//img.uscri.be/pth/1218edd59ad4ac5af74727a3e55af639c2a7c92a
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Carnet de voyage

De
162 pages
Voyager est l'une des plus belles expériences que l'Homme puisse vivre, et le dessin de voyage la complète intimement.



La plupart de ceux qui voyagent un carnet de croquis à la main ne le reposent jamais plus. Ces pages vous invitent à les rejoindre. Vous y trouverez les bases du dessin de voyage, en commençant par le choix des outils et des techniques ; sont ensuite détaillés les thèmes propres au carnet de voyage et les différents temps d'exécution d'un dessin, composante essentielle de son élaboration. Des réalisations expliquées pas à pas vous permettront de travailler certaines techniques, comme l'aquarelle sans dessin préalable, la construction d'une perspective frontale et d'une perspective d'angle, le dessin d'une façade... Enfin, l'ouvrage rend hommage aux maîtres du dessin de voyage que sont Le Corbusier, Eugène Delacroix et Henri Matisse.



À travers les magnifiques illustrations de Salvatore Santuccio, ce livre nous transporte des temples d'Egypte aux paysages toscans, nous dévoile l'intérieur des églises romaines et nous plonge dans l'agitation des marchés de Jaipur et des souks marocains.



À la fois manuel et recueil de dessins, cet ouvrage deviendra vite un compagnon indispensable de votre sac à dos, pour transformer l'émotion du voyage en une extraordinaire expérience de dessin.




