Rose, impairs et passes

Livres
280 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le Grand Charles règne sur les nuits de la ville rose et les ballets du même métal. A dix jours de la retraite, le commissaire Lizaert se résigne à laisser son ennemi pimenter l’ennui des notables du cru. Quand une partie fine dérape… On repêche le corps fracassé de la compagne d’un petit voyou qui décide de « fumer » le Grand Charles et de se venger de ses clients... Les derniers jours de Liza virent au baroud d’honneur et son pot de départ au feu d’artifice car le petit voyou est le fils de Mona et Liza aime Mona depuis toujours…

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 18
EAN13 9791022001670
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

ROSE, IMPAIRS ET PASSES
Scénario : Patrick Boriès, Jacques Serres
© Presses Électroniques de France, 20141 PÔLE EMPLOI - HALL D'ACCUEIL - int.matin - jeudi 2 mai
Un hall impersonnel, une file de chômeurs.
Chacun prostré dans sa solitude.
Les agents brassent la paperasse et murmurent derrière leur pupitre.
RÉMY, belle gueule de voyou, la trentaine, se roule un joint dans la queue.2 VILLA DE LIZAERT - CUISINE - int.matin
Une vaste cuisine froide et fonctionnelle. Un rayon de soleil illumine les placards laqués. Le
commissaire LIZAERT, la soixantaine revenue de tout, éteint sa clope dans son fond de café et
dépose son bol dans l'évier étincelant.3 PÔLE EMPLOI - HALL D'ACCUEIL - int.matin
Un groupe d'une douzaine de manifestants fait irruption dans l'agence et déploie ses banderoles :
Le travail est un droit pas un marché !
Paiements en retard, chômeurs en pétard !
Rémy en profite pour allumer le sien et se marre, content du bordel.4 VILLA DE LIZAERT - ENTRÉE - int.matin
Lizaert enfile une veste et ramasse son baise-en-ville sur la desserte de l'entrée.
À côté du miroir, la page du mois de mai du calendrier 2013 est découpée. Lizaert prend un crayon
accroché au-dessus du téléphone et fait une croix pour rayer le JEUDI 2 MAI.
Après le SAMEDI 11 MAI plus de jours : les feuillets d'en-dessous, pour les mois suivants, ont été
arrachés, découvrant le carton du support.
Tout un programme...5 PÔLE EMPLOI - HALL D'ACCUEIL - int.matin
Des agents descendent des étages, un mégaphone jaillit d'un sac aux mains d'un manifestant.
MANIFESTANT
(Mégaphone)
En Tunisie, un vendeur de cigarettes s'immole par le feu, un mois après, Ben Ali dégage !
En France, un chômeur s'immole par le feu, on distribue des extincteurs à Pôle Emploi !...
Les manifestants sortent chaînes et cadenas et commencent à s'enchaîner aux radiateurs, des agents
s'interposent.
La protestation devient générale et dégénère. Des cris, des coups, des bureaux renversés. Les agents
battent en retraite et se réfugient à l'étage. Rémy, bousculé, tente de séparer une jolie blondinette aux
prises avec un agent antillais... Le ton monte.6 VILLA DE LIZAERT - JARDIN - ext.matin
Lizaert ouvre sa boîte aux lettres et récupère le courrier, il soupèse une volumineuse enveloppe qu'il
s'empresse d'ouvrir. Il parcourt la couverture de la revue La pêche et les poissons.
À la lecture du titre Spécial ouverture, un sourire flotte fugitivement sur ses lèvres...7 PÔLE EMPLOI - DEVANT L'ANTENNE TOULOUSAINE - ext.jour
Sirènes.
Des CRS embarquent gentiment les manifestants dans des paniers à salade. Rémy, arcade sourcilière
ouverte, s'efface galamment devant la blondinette...8 COMMISSARIAT DE LIZAERT - COULOIR - int.jour
On cahote à la suite de Lizaert, dans les couloirs d'un hôtel de police comme à la fin du prégénérique
d'une série américaine, mais en moins vite et « avé l'assent chantant » du Gers ou de
HauteGaronne...
Des flics s'échangent Midi Olympique et La Dépêche, on partage chocolatines et cafés à la machine,
on se chambre pour se réveiller...
Un brigadier athlétique, MILOU, sort de son sac un vieux 33 tours des Chaussettes Noires. Un jeune
lieutenant à blouson de cuir, SCHMOLL, tend la main, mais Milou retire le disque…
MILOU
Donnant, donnant, fais briller le maillot !
Schmoll tend un sac siglé Stade Toulousain, Milou lui abandonne le disque, ouvre le sac et en sort
un maillot…
MILOU
C’est XXL, ça ?!
Schmoll s’abime dans la contemplation de son idole sur la pochette…
SCHMOLL
Le prix aussi est XXL !...
Le brigadier IDRAC, gascon trapu, regarde le maillot du Stade Toulousain...
