//img.uscri.be/pth/49b8517a5926a47967681781b3e1769dfaf1ce67
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 24,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Structure fondatrice gothique

De
324 pages
L'enjeu théorique de cette recherche est la reconstruction de l'univers cognitif des constructeurs de cathédrales. Ce premier volume traite de la figure géométrique complexe à l'origine de l'émergence non seulement de la forme architecturale gothique stricto sensu mais peut être aussi de la plupart ou de l'ensemble des autres expressions esthétiques de la civilisation médiévales du XII° jusqu'à la fin du XV° siècle.
Voir plus Voir moins
Patrizio CECCARINI
La structure fondatricegothique
e THEOLOGIE, SCIENCES ET ARCHITECTURE AU XIIISIECLE A SAINT-DENIS. Morphogenèse et modélisation de la basilique de Saint-Denis TOME I
T e c h n i q u e se tC o n s e r v a t i o n sd e sa r t s
LA STRUCTURE FONDATRICE GOTHIQUE eTHEOLOGIE,SCIENCES ETARCHITECTURE AUXIIISIECLEASAINT-DENIS. Morphogenèse et modélisation de la basilique de Saint-Denis
TOME I
Techniques et conservations des arts Collection dirigée par Giovanni Joppolo et Bruno Péquignot Les techniques de restauration et de conservation des oeuvres d'art ont fait des progrès considérables. Ces progrès se sont accompagnés de débats tant techniques que théoriques sur les effets, les enjeux, les limites de la restauration comme de la conservation. Cette collection a pour objet d'accueillir les recherches portant sur l'ensemble des ces questions qu'elles émanent de chercheurs ou de praticiens.
PATRIZIO CECCARINI
LA STRUCTURE FONDATRICE GOTHIQUE
ͤ THEOLOGIE,SCIENCES ETARCHITECTURE AUXIIISIECLE
ASAINT-DENIS.
Morphogenèse et modélisation de la basilique de Saint-Denis
TOME I
Principales publications récentes : CECCARINI P.,et profilage architectural,Fluides, affordancesinImpressions et fluidités, Actes du colloque L’Impressionnisme et la « subtile fluidité contemporaine,Rouen, Presses Universitaires de Rouen, à paraître 2012. CECCARINI P., « Phénoménologie et morphogénétique architecturale. La morphologie architecturale et urbaine au regard de la démarche sémiophysique de R. Thom », inLes « mécanismes » complexes de la création architecturale et urbaine : une approche, Philotope n°7, Bulletin du réseau « Philosophie et architecture », Paris, 2009, 6 p. CECCARINI P.,Formes et formation des territoires : le cadastre, inLa France des patrimoines,Collection Encyclopédie du voyage, Gallimard, Paris, octobre 2009. 2 p CECCARINI P.,Catastrophisme architectural:L’architecture comme sémiophysique de l’espace social, l’Harmattan., Paris, 2004 CECCARINI P. (sous la direction),Histoires d’ornement, l’Académie de France à Rome. Klincksieck, Paris,2001 CECCARINI P.,Langage / Architecture. Prolégomènes à une théorie de la notation : morphogenèse architecturale et conception du projet. Palombi Editori, Rome, 1997.