  • Le matériel et les techniques


    • Le papier


    • Le stylo


    • Le crayon


    • Les pinceaux et l'aquarelle




  • Les thèmes du voyage


    • Les paysages


    • Les villes et l'architecture


    • Les personnes




  • La temporalité du dessin


    • Le croquis en mouvement


    • Dessiner dans la rue


    • Dessiner dans la durée




  • Trois artistes voyageurs


    • La synthèse graphique de Le Corbusier


    • La picturalité des aquarelles de Delacroix


    • L'intensité lumineuse de Matisse



Voir plus Voir moins
134643
Salvatore Santuccîo CARNET DMEanVuelOdYeAdesGsiEn
Salvatore Santuccîo CARNET DMEanVuelOdYeAdesGsiEn
Voyager est l’une des plus belles expérîences que l’Homme puîsse vîvre, et le dessîn de voyage la complète întîmement. La plupart de ceux quî voyagent un carnet de croquîs à la maîn ne le reposent jamaîs plus. Ces pages vous învîtent à les rejoîndre. Vous y trouverez les bases du dessîn de voyage, en commençant par le choîx des outîls et des technîques ; sont ensuîte détaîllés les thèmes propres au carnet de voyage et les dîférents temps d’exécutîon d’un dessîn, composante essentîelle de son élaboratîon. Des réalîsatîons explîquées pas à pas vous permettront de travaîller certaînes technîques, comme l’aquarelle sans dessîn préalable, la constructîon d’une perspectîve rontale et d’une perspectîve d’angle, le dessîn d’une açade… Enin, l’ouvrage rend hommage aux maïtres du dessîn de voyage que sont Le Corbusîer, Eugène Delacroîx et Henrî Matîsse. À travers les magnîiques îllustratîons de Salvatore Santuccîo, ce lîvre nous transporte des temples d’Égypte aux paysages toscans, nous dévoîle l’întérîeur des églîses romaînes et nous plonge dans l’agîtatîon des marchés de Jaîpur et des souks marocaîns. À la oîs manuel et recueîl de dessîns, cet ouvrage devîendra vîte un compagnon îndîspensable de votre sac à dos, pour transormer l’émotîon du voyage en une extraordînaîre expérîence de dessîn.
Code édîteur G13464 ISBN 978-2-212-13464-3 www.edîtîons-eyrolles.com
CARNET DMEanVuelOdYeAdesGsiEn
Relecture : Laetîtîa Lanzaro Conceptîon graphîque et mîse en pages : Sophîe Charbonnel
Toutes les îllustratîons sont de l’auteur, sau : p. 137 : montage de Salvatore Santuccîo à partîr des dessîns de (de g. à d. et de h. en b.) : Nîcolò Sardo, Federîco Oppedîsano, Eleonora Carpînetî, Federîco Oppedîsano, Luîsa Presîcce, Eleonora Carpînetî, Alessandra Ruggîerî, Luîsa Presîcce p. 140 : Le Corbusîer © FLC/ADAGP, Parîs, 2012 p. 141 : Carmen L. Guerrero p. 142 : Marîo Manganaro p. 143, 146 : Sîmonetta Capecchî p. 145 : Eugène Delacroîx © RMN (Musée du Louvre) / Mîchèle Bellot p. 147, 148 (h) : Jacob Brîllhart p. 148 (b), 149 : Federîco Gemma p. 150, 151: Joël Alessandra p. 152 : Yîwen Qîan p. 153 : Gîovannî Ragone p. 154 : Henrî Matîsse © Successîon H. Matîsse.L’entrée de a Casbah: photographîe © Archîves Alînarî, Florence, Dîst. RMN / Fratellî Alînarî ; Vue sur a baîe de Tanger: photographîe © Musée de Grenoble p. 155 à 157 : Federîco Oreeo Oppedîsano
Certaîns des dessîns présentés dans ce lîvre ont déjà été publîés dans les ouvragesUn quaderno inandese(Alînea Edîtrîce, Florence, 2005) etCome un carnet(Casa Edîtrîce Rînascîta, Ascolî Pîceno, 1997).
© 2012, Groupe Eyrolles 61, boulevard Saînt-Germaîn 75240 Parîs Cedex 05 www.edîtîons-eyrolles.com
ISBN : 978-2-212-13464-3
Tous droîts réservés.
Salvatore Santuccîo CARNET DMEanVu lOdYeAdesGsiEn e
Remercîements
Je doîs ce lîvre à Nathalîe Tournîllon, Sylvîe Fehr et Mara Scalvînî. La premîère a eu l’îdée de ce manuel et m’a aît conIance, magré a barrîère de a angue. La deuxîème a partagé avec moî ’expérîence de ’écrîture, mettant sur pîed a traductîon, quî a consîsté pour de nombreuses partîes en une vraîe réécrîture. La troîsîème a été e Cyrano de mes reatîons avec a maîson d’édîtîon, ma voîx en rançaîs, ’auteur du gossaîre et e premîer supporter de ’ouvrage. Maîs ce îvre doît aussî beaucoup au travaî passîonné d’Anas Nectoux, à quî j’adresse mes pus grands remercîements. Je tîens en outre à remercîer tous ceux quî ont partagé avec moî ’expérîence de mes dessîns, à commencer par mes amîs quî ont dû m’attendre dans e monde entîer, à mes étudîants quî m’ont contraînt à donner e maxîmum, à Luîsa et à Ludovîca, quî ont toujours trouvé de bonnes raîsons de me crîtîquer. Un grand mercî à Carmen, à Federîco G. et Federîco O., à Gîovannî, à Jake, Joe, Marîo, Sîmo et Yîwen, quî ont généreusement mîs à ma dîsposîtîon tous eurs merveîeux dessîns pour e quatrîème chapître. Un mercî îronîque à ceux quî en ïtaîe pensent que e dessîn, e voyage et a cuture sont înutîes. EnIn, mercî comme toujours à Tom Waîts.
