisboa e Vale do Tejo

Sociedade Francesa dosUrbanistas
Sociedade Gestora doAltodo
Lumiar
Unidade de Ordenamento

INTRODUCTION

Ainsi se dessine une société nouvelle.
[...]
Comment désormais habiter humainement la terre?Cette question, s'il la
pose tenacement, peut sauver l'homme.L'homme, c'est-à-dire, chacun
des hommes.Cette foule que la grise vie quotidienne accable et dégrade,
comme on voudrait qu'elle soit faite d'êtres qui s'interrogent sur le sens
que pourrait avoir la vie, pourvu qu'on cesse de la gaspiller et de
l'enlaidir.Mais il faut qu'elle s'éveille, il nous faut, sans attendre, nous
éveiller nous-mêmes.L'espace de l'homme est la forme sensible de son
énergie et de la conscience qu'il a de lui-même.Cette conscience est
donc le germe de tout.
RobertAuzelle

L’ambition de dessiner une société nouvelle a été en même temps la
motivation et la frustration de l’urbanisme moderne.Dans ce travail consacrée
à l’urbanisme de la ville de Lisbonne, nous allons analyser l'émergence et
l’évolutiondel'aménagementdu territoire de Lisbonne,portant notreregardsur
lapratiqueprofessionnelle,le discoursdes urbanisteset leurdésir,parfois
frustré, detransformation urbaine.
Pourcomprendrel’évolutiondu processus idéologique delamaîtrise dela
ville,nousallons nouscentrer sur les logiquesdelaproduction urbainependant
e
le XXsiècle.Est-cequ’on peut parlerd’une cohérenceintrinsèque dans la
productiondelaville de Lisbonne?Est-cequel’urbanisme, comme discipline
autonome et rédemptrice, ajamaisexisté à Lisbonne?
Nousallonsalorsétudier lapersistence d’unepenséeurbanistique à
Lisbonne et vérifier quelles ontétéles influencesdans sa formationet son
évolution,les momentsde continuité et les rupturesdans les pratiques
urbanistiques issuesde cettepensée.En mêmetemps,nousallonsconsidérer
les influences réciproqueset les modèlesd’urbanisation introduits parce
processusenessayantdemesurer son impactdans l’urbanisme de Lisbonne.
Nousavonsconsidéréune double délimitationdel’étude :une dimension
conceptuellerelative àlapenséeurbanistique,le dessinet leprojetdelaville
(sujet)etaussi une dimensionformelle,spatio-temporelle, concernant laville
e
de Lisbonne auXXsiècle(objet).Laville est leproduitdelasociété
industrielle :l’expansion urbaine,lamétropolisationet mégalopolisation sont
lesconstructionsde cettesociété; l’urbanisme,saméthode.

Le sujet
e
L’urbanisme émerge auXIXsiècle commeréponse auxdifficultés issues
delavilleindustrielle,marquéeparde grandesdynamiques socio-économiques
etdes pressions urbanistiques sans précédent.L’histoire delavillenous montre
des périodes quiexposent la capacité d’interventionetdeprogrammationde
l’hommesur leterritoire.Néanmoins,lesexemplesdeprojetàl’échelleurbaine

e
sont surtout liés au dessin urbain, à l’art urbain; alors que le XXsiècle
développera la réflexion intégrée et pluridisciplinaire. L’espace social, affecté
par les profondes mutations introduites par la Révolution industrielle, aura
besoin de réponses au-delà de l’art urbain, vers la constitution d’une nouvelle
discipline.
Le terme “urbanisme” est associé àIldefonsCerdàySuñer (1815-1876),
responsable du pland'extensionde Barcelone(1860)etauteurdelaThéorie
générale de l'urbanisation,unesynthèsethéorique deson travail publiée en
1
1867 .Cerdàutiliselemot “urbanisation” pour lapremière foisau milieudu
e
XIXsiècle, faisant référencelui-même àla créationde cenouveau terme :“Je
vais initier le lecteur à l'étude d'une matière complètement neuve, intacte,
vierge.Comme tout était nouveau, il m'a fallu chercher et inventer des mots
nouveaux pour exprimer des idées nouvelles, dont l'explication ne se trouvait
dans aucun lexique.Placé devant l'alternative d'inventer un mot ou de cesser
2
d'écrire, j'ai préféré inventer et écrire plutôt que de me taire” .Bien qu’il n’ait
jamais utilisélemot “urbanisme”,ila adoptéleterme“urbe” pourdésigner les
différents typesde groupementhumain.Cerdàrejettelemot “ville”,notion trop
limitéepar sesconnotations traditionnelles ou idéales, et ila créélenéologisme
urbanización, désignant toute action sur l’urbe : àla fois l’actiond’urbaniser,la
concentrationdes populationsetdesactivitésetaussi la discipline.
Dès 1856, Cerdà approcheuneréalitéquicomporte detrèsgraves
dysfonctionnements.Dans saMonografíaEstadística de laClaseObrera,il
fait une étude exhaustive desbesoins sociaux, environnementauxet
économiquesdelapopulation quihabitaitàl’intérieurdesenceintesde
Barcelone.Sesétudes ontétéprécurseursd’unevolontéinterdisciplinaire,
exigeantdes instruments techniques,juridiques, économiqueset sociaux qui
serontàla base du nouveauconcept.
Leprologue delaTeoría de laConstrucción deCiudadesprésenteune
nouvelle façoncritique d’approcheméthodologique aux questions urbaines, en
rupture avecles pratiques plutôtformellesdel’art urbainantérieur, eténoncela
nécessité d’élaborer unethéorie générale.En tant quepratique dogmatique et
intuitive,latechnique existaitdès la formationdes premiersgroupements
humains, ayantétéperfectionnéeplusieursfoisdans l’histoirepourfaire face
auxdemandes religieuses, économiques ou militaires sans jamais,jusqu’alors,
avoirétésystématisée comme discipline àla fois théorique,scientifique et
politique.
Lenéologisme crééparCerdà désigneunenouvellescience autonome à
laquelle Cerdà entend conférer un statut scientifique.On parlera àpartirdelà
d'urbanisme commeprocessus intentionnelet obéissantà des techniques
spécifiquesde constructiondeterritoires.C’est une disciplinequi vas’articuler
de façon trèsclaire aveclesconséquencesdel'industrialisationdans lesgrandes

