//img.uscri.be/pth/f94cd3b2a7fd0f6c332a52b676806baff1e9ca09
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF - EPUB - MOBI

sans DRM

Des culs entre deux chaises

De
114 pages

Jessy, 25 ans, veut partir de chez sa mère. Marley, son amie étudiante infirmière, va partager sa prise d’autonomie. Mais comment partir sans faire de mal à sa mère Destinity qui l’a pourri gâté ? Comment va réagir tante Gaby quand elle va apprendre que son neveu ne se mariera jamais avec une femme ? Heureusement que Prescillia Boncoup, la concierge, est là pour se mêler de ce qui la regarde... ou pas...
Steven fait sa crise de la quarantaine. Il se rend compte qu’il passe à côté de sa vie. Il est attiré par les hommes qu’il croise. Doit-il assumer ce qu’il est réellement et écrouler quinze ans de sa vie au grand dam de son entourage ?
Les huit personnages vont se croiser sur le Net ou dans la réalité et vont avoir des choix à faire pour ne pas se retrouver « le cul entre deux chaises ».


Voir plus Voir moins

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-334-18826-5

 

© Edilivre, 2016

 

Remerciements

Remerciement à tous mes amis de la compagnie théâtrale Fol’Dingues sans qui ce texte n’aurait jamais vu le jour.

Personnages

Personnages :

Jessy

Jeune homme 25/30 ans qui s’installe dans la vie et qui assume son homosexualité

Personnalité : enfant pourri, gâté couvé par ses parents

Steven

Homme quarantenaire, marié à Marie-Jane qui veut divorcer pour vivre au grand jour son homosexualité

Métier : Fonctionnaire

Personnalité : manque d’assurance en lui

Marie-Jane

Femme quarantenaire, épouse de Steven, qui découvre que son mari est homosexuel.

Métier : Agent Immobilière

Personnalité : Un peu coincé, BCBG mais voudrait bien se faire baiser

Gaby

Tante de Jessy, sœur de son père.

Métier : Bonne situation

Personnalité : Exubérante

Destinity

Femme de 50 ans, mère de Jessy. Divorcée du père de Jessy

Recherche un amant,

Personnalité : Mère poule

Lance

Voisin de Jessy, sportif, cycliste, dragueur

Métier :

Personnalité : sportif

Prescillia

Concierge de l’immeuble où habite Jessy

Métier : Concierge des immeubles

Organise des réunions vente Sex toy

Personnalité : Je sais tout, je vois tout, je ne dis rien. Elle voudrait bien se faire la tante Gaby.

Marley

Jeune fille 20/25 ans, meilleure amie de Jessy

Fille à PD

Métier : Etudiante Infirmière

Personnalité : Excentrique

 

 

Décor : deux pièces d’appartement

Décor : deux pièces d’appartement :

Côté cour : Appartement moderne avec un canapé blanc, au fond un bar et deux chaises hautes. Derrière le bar, mur de fond couleur arc-en-ciel (drapeau gay) et une porte.

Demi-cloison de séparation avec radio/télévision qui tourne d’un appart à l’autre.

Côté jardin : Appartement un peu ancien avec une table, trois chaises, un fauteuil. Sur le mur du fond une fenêtre, des tableaux ou des miroirs et une porte.

 

Acte 1

Scène 1 : Le cul entre deux chaises

Musique Calogero Feux d’artifice de 4.10 à la fin. Ouverture du rideau.

Deux chaises au milieu de l’avant-scène, Steven est assis à cheval sur les deux chaises. Eclairage douche sur lui.

Steven

Vous devez vous demander ce que je fais là, au milieu de la scène, assis sur deux chaises. Vous voulez essayer ? Non ? Je vous comprends, ce n’est pas très confortable.

En fait, c’est très simple, j’ai le cul entre deux chaises…

Vous ne connaissez pas cette expression familière et imagée ?

Tenez, je vais vous aider. J’ai regardé sur Reverso avant de venir.