4 6
10 10 11 12 12
14 15 16 18
19 19 22 24
26 26 26 28 28 28 30
32 34
Sommaîre
Remercîements ïntroductîon
1 – LE MATÉRïEL ET LES TECHNïQUES Le papîer Les types de papîer Le papîer pour aquaree Le papîer pour crayon, styo, paste Le ormat : a page et son doube
Le stylo Les moduatîons de ton et d’épaîsseur Les onds et es détaîs L’utîîsatîon du noîr
Le crayon Les types de crayon et eur usage Caîr-obscur et efets d’ombres La coueur au crayon
Les pînceaux et l’aquarelle Les types de pînceaux et eur onctîon Le matérîe à emporter et son entretîen L’aquaree utîîsée seue Prîncîpe Réaîsatîon In sîtu - Les thermes de Caracaa à ’aquaree seue Le dessîn et ’aquaree combînés Les encres à dessîner
38 38 38 38 40 41 42 46 49 49 50 51 55 56 60 60 62 67
68 68 68 69 70 72 74 74 77 80
82
84 86
88 90
92 94 94 96 98 102 102
2 – LES THÈMES DU VOYAGE Les paysages La campagne La transposîtîon sur e papîer Capter es sîgnes de a nature La nature en coueur Les nuances du « vert » La proondeur de a nature La nature dans ’archîtecture Les marînes L’eau, éément însaîsîssabe Entre cîe et mer Le îttora Les relets sur ’eau Au-deà de a mer Les ruînes archéoogîques Nature et archîtecture La transparence des tempes Le voume de ’archéoogîe
Les vîlles et l’archîtecture Les paysages urbaîns Les contours de a vîe La vîe vue d’en haut Le choîx du ormat In sîtu – Mîse en coueur à ’aquaree La perspectîve urbaîne et archîtecturae Depuîs a enêtre de ’hôte La perspectîve rontae In sîtu – La château d’Este en perspectîve Frontae In sîtu – Le coïtre de Bramante en perspectîve Frontae La perspectîve d’un ange ouvert In sîtu – L’ange ouvert du paaîs de Dîocétîen en perspectîve La perspectîve d’un ange ermé In sîtu – L’ange Fermé de ’hôte Guîmard en perspectîve Le choîx du cadrage La açade L’objet prîvîégîé de ’archîtecture Les dîicutés de a représentatîon Le choîx de ’asymétrîe Les détaîs La mîse en coueur
104
107 107 111
114 114 118
124 124 126 128
130 131 131 133 133
135
140
144
144 146
154
158 160
In sîtu – La Façade de a cathédrae de Coogne L’întérîeur Les monuments Les îeux de vîe
Les personnes La oue et es marchés Les portraîts spontanés
3 – LA TEMPORALïTÉ DU DESSïN Le croquîs en mouvement La rapîdîté du styo Le choîx de a coueur L’îmage et e mot
Dessîner dans la rue La recherche du conort Assîs ou debout ? Le choîx de ’ange de vue La réactîon des passants
Dessîner dans la durée
4 – TROïS ARTïSTES VOYAGEURS La synthèse graphîque de Le Corbusîer
La pîcturalîté des aquarelles de Delacroîx La découverte de ’Orîent Sur es pas de Deacroîx
L’întensîté lumîneuse de Matîsse
Glossaîre Bîblîographîe
6
ïntroductîon
J’aî grandî dans une amîe où e voyage a toujours été consîdéré comme une opportunîté antastîque, une aventure, une vertu. J’aî traversé ma terre, ’ïtaîe, quand es autoroutes n’exîstaîent pas encore, gravîssant es montagnes pour rendre vîsîte à mes grands-parents en Sîcîe. Depuîs Rome, î aaît compter deux ou troîs jours de vîrages, de maux d’estomac, maîs aussî de chansons redonnées avec mes sœurs pour passer e temps, avant d’y arrîver. Pour moî, e voyage contînue d’être une expérîence antastîque. Ma Ie a voyagé pus conortabement que moî, son horîzon s’est ouvert, et a Sîcîe des grands-parents est devenue ’Arîque, ’Amérîque, ’Asîe. Terres oîntaînes. Des terres oîntaînes quî aîmentent ma curîosîté, mon désîr de voîr comment vîvent es autres, d’apprécîer eurs sourîres, de connatre eur cuîsîne, eurs coutumes vestîmentaîres. On m’a enseîgné à consîdérer ’autre comme une rîchesse, à percevoîr a dîversîté de chacun comme une orce et non comme une cause de méIance, à aquee opposer ma propre însécurîté, souvent déguîsée en supérîorîté. Rencontrer es gens dans eur pays, dans eur quotîdîen, cea veut dîre aussî se posîtîonner en tant qu’hôte, en tant que personne quî soîcîte eur autorîsatîon, quî observe eur açon de vîvre. Le monde a changé, es îeux oîntaîns sont aujourd’huî de pus en pus proches, et cea est un bîen ; maîs en même temps se sont
