La Peinture Russe

-

Livres
272 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pendant des siècles, la Russie est restée orpheline de grands peintres,
concentrant le génie créatif sur la formalisation des icônes avec, par
exemple, Rublev. Avec l’avènement de Pierre le Grand, c’est l’Europe des
Lumières qui envahit cet empire réputé peu civilisé. Saint-Pétersbourg,
émergeant des marais comme par miracle et grâce au génie d’un
architecte italien, est pendant plus d’un siècle un centre important de
culture et de rencontre. Le tsar, tout puissant, et plus tard la Grande
Catherine permettront des échanges entre les artistes russes et européens.
De cette rencontre naîtra une peinture russe, souvent inspirée par l’Italie
et ses couleurs, et mêlée aux traditions de l’âme russe.
Il faudra attendre le XIXe siècle pour qu’émerge une véritable
peinture nationale avec les Ambulants et les peintres de la Rose bleue.
Puis viendra la période des révolutions, qui conduira à l’avant-garde
russe et au modernisme. Tout au long de ce livre, l’auteur s’interroge sur
la culture russe qui, selon lui, est la résultante d’éléments provenant aussi
bien de l’Est que de l’Ouest. Ces deux influences sont ainsi mises en
évidence dans les peintures et illustrations qui, couvrant tous les genres
et tous les styles, prouvent alors une étonnante variété picturale. Des
artistes comme Borovikovski, Serov, Vroubel, Brioullov, Fedotov,
Répine, Chichkine et Lévitan, parmi tant d’autres, apportent ainsi leur
fondamentale contribution à l’histoire de l’art universel. Après la chute
du communisme, Peter Leek remet en perspective l’évolution
constitutive de l’histoire de la peinture russe.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 mai 2012
Nombre de lectures 0
EAN13 9781780428451
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0025€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LAPEINTURE RUSSE
Peter Leek
Auteur : Peter Leek Traduction : JeanPierre Orban
Mise en page : Baseline Co Ltd 127129A Nguyen Hue e Bitexco, 3 étage District 1, Hô Chi MinhVille Vietnam
ISBN 9781780428451
© Confidential concepts, worldwide, USA © Parkstone Press International, New York, USA © Alexandre Benois Estate, Artists Rights Society, New York, USA / ADAGP, Paris © Marc Chagall Estate, Artists Rights Society, New York, USA / ADAGP, Paris © Igor Grabar Estate, Artists Rights Society, New York, USA / ADAGP, Paris © Vassili Kandinsky Estate, Artists Rights Society, New York, USA / ADAGP, Paris © Pyotr Konchalovsky Estate, Artists Rights Society, New York, USA / ADAGP, Paris © Vladimir Koslinski Estate, Artists Rights Society, New York, USA / ADAGP, Paris © Nikolai Krimov Estate, Artists Rights Society, New York, USA / RAO, Moscow © Mikhaïl Larionov Estate, Artists Rights Society, New York, USA / ADAGP, Paris © Arkadij Plastov Estate, Artists Rights Society, New York, USA / ADAGP, Paris © Ivan Puni Estate, Artists Rights Society, New York, USA / ADAGP, Paris © Alexandre Rodtchenko Estate, Artists Rights Society, New York USA/ ADAGP, Paris © Martiros Saryan Estate, Artists Rights Society, New York, USA / ADAGP, Paris © Zinaida Serebriakova Estate, Artists Rights Society, New York, USA / ADAGP, Paris © Nikolai Suetin Estate, Artists Rights Society, New York, USA / VG Bildkunst, Bonn © Vladimir Tatline Estate, Artists Rights Society, New York, USA / ADAGP, Paris © Boris Yakovlev Estate, Artists Rights Society, New York, USA / ADAGP, Paris © Konstantin Yuon Estate, Artists Rights Society, New York, USA / RAO, Moscow © Sergei Chekhonin, copyright reserved © Alexander Deineka, copyright reserved © Alexandra Exter, copyright reserved © Konstantin Korovin, copyright reserved © Alexander Kuprin, copyright reserved © Yevgeny Lanceray, copyright reserved © Kasimir Malevich, copyright reserved © Mikhail Matiouchine, copyright reserved © Kuzma PetrovVodkin, copyright reserved © Nicolai Roerich, copyright reserved © Konstantin Somov, copyright reserved © Sergei Sudeikin, copyright reserved
Tous droits d’adaptation et de reproduction réservés pour tous pays.
Sauf mention contraire, le copyright des œuvres reproduites se trouve chez les photographes qui en sont les auteurs. En dépit de nos recherches, il nous a été impossible d’établir les droits d’auteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions de bien vouloir vous adresser à la maison d’édition.