1
Premièretraductionfrançaise en 1979.
2
I.Cerdà,Teoría de laConstrucción deCiudades,1859.

12

villes européennesoùcesconséquences sont les plus visibles.Lemot
urbanisation sera, désormais,utiliséplutôt pourdésigner la concentration
croissante dans les villesetagglomérations urbaines.AuPortugal,lemot
urbanizaçãoserasynonyme del’actiond’urbaniseretde créerdes territoires
urbains.
Lemotasubi une généralisationet sera appliqué de façon universellesoit
àl’antiquité grecque,soitauxgrandes opérationsderégénération urbaine du
e
XXIsiècle.En tant que distinctiondel’art urbainet surtoutdelaplanification
urbaine,lesexpressions “urbanismemoderne” ou “urbanismescientifique”
sont utilisées pourdésignercequiest, enfait,l’urbanisme :lanouvelle
e
discipline développée etappliquée auXXsièclepouraménager les villes.
Comme disciplineunitaire,l’urbanismeva établir ses propres méthodes,ses
outils,sondiscours,ses modèles,ses processus, bref,unethéorie, ancrée dans
unevision totale delaville etdelaproduction scientifique del’espace.
L’émergence del’urbanisme comme discipline autonome estaussi liée à
des ouvrages théoriques qui ontexercéune énormeinfluencesur leurépoque,
notammentceuxde CamilloSitte(1843-1903), Joseph Stübben (1845-1936),
EbenezerHoward(1850-1928)etRaymond Unwin (1863-1940).
Autant que Cerdà, CamilloSitte estcité commele fondateurde
l’urbanismemoderne.Ilcritiquelarigidité et lemanque de créativité des
grands travauxd’influence haussmannienne, comme c’est le casdu ring de
Vienne.DansL: l'urbanisme selon ses fondements'art de bâtir les villes
artistiques,Sitteproposel’aménagementdelavilleparfondéesur l'observation
del’existantet l’interprétationdel'histoire.Sonanalysemorphologique dela
villemédiévale aurarepriscomme esthétiqueurbainela critique del’urbanisme
3
monumental.Néanmoins,son impactenFrance etauPortugalest limité.
J.Stübben sera,soit par sonactivitéurbanistique,soitcommethéoriciende
l’urbanisme,une des personnalités les plus prestigieusesenAllemagnejusqu’à
la Grande Guerremondiale.Son ouvrage encyclopédiqueDerStädtebau, de
4
1890, aura diffusionen nombreux pays.Saméthodesera d’isoler ses
questionnements urbanistiques selondes modèles: à chaquequestion il va
proposer un modèlephysiqueintégrésur l’organisation spatiale delaville.
Les visionsd’EbenezerHoward enTo-morrow:A PeacefulPath toSocial
5
Reform ,publié en 1898 etRaymond Unwin, auteurdeTownPlanning in
practice, édité en 1909après lapublicationdelapremièreloianglaisesur
l’aménagement urbanistique,vontcontribueràla formationetàla divulgation
dela discipline del’urbanisme.Howard confiera auxarchitectesParkeret
Unwin leplande Letchworth, dans la banlieuenord de Londres (1903)età
Louisde Soissonsceluide Welwyn (1919), enapplicationdeses théories
urbaines.Cesdeuxcités-jardin ont jouélerôle demodèles, enEurope etaux

3
VoirP.Rabinow,FrenchModern,Cambridge, Massachussets,MIT Press,1989,p. 213.
4
Publié enFrance en 1911 par la Société française desHBM,le Musée Socialet lesAnnalesde
la Régie Directe.
5
Réédité en 1902,sous letitreGarden cities of to-morrow.

13

Etats-Unis.Après la Seconde Guerremondiale, elles ontencoreservide
prototypes pour la constructiondes villes nouvellesenAngleterre.
EnFrance,letravaild’Eugène Hénard(1849-1923)Etudes sur les
transformations deParis,publié en 1903, estcontemporaindel’apparitionde
cettenouvelle discipline.Diplômé enarchitecturepar l’Ecole desBeaux-Arts
de Parisen 1880, en 1882 il sera admisàla Mairie de Paris pour travailleraux
expositions universellesde1889et 1900, aussibien qu’àunesérie deprojets
indépendants pour l’aménagementde Paris.Il sera associé auMuséesocialde
1908 à1912, date àlaquelleil sera attaché au premier projet moderne
d’expansionetembellissementde Paris.En tant quepremier présidentdela
Société française des urbanistes ilauraun rôleimportantdans la définitionde
laportée delanouvelle discipline.
TonyGarnier (1869-1948) sera aussi un protagoniste dela fondationde
l’urbanismemoderne.CollaborateurdelarevueL’EspritNouveau,il verrason
travaildiffusépar son influencesurLe Corbusier (1887-1965).Ses premiers
6
projets ontété exposésà Parisen 1904 et plus tardpubliésen 1917avec des
modifications résultantdesonexpérience comme architecte-chef delaville de
Lyon.
La citéindustrielleneserajamais mise en pratique; toutefois,les thèmes
derationalité etdespécialisation seront repris, et quelques-unesdeses idées
7
serontexecutées .Le caractèreutopique de cet ouvragesera celuideville
théorique, conçue autourd’un thèmenouveau pour sonépoque,proposant un
programme avec des typologies nouvelles.
Leprojetdela Cité Industrielle est publié ànouveauen 1932,unanavant
e
le célèbreIVCongrès internationald’architecturemoderne(CIAM)et la
Charte d’Athènes.Il paraîtraun peudistantdu modernisme etdu style
international,mais représentel’applicationdel’architecture aux nouveaux
besoins sociauxetaux programmes progressistes.
SelonLeCorbusier,l’urbanismeserait le‘pointdevuevrai’,la discipline
du progrèsetdelascience.L’urbanisme émerge alorscomme discipline
rédemptrice, au moment où lasocietéindustrielle commence àremplacer la
religion par lascience danscettequête deperfectiondubien suprême,où l’idée
delavillese convertitde croissanceorganique en production rationaliste.
C’estdansce contexteques’ouvrirale débat sur l’opportunité de fonder
unenouvelle discipline.Cettenouvelle disciplinesera appelée auPortugaleten
Espagne,urbanismo;enFrance,urbanisme;dans les
paysanglo-saxons,townplanningetenAllemagne etAutriche,städtebau.Ellen’obtient sasanction
légale enFrancequ’aveclaloidu 15juin 1943 sur l’urbanisme etauPortugal
avecle décret 33921de1944.