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-30184-6 EAN : 9782336301846
Ad Anna,
Remerciements Ce livre a été le fait d’un ensemble de circonstances: le sujet traitéla Basilique de Saint-Denisun objet de prime importance pour l’architecture du moyen âge s’imposait d’emblée du fait de ma collaboration avec Jacques Lavedan, Architecte en chef des monuments historiques en charge à l’époque de l’édifice. Sa gentillesse et son attention me furent d’un grand soutien. Je lui dois de m’avoir étroitement associé aux problématiques concernant l’impossible « restauration »de la tour et de la flèche nord. Cette question aporétique imposait d’emblée un enjeu de première importance: une réflexion sur le statut ontologique et formel de l’édifice gothique. Je lui dois aussi de m’avoir fourni l’ensemble de la documentation historique et scientifique concernant l’édifice.A Hubert Damish, directeur d’études à l’école des Hautes Etudes en Sciences Sociales, je dois, au travers de son séminaire dans le cadre de l’EHESS, d’avoir pris conscience de la possibilité de penser autrement les relations entre l’architecture et la théorie. Je lui suis reconnaissant d’avoir soutenu ma proposition de thèse qui, de prime abord, paraissait aussi improbable que risquée. Je tiens à exprimer ma profonde gratitude à Jean-Claude Bonne, directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, directeur du Centre d’Etudesde Théorieet d’Histoire de l’Art, qui fut le principal artisan de cette thèse. Je lui dois non seulement, une attention constante concernant l’évolution de la recherche mais aussi d’avoir été un interlocuteur patient et motivant. Je lui dois de m’avoir encouragé à achever cette recherche alors que les contingences matérielles présageaient de l’abandon. Je lui suis reconnaissant de l’enseignement exigeant et rigoureux qu’il m’a prodiguéet dont je reste le débiteur. Je tiens également à exprimer mes remerciementsà l’Académie de France à RomeMédicis Villa àJean-Pierre Engremi, Membre de l’Académie Française, André Haize, secrétaire général et Michel Hochmann, chargé de mission pourla section scientifique de l’Académie, professeur d’histoire de l’art à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes ; l’essentiel des modèles mathématiques n’aurait jamais pu être produit matériellement sans un tel secours.Concernant la rédaction de la recherche, je remercie le Bureau de la Recherche Architecturale et, en particulier Jacques Sautereau, architecte, chargé de mission de leur soutien; de même, la commission de scolarité de l’EHESS, et sa présidente, Danièle Hervieu-Léger ; le laboratoire de recherche GSA de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Malaquais et son directeur, Joël Sakarovitch. Par ailleurs, je sais gré à François Barré, directeur de l’Architecture
6
et du Patrimoine (Ministère de la Culture), Rémi Beaudoui, directeur du Bureau de la Recherche Architecturale, (Ministère de la Culture, Direction de l’Architecture) de l’intérêt qu’ils ont manifesté pour l’entreprise, de leur soutien moral et de la tentative pour financer son achèvement. Je suis redevable au Centre d’Etudes et deThéorie de l’art (EHESS), à ses membres pour leurs observations perspicaces et l’intérêt qu’ils témoignèrent quant aux enjeux intellectuels de l’entreprise, en particulier à Danièle Cohn, Professeur agrégé; Georges Didi-Hubermann, Maître de conférences; Giovanni Careri, Directeur d’Etude, Daniel Arasse, Directeur d’étude. A Armando Cisternas, directeur de recherche à l’Institut de Physique du Globe de Strasbourg, qui m’a proposé des pistes de recherche stimulantes et d’avoir vérifié la pertinence mathématique, à Roland Recht, professeur au Collège de France et à l’Université des Sciences Humaines de Strasbourg pour ses précieux conseils. La société Art Graphique et Patrimoine de m’avoir fourni gracieusement des documents inestimables pour les travaux d’analyse graphique. Enfin, il me reste à exprimer toute ma gratitude à François Aveline, Architecte, avec lequel j’ai eu, depuis le début de cette exploration, de constantes discussions. Sans sa conviction et son amitié, je n’aurais jamais réussi à conclure. A Anna, de sa présence parles Alpes, au-delà de mes états delà d’âme –pareils aux feltresques brumes de novembre.
7
SOMMAIRE
I.G N RALIT S13 Introduction. Problématiques de la recherche. 1.HISTOIRES,METHODES 17 § I -L’histoire et la matérialité de l’édifice17. Mode de pensée architectural en opposition à la perception classique des styles. § II - Découpages artificiels de l'histoire de l'art et de l'architecture.18 Iconologie / iconographie § III - Une instrumentation théorique de l’21observation nécessaire. Mode opératoire et le rapport observation / action. 2.ICONOLOGIE ET ANTHROPOLOGIE MEDIEVALE.§ I - Le couplage de la modélisation idéelle avec le niveau23 iconologique § II - La cathédrale gothique27 § III - Légitimation de la démarche du point de vue de31 l’anthropologie et de l’esthétique.§ IV -Rituel / code : l’ornement comme dénominateur commun de33 l'espace des représentations. .L’HYPOTHESE D’ERWINPANOFSKY41 § I - Architecture gothique et pensée scolastique.44 § II -L’hypothèse panofskienne : une vue de l’esprit ou une réalité ? 51 § III -Radicalisation de l’hypothèse panofskienne. 54 § IV - Les opérations cognitives comme lois fondatrices du projet55 architectural. § V - Réflexion sur la pertinence de la notion de modèle dans la57 tradition médiévale. 4.GEOMETRIES. § I - La géométrie et « l'Art de géométrie » des constructeurs : les59 mathématiques et la géométrie dans le savoir médiéval et sa relation avec les arts mécaniques. § II- Médium, instrumentation conceptuelle logico-géométrique et60 eapproche empirique au XIIIsiècle.§ III63Art gothique / scolastique : une pure logique appliquée à la