Ils disent : expression familière, hésiter entre deux choix, être tiraillé entre deux choses contradictoires…

Ça c’est le drame de toute ma vie. J’ai toujours hésité, été obligé de choisir…

Pas vous ?

(se lève et s’adresse à une femme du public) Vous mesdames, vous n’avez jamais hésité entre deux robes, deux paires de jeans, deux chemisiers, deux paires de chaussures ? Vous ne vous êtes jamais demandé celle qui vous mettrait le plus en valeur ?… Ah bon, vous vous prenez les deux ? Je vois que Madame a les moyens…

(Imite le coiffeur vers les deux chaises) Et chez le coiffeur, ah le coiffeur, un grand moment le coiffeur, blonde, brune ou rousse ? On oublie souvent les rousses. Court comment ? Long comment ? Coupe dégradée ? Chignon déstructuré ? Queue de cheval ?

(Retourne vers le public et choisi un homme) Et vous messieurs, quand vous êtes dans la rue, que vous croisez une jolie femme, vous aimeriez bien l’aborder… hein… voir l’accoster, la faire chavirer… Mais… vous ne pouvez pas… Et oui, vous êtes déjà accompagné.

On les voudrait toutes,… mais… ce n’est possible et surtout, ce n’est pas bien. Ce n’est pas moral. Que diraient les autres ?

(S’assoit sur les deux chaises) Mais bon sang, ce n’est pas parce qu’on est au régime qu’on n’a pas le droit de regarder le menu.

Noir sur scène. Il range les deux chaises, fait le tour de la table et sort.

Scène 2 : La location d’appartement

Lumière que sur l’appartement côté cour.

Marie-Jane

(entrant dans l’appartement suivie de Jessy) Voilà, c’est un très beau F2, très lumineux. Vous avez la pièce principale qui fait salon, salle à manger, cuisine. (montrant les pendrillons, côté cour) De ce côté-là vous avez une chambre, ici les toilettes et la salle de bain. Vous avez un très beau placard, très fonctionnel. L’ancien locataire avait tout refait. Il n’est resté que deux ans. Il a même laissé le canapé et le lit car il ne pouvait pas les emmener. Il a été obligé de partir à cause de son travail. Il est allé sur une île, à la Réunion je crois. Il en a de la chance, le soleil, les volcans, les palmiers !

Jessy

Et le rhum aussi ! J’adore le rhum de la Réunion… (faisant le tour de la pièce) Effectivement, l’appartement est très propre et très lumineux. Il donne sur la cour intérieure n’est-ce pas ?

Marie-Jane

Oui, c’est très calme. Nous n’entendons pas les voitures du boulevard. Alors, vous en pensez quoi ?

Jessy

Il est à combien le loyer déjà ?

Marie-Jane

Trois cent trente euros plus vingt euros de charges. Les charges sont très réduites pour cette résidence.

Jessy

Il est intéressant mais j’hésite !

Marie-Jane

Pourquoi vous hésitez ? Il ne vous plaît pas ?

Jessy

Si, si mais j’en ai visité un autre hier et je ne sais lequel prendre.

Marie-Jane

Il faut regarder celui qui est le plus pratique par rapport à votre lieu de travail.

Jessy

Celui-ci est bien situé, proche du centre-ville pour sortir le soir et pouvoir rentrer à pied.

Marie-Jane

Il faut faire en fonction de vos priorités.

Jessy

Oui, vous savez, ce n’est pas facile, c’est ma première grande décision. J’ai vingt-cinq ans, je viens de décrocher mon premier CDI, je vais enfin pouvoir quitter ma mère, prendre mon autonomie, vivre ma vie. Mais il va falloir que j’assume tout tout seul.

Marie-Jane

La liberté a toujours un prix ! Mais prendre votre indépendance, c’est bien naturel à votre âge. Vous n’avez pas une petite amie avec qui emménager et qui vous aidera à partager le loyer ?