6
Lesdessins ontétépubliés unepremière foisen 1904,par larevueLaConstructionLyonnaise,
et letravail sera édité en livre en 1917.
7
ALyon,Garnierdévelopperale conceptd’habitation,ouvrant l’îlotet projetantdes rues
piétonnes.Le dessindu quartierdesEtats-Unis s’approche des propositionshabitationelles qu’il
avaiténoncées pour sa citéindustrielle.

14

Pré et Post-urbanisme
L'urbanisme interprété comme science sociale qui permet et définit
l'organisation de la ville, n’est introduit à Lisbonne qu’à partir des années1930,
e
mais laréflsiècle dans lesexion avait déjà commencé dès le début du XX
récits et critiques littéraires aussi bien que dans les premiers projets
d’expansion de la ville de Lisbonne.
Le débat sur la question de la ville industrielle a été introduit auPortugal
par leshygiénistes, comme RicardoJorge,qui ontdénoncéle cadre devie
misérable desclasses ouvrières.Latuberculose constituait une énormemenace
pour toutes lesclasses sociales, etcequia d’abord atteint lesclasses
populaires,s’est propagé àl’ensemble delasociété, exigeant uneréflexion
ample et transversale.Outre RicardoJorge,quifutchargé demissionà
Lisbonnepour l’étude del’épidémie de1894,les principaux noms liésà cette
périodepré-urbanistique dans laville de Lisbonneseront le conseiller Augusto
Fuschini,quiaplusieursfois posélaquestiondel’habitation “économique et
salubre”auParlement,les ingénieursOliveira SimõesetAugustoMontenegro,
qui ontété chargésdes premièresenquêtes sur l’habitationà Lisbonne,
l’écrivainet utopiste Fialhode Almeida, aussibien queles urbanistes quenous
allonsétudier,tels que RessanoGarcia.
C’est surtoutàpartirdelapériode del’industrialisation que Lisbonne,
commelaplupartdes villeseuropéennes,s’interrogesur sonavenir: comment
s’organiserdu pointdevue démographique, desaccessibilités, dela centralité?
L’exigeante demande delogementetd’organisation industrielle,serontàla
base delapenséeurbanistique à Lisbonne.Laville devient un objetdeplusen
pluscomplexe;enconséquence,le besoindelaregarderànouveau s’impose,
pour laredessineret laréorganiseravecles nouvelles méthodes scientifiques.
L’urbanisme estdonc associé àlapériode del’industrialisation, audébut
en tant queprocessusderestructurationdel’espacesocial,période désigné,
dans le cadre de cettethèse,par leterme depré-urbanisme,particulièrement
marquéepar les inovations techniqueset typologiquesetassociée àune
réflexionéthiquetransversale àlasociété,représentant une atitude deréponse
au phénomène del’urbanisation soudaine.
Plus tard,une foisdépassélepremier impactdela confrontationavecles
questions issuesdelavilleindustrielle,l’urbanismes’impose commeune
disciplinepratiquéepardes spécialistes (pour laplupartarchitectes) qui
appliquent les méthodes,théorieset techniquesdeveloppéesau seinde cette
discipline.Plus qu’unepureréflexion,l’urbanismeseveut une discipline ayant
pourbut une action sur leterritoire.L’urbanismes'autonomise comme
disciplinepratique avecrecoursà desdisciplines telles quelasociologieou la
géographie,qui serendprogressivement indépendante desétudes urbaineset
del’urbanologiepar son statutéminemment technique.
e
Ce cycle del’urbanismesepositionne asiècle.u XXApartir des années
1960,la critique des théories d’urbanisme mettra en évidence le caractère

15

8
hybride et éclectique des “cultures de l’urbanisme” , exigeant le recul de la
notion d’urbanisme comme science et du dogme de l’universalité des modèles.
La participation désormais élargie d’acteurs et de groupes sociaux divers sera
répandue et des techniques pour faciliter leur participation seront développées.
Unenouvelle étape delaville en tissusdistendus,les territoires urbanisés, aura
recoursaux techniquesde gestionetdemarketingurbaines (laplanification
stratégique,l’urbanisme contractuel,la compétitivitéinternationale, etc.),
inscritesdans une disciplinequi,parmi les techniciens,sera dorénavant
désignée comme“planification urbaine”.L’ère del’urbanisme comme
programme dessiné,munid’uneméthodescientifique etd’unensemble d’outils
pour sonexécution, fut remplacée dans lesannées 1980 par l’ère de
l’aménagementurbain.L’urbanisme estdevenu uneimpossibilitépuisqu’ila
9
été fondésur unenotiondevillequi n’existeplus .
Lapolitique delaville est un terme apparuàla findesannées 1980pour
désigner unensemble demesures,procédureset pratiques spécifiques orientées
prioritairement versdes secteursgéographiques stratégiques,uncomplément
10
desautres modesd’intervention sociale .La délimitationde ces territoires
permettraitde construire des logiquescollectivesdetransformation territoriale.
Leprojet urbain serait, alors,unematérialisationet unereprésentationde ces
ambitions partagées.
L’annonce d’unetroisièmevoiepour laproductiondelaville, fondéesur
les idéesdetransdisciplinarité, d’articulationd’échelles, departicipationet
pluralité d’acteurs, fait prévoir la finducycle del’urbanisme.L’idée d’une
nouvelleméthodepour produirel’urbainàl’âge dela globalisation,qu’ona
appeléeurbanismepostmoderne,urbanisme démocratiqueou
“transurbanisme”, feraitdoncprévoir unenouvelle étape del’urbanismequifermeraitce
cyclesur lequel nousallons réflechir.

