//img.uscri.be/pth/e702401c5b1a7c443592477bb1f85a5a5fe2b259
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Cours complet de lithographie - Contenant la description des moyens à employer et des accidents à éviter pour dessiner sur pierre

De
82 pages

La lithographie a popularisé chez nous le goût du dessin ; la facilité de tracer soi-même sur la pierre l’inspiration du moment, et de la faire reproduire à plusieurs centaines d’exemplaires, a dû nécessairement enflammer plus d’un amour-propre ; aussi avons-nous vu apparaître une foule de dessinateurs lithographes, crayonnant et répandant leur essai dans le public. Excepté quelques peintres de talent, la plupart de ces concurrens étaient des personnes jusqu’à ce jour étrangères aux beaux-arts, n’ayant par conséquent aucun principe de dessin et se laissant aller entièrement à leurs sensations.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
À propos deCollection XIX
Collection XIX est liothèque nationaleéditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bib de France. Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigi eux fonds de la BnF, Collection XIXsiques et moins a pour ambition de faire découvrir des textes clas classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…
Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Jean-Pierre Thénot
Cours complet de lithographie
Contenant La description des moyens à empLoyer et des accidents à éviter pour dessiner sur pierre
COURS DE LITHOGRAPHIE
La lithographie a popularisé chez nous le goût du d essin ; la facilité de tracer soi-même sur la pierre l’inspiration du moment, et de l a faire reproduire à plusieurs centaines d’exemplaires, a dû nécessairement enflam mer plus d’un amour-propre ; aussi avons-nous vu apparaître une foule de dessina teurs lithographes, crayonnant et répandant leur essai dans le public. Excepté quelqu es peintres de talent, la plupart de ces concurrens étaient des personnes jusqu’à ce jou r étrangères aux beaux-arts, n’ayant par conséquent aucun principe de dessin et se laissant aller entièrement à leurs sensations. Dévorés du désir de se faire conn aître comme artistes, ils travaillaient sans relâche, et leurs productions ét aient nombreuses. La persévérance et le travail ont fait sortir de cette masse dessin ante des hommes distingués dans les différents genres. Le genre qui fut naturellement exploité le premier fut celui des soldats de nos grandes armées, représentés dans leurs revers comme dans leurs succès. De telles représentations attiraient la foule par l’intérêt q u’inspirait la défaite de ces braves, ou réveillaient l’orgueil national par le souvenir des anciens triomphes ; aussila Garde meurt et ne se rend pas, scène de Waterloo, etla Prise d’une redoute par des grenadiers français,souvenir de la campagne de Russie, se vendirent pa r milliers. Les caricatures politiques, les charges spirituelles, l es scènes populaires trouvèrent des interprètes dans les talents qui ne sentaient pas o u qui ne connaissaient pas assez le genre militaire. Des collections de portraits des p ersonnages célèbres de tous les temps ont été publiées ainsi que de beaux recueils de paysages, de vues d’après nature, de marines, d’intérieurs, etc., etc., etc. Quelques hommes savants entreprirent de reproduire les compositions des grands maîtres ; ceux-là particulièrement perfectionnèrent les moyens manuels ou d’exécution lithographique, montrant tout le parti qu’on pouvait en tirer afin d’arriver à un résultat aussi parfait que possible ; mais quand on pense aux nombreux essais que ces artistes persévérants ont fait pour mener l’art à son perfectionnement, ainsi qu’au grand nombre de dessins précieux qu’ils ont perdus sans se décourager, on sent qu’on leur doit une grande reconnaissance. La lithographie peut aujourd’hui rivaliser avec la meilleure gravure ; plusieurs de nos hommes de talent l’ont prouvé par leurs productions , et si l’on voit souvent des dessins lithographiques imparfaits, cela dépend plu tôt de la presse ou de la cupidité de l’exécutant, qui veut produire vite, que de l’im puissance des ressources de cette pratique nouvelle ; mais toutes les fois qu’un arti ste veut se donner la peine d’opérer avec soin et d’employer les différents moyens d’exé cution que l’art met à sa disposition, il est sûr, à moins d’avoir un imprime ur ignorant ou sans soin, d’obtenir un résultat satisfaisant.