IDRAC
Fallait lui offrir un maillot du L.S.C. !...
Le commissaire CHAUCHÉ, quadra empâté, surenchérit…
CHAUCHÉ
Au moins ça aurait été à l’école de rugby !
PUNTIS, vieux briscard blanchi sous le képi, fait un clin d'œil : il va taquiner l'esprit de clocher
d’Idrac et Chauché, il met sa main en cornet sur son oreille.
PUNTIS
« Elle et se sait quoi » ?
Chauché démarre au quart de tour...
CHAUCHÉ
Lombez-Samatan Club, badernes !
IDRAC
Champion de France, en 51 !
CHAUCHÉAvé mon père !!!...
Lizaert ne laisse pas passer l’occasion de provoquer les Gascons...
LIZAERT
Samatan, c'est en France !?...
IDRAC
Et un livre de géographie comme cadeau de départ, commissaire ?!
MILOU
Ou un disque d’Eddy Mitchell ?
Schmoll s'arrache à la contemplation de sa pochette, et cache le précieux disque sous son bras.
Rires...
LIZAERT
Mitchell ?! Y'a que les moulinets qui sont bons !
Lizaert pousse la porte de son bureau qui se referme sur ses talons.
CHAUCHÉ
J'en connais un qui va s'emmerder dans dix jours...
IDRAC
En tous cas, pour le cadeau, on a l'idée...
PUNTIS
Putain, sans Liza, ça va faire drôle...9 COMMISSARIAT - BUREAU DE LIZAERT - int.jour
Lizaert range sa revue de pêche dans le tiroir de son bureau.
Schmoll pose un gobelet de carton sur le bureau vide du patron...
Ça sent la retraite à plein nez.
LIZAERT
C'est quoi la foule en cage ?
SCHMOLL
Des voies de fait à Pôle Emploi !
LIZAERT
Faut déstocker, ça la fout mal !
SCHMOLL
Je vous les envoie ?
Lizaert acquiesce, goûte son café et fait la grimace.10 COMMISSARIAT - CELLULES DE GARDE À VUE - int.jour
Milou ouvre la cage pleine de manifestants. Rémy discute avec la blondinette. Milou leur fait signe
de le suivre.11 COMMISSARIAT - COULOIR DU BUREAU DE LIZA - int.jour
La porte signalée Commissaire Principal s'ouvre sur la blondinette souriante qui fait un signe de la
main et disparaît...
La porte se rouvre…
LIZAERT
(Hors-Champ)
Suivant !
Rémy se lève de son banc, Milou referme la porte du bureau.12 COMMISSARIAT - BUREAU DE LIZAERT - int.jour
Le visage de Rémy est encore maculé de sang.
LIZAERT
Qu'est-ce que t'as encore foutu ?
RÉMY
J'étais convoqué pour un boulot...
Il donne sa convocation à Lizaert qui soupire...
LIZAERT
Chauffeur !?
Ils ont pas accès au fichier accidents !
La remarque pique Rémy qui hausse le ton.
RÉMY
Vous allez pas me la servir à chaque fois !
LIZAERT
J'aimerais surtout qu'il y ait plus de fois !
RÉMY
Mais j'ai rien fait ce coup-ci !
Lizaert lit son papelard...
LIZAERT
« Entrave à l'action de la force publique, coups et blessures sur détenteurs de l'autorité de l'État »
RÉMY
Vous avez vu ma tronche ?
Lizaert le regarde et se retient de rire...
LIZAERT
Tu sais qu'un seul œuf peut blesser huit CRS.
Un proc' a quand même requis 6 mois ! Comment va ta belle-mère ?
RÉMY
Bien ! Qu'est-ce qu'on fout, là ?
LIZAERT
Tu la salueras de ma part. Demain matin !...
Je retiens pas coups et blessures. Refus d’obtempérer, je te mets en GAV.Rémy acquiesce et hésite...
RÉMY
Morgane flippe depuis l'accident...
LIZAERT
Comment elle va, elle a récupéré ?
RÉMY
Non !
Lizaert repense à sa vanne sur l'accident et se trouve con.
LIZAERT
Je savais pas, désolé...
Rémy a capté la culpabilité, il pousse l'avantage...
RÉMY
Je peux l'appeler?
Lizaert fait oui de la tête.
RÉMY
Ils ont gardé mon portable.
Lizaert soupire, enfonce une touche, et tend le combiné à Rémy.13 GARAGE COSTE - ATELIER - int.soir
MONA est une bombe atomique de l'époque des expérimentations atmosphériques. Elle aborde,
toutes voiles dehors, le cap de la « nanantaine » rugissante comme elle le prononce vite, suivi de :
« quand on aime, on ne compte pas ! »... Visseuse pneumatique en pogne, ses formes épanouies
débordant généreusement de sa combinaison de mécano, elle finit de bloquer la roue d'une
camionnette.
Elle pourrait être encore très belle mais n'en a plus le temps, le goût, ni les moyens...