L’objet
Danscetravail nousanalyserons unensemble deplansetdeprojets
e 11
produits pour laville de Lisbonne au XXLa période commence avecsiècle .
le déclin de la monarchie, période réformiste et troublée, de crise
institutionnelle, qui ouvrira le chemin à l’affirmation de la dictature militaire. Le temps
choisi est celui de l’émergence de la discipline de l’urbanisme mais

8
VoirS.Bishwapriya,ComparativePlanningCultures, Londres, Routledge, 2005.
9
“Urbanism is today no longer possible simply because the notion of the city on which it was
based ceased to exist some time ago“inA. MulderetJ.Brower,Transurbanism, Roterdam, V2
Publishing/NaiPublishers, 2002, p.17.
10
A.AndersonetH.Vieillard-Baron,La politique de la ville, Paris,Actualités sociales
hebdomadaires,2003.
11
LeDécretde2/9/1901chargela Municipalité de Lisbonne del’élaborationduPlangénéral
d’améliorations.Deuxans plus tard,lesactuelles limitesadministrativesdelavilleserontfixées
et lepremier pland’ensemblepourLisbonneseraprésenté.

16

historiquement,
salazariste.

il

s’agit

d’une

autre

création :

l’imposition

e
1|Délimitation(s) administrative(s) de Lisbonne auXIXsiècle

.

du

régime

On observequeletotalitarismeparticulierà cette discipline,savolonté
d’ordre,son obsession méthodiquepar larègle,sonten phase aveclamentalité
e
du régime.Le XXsiècleportugaisest lemomentdela constructiond’une
dictature et l’urbanismeseraune desdimensionsdel’expressiondesonempire.
e
Le XXsièclereprésente,pourLisbonne,uneprofondemutation politique,
dans lesensdela démocratisationdesasociété.Lastratégie delaparticipation
publique,lesgrandes opérationsdelogement,lesaltérationsdudroit
urbanistique,sontaussi les manifestationsde cettepériodepolitique avec des
représentations spatialesdans laville de Lisbonne.
La délimitationdel’objetd’étude a, enfin,une dimension physique.Au
e
XIXsiècle,plusieurs limitesdelamunicipalité de Lisbonneseront proposéesà
lasuite du projetde constructiond’une circonvallation, entreprisen 1845.Les

17

limites administratives de la ville et municipalité de Lisbonne seront stabilisées
1213
en1903, avec la configuration actuelle, celle qui a été choisie comme objet
de recherche.

Le projet de Lisbonne
Si l’objet principaldelarecherchesesitue à Lisbonne,lieucentraldans
l’encadrement métropolitainet national,lesujetd’étuden’est pas, dansce cas,
laville elle-même,mais la façondelapenser, dela dessiner, delaproduire, de
e
laréglerasiècle. Nous voulons comprendre l’évolution des processusu XX
d’urbanisation d’une Lisbonne encore ‘délimitable’ et consécutivement
e
délimitée par les administrations, qui, jusqu’à la première moitié du XXsiècle,
a eu aussi un sens visible et identifiable et qui, aujourd’hui, présente des
caractéristiques de la plupart des métropoles contemporaines: délimitation
difficile,continuumurbain avec les communautés voisines, périphérie
distendue et dissymétrique.Dans le cas de Lisbonne, ville et municipalité
coïncident sur un même territoire. La municipalité (concelho) est une
délimitation administrative et une entité politique, étant donné que c’est à ce
niveau-là que sont représentés les élus locaux. Les308 municipalités
portugaises représentent historiquement la division territoriale la plus
consistante auPortugal.L’origine des municipalités portugaisesest liée aux
chartes municipalesattribuées par les roisà certains lieuxetàleurs territoires
limitrophes.Leurs tailles,limites,type d’administrationetcompétences ont
variéselon les régimes politiques, des nouveauxconcelhosontété créés, alors
que d’autres ontétésupprimés,mais le conceptapersisté dans letemps.
Aujourd’hui,les municipalités sontadministrées par une Mairie,l’organe
exécutif, et ont une assembléemunicipale,l’organe délibérant.Lesconseillers
municipaux sontélusau suffrage directet universelet leur nombre est
représentatif du nombre d’habitantsdelamunicipalité.L’assemblée est le
parlement municipal ; saprincipale compétence est le contrôle del’activité de
lamairie.Ses membres,variablesen nombreselon la dimensiondela
municipalité,sontcomposésdes présidentsdesJuntas deFreguesia(unités
administrativesde base)auxquels s’ajoutent uncertain nombre d’autres
14
conseillerségalementélus .
15
Parcontre,lestatutdevillen’apasdevaleuradministrative.Laplupart
des villes portugaises sontaussi lesiège d’unemunicipalitémais il ya des

12
Décretdu21/11/1903, déterminant le 1/12/1903 commela date d’entrée en vigueurdela
nouvelle barrière fiscale de Lisbonne.
13
VoirA.Vieira da Silva,"Os limitesde Lisboa :notícia histórica",RevistaMunicipal,n. 6,p.
11-23,1940 etD.Alves,"Evoluçãodasfreguesiasde Lisboa ao longodo séculoXIX”,
eSIG2004, VIII Encontro de utilizadores de sistemas de informação geográfica[actes], USIG,
2004.
14
Loi n.100/84,29/3/1984(Loidesautonomies locales).
15
Loi n. 11/82,2/6/1982.

