256 pages
Français

Botticelli

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Sandro Botticelli (Alessandro di Mariano Filipepi) (Florence, 1445 – 1510)
Botticelli était le fils d'un citoyen jouissant d'une situation confortable, et avait été «instruit dans toutes les choses que les enfants doivent habituellement savoir avant de choisir une vocation ». Mais il refusa de consacrer son attention à la lecture, l'écriture et le calcul, poursuit Vasari, de sorte que son père, désespérant de le voir un jour à l'école, le plaça en apprentissage auprès de l'orfèvre Botticello, d'où le nom qui est passé à la postérité. Mais Sandro, jeune garçon à l'air entêté, doté de grands yeux calmes et scrutateurs et d'une tignasse blonde – il s'est représenté lui-même sur le côté gauche de L'Adoration des Mages – voulait bien devenir peintre, et il fut donc placé auprès du moine carmélite Fra Filippo Lippi.
Comme de nombreux artistes de son temps, satisfait de la joie que lui procurait la peinture, il se tourna vers l'étude de la beauté et du caractère de l'homme, plutôt que vers les thèmes religieux. Ainsi, Sandro fit des progrès rapides, aimant son professeur et, plus tard, le fils de celui-ci, Filippino Lippi, auquel il apprit à peindre. Mais le réalisme du maître le toucha à peine, car Sandro était un rêveur et un poète.
Botticelli n'est pas un peintre de faits, mais d'idées ; ses tableaux ne sont pas tant des représentations d'objets que des agencements de motifs et de formes. Ses couleurs ne sont pas riches et proches de la vie, mais subordonnées à la forme, et elles sont souvent des nuances plus que de vraies couleurs. En réalité, il s'intéresse aux possibilités abstraites de son art, et ses personnages n'occupent pas de place bien définie dans l'espace : ils n'attirent pas notre oeil par leur volume, mais suggèrent plutôt un motif ornemental plat. De même, les lignes qui entourent les personnages sont choisies pour leur fonction première, décorative.
On a dit que Botticelli, «bien qu'étant un piètre anatomiste, était l'un des plus grands dessinateurs de la Renaissance ». Comme exemple d'anatomie erronée, nous pouvons citer la manière improbable dont la tête de la Madone est reliée à son cou, ou encore toutes les articulations approximatives et les membres difformes que l'on trouve dans les tableaux de Botticelli. Pourtant, son talent de dessinateur fut reconnu, car il donna à la «ligne » non seulement une beauté intrinsèque, mais également un sens. Autrement dit, en langage mathématique, il réduisit le mouvement de la figure à la somme de ses facteurs élémentaires, à ses plus simples formes d'expression. Il combina ensuite ces diverses formes
en une figure qui, à travers ses lignes rythmiques et harmoniques, projette sur notre imagination les sentiments poétiques qui animaient l'artiste lui-même. Ce pouvoir de faire compter chaque ligne, à la fois par son sens et par sa beauté, distingue les grands maîtres du dessin de la grande majorité des artistes, utilisant la ligne avant tout comme un outil nécessaire à la représentation des objets concrets.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 mai 2012
Nombre de lectures 0
EAN13 9781781602867
Langue Français
Poids de l'ouvrage 112 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0025€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