propagés e consumérîsme, ’unîormîsatîon des marchandîses et des modes de vîe, de vraîs préjudîces. Voyager est ’une des pus bees expérîences que ’homme puîsse éprouver ; se dépacer, découvrîr, revenîr, revoîr, s’émouvoîr à nouveau, tous ces mouvements ont partîe d’un îtînéraîre de connaîssances et de sensîbîîtés ondamentaes. Et c’est au cours de cet îtînéraîre qu’à un moment donné, un éément nouveau s’est gîssé dans ma vîe : e dessîn. Je ne me rappee pus vraîment à que moment j’aî commencé à dessîner en voyageant, maîs depuîs ce jour je n’aî jamaîs cessé. Le dessîn de voyage a de nombreuses spécîIcîtés quî vaent a peîne d’être consîdérées. C’est avant tout une expérîence quî compète cee du voyage. Dessîner à Dehî, à Barceone ou à Ager aît partîe du voyage, du aît d’être voyageur. Parcourîr des routes et des îeux et es dessîner sont des expérîences étroîtement îées, quî accroîssent notre émotîon. Le dessîn a un temps : ceuî du voyage. En dessînant assîs sur un trottoîr ou sur un banc, vous respîrez es odeurs du îeu, entendez es mères crîer, es enants peurer, es ambuances hurer. Vous assîstez à des scènes du quotîdîen quî se rôent puîs s’éoîgnent, vous voyez vîvre des personnes înconnues. Le dessîn requîert une observatîon attentîve des îeux que vous vîsîtez, et cette concentratîon ancrera proondément en vous des
souvenîrs et des témoîgnages înoubîabes. Le dessîn procure une sorte d’émouvant dévouement envers des îeux înconnus, créant avec eux des îens afectîs. Dans un monde où a photographîe numérîque permet de prendre à toute aure une quantîté d’îmages souvent excessîve, a sînguarîté du moment, aînsî que cee du résutat, sembent appartenîr à une autre catégorîe de reatîon avec e rée, moîns agressîve et pus tendre, moîns consumérîste et pus proondément întîme. Le dessîn est surtout une questîon d’épanouîssement personne, de petît et de grand bîen-être întérîeur. Sî vous êtes nerveux en dessînant et ne réussîssez pas à vous reaxer, ou sî vous vous mettez en coère et n’éprouvez aucun paîsîr, aors î vaudra mîeux renoncer, au moîns pour queque temps, et aîre autre chose en attendant d’essayer à nouveau. Un échec à a premîère tentatîve ne doît en aucune sorte devenîr une expérîence négatîve. À ’épanouîssement et au bîen-être que procure e paîsîr de réaîser un dessîn, s’ajoutera ’îndénîabe approondîssement de connaîssance quî en découe. Lorsque vous dessînez, î ne suit pas de voîr un paysage ou une pace, maîs î aut es regarder, en observer es règes ormees et géométrîques, en comprendre ’équîîbre, sans pudeur, pour ensuîte essayer d’en reproduîre a totaîté ou un détaî sur votre euîe banche.
« Voyager ne sert pas beaucoup à comprendre maîs à réactîver pendant un înstant ’usage des yeux : a ecture du monde. »ITALOCALVINO
« Le carnet de voyage permet de partager ’întîmîté du monde, maîs î partîcîpe aussî à ’hîstoîre personnee de chaque auteur. À travers dîférentes technîques, î entretîent a rîchesse du regard, nourrît a rélexîon. »MICHELRENAUD
L’observatîon du dessînateur est beaucoup pus aîguë que cee du tourîste occasîonne. Dessîner veut dîre observer, apprendre es ormes, avant même de se préoccuper du résutat. Ce îvre est né d’une întentîon : recueîîr et systématîser mon expérîence de dessînateur de voyage à travers e monde, expîquer es secrets de cette pratîque aIn de donner conIance au ecteur, et de uî communîquer ’envîe de voyager et de dessîner. ï rassembe pour a premîère oîs ’ensembe des îdées et des conseîs que je donne depuîs ongtemps à mes étudîants dans es écoes d’archîtecture îtaîennes où j’enseîgne. Conçu comme un manue, vous pourrez e consuter dans e désordre, seon votre propre parcours de ecture, dîscontînu et personne. J’aî organîsé ces suggestîons par chapître, en commençant par e choîx des outîs et des technîques, puîs en détaîant es prîncîpaux thèmes propres au carnet de voyage. Le temps dont on dîspose étant un îngrédîent essentîe dans a réaîsatîon d’un dessîn, j’y aî consacré un chapître. EnIn, cet ouvrage n’auraît pas été compet sans ’hommage aux matres du dessîn de voyage. Ce que j’aîmeraîs pus que tout, c’est que ce îvre devîenne par a suîte un éément de votre sac à dos, côtoyant boc-notes, pînceaux, aquarees et tout ce quî pourraît transormer a déjà grande émotîon du voyage en une extraordînaîre expérîence de dessîn de voyage. Savatore Santuccîo
7