18

villes qui ne le sont pas et plus de la moitié des municipalités portugaises n’ont
16
pas une ville comme siège. L’utilisation du terme “aire urbaine”a remplacé le
mot ville à mesure que ses limites sont chaque fois plus difficiles à reconnaître.
Cette définition suppose la compréhension du phénomène de globalisation des
villes transformées en territoires distendus et désarticulés, avec des habitants
chaque fois plus autonomes mais aussi plus inégaux.
La discussion autour de “la fin de la ville” a émergé dans les années
1960-1970.La continuité construite composée par la société urbanisée, et la
crise d’urbanité qui a suivi, ont ouvert le débat autour du sens de la ville que le
e
XXIsiècle essaye deréinventerdans sa dimensionclose.Plus que dela finde
laville,on pourrait parlerdela findela campagne.Onassiste àun
bouleversementdel’oppositionclassiqueville/campagne,vers la constitution
e
d’unenouvelleopposition ville compacte/banlieue dispersée.L’enjeuduXXI
siècle estceluidela créationd’unéquilibre avecl’environnement,mise en
placepar lanouvelleutopie dudéveloppementdurable.
17
Lenéologisme“métapole” signifie étymologiquement “au-delà dela
ville”.Sescaractéristiques morphologiques sont la fragmentation,la
discontinuité,l’hétérogénéité et lamultipolarité.C’est leremplacementdela
ville, desaprotectiondélimitée, avecuncentre et unepériphérieplus ou moins
distenduemais reconnaissable,par une entitépolarisée, avecplusieurs
centralités,unenouvelle étape dans l’histoireurbaine,une espèce depost-ville.
Lerisque de cette constructiondesynthèse d’un siècle deproduction
urbanistique est,vu l’ampleurdudomaine, celuide devenir trop superficiel.
Pour pouvoiranalysercetteproductiond’un peu plus près,nousavonschoisi
denouscentrer surtout sur l’échelle delaville, celle delaproductionduPlan
directeuroù les idéologies sont plus visibles.L’échellelocale du projet urbain
est ilustrée àtravers le classementdes plans selon lesgrandes tendances
d’urbanisme(modèles) qui sontcatégoriséesetcadréesdans les théories
urbaines qui les ont influencés.
Nouscommencerons par laprésentationdelarégion métapolisée de
Lisbonne et lesélémentscaractéristiquesdelaproduction urbanistique dans un
essai pourdéfinir l’urbanisme de Lisbonne dans ses principesetéléments
e
fondateurs:l’examendelaproduction urbanistique duXXsiècle, encequi
concerneson institutionnalisationet ses méthodes (Partie I).Atitreintroductif,
larégion métapoliséeseraprésentée du pointdevue fonctionnelet
administratif, établissant une brève comparaisonavec d’autres régionsen
Europe.Dans leschapitres suivants,nousessayeronsd’établir le cadre dela
productionet institutionnalisationdel’urbanismepar lerecoursàla création
d’organescorporatives,l’effortde constitutiond’une école d’urbanisme,la

16
Unensemble de communes, d'un seul tenantet sansenclave, constituépar un pôleurbain, et
pardescommunes rurales ou unités urbaines (couronnepériurbaine)dontau moins40 %dela
population résidente ayant unemploi,travaille dans lepôleoudansdescommunesattirées par
celui-ci (INSEE,2005).
17
TermeproposéparF.AscherdansMétapolis ou l'Avenir des Villes, Paris, Odile Jacob,1995.

19

codification des pratiques, notamment en ce qui concerne la définition d’un
cadre de production législatif et aussi la création et diffusion des modèles
théoriques, explicités par des exemples d’application.
Nous analyserons ensuite le produit de l’urbanisme de Lisbonne (Partie
II):ses origines,les premiers plansgénérauxet les soucishygiénistesdans la
formationd’un pré-urbanisme fondateur ;enfin,nous présenterons l’urbanisme
de Lisbonne àl’échellerégionale et municipale.

20

I. LA PRODUCTION URBANISTIQUE

1. Présentation

1.1 Métropolisation et métapolisation
La ville de Lisbonne est aujourd’hui le centre d’un système métropolitain
complexe dans un processus de fragmentation territoriale. La décentralisation
politique, le renforcement de la participation et de la capacité d’initiative
privée, ont eu des effets sur l’étalement du territoire.Ce processus de
métapolisation de Lisbonne a été la conséquence de l’ouverture démocratique
et est le résultat physique de la fin de la définition de contours rigides et de
politiques centralisées de régulation urbaine.Cependant, à la marge de ce
processus de croissance désarticulée de la région, la ville se dessine encore,
même si elle est étranglée par un système métropolitain déstructuré.

2| Lamunicipalité de Lisbonne dans
lesystèmemétropolitain – imagesatellite

De fondation romaine et de tradition culturelle méditerranéenne, Lisbonne
est autant une ville atlantique, référence de son développement
socioéconomique.Cette région a été habitée par des populations néolithiques,
celtibères, lusitaniennes, romaines (correspondant à la fondation de la ville sur
le lieu actuel du château), maures (première expansion) et chrétiennes.
e
Lisbonne prend de l’importance auXIIsiècle commevilleportuaire etàpartir
e
duXVI comme capitale d’unEmpire.
e
Pendant lasecondemoitié duXIXsiècle, Lisbonne enregistreune
augmentationdémographique considérable.Après unepériode dynamique du

point de vue migratoire, avec le départ de populations pour le Brésil à la suite
du déplacement de la Cour et des épidémies de choléra et de typhus, Lisbonne
connaît une augmentation de population de 77 % entre 1864 et 1900. En 1911,
la ville grandira de plus de 24 % pour atteindre les 436 326 habitants. Dans la
même période, la surface municipale augmente de 586 %. Les raisons de cette
redéfinition administrative étaient surtout associées à des questions fiscales et
ce nouveau territoire annexé est resté pendant beaucoup d'années sans
construction. Néanmoins, les conditions nécessaires à l'expansion urbaine
étaient réunies.

