//img.uscri.be/pth/f36fea34e2aab8f38bbd675d8996da3742e9414e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Ken Loach un regard cinématographique sur l'aliénation familiale

De
102 pages
Kes (1970), Family (1971) et Sweet sixteen (2002) constituent trois films à part dans la filmographie de Ken Loach constituant un questionnement subtil sur l'aliénation familiale: une exploration de ces univers oppressifs et répressifs des vécus individuels qui s'articulent toujours au sein du collectif. A la manière d'un clinicien, le cinéaste observe, recueille et organise les éléments explicatifs des modes d'agir et d'être des uns et des autres.
Voir plus Voir moins

KEN LOACH UN REGARD CINEMATOGRAPHIQUE SUR L'ALIENATION FAMILIALE

collection de visu
coordination éditoriale: Yannick Lebtahi et Bernard Leconte
La collection de visu, focalisée en direction de l'audiovisuel, est un outil de travail constitué de courts ouvrages destinés aux étudiants et aux enseignants en communication, en audiovisuel ou en cinéma. Cette collection est ouverte à de jeunes chercheurs ou à des chercheurs confirmés livrant le fruit de leurs réflexions sur l'audiovisuel sous forme de prémisses ou d'aboutissements de leur travail et ceci dans le seul dessein de faire avancer la connaissance et de contribuer à sa diffusion. Le substantif laudiovisuell doit être entendu ici au sens large du terme car il peut inclure des supports qui ne comportent pas de matières de l'expression sonore (comme la bande dessinée, le roman-photo, l'a..ffiche publicitaire ou, paIfois, le multimédia) ni visuelle (comme la radio ou la chanson), mais qui accueillent presque toujours des éléments scripturaux.

ERIKA THOMAS

KEN LOACH UN REGARD CINEMATOGRAPHIQUE SUR L'ALIENATION FAMILIALE

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris

FRANCE
L'Hannattan Hongrie Espace Fac..des L'Harmattan Sc. Sociales, BP243, Université Kinshasa Pol. et Adm. ;

L'Harmattan

ItaUa

L'Harmattan

Burkina Faso

Kônyvesbolt Kossuth L. u. 14-16

Via Degli Artisti, 15 10124 Torino

1200 logements villa 96

KIN XI - RDC

12B2260
Ouagadougou 12

1053 Budapest

de Kinshasa

ITALIE

dernières

parutions

- Érika THOMAS, L'univers de Ken Loach : engagement politique et rencontres amoureuses, 2004. - Bernard LECONTE,L'écran dans l'écran et autres rectangles scopiques, 2004. - Julien TERRAL,Image de la violence au journal télévisé au cours de la dernière campagne présidentielle, 2004.

-

Bernard

-

LECONTE, Vu à la télé - Chroniques télévisuelles, Emmanuelle MEUNIER, Du récit écrit au récit filmique,

2004.

dialogue"
du roman

narration, description,
Églantine

2004.
de télévision

MOIREZ Lettres

- l'adaptation

épistolaire au petit écran, 2004. - Bernard LECONTE,Encoreun tour! Le Tour de France et la télévision" 2004. - Yannick LEBT AHI, Télé-Lille - de la genèse à l'institutionnalisation de la télévision régionale, 2004 Èrika THOMAS, Le cinéma de Ken Loach - misères de l'identité professionnelle, 2005. - Pierre GABASTON, La 317e section, film de guerre - la longue marchi.. des hommes, 2005. - Jean UNGARO, Américains, héros de cinéma, 2005. - Bernard LECONTE,Imagespolitiques - à propos de quelques prestations télévisuelles, 2004. - Pierre-Alban DELANNOY, La Pietà de Bentalha étude du processus d'une photo de presse, 2005.

-

-

Jean-Pierre

BRODIER, L'odalisque

ou la représentation

de la femme

imaginaire, 2006.

-- Bernard PAPIN, La naissance du carré blanc, 2006.

« Je vous parle ainsi de ce pays, mais ce n'est pas ainsi que je m'en parle à moimême. Ce que je m'en dis ne saurait se transcrire, et lorsque je ne m'en dirai plus rien du tout, j'aurai achevé de le
comprendre, je l'aimerai. »