Raymond, un client aux cheveux blancs, la serre pourtant contre sa camionnette. Mona se relève et se
dégage d'un coup de hanche.
LOTHAR, un mastard de chien-loup, couché sur une vieille couverture dans un coin de l'atelier,
grogne par pure jalousie : c'est SA maîtresse !...
MONA
C'est bon !
RAYMOND
Combien je vous dois, Mona ?
MONA
Vingt euros.
RAYMOND
Pourquoi vous n'embauchez pas un mécano ?
MONA
Vous savez bien, officiellement je suis fermée ! Depuis l'ouverture de l'autoroute, à part les anciens,
personne ne s’arrête plus ici.
Si je bricole encore au black, c’est pour survivre...
Raymond tente la bise, Lothar, jaloux, montre les dents.14 COMMISSARIAT - SORTIE - RUE - ext.matin - vendredi 3 mai
Dans la rue du commissariat déserte à cette heure matinale, Rémy s'arrête sur le seuil et remonte le
col de son blouson. Il s'éloigne en regardant sa montre et allume une cigarette.15 CAFÉ-TABAC « LE BALTO » - TROTTOIR - ext.matin
Rémy finit sa clope, l’écrase, et pénètre dans le bistrot.16 CAFÉ-TABAC « LE BALTO » - COMPTOIR - int.matin
Rémy rejoint la clientèle habituelle au comptoir.
RÉMY
Un café !
Il prend La Dépêche dans le présentoir, jette machinalement un œil sur la une et feuillète rapidement
le journal jusqu'à la photo d'un truand : « Le Vannier » multirécidiviste et un titre : Règlement de
compte au pas de la case.17 TOULOUSE - RUES D'ALSACE ET DU PÉRIGORD - ext.matin
Rémy remonte la rue d’Alsace à grandes enjambées et s'engage dans l'étroite rue du Périgord . Au
numéro 12, il s'engouffre dans un couloir vétuste et appuie sur le bouton d'un ascenseur du même
métal...18 IMMEUBLE RÉMY ET MORGANE - PALIER - ENTRÉE - int.matin
La grille de l'ascenseur coulisse, Rémy sort de l'antique cabine en bois et ouvre sa porte. Il pénètre
dans un petit deux-pièces mansardé. Un chat magnifique vient se frotter à ses jambes en ronronnant,
il se baisse et le caresse.
RÉMY
Salut Baader...19 APPART DE RÉMY ET MORGANE - CUISINE - int.matin
Dans le coin cuisine, une table de petit déjeuner et un ange blond tombé du ciel : MORGANE. Elle
pose sa tasse avec une moue boudeuse. Rémy fond sous son regard d'eau claire…
MORGANE
C'était cool de te laisser appeler, c'était Liza ?...
Rémy acquiesce. Elle avait compris...
MORGANE
J'y vais ! Je suis à la bourre et c'est vraiment pas le moment : je te raconterai !...
Avec la dextérité de l'habitude, Morgane fait reculer et pivoter son fauteuil roulant. Rémy la happe
au passage. Les pieds de Morgane ne touchent plus terre. Il l'assied sur la table. Dans l'étreinte, leurs
lèvres se joignent. Rémy glisse une main sous sa jupe, Morgane glousse de plaisir et se dégage.
MORGANE
Arrête ! J'ai plus le temps...
Rémy la repose à regrets. Elle récupère sac et clefs.
MORGANE
Ce soir, session de rattrapage !...
RÉMY
Écrit ou oral ?
Elle passe une langue mutine sur ses lèvres et sort.20 APPART DE RÉMY ET MORGANE - CHAMBRE - int.jour
Rémy pionce tout habillé sur le lit...
Sonnette sonnette sonnette.21 APPART RÉMY ET MORGANE - COULOIR ET CUISINE - int.matin
Il ouvre. Deux tronches de malfrats pur sang, LUIGI et ANGE, se matérialisent dans l'encadrement de
la porte. Luigi lui décoche un direct, l'arcade éclate.22 APPART DE RÉMY ET MORGANE - CUISINE - int.matin
Rémy bat en retraite vers la cuisine, les méchants sur ses talons. Il trébuche, sa tête heurte l'évier. Le
visage ensanglanté, il se relève et saisit un couteau de cuisine. Luigi s'efface, découvrant l'œil noir du
Beretta de Ange.
ANGE
Le Grand Charles en a plein le cul de tes salades. Il sera Chez Titou à huit heures !
Le fais pas attendre !23 APPART RÉMY ET MORGANE - SALLE DE BAIN - int.jour
Le reflet de l'arcade sourcilière dans la glace de l'armoire à pharmacie.
Rémy pose une compresse sur son œil tuméfié.
Il compose un numéro sur son portable.
RÉMY
Salut, c'est moi ! Y'a un blème, rapplique !... Discute pas, putain, Guerrier, bouge tes miches !
Il raccroche rageusement, porte la main à ses tempes, grimace de douleur.