L
270 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

L'image numérique au cinéma

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
270 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Depuis l'avènement des technologies informatiques, une nouvelle sorte d'image existe : l'image numérique. Créée à l'aide de l'ordinateur, cette image de synthèse fera la rencontre du 7e art ; elle transformera le cinéma. L'esthétique de l'image, les méthodes de production, les possibilités expressives du média et même la mise sur le marché des films en seront profondément bouleversés.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2012
Nombre de lectures 85
EAN13 9782296985537
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

L’IMAGE NUMÉRIQUE AU CINÉMA Hîstorîque, esthétîque et technîques d’une révoutîon technoogîque
Philippe Lemieux
L’image numérique au cinéma
Champs visuels
Collection dirigée par Pierre-Jean Benghozi, Raphaëlle Moine, Bruno Péquignot et Guillaume Soulez
 Une collection d'ouvrages qui traitent de façon interdisciplinaire des images, peinture, photographie, B.D., télévision, cinéma (acteurs, auteurs, marché, metteurs en scène, thèmes, techniques, publics etc.). Cette collection est ouverte à toutes les démarches théoriques et méthodologiques appliquées aux questions spécifiques des usages esthétiques et sociaux des techniques de l'image fixe ou animée, sans craindre la confrontation des idées, mais aussi sans dogmatisme.
Dernières parutions
François Amy DE LA BRETEQUE, Emmanuelle ANDRE, François JOST, Raphaëlle MOINE, Guillaume SOULEZ, Jean-Philippe TRIAS (dir.),Cinéma et audiovisuel se réfléchissent. Réflexivité, migrations, intermédialité, 2012. Catherine BRUNET,Le monde d’Ettore Scola. La famille, la politique, l’histoire, 2012. Angela BIANCAFIORE,Pasolini : devenir d’une création, 2012. Vincent HERISTCHI,La vidéo contre le cinéma. Neige électronique. Tome 1,2012. Vincent HERISTCHI,Entre vidéo et cinéma. Neige électronique. Tome 2,2012. Florent BARRÈRE,Une espèce animale à l’épreuve de l’image. Essai sur le calmar géant, 2012. Marguerite CHABROL et Pierre-Olivier TOULZA (sous la direction de),Lola Montès, Lectures croisées, 2011. Élodie PERREAU,Le cycle destelenovelasBrésil. au Production et participation du public,2011.
Philippe Lemieux L’image numérique au cinéma Historique, esthétique et techniques d’une révolution technologique L’Harmattan
Photo de l’auteur : ©Mélanie Brunet © L’HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-99493-5 EAN : 9782296994935
REMERCIEMENTS Pour être heureux, il faut faire ce que l’on aime et aimer ce que l’on fait.J’ai beaucoup de chance puisque c’est le cas, mais un projet comme celui-ci évolue en discutant avec les uns et grâce à l’appui des autres.Je veux remercier plusieurs personnes qui, en cours de route, m’ont fait profiter de leur aide et de leur expérience. e Merci à Bernard Bérubé, M Pierre Boivin, Henri-Paul Chevrier, Carl Riel-Courville, Robert Ducharme, Debbie Dufour, Gilles Favreau, Heather Feng, Jessica Gagnon, Patrice Joly, Jerry Kowtalo, Maxime Lévesque, Charles McDermott, Daniel Plante, Michel T. Prévost, Olivier Raymond, Frédéric Rochon et Alain Vézina. Merci aussi à Chloé pour sa présence somnolente mais constante. J’aimerais aussi remercier tout spécialement Sylvie Talbot, Pierre Raymond, Nicolas Alexandre Noël, Marco Tremblay et toute l’équiped’Hybride Technologies. Votre générosité et votre ouverture n’ont d’égal que la qualité de votre travail. Merci à John Lasseter, réalisateur deToy Story etCars, qui a sacrifié de son temps précieux pour répondre à mes questions.  Je me dois aussi de remercier mes élèves, source constante de critiques et de questions,qui m’ont toujours poussé à défendre mes arguments et à améliorer le texte. Merci,padawans!  Merci à Gleason Théberge et Émilie-Sarah Caravecchia, gardiens de la langue française.  Merci à Gaston et Monique Lemieux, sans qui rien ne serait possible.  Merci à Mélanie Brunet,l’Adrian de mon Rocky intérieur.
SOMMAIRE Avant-propos………………………………………….Introduction…………………………………………...Chapitre 1 Premiers pas…………………………………………..
Chapitre 2 Renaissance…………………………………………...
Chapitre 3 Techniques du numérique…………………………...
Chapitre 4 Le cinéma d’animation à l’ère du numérique………
Chapitre 5 Le cinéma d’animation numérique……………………
Chapitre 6 Intégration…………………………………………….
Chapitre 7 Naissance de l’acteur virtuel………………………….
Chapitre 8 La suite………………………………………………..
Conclusion…………………………………………….Glossaire………………………………………………Bibliographie………………………………………….Sources iconographiques……………………………
9
11
17
47
67
91
109
145
175
221
253
257 259
264
AVANT-PROPOS  En 1993, je suis placeur dans un cinéma de Gatineau et je ne me doute absolument pas de ce qui allait venir. Nous sommes le 11 juin et la salle est comble. La foule attend avec impatience la projection du plus récent film de Steven Spielberg,Jurassic Park. La projection débuteet je m’occupe à nettoyer l’entrée du cinéma où traînent quelques grains de pop-corn égarés. Une demi-heure passe et je dois visiter la salle, question de vérifier si tout se passe normalement et si mes clients sont satisfaits. Je descends donc calmement l’allée centrale regardant à droite, puis à gauche. Heureusement, aucun pied ne repose sur les fauteuils.J’arrive enfin en face de l’écran et je me prépare à remonter l’allée, mais une vision étrange se présente à moi : des centaines de visages sont rivés à l’écran, bouches bées et absolument silencieux, dans un ébahissement total.Qu’y a-t-il donc sur cet écran pour produire un tel état collectif dezombification? Ma curiosité connaît sa limite et je me retourne. Devant moi se trouve un dinosaure! Un vrai dinosaure! Je suis confus. Comment est-ce possible ? Je reprends ma placeà l’arrière de la salle et j’étudie l’image qui se livre à moi. De toute évidence, il ne s’agit pas d’un dinosaure miniature, cetype d’effet m’est bien connu.La ligne de contour qui permet de déceler une surimpression est aussi absente de cette image. Pas deblue screen. Alors comment ce dinosaure se retrouve-t-il à l’écran ? Comme pour répondre à ma question, le personnage du paléontologue Alan Grant se tourne vers nous et annonce d’une voix tremblotante : «C’est un dinosaure. »J’ai passé ma journée dans cette salle, aussi ébahi que les spectateurs devant le spectacle incroyable qui s’offrait à nous. C’est dans ce moment de clarté absolue, révélation quasi religieuse, que j’ai entamé une étude de l’image numérique qui est la genèse de ce livre.Aujourd’hui, je suis professeur de cinémaau Cégep de Saint-Jérôme (un état de fait qui me procure toujours un plaisir intense) et je partage avec mes élèves cette découverte de la magie du cinéma
9