BOTTICELLI
Émile Gebhart & Victoria Charles
Texte : Émile Gebhart et Victoria Charles
Mise en page : BASELINE CO LTD 61A63A Vo Van Tan Street e 4 étage District 3, HôChiMinhVille Vietnam
© Parkstone Press International, New York, USA © Confidential Concepts, Worldwide, USA
Tous droits d’adaptation et de reproduction réservés pour tous pays. Sauf mention contraire, le copyright des œuvres reproduites se trouve chez les photographes qui en sont les auteurs. En dépit de nos recherches, il nous a été impossible d’établir les droits d’auteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions de bien vouloir vous adresser à la maison d’édition.
ISBN: 9781781602867
ÉMILE GEBHART
Sandro Botticelli
Sommaire
La Jeunesse et l’éducation de Botticelli
Les Premiers Ouvrages de Botticelli
Les Médicis et l’initiation païenne de Botticelli
Visions païennes, visions mystiques, visions d’Orient
Le Crépuscule de Botticelli
Bibliographie
Liste des illustrations
7
37
67
113
179
252
253
La Jeunesse et l’éducation de Botticelli
La Jeunesse et l’éducation de Botticelli
lessandro di Mariano Filipepi, surnommé « di appelèrAent familièrement Sandro Botticelli, naquit à Botticello », en hommage à son premier maître, et que ses contemporains Florence en 1445. Bien que Vasari annonce son décès dans la cité florentine en 1515, il mourut le 17 mai 1510. Enfant du peuple florentin, de cette classe fine, avisée et fort éveillée, il était doué d’une sorte de grâce aristocratique. Les traditions rigides de la vieille Commune auraient put, diton, l’enfermé en sa corporation, en son quartier, attaché à quelque modeste office des arts mineurs.Il eût tenu, dans l’ombre de la maison paternelle, une boutique d’orfèvre ou d’apothicaire ; il eût vendu, sur le PonteVecchio, des psautiers et des rosaires ; le dimanche, parmi ses compères du TiersOrdre dominicain, il eût chanté d’interminablesLaudeset parfois, sous la cagoule du pénitent bleu, noir ou gris, armé d’un cierge de cire jaune, il eût conduit, sans aucune tristesse, l’enveloppe mortelle de quelque voisin au plus proche Campo Santo. Destinée très étroite et très humble qu’acceptaient
1.Autoportrait(détail deL’Adoration des Mages), 1500. Tempera sur bois, 111 x 134 cm. Musée des Offices, Florence.
2.La Vierge et l’Enfant avec saint Jean-Baptiste enfant(détail), vers 1468. Tempera et huile sur peuplier, 90,7 x 67 cm. Musée du Louvre, Paris.
3.Sandro Botticelli(?),Vierge à l’Enfant avec saint Jean-Baptiste,vers 1491-1493. Tempera sur panneau, 47,6 x 38,1 cm. Collection Ishizuka, Tokyo.
4.Vierge à l’Enfant avec deux anges,vers 1485-1495. Tempera sur panneau, diamètre : 32,5 cm. The Art Institute of Chicago, Chicago.
9
10
La Jeunesse et l’éducation de Botticelli
allègrement les Florentins du temps passé, alors que la cité, sobria e pudica,selon Dante, vivait heureuse dans l’inviolable e cercle de ses coutumes séculaires. Mais, dès le milieu du XV siècle, les bandelettes qui enlaçaient le citoyen, entravaient sa volonté et les caprices de son ambition, se rompirent. « L’individu », l’œuvre de prédilection qu’enfanta la Renaissance, échappa dès lors à la discipline antique. Pardessus les arts majeurs,plus haut que les banquiers, les légistes, les tisseurs de la laine ou de la soie, s’éleva l’art florentin par excellence, l’art du peintre ou du sculpteur, encouragé par l’Église, caressé par les tyrans, les républiques et les mécènes, une noblesse parmi les principats du Quattrocento, une gloire dont rêvaient amoureusement les jeunes garçons, dès qu’ils avaient contemplé et adoré Giotto à Santa Croce, Masaccio au Carmine, Fra Filippo Lippi au dôme de Prato, Donatello à l’OrSanMichele. La passion de la beauté, qui possèdait alors l’âme de l’Italie, règnait souverainement à Florence. Il n’y avait pasun palais, une église, un cloître qui, par le jeu éclatant des couleurs, la magnificence des costumes, la tenue grave des figures et des attitudes, l’apparition des scènes les plus augustes détachées de l’Ancien Testament ou de l’Évangile, ne donnait une fête aux yeux, à la conscience chrétienne unMementosolennel. Un incessant pèlerinage populaire amènait chaque jour les citoyens du Mercato Vecchio,les paysans du Contado en présence de ces beaux ouvrages. Ils y retrouvaient l’image de leur foi naïve, les
édifiants drames liturgiques desRappresentazioni sacre,l’étable de Bethléem, avec l’âne et le bœuf, les rois Mages prosternés devant la crèche, revêtus de pourpre et d’hermine et balançant des encensoirs d’or, les épisodes douloureux de la Passion, Jésus, tout sanglant, couronné d’épines, Jésus crucifié entre deux voleurs, Jésus ressuscité, vainqueur de la Mort. Ils y saluaient les saints patrons de leur ville, de leur village, de leur paroisse, de leur confrérie. Dix fois par jour, un bourgeois florentin levait son béret en face d’une icône de saint Jean, pauvrement vêtu d’une peau de brebis, portant sa frêle croix de roseau ; ou bien, il s’arrêtait à quelque portique d’hôpital, au préau d’un cimetière, dans la cour d’une riche maison guelfe ; il y retrouvait les symboles de sa vie publique, même la vision de sa dernière heure, des processions et des entrées seigneuriales, des tournois et des banquets, la trompette du Jugement dernier et les morts qui surgissent, livides, hors de leurs sépulcres. e Dès le XIII siècle, les peintres devinrent l’orgueil de Florence. La grande Madone byzantine de Cimabue, à Santa Maria Novella, si zraide encore et de mine si maussade, causa une sorte er d’éblouissement auxdilettantide 1260. Quand Charles I d’Anjou, allant vers Naples, traversa la Toscane, les magistrats, parmi les fêtes et les divertissements, choisirent, pour faire honneur au frère de saint Louis, une visite à l’atelier de Cimabue, dans les jardins de la porte San Piero. Tous les nobles, les hauts bourgeois, les grandes dames accompagnèrent le prince français avec de tels cris de joie,
5.La Vierge et l’Enfant avec saint Jean-Baptiste enfant,vers 1468. Tempera et huile sur peuplier, 90,7 x 67 cm. Musée du Louvre, Paris.