//img.uscri.be/pth/7b2ce5248732d14b144be3406db522c325ff903d
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le musée la Blackitude

De
122 pages
Sa Majesté Fô Nab Ngo Ier Agnès Nana Sunjio, avec le musée La Blackitude, s'est donné pour mission de préserver et protéger l'évasion d'importantes pièces et collections hors du Cameroun. Ce catalogue, qui présente les objets des collections du musée, nous renseigne sur l'essentiel des formes d'art susceptibles d'être répertoriées dans beaucoup d'autres régions d'Afrique. Dans cette "Afrique en miniature" qu'est le Cameroun, on retrouve beaucoup de formes d'art communes à d'autres grandes aires culturelles et artistiques du continent africain. (Photos en couleur).
Voir plus Voir moins
er Sa Majesté Fô Nab Ngo I Agnès Nana Sunjio
LE MUSÉE LA BLACKITUD ARTS ET TRADITIONS PRÉSERVÉ
Le musée La Blackitude
er Sa Majesté Fô Nab Ngo I$JQqVNana SunjioLe musée La Blackitude
Arts et traditions préservés
© L’Harmattan, 2013 57, rue de l’EcolePolytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 9782343002248 EAN : 9782343002248
DÉDICACE
J’adresse mes sincères remerciements à Sa Majesté IbrahimBOMBO NJOYA, roi des Bamum, à mes homologues chefs traditionnelsde l’Ouest du Cameroun en général, et à ceux du Grass Land en particulier.
Je dédie cet ouvrage à titre posthume à mon arrièregrand ème père maternel, Sa MajestéNJOYA,18 roi des Bamum que je n’ai pas connu.C’est avec un immense plaisir que je dédie également cet ouvrage à mes enfants et petitsenfants, à ma mèreMAGNE TCHAPNLEUqui, à cent ans, Anne constitue aujourd’hui une véritable bibliothèque pour sa famille et sa grande communauté. Ma reconnaissance est grande envers tous ceux qui ont contribué, de près ou de loin, à la réalisation de cet ouvrage.
AVANTPROPOS
Selon les Saintes Écritures, la parfaite connaissance de soi est la seule condition qui permet à l’homme de s’aimer et d’accepter son prochain avec toutes ses différences. Cette connaissance permet égalementà l’homme d’affirmer son être comme véritable sujet pensant dans la société, de dominer et de vaincre quelques adversités de la nature.
L’identité de soi, soutenue par sa culture, ses traditions et croyances, est une connaissance inaliénable, sous aucun prétexte, par qui que ce soit. Nos sociétés ne connaîtraient jamais des préoccupations raciales et ségrégationnistes si chacune d’elles évitait une exaltation exagérée de ses valeurs culturelles. Pour le respect universel des valeurs humaines, chaque individu, chaque peuple, chaque société, chaque nation qui prétend se connaître, devrait défendre et préserver jalousement les témoins matériels et immatériels de sa culture et de sa civilisation. Je voudrais que nous sachions une fois de plus que la culture et les arts d’un peuple sontlourd héritage, et un constituent un creuset profond de son identité. C’est visible et même vrai de s’accorderà dire que l’histoire des peuples de l’Occident a été écrite. Accordonsnous aussi sur le fait que les Africains, jadis taxés de peuples sans écritures, avaient plutôt matérialisé leur histoire par des œuvres d’art.
Chef traditionnel de mon état, détentrice et promotrice des valeurs ancestrales, je voudrais que le contenu de cet ouvrage soit un miroir pour ces peuples camerounais et africains
d’aujourd’hui qui ne s’intéressent plus à leur patrimoine culturel et artistique. L’ouvrage voudrait informer aussi le plus large public possible sur la valeur identitaire de nos œuvres d’art traditionnel.
Étantdonné que les œuvres d’art nous parlent dans un langage secret, muet et symbolique, le décryptage et l’interprétationleurs messages dans cet ouvrage, de pourraient éclairer en profondeur l’esprit des profanes et surtout de ceux qui, par ignorance, foulent aux pieds leur culture et leurs arts.
Si je me donne le souci et les moyens d’inventorier, de collecter, demuséaliser, de restaurer ces témoins tangibles et intangibles de notre civilisation, c’est justepour leur préservation, afin de les léguer à la postérité qui manquerait certainementde repères culturels si aucune action n’est menée contrela globalisation à outrance qui n’a pas sa raison d’être dans la valorisation de la culture d’un peuple.
Les œuvres d’art conservées au MuséeLaBlackitude et quelques spécimens d’objets présentés dans ce catalogue sont impressionnants et très expressifs. Leur documentation et leur interprétation nous livrent une véritable histoire des peuples qui les ont fabriqués et les utilisent. Parmi ces œuvres, certaines pièces encore très vivantes, continuent de remplir leurs fonctions. Placées dans leur contexte originel, elles nous parlent, nous décrivent à travers des courbes et volumes, lumières et symboles,l’histoire de l’organisation politique, économique et militaire de nos peuples. Elles traitent des sujets comme la maternité et la fécondité, les croyances et les grands événements tels que la naissance, le mariage et la mort.
8
Sans prétendre faire preuve d’une érudition dans ce domaine très vaste del’art africain en général et de la culture camerounaise en particulier, les raisons cidessus évoquées vous auront donné le pourquoi de la publication de cet ouvrage.
Cette publication n’est ni le débutni la fin des recherches menées dans ce domaine, mais plutôt une invitation adressée à tous les amoureux de la culture de continuer notre chemin.
À tous ceux qui de près ou de loin nous ont donné un coup de main, recevez nos sincères remerciements.
er Sa Majesté Fô Nab Ngo I NANA Agnès
9