12

10

8

6

4

2

0
1890 1900 1911 1920 1930 1940 1950 1960 1970 1981 1991 2001
Lisbonne Banlieue*

3| Evolution démographique 1890-2001 (millions d’habitants)
[Source des données : INE, ; PDRL, 1964]

A partir des années 1950, le rythme de croissance de la banlieue a
définitivement dépassé celui de la ville (image 3). Nous pouvons constater une
croissance démographique rapide dans l’aire métropolitaine de Lisbonne
(AML) dans la période 1960-1981. Les raisons sont surtout liées à la migration
interne et au retour de population des ex-colonies de l’Outre-mer à partir des
années 1970. Dans un premier temps, cette nouvelle population s’est fixée dans
les municipalités de la couronne proche et, plus tard, on observe sa dispersion
dans les banlieues avec l’occupation de sols agricoles. La croissance a été plus
lente à partir des années 1980, en raison de la réduction de la migration interne
et du rythme de croissance naturel.
Cependant, la croissance de l’AML est demeurée supérieure à celle de la
région et du pays, contribuant au renforcement du poids démographique relatif
de l’aire métropolitaine.
Pendant la période 1964-2002, l’AML a connu de profondes mutations
territoriales et institutionnelles, qui se sont traduites en nouvelles dynamiques

24

territoriales :l’étalement habitationnel et industrieldans la banlieue de
Lisbonne et latransformationdestructurée des zones ruralesen périphéries
désintégréeset socialement isolées.Dans lamêmepériode,on observelaperte
depopulationdelaville et leprocessus quiendécoule de dégradationet
décadence deses quartiershistoriques.

1890
1900
1911
1920
1930
1940
1950
1960
1970
1981
1991
2001

Lisbonne

300421
356311
436326
486372
594390
709179
790434
802230
769044
807937
663394
564657

Tableau 1|Evolutiondelapopulation1900-2001 (%)

Nombre d’habitants
Banlieue*Ensemble

179848
210398
251705
275825
341844
397672
508552
703857
756156
1031802
1876882
2118030

480269
566709
688031
762197
936234
1106851
1298986
1506087
1525200
1839739
2540276
2682687

Portugal
continental
5102891
5446760
5999146
6080135
6802429
7755423
8510240
8889392
8663252
9833014
9867147
10356117

Croissance dela Population (%)
LisbonneBanlieue*Ensemble Portugal
continental

18,60%
22,46%
11,47%
22,21%
19,31%
11,46%
1,49%
-4,14%
5,06%
-17,89%
-14,88%

16,99%
19,63%
9,58%
23,94%
16,33%
27,88%
38,40%
7,43%
36,45%
81,90%
12,85%

18,00%
21,41%
10,78%
22,83%
18,22%
17,36%
15,94%
1,27%
20,62%
38,08%
5,61%

6,74%
10,14%
1,35%
11,88%
14,01%
9,73%
4,46%
-2,54%
13,50%
0,35%
4,96%

[Sources: INE, Plandirecteurdela Régionde Lisbonne,1964.]
*1890-1950 :Algés,Carnaxide,Amadora, Queluz, Odivelas, Loures,Frielas, Póvoa de StoAdrião, Unhos,
Apelação,Camarate, Moscavide, Sacavém,Almada,Cova da Piedade,Cascais,Estoril, Parede,Carcavelos,
S.Domingosde Rana, Oeiras, PaçodeArcos,Barcarena, S.Pedro, Santa Maria(Sintra), Riode Mouro,Agualva
Cacém, VilaFranca deXira,Alhandra,Alverca, Vialonga, Póvoa deSanta Iria, Santa Iria deAzóia, S.Juliãodo
Tojal, S.Joãoda Talha
* 1960-91:Alcochete,Almada,Amadora,Azambuja,Barreiro,Cascais, Loures, Mafra, Moita, Montijo, Oeiras,
Palmela, Seixal, Sesimbra, Setúbal, Sintra, VilaFranca deXira
*2001:Alcochete,Almada,Amadora,Azambuja,Barreiro,Cascais, Loures, Mafra, Moita, Montijo, Odivelas,
Oeiras, Palmela,Seixal, Sesimbra, Setúbal, Sintra, VilaFranca deXira

La ville de Lisbonne a atteint son pic de populationen 1981et perd
consécutivement populationdepuiscette date.Lisbonne estclairement laville
del’airemétropolitainequiaperdu leplusdepopulationdans les périodes les
plus récentes (-18%entre1981et 1991et-15%entre1991et2001).Les
raisons du transfertdepopulation vers les municipalités voisines sont liéesaux
conditions insuffisantesdel’habitat, associéesàlaspéculation immobilière et
18
au manque de constructiond’habitations pour lesclasses moyennes .Il
faudrait,néanmoins,relativiserces pertesdepopulationenface desénormes
dynamiques territorialesactuelles,lesémigrations récentes (surtout

18
VoirC.NunesSilva,“Governing MetropolitanLisbon:Ataleof
fragmentedurbangovernance.”,GeoJournal,n.58, 2002, p. 23-32.

25

clandestines) etunetendance au retouraucentrepas toujoursexprimée dans les
recensements.
L’AML est laplusgrande agglomération urbaine du paysavecune aire de
2
3128kmet 2,6 millionsd’habitants,représentantenviron un quartdu totalde
lapopulationdu pays.Un tiersdel’emploi nationaletduPIByestcontenu.
Laseconde airemétropolitaine du pays, Porto, amoinsdelamoitié des
habitants.Lapopulationdel’AML constitue77 %du totaldela Régionde de
Lisbonne etdela Vallée duTage.Lesecteur métropolitainestcentrésur la
ville de Lisbonne etestconstitué de18municipalités.Le diagnostic duPlan
régionald’aménagementdel’airemétropolitaine de Lisbonne(PROTAML)de
2002 révèleunchangement récentdelatendance du modèle destructure
métropolitaineradioconcentrique avec denouveaux quartiersd’habitationdans
les périphéries mais unemploifortementconcentrésur le centre; vers une
structurepolycentrique, développée àpartirdesannées 1980, et associée aux
nouveaux investissementsdans les infrastructureset réseauxdetransports
métropolitains.