G. Bernanos Les enfants humiliés, Jouma11939-1940

A la mémoire de Catherine Escot- Thomas

http://www.1ibrairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr

@ L'Harmattan, 2006 ISBN: 2-296-00739-2 EAN : 9782296007390

AVANT PROPOS
Cet ouvrage vient clore la trilogie que je consacre à Ken Loach dans la collection De Visu. J'ai eu l'occasion d'expliciter dans les deux autres, le pourquoi de mon intérêt pour ce réalisateur hors pair ainsi que le parcours professionnel de cet homme qui, étudiant en droit, se destinait à la profession d'avocat et qui finalement, au travers de ses films, de son indignation et de ses dénonciations l'est devenu pour ceux dont le destin n'intéresse finalement pas grand monde. Je n'y reviendrai donc pas. Le premier ouvrage] de cette trilogie, met en évidence, par Ie biais de l'analyse transversale de Ladybird (1994), Carla's song (1996) et Bread and roses (2000), les principes organisateurs du discours cinématographique politique et humain de Ken Loach. Le deuxième2 explicite la représentation cinématographique de l'identité professionnelle à partir de Looks and smiles (1981), Raining Stones (1993) et The navigators (2001). Il sera ici, dans ce troisième ouvrage, question de la famille, de ruptures et de
THOMASE., L'univers de Ken Loach, engagement politique et rencontre alnoureuse, L'Harmattan, Paris, 2004. 2 THOMASE., Le cinéma de Ken Loach, misères de l'identité professionnelle, L'Harmattan, Paris, 2005. 1

crises familiales. Fidèle à lui-même, Loach ne porte pas un regard accusateur sur les individus, ses protagonistes. A la manière d'un clinicien, il observe, recueille et organise, dans le discours qu'il nous propose, les éléments explicatifs des modes d'agir et d'être des uns et des autres. La famille, dans Kes (1970), Family life (1971) et Sweet sixteen (2002) est dure et souvent cruelle. Mais ce n'est pourtant pas elle que le cinéaste accuse. Car, de Ken Loach, nous pourrions finalement dire en y regardant de très près - et en paraphrasant ce que disait Duchamp d'André Breton - qu'il veut croire en l'amour et la solidarité dans un monde qui ne croit plus qu'à la prostitution.

8

INTRODUCTION

C'est un sujet social que nous présente Loach au travers de ses personnages. Ceux-ci sont abordés à l'intérieur de leurs différents groupes d'appartenance. La famille est l'un de ces groupes. Peut-être celui qui incarne - au sens propre - le plus facilement les défaillances visibles ou invisibles du rapport à la société; qui illustre le plus fidèlement les rapports à soi, à autrui et au monde. Constitutif d'identité, cet espace familial et ses tensions génératrices de crises et de ruptures seront donc ici étudiés au travers de trois films du réalisateur anglais: Kes (1970) Family life (1971) et Sweet Sixteen (2002). Le premier est le portrait d'un adolescent ignoré, rejeté, malmené qui va se découvrir une passion pour le dressage et le maternage d'un faucon; le second aborde le mutisme d'une adolescente diagnostiquée schizophrène mais en réalité porteuse du symptôme d'une aliénation familiale; enfin, le troisième raconte l'histoire d'un adolescent qui rêve de recréer un cadre familial avec sa mère qui sort de prison. Voici donc ces familles dont les défaillances de tous ordres ne sont probablement qu'une allégorie de la solitude à laquelle sont condamnés les individus.

Précisons d'ores et déjà, notre approche. Il n'existe pas de définition rigoureuse de la famille. Il suffit de parcourir quelques dictionnaires - qu'ils soient spécialisés dans un champ disciplinaire ou au contraire, généralistes pour entrevoir au travers des multiples définitions, la difficulté qui existe à circonscrire totalement ce fait social. Elle s'incarne peut-être trop souvent à l'intérieur de formes singulières cadrant mal avec les définitions rigoureuses. Comme soubassement de notre travail de réflexion sur la représentation de la fragilité familiale dans l'univers de Ken Loach, nous avons choisi de nous en tenir à une définition assez large: la famille est un groupe d'individus unis par des liens transgénérationnels et interdépendants quant aux éléments fondamentaux de la vie (Doron et Parot, 1991, p. 295). Nous associons à cette définition la perspective structuraliste qui pointe les liens possibles au sein d'une famille, à savoir le lien d'alliance mari-épouse; le lien de filiation parent-enfant; le lien de consanguinité frère-sœur (Levi-Strauss, 1949). Ce premier groupe d'accueil de l'individu est amené à garantir la survie de ses membres, la satisfaction d'un certain nombre de besoins fondamentaux. Il est également, comme l'illustrent les films de notre corpus, un lieu de tensions et de crises pouvant amener une intense fragilisation des liens, voire une rupture. Pour ce qui est du fonctionnement familial, rappelons que la première grande approche théorique de la famille émerge à partir des années soixante et considère la famille en tant que système à l'intérieur duquel sont observées les conduites manifestes et les interactions entre les différents membres du groupe familial. Un système relationnel ayant une organisation propre et une structure particulière 10