2
La Peinture Russe Peter Leek
4
Sommaire
Introduction
La Peinture religieuse
Le Portrait
La Peinture historique
Intérieurs et peintures de genre
La Peinture de paysage
La Nature Morte
L’avantgarde russe et l’art révolutionnaire
Biographies
Bibliographie
Liste des artistes
Index des œuvres
7
19
37
89
135
175
205
227
250
267
268
269
5
Introduction
e e L’intensité spirituelle des icônes, la diversité des portraits des XVIII et XIX siècles, la puissance d’évocation des paysages, scènes de la vie paysanne et peintures historiques des Ambulants, le raffinement des artistes du Monde de l’Art, l’audace expérimentale e du XX siècle… Pour qui n’est pas familier de la peinture russe, sa richesse se révélera une surprise, mieux, une découverte fascinante. En réalité, la créativité des artistes russes depuis les trois derniers siècles a été telle qu’un livre de cette dimension ne peut prétendre offrir un panorama complet de leur production. Notre objectif, dès lors, sera e plutôt de proposer un aperçu représentatif de la peinture russe du XVIII siècle au début de la période post révolutionnaire, en nous contentant, à propos des icônes, d’évoquer la richesse du patrimoine russe et, pour ce qui est de l’art soviétique, en nous limitant à un simple survol.
Les icônes
Bien que la peinture d’icônes fît rapidement partie intégrante de la culture russe, elle était au départ une forme d’art importée, venue de Constantinople. Le nom « icône » luimême trahit son origine, puisqu’il s’agit d’une translittération du moteikonaqui, en grec byzantin, signifie « similitude » ou image. En 988, au terme d’un tour d’horizon des pratiques religieuses (il envoya des émissaires à l’étranger pour l’en informer), le prince Vladimir de Kiev fixa son choix sur le christianisme : il en fit la religion officielle du premier Etat russe et organisa beaucoup de baptêmes dans le Dniepr. Ensuite, quand il lui fallut construire ou redécorer les nouveaux lieux de culte, il fit appel à des architectes et des artistes byzantins. Les églises les plus grandes de la ville, le plus souvent en pierre, furent ainsi dotées de fresques et de mosaïques imposantes. Nombre d’églises, plus anciennes, étaient cependant construites en bois et ne se prêtaient guère aux décorations murales.
Là, l’imagerie religieuse prit place sur des panneaux de bois qu’on exposait généralement sur une sorte d’écran tendu entre le sanctuaire et la nef. Cet écran devint l’« iconostase », une cloison, parfois hautement sophistiquée, décorée d’icônes sur plusieurs niveaux.
La plus célèbre des icônes russes de ces premiers temps,La Vierge de Vladimir (aujourd’hui à la galerie Tretiakov à Moscou), a sans doute été réalisée à e Constantinople, dans le premier quart du XII siècle. Son auteur est resté anonyme, comme la plupart des peintres contemporains. On sait toutefois qu’ils ne furent pas tous moines : avec le temps, des ateliers de peinture d’icônes se multiplièrent un peu partout en Russie. Et de l’époque des origines à celle de Simon Ouchakov (16261686), que l’on peut considérer comme le dernier maître du genre, l’art de l’icône se développa en une multiplicité de styles et d’écoles, les plus réputées étant celles de Vladimir Souzdal, Iaroslavl, Pskov, Novgorod et Moscou.
1. Anonyme,La Vierge de Vladimir, e XIdébut XII siècle. Détrempe à l’œuf sur panneaux de tilleul, 100 x 76 cm, Galerie Tretiakov, Moscou.
7
Introduction
2. The Miracle of St George and the Dragon. e XV siècle. Egg tempera on panel. 114 x 79 cm, National Art Museum, Kiev.
e 3.The Passion of Christ. XV siècle. Egg tempera on panel. 192 x 133 cm, National Museum, Lvov.
4. André Roublev,La Trinité de l’Ancien Testament, 14221427. Détrempe à l’œuf sur panneaux de tilleul, 142 x 114 cm, Galerie Tretiakov, Moscou.
8
Parmi les maîtres de l’icône, on citera Théophane le Grec (env. 13401405) : originaire de Constantinople, il exerça une forte influence tant sur l’école de Novgorod que sur celle de Moscou. Le plus célèbre peintre d’icône reste toutefois Andreï Roublev (vers 13701430), dont l’œuvre la plus connue,La Trinité, se trouve également à la galerie Tretiakov. Ses héritiers comprennent son ami et collaborateur Daniel Cheniy (un moine, comme Roublev luimême) et Dionysii, ou maître Denys (vers 14401508), un des premiers laïcs qui se consacrât à la peinture d’icônes.
A l’époque de Dionysii et de ses fils, l’art de l’icône était devenu tellement répandu qu’il s’était introduit jusque dans les habitations particulières. Les nobles et les marchands furent les premiers à les exposer chez eux, parfois dans une pièce qui leur était exclusivement réservée. Puis ce fut au tour des familles paysannes les plus aisées de les accrocher dans unkrasny ugol, un « beau coin » de leur maison.
Introduction
9
Introduction
10