//img.uscri.be/pth/3f905c7a7738a4b9c0455fa7f658b0b75759b001
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 20,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'auditorium de Dijon

De
264 pages
« Vivre à Dijon, un oxymore ; mourir à Dijon, un pléonasme ». À Dijon, l'accueil reçu par la musique était indigne jusqu'en 1988, année où 300 mélomanes forcèrent le maire à construire un auditorium. Inauguré dix ans plus tard, il a changé la ville et a permis la tenue de concerts prestigieux et l'invitation d'artistes en résidence. Mais après 20 ans, l'auteur attend toujours que l'Auditorium devienne enfin un lieu de vie. Le « projet pour un auditorium » veut combler ce vide.
Voir plus Voir moins
Jean Louis Roy
L’AUDITORIUM DE DIJON Bîétôt vîgt àŝ
L’auditorium de Dijon
JeanLouis Roy L’auditorium de Dijon Bientôt vingt ans
Du même auteur chez le même éditeur : en tant que Dr Jean Louis Roy Hypnothérapie digestive,Soleil au ventreL’Harmattan, 2000, collection Psycho-Logiques ISBN : 2-7384-8639-8 en tant queLouis FinneLe Maire, la Muse et l’Architecte L’Harmattan, 2004, collection Univers Musical ISBN : 2-7475-6407-X en tant que Jean Louis Roy JULES ROY, dernier Vol L’Harmattan, 2005, collection Littérature ISBN : 2-7475-7535-7 Jules Roy l’intranquilleL’Harmattan, 2007, collection Littérature ISBN : 978-2-296-02646-9 Jules ROY : 100 ANS(réunissant un collectif d’auteurs : Edmonde Charles-Roux, Jean Daniel, Aubert Lemeland, Henri de Raincourt, Guy Dugas, Gérard Calmettes, Daniel Buisine, Enrico Terracini, Héliette Pâris)L’Harmattan, 2008, ISBN : 978-2-296-05812-5 en tant que coréalisateur
Jules Roy et Aubert Lemeland:Lieutenant Karl, opéra
© L'HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-07401-6 EAN : 9782343074016
« Lorsque nous nous engageons à consacrer nos vies aux arts, nous décidons de passer notre temps dans des zones dangereuses. Nous consacrons nos forces à des questions trop difficiles pour que les politiques y répondent simplement, clairement ; notre tâche est d’exposer les problèmes dans leur complexité. Il nous faut affronter ces zones d’ombre que les gens qui s’occupent des affaires de l’Etat ou de la finance ne peuvent, sous peine de perdre leur travail, prendre en compte. »
Peter Sellars, 1987.
« L’on devient plus philosophe à mesure que l’on devient plus musicien. »
Friedrich Nietzsche (1844-1900).
« L’art n’est pas divertissement mais un lieu sacré où l’artiste se doit de transcender le génie des compositeurs. » Jon Vickers, ténor canadien.
Préface
Avant l’Auditorium, il n’y avait rien. En 1776 on avait déjà mal reçu le 1 jeune Mozart . Deux siècles plus tard, Dijon, toujours capitale de la Bourgogne, ne supportait plus son retard. L’Auditoriumde Dijona été voulu par le public. Il a transformé la ville qu’un maire élu en 2001 a enfin modernisée par le tram.
Le tram au pied de l’Auditorium de Dijon.© D.R.
1 Le prince de Condé, gouverneur de Bourgogne, invita les Mozart qui repassaient à Paris en 1766. Devant présider à Dijon la tenue triennale des États de sa province, les mondanités et spectacles étaient propices à des prestations du jeune prodige (et de sa sœur). Les Mozart infléchirent vers le sud leur retour vers l’Autriche. Wolfgang, 10 ans, ne put être produit au Palais des États, requis pour les séances. La seule autre enceinte publique était la salle d’audience de l’hôtel de ville, ancienne résidence du chancelier Nicolas Rolin, acquis par la municipalité en 1500 pour en faire son siège permanent, siège actuel des Archives départementales. Un concert de gala fut donné le 16 juillet, devant le prince de Condé, et un concert public payant, le 18, tous deux avec petit orchestre.D’après Gérard MOYSE, directeur des Archives départementales de la Côte-d’Or. 9