Tableau 2|Croissance démographique dans l'AML,par municipalité

Municipalités
Alcochete
Almada
Amadora
Azambuja
Barreiro
Cascais
Lisboa
Loures(s/Odivelas)
Mafra
Moita
Montijo
Odivelas
Oeiras
Palmela
Seixal
Sesimbra
Setúbal
Sintra
VilaFranca deXira

1981
11246
147690
163878
19768
88052
141498
807937
276467
43899
53240
36849
*
149328
36933
89169
23103
98366
226428
88193

1991
10169
151783
181774
19568
85768
153294
663394
192143
43731
65086
36038
130015
151342
43857
116912
27246
103634
260951
103571

Variation(%)
-9,58
2,77
10,92
-1,01
-2,59
8,34
-17,89
-
-0,38
22,25
-2,2
-
1,35
18,75
31,11
17,93
5,36
15,25
17,44

* Mun. qui n’existait pasen 1981.
[Source desdonnées: INERecensements 1981,1991, 2001]

2001
12831
159550
174788
20854
78146
168827
556797
198685
54285
67064
38541
132971
160147
53258
150095
36839
113480
363556
122235

Variation(%)
26,18
5,12
-3,84
6,57
-8,89
10,13
-16,07
3,4
24,13
3,04
6,95
2,27
5,82
21,44
28,38
35,21
9,5
39,32
18,02

Ilya de grandesdifférencesentreles
municipalitésdel’airemétropolitaine, en termesdeprofildémographique,structure économique, habitationet
potentielde développement.Latendance àla dispersion urbaine estfondéesur
un réseaude centres urbains secondairesetde couloirs urbains, dontcertains

26

sont relativement indépendants de Lisbonne, maisun réseaudans lequel laville
de Lisbonne continue à êtreleplusgrandpôleurbainetfonctionnel, avecplus
de 50 %del'emploi et des entreprises, malgré le fait de représenter seulement
21 %delapopulation métropolitaine.
L’étude dela fragmentation territoriale de Lisbonne développéeparBarata
Salgueiro, a défini lescaractéristiques principalesde ceprocessusde
production urbainerécente :lepolycentrisme, aveclaperte d’importance du
centre face àlamultiplicationde centralités ;laproliférationdenouvelles
zones mixtes,parfois mégacomplexes immobiliers qui réunissenthabitations,
commerces, bureaux,loisirs,industrieset services, en réactionau zonage
fonctionelassocié àlavilleindustrielle; lesenclaves socialementdiscordantes
dansdes tissus urbains traditionnellementhomogènes, enfonctiond’une
nouvelleorganisation urbaineoù la contigüitépeut nepasêtresynonyme de
continuité; les réseauxderelationshumaines indépendantsdel’entourage
proche, avecla désolidarisation quien résulte; lavalorisationdes lieux
symboliquesdelaville, associée àla contestation identitaire delapartdes
19
groupes sociaux .La fragmentationestalors uneréalitésociale aussibien que
spatiale.

4| Lapopulationdans l’AML–distribution par municipalité en 2001
[Source desdonnées: INE,2001]

L’organisation spatiale del’airemétropolitaine est polarisée autourde
deux villes, Lisbonne etSetúball ;arégion s’articule autourd’un réseaude

19
VoirT.Barata Salgueiro,Lisboa, periferia e centralidades, Oeiras,Celta,2001.

27

centresurbains, couloirs stratégiqueset nouvelles zonesdynamiques
périphériques.La fragmentation territorialerégionalereprésenteune étape de
développementdelamétropolevers la configurationd’unerégion urbanisée
sortantdes limitesdel’airemétropolitaine et même delarégionde Lisbonne et
dela Vallée duTage.
Malgréla dispersion métapolitaine, Lisbonne estencoreun territoire
partiellementdélimitable,qui présenteuncentre fort ‘tertiairisé’, densement
construit, dessiné encontinuité,morphologiquementcompact, historique et
géographiquementcentralet, d’autrepart,une couronneurbainemoins réglé,
moinsdense, cequifait supposer qu’ilestencorepossible deparlerdeville
(territoireurbainclos, fortement peuplé et singulier)dans le casde Lisbonne.
Lesudse définit par une coupurenaturelle,le Tage,la“raisond’être”dela
ville; vers lenord,leterritoiremontre encore descaractéristiquesde couronne
urbaine désintégrée, en manque de cohérenceinterne,justifiant une
délimitationdelaville àpartirde cettepériphérie;aussi, àl’est serait-il
possible de‘fermer’Lisbonne,quoiqueles projetsdel'ExpositionUniverselle
de1998 dans lalimitenord-estdelaville aientcréé des tissusdessinésde
continuité aveclamunicipalitévoisine(Loures).Mais lecontinuumurbanisé
ducôtéouestdelaville est trèsclair mêmesi, dans l’imaginaire dequelques
habitants,les limitesdelavillepeuventêtre encorevisibles.
20
Nousavonsconduit une enquête auprèsd’ungroupe d'étudiants,
chercheurset professionnelsdes secteursdela géographie, architecture,
paysage,sociologie et urbanisme, auxquels nousavonsdemandé de délimiter la
ville de Lisbonne, àpartird'uneimagesatellite delarégion.Les résultats
pourraientêtreorganisésen quatre grandescatégories:

1)ceux quidélimitent une grandeville avec
deux marges, correspondantàl’agglomération
métropolitaine(limites identifiées
majoritairement par les résidentsàl'étranger,
bien qu'aussi par quelques résidentsau
Portugal) ;

2)ceux qui identifient une grandezone
urbanisée dans lamargenord duTage(tous
Portugais, éventuellement sachant quelavillese
localisesur uneseulerive) ;

20
Enquête conduitepar internet recourantàuneliste de discussionde géographie etàlaliste de
courrierélectronique desélèvesdel'Ecole doctorale de géographie de Paris, entrele24 et le28
avril2005. Le groupe a étémajoritairementconstituépardes personnes résidantauPortugal
(70 %,tous résidentshorsdel’airemétropolitaine de Lisbonne).

