//img.uscri.be/pth/a4e29182898e8d5cfb50f92a3b29a922352b6dd6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Lettres à René-Jean

De
134 pages
Après un début de carrière comme peintre et théoricien de l'art à Moscou, le peintre ukrainien Alexis Gritchenko arrive à Paris au début des années 20. Il s'intègre rapidement parmi les artistes de l'École de Paris et expose au Salon d'Automne. Là, il rencontre René-Jean, critique à Comoedia et par la suite au Temps puis au Monde. C'est le commencement d'une solide amitié. Dans un style vivant et coloré, ces lettres sont le reflet de la vie du peintre avec ses succès et ses aléas.
Voir plus Voir moins
Alexis Gritchenko (École de Paris)
Lettres à RenéJean
Bibliothécaire, critiqued’art, et conservateur français
Lettres choisies et présentées par Sylvie MAIGNAN et Jean BERGERON
Graveurs de Mémoire Série : Biographies / Art etVie culturelle
Lettres à René-Jean
Graveurs de mémoire Cette collection, consacrée à l’édition de récits de vie et de textes autobiographiques, s’ouvre également aux études historiques. Depuis 2012, elle est organisée par séries en fonction essentiellement de critères géographiques mais présente aussi des collections thématiques.Déjà parus Blaise (Mario),Retour aux racines,2014. Le Lidec (Gildas),De Phnom Penh à Abidjan, Fragments de vie d’un diplomate,2014. Buzoni-Gatel (Dominique),Le Laboin vivo, Chercheur en biologie et mère de famille nombreuse,2014. Raude (Vincent),Ma part du Trésor, Le parcours de l'un des derniers trésoriers-payeurs généraux,2014. Mathieu (Clément),Une jeunesse ardennaise, à Oneux-Theux (Belgique) 1944-1959,2014. Tenda-Latifis (Katina),Les enfants répudiés de Grèce, Histoire d’une jeune fille grecque dans la tourmente des années 40,2014. Eva (Alexander),Le rêve s'arrête en Allemagne,citoyen soviétique, nationalité allemande,2014. Barrère (Guy),Maître d’école au Sahara, de 1947 à 1978,2014. Grasseau (Louis-Marie),Barberousse aux trousses, 2014. Servant (Flavie),Besoin d’une infirmière de toute urgence, 2014. Mathieu (Jean-Marie),Souvenirs de guerre d’Algérie, 2014.
Duhard (Jean-Pierre),C’est long une vie pour se souvenir de tout, 2013.
Alexis Gritchenko (École de Paris) Lettres à René-Jean Lettres choisies et présentées par Sylvie MAIGNAN, et Jean BERGERON
Autre livre d’Alexis Gritchenko publié par L’Harmattan : Mes rencontres avec les artistes français © L'HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03729-5 EAN : 9782343037295
Remerciements à Michel Salomé pour sa relecture attentive.
UNE SI LONGUE AMITIÉ… La correspondance adressée par Gritchenko à mon père, le critique René-Jean, puis à sa veuve et enfin à moi, couvre un demi-siècle. La première lettre du peintre date de 1924, et j’ai reçu en 1977 le dernier envoi de sa femme. Malheureusement, l’humeur vagabonde de Gritchenko nous a ôté toute possibilité de reconstituer un dialogue. Toujours par voies et par chemins, il n’a rien gardé et c’est d’autant plus dommage que bien souvent il répondait point par point aux missives disparues. La totalité de la correspondance représente environ 200 lettres que Jean Bergeron a patiemment déchiffrées et classées. Nous publions ici celles qui nous ont paru les plus dignes d’intérêt. Qui était donc ce critique qui gardait avec tant de soin les lettres qu’il recevait ? René-Jean (1879-1951) a commencé dès 1901 une carrière de critique d’art. Parallèlement, il a travaillé à la bibliothèque des Arts Décoratifs puis, de 1908 à 1914 il a été le bras droit de Jacques Doucet qui constituait alors ce qui est maintenant la Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art. Après la guerre de 1914 il est nommé conservateur du Musée de la Guerre. Mais surtout il écrit dans de nombreuses revues et fait régulièrement la critique d’art dans la presse quotidienne :Comoediajusqu’en 1936 puisLe Temps et, après la seconde guerre mondiale,Le Monde. Gritchenko évoque plusieurs fois sa première rencontre avec René-Jean. C’était au Salon d’Automne de 1921. Le Comité du salon dont René-Jean faisait partie – avait accepté 24 œuvres de Gritchenko qui venait d’arriver à Paris, souhaitant ainsi la bienvenue à un artiste confirmé, lui accordant une place de choix auprès de Fernand Léger. Le Salon d’Automne s’est toujours montré accueillant pour les étrangers. D’autres ukrainiens y exposaient et René-Jean a été en relations suivies avec certains d’entre eux: Sonia Lewitzka, Georges Loukomski, Jean Peské ou David Widhopff.* Les lettres de Gritchenko, simples cartes postales ou longues missives de plusieurs pages, reflètent les problèmes que pouvait rencontrer le peintre, éloigné de Paris la plupart du temps : démarches à effectuer, choix d’œuvres à exposer, recherche de galeries, placement des envois au Salon d’Automne ou encore, pendant la guerre, impossibilité de trouver en province les couleurs dont il avait besoin. À l’évidence