Le caravage

Le caravage

-

Français
275 pages

Description

Le Caravage (Michelangelo Merisi) (Caravaggio, 1571 – Porto Ercole, 1610)
Après avoir séjourné à Milan durant son apprentissage, Michelangelo Merisi arriva à Rome en 1592. Là, il commença à peindre en faisant preuve de réalisme et de psychologie dans la représentation de ses modèles. Le Caravage était aussi versatile dans sa peinture que dans sa vie. Lorsqu'il répondait à de prestigieuses commandes de l'Eglise, son style dramatique et son réalisme étaient considérés comme inacceptables. Le clair-obscur existait bien avant que le Caravage n'arrive sur scène, mais ce fut lui qui établit définitivement cette technique, obscurcissant les ombres et rivant son sujet à la toile par un rayon de lumière aveuglant. Son influence fut immense, et se propagea d'abord grâce à ses disciples plus ou moins directs. Célèbre de son vivant, le Caravage exerça une immense influence sur l'art baroque. Les écoles génoise et napolitaine s'inspirèrent de son style, et le grand développement de la peinture espagnole au XVIIe siècle était en liaison directe avec ces écoles. Dans les générations ultérieures, les peintres les plus doués oscillèrent toujours entre la vision du Caravage et celle de Carracci.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 mars 2012
Nombre de lectures 2
EAN13 9781780427102
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Le Caravage
Page 4 : Méduse, 1591-1592. Huile sur toile marouflée sur un bouclier en bois de peuplier, 60 x 55 cm. Galleria degli Uffizi, Florence.
Auteurs : Félix Witting et M.L. Patrizi
Traduction : Marie-Alix Boisseau et Irène Besson
Mise en page : Baseline Co. Ltd 61A-63A Vo Van Tan Street e 4 étage District 3, Hô-Chi-Minh-Ville Vietnam
© Confidential Concepts, worldwide, USA © Parkstone Press International, New York, USA Image-Barwww.image-bar.com
Tous droits d’adaptation et de reproduction, réservés pour tous pays. Sauf mentions contraires, le copyright des œuvres reproduites appartient aux photographes, aux artistes qui en sont les auteurs ou à leurs ayants droit. En dépit de nos recherches, il nous a été impossible d’établir les droits d’auteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions de bien vouloir vous adresser à la maison d’édition.
ISBN : 978-1-78042-710-2
2
« Voici ce qu’est le grand Michelangelo Caravage, un peintre grandiose, la merveille de l’art, le miracle de la nature. »
— Giulio Cesare Gigli
3
1571 :
1576 :
1577 :
1584 :
Biographie
Naissance de Michelangelo, fils aîné de Fermo Merisi, contremaître, maçon et architecte du marquis de Caravaggio, et de Lucia Aratori, fille d’une famille aisée, probablement à Milan où le marquis avait sa cour.
La peste qui sévit à Milan fait fuir sa famille à Caravaggio.
Mort de son père. On suppose qu’il passe son enfance à Caravaggio.
Apprentissage chez le peintre Simone Peterzano à Milan pendant quatre ans.
1592-1593 : Départ pour Rome où il travaille pour le célèbre peintre Giuseppe Cesari d’Arpino. Les œuvres bien connues de cette période sontJeune Garçon pelant un fruit(sa première œuvre connue), Garçon à la corbeille de fruitsetBacchus malade.
1594 :
1599 :
1601 :
Il quitte Giuseppe Cesari d’Arpino en janvier. Il rencontre des amis importants dont le peintre Prospero Orsi qui le présente aux collectionneurs puissants. Son tableauLa Diseuse de bonne aventurelui vaut d’être remarqué et de gagner la protection du cardinal Francesco Maria del Monte.
Il reçoit la commande de la décoration de la chapelle Contarelli dans l’église de San Luigi dei Francesi. Ses œuvres connaissent un succès immédiat.
Un commerçant aisé lui commandeLa Mort de la Viergepour sa chapelle privée dans la nouvelle église Santa Maria della Scala de l’Ordre du Carmel à Rome.
5
1606 :
1607 :
1608 :
1609 :
1610 :
Les Carmélites refusentLa Mort de la Vierge. Giulio Mancini, contemporain de Caravage, subodore que Caravage prit une courtisane pour modèle.
Lors d’une rixe, Caravage tue involontairement le peintre Tomassoni. Bien qu’étant sous la protection de hauts dignitaires, il doit fuir. Il va à Naples où il était hors de portée de la justice romaine et protégé par la famille Colonna. Grâce à l’influence de cette famille, l’église lui commande laMadonne du rosaireetLes Sept Œuvres de la miséricorde.
Départ pour Malte, quartier général des chevaliers de l’Ordre de Malte, où il espère obtenir la protection d’Alof de Wignacourt, grand maître de l’Ordre, afin d’être enfin gracié.
Wignacourt, impressionné d’avoir Caravage comme peintre officiel de l’Ordre, l’adoube chevalier de l’Ordre de Malte. Les œuvres connues de cette période sontLa Décollation de saint Jean-Baptiste, lePortrait d’Alof de Wignacourtavec son page ainsi que quelques portraits des chevaliers.
Il est incarcéré en août suite à une rixe pendant laquelle un des chevaliers est grièvement blessé. En décembre, il est radié de l’Ordre de Malte.
Il demeure neuf mois en Sicile, mais, après avoir été attaqué, il retourne à Naples pour bénéficier de la protection de la famille Colonna et attendre la grâce papale afin de retourner enfin à Rome. Mais à Naples, il se fait à nouveau agresser par des inconnus. Il peintSalomé avec la tête de saint Jean-Baptiste, montrant sa tête sur un plat de service, et l’envoie à Wignacourt pour implorer son pardon.
Départ pour Rome afin d’obtenir la grâce papale. Il meurt sur la route, sans doute d’un accès de fièvre. Un messager de Rome apprend à la cour d’Urbino la mort du peintre. Un ami poète de Caravage détermine la date de sa mort au 18 juillet.
7
8
LEPEINTREDESPLAISIRSETDELINTERDIT
Ce peintre de la sensualité a su évoquer les plaisirs de la chair. Dans les tableaux de Merisi en effet, les person-nages se rassasient et boivent en toutes occasions, et lorsque le peintre n’évoque pas explicitement les plaisirs
de la table, il ajoute discrètement un mets ou un accessoire
culinaire. Les épisodes biographiques du peintre auxquels se sont intéressés les historiens sont parsemés d’allusions aux rancœurs qu’il nourrissait contre les maigres repas
Jeune Garçon pelant un fruit (copie)
vers 15921593 Huile sur toile, 75,5 x 64,4 cm Collection privée, Rome
10
que lui offraient ses hôtes, ou à la colère qui fut la sienne contre l’aubergiste à propos de l’assaisonnement d’un plat d’artichauts, ou encore aux rixes dont il se rendit coupable dans diverses tavernes de Rome et de Naples. Dans le célèbre tableau duRepos pendant la fuite en Égypte, il fait figurer près de saint Joseph une belle bonbonne de vin. Viennent ensuite les grappes de raisin dans les tableaux du Bacchus et de l’autoportrait en Bacchus, et les fruits dans leJeune Garçon pelant un fruit, leGarçon mordu par un lézard, leGarçon à la corbeille de fruitset laCorbeille de fruitsde la Galleria
Jeune Garçon pelant un fruit (copie, détail)
vers 15921593 Huile sur toile, 75,5 x 64,4 cm Collection privée, Rome