28

3) ceux qui, étant résidentsàl'étranger,
s'efforcentdelocaliser laplace centrale de cette
grandezoneurbanisée;

4) unemajorité derésidentsauPortugal,qui
identifient, de façon plus ou moinscorrecte,le
secteurdélimitépar l'administrationcommela
municipalité et ville de Lisbonne.

Enfait,laville de Lisbonne est reconnaissable dans uneimagesatellite
seulement pourceux qui ont lamémoire desa forme et localisation spatiale.
Pour lesautres, elle est unetache, arbitrairementau nordouau sud duTage,
uneville de deux marges,localiséeplusàl’est ouàl’ouest, difforme.
L’existencepolitico-administrative delaville est, à cepoint,laseuleraisonde
reconnaissance deses limites territoriales.L’actueldiscours politiquelégitime
l’existence delaville, faisantappelàlaqualificationdu style devie deses
citoyens, àl’améliorationdes mobilités, àlaréhabilitationdu patrimoine, àla
recherche denouveauxéquilibres sociauxetaudéveloppementdurable fondé
sur larécupérationet larestructurationdescomposantsécologiquesdeson
territoire, bref, faisantappelàlareformulationdu projetdeville.
Laredéfinitiondelaville-centres’affirme dans la conditiondeville
capitale dotée depouvoir.Lasuccessive‘redélimitation’du territoirequia
accompagnéla croissanceurbaine de Lisbonne,témoignel’effortde définition
descontoursdelaville, devenue airemétropolitaine et région métapolisée,
étapesd’undéveloppement urbain quiestexpressiondel’organisation spatiale
etdes mutations opéréesdans lasociétélisbonnaise.

1.2 La région de Lisbonne face à l’Europe
Laville de Lisbonneréunitaujourd’hui unepartieimportante des
ressources stratégiquesetde développementduPortugal,notammentencequi
concernelesfonctionsadministratives.Cette dimension luiconfèresa
centralité, déterminante dans la définitiondelarégion.Larégionest privilégiée
du pointdevuenatureletclimatique.Sapositiongéographiquesingulièrelui
accordesoncaractèreunique : en mêmetemps périphérique d’un pointdevue
européen,maisdans unesituationde centralité d’un pointdevue
euro-atlantique.

29

Stockholm (SE)
Rotterdam (NL)
Leeds (GB)
Athènes (GR)
Amsterdam (NL)
Rome (IT)
Hambourg (DE)
Naples (IT)
Francfort/Main (DE)
Turin (IT)
Copenhague (DK)
Essen (DE)
Stuttgart (DE)
Helsinki (FI)
Marseille (FR)
Glasgow (GB)
Birmingham (GB)
Manchester (GB)
Berlin (DE)
Vienne (AT)
Munich (DE)
Madrid (ES)
Seville (ES)
Valence (ES)
Lisbonne (PT)
Milan (IT)
Londres (GB)
Lyon (FR)
Barcelone (ES)
Paris (FR)
0 500010000 15000 20000
5| Lesplusgrandes villeseuropéennes, classées pardensité delapopulation
2
(densitémoyenne : 4624 hab/km )

25000

[Sources:AMP(2002) ;DRAOTLVT (2002) ; United KingdomCensus(2001), LeedsCityCouncil (2005) ;
ManchesterCityCouncil (2I005) ;AURIFIN(2005) ;E(2001) ;INFOREGIO (2001); INSEE(2005) ;
Office forNationalStatistics(2001) ; United KingdomCensus (2001); UniversitatPolitècnica deCatalunya
(2006) ; metropolis.og(2003) etpopulationdata.net (2006)]

Au niveau international, Lisbonneseplace dans un secondniveau, en tant
quevillemoyenne, avecune dimension politique et stratégiqueréduitemais un
cadre devie agréable.En termesdesurface, Lisbonnesepositionneprèsde
Barcelone(ville et métropole)etParis (ville).Lavilleprésenteunepopulation
analogue à celle deHelsinki ouCopenhagemaisavec desdensitésbien plus
élevées que cellesdes villesdu nord,plutôtcomparablesà Milande cepointde
vue.Laville figure dans le classementdes50villes mondialesdans l’enquête
21e
internationalesur laqualité devie eten 14positiondans le classementde
l’EuropeanCitiesMonitor,une étudesur l’attractivité des principales
22
métropoleseuropéennes .LaCommisssion pour le développementdela
Régionde Lisbonne et la Vallée duTage(CCDRLVT)apublié en2003un
23.
rapportd’évaluationdelarégiondans le contexte européenLes résultats

21e
Lisbonneoccupela 47 positiondans l’enquête de2007,réaliséeparMercerHumanResource
Consulting.L’étudevise à aider lesgouvernementsetgrandesentreprisesdans l’affectation
internationale deleur personnel.L’analyse a évalué215villes sur 39critères relatifsàlaqualité
delavie.
22
Rapportd’étude deCushman&Wakefieldquianalysel’opiniondesdirigeantsde 500
entrepriseseuropéennes sur l’attractivité des principales métropoleseuropéennes, examinant les
aspectsconsidérées prioritaires par lesentreprises pour sa décisiondelocalisation.
23
Lisboa e Vale doTejo naEuropa das regiões, Lisbonne, CCDRLVT,2003.L’étude a englobé
les 266 régionsNUTS II del'Europe des 27.

30

obtenus montrent quela Régionde Lisbonne etdela Vallée duTage(RLVT)
intégrait la classe des territoiresen processusde consolidationd’uneposition
intermédiaire,qui possèdaient un profil proche,maisencore au-delà dela
moyenne del'UE15.

6| Villeseuropéennes,taille et population
[Sources:voirTableau 3]
Larégiona abandonné en2007l’l’objectifConvergence(destiné à
accélérer l’intégrationéconomique des régions les moinsdéveloppéesdans les
nouveauxEtats membres) pour intégrer le groupeplus restrictif derégions
relevantdel’objectif“Compétitivité Régionale etEmploi” qui vise àrenforcer
l’attractivité des régions,la capacité d’innovationet l’espritd’entreprise.

31