Jessy

Non, non, je vais emménager seul. J’ai envie de profiter pleinement de la vie. Je ne vais pas me remettre des contraintes tout de suite. Il faut bien que je fasse mes propres expériences.

Marie-Jane

Quelles expériences ?

Jessy

Je ne sais pas moi, mais déjà faire ce que je veux quand je le veux, manger ce que je veux, sortir avec mes amis… rentrer à l’heure que je veux… recevoir qui je veux…

Marie-Jane

Et vous ne voulez pas vous mettre en couple, avoir des enfants ? Vos parents souhaiteraient avoir des petits-enfants à garder.

Jessy

Et, du calme, je viens juste d’avoir un travail. Je ne suis pas encore installé dans la vie. Je suis encore jeune. J’ai bien le temps de me caser. Il faudra juste que je fasse la bonne rencontre mais plus tard…

Marie-Jane

J’ai l’impression que vous êtes un gentil garçon, vous avez l’air d’avoir la tête sur les épaules, je pense que vous saurez faire le bon choix.

Jessy

Le bon choix, le bon choix, ce n’est pas toujours évident à faire.

Marie-Jane

J’en sais quelque chose. Regardez, moi je suis marié depuis quinze ans, j’ai deux enfants, mais je me demande si mon mari ne se lasse pas de moi.

Jessy

C’est bien connu, l’usure du couple ! Mes parents aussi ont été usés, tellement usés… qu’ils en ont divorcé.

Marie-Jane

Je n’espère pas finir comme vos parents. Ma vie s’écroulerait ! Et mes enfants, que deviendraient-ils ?

Jessy

Ce n’est pas parce que mes parents ont divorcé que je suis traumatisé ! Mais vous pensez sérieusement que nous sommes faits pour vivre avec une seule personne toute notre vie ?

Marie-Jane

Oui, j’en suis convaincu. Mes parents, ils ont toujours vécu ensemble.

Jessy

Et vous voulez faire comme eux ? Vous savez, chacun a sa propre vie, son propre parcours. Notre société nous envoie toujours plein de stéréotypes mais tout n’est pas que rose pour les filles ou bleu pour les garçons.

Marie-Jane

(pas convaincue) Oui vous avez peut-être raison…

Jessy

Il y a tout un arc en ciel de couleur, alors pourquoi ne pas les utiliser ?

Marie-Jane

Que voulez-vous dire ? Je ne vous comprends pas.

Jessy

C’est simple, une femme peut vivre avec un seul homme comme vous, mais aussi avec plusieurs hommes dans sa vie, et pourquoi pas… avec une autre femme…

Marie-Jane

(offusquée) Oh quand même… !

Prescillia

(voix en fond de scène côté cour, arrive avec un plumeau) Ya quelqu’un ? Pourquoi la porte est ouverte ?

Marie-Jane

Ah bonjour madame Boncoup. Ne vous inquiétez pas. Agence Hybris Polis, je fais visiter l’appartement à monsieur.

Prescillia

Ah, c’est vous madame Jenveux (toisant le jeune homme). Ah, un beau jeune homme ! Quel plaisir. Enfin un peu de jeunesse dans cette résidence.

Jessy

Bonjour Madame. Jessy Belatre.

Prescillia

Et poli en plus. C’est rare de nos jours. Veuillez m’excuser de vous avoir interrompu dans votre visite,… et dans votre conversation. Et ce jeune homme pense emménager avec un petit copain ?

Jessy

(rougissant) Non, non, pas du tout…

Prescillia

Allez, vous pouvez bien nous le dire, je suis sûr que vous préférez les garçons comme l’ancien locataire.

Jessy

Comment vous savez cela Madame ?

Prescillia

Mon radar jeune homme, mon radar. Les femmes ont un radar, il ne détecte pas la vitesse mais tout le reste… Alors vous avez un p’tit copain ?

Jessy

Non pas encore. Je vais déjà partir de chez ma mère. Pour le p’tit copain, je ne suis pas pressé.

Prescillia

Hum, je l’aime bien ce p’tit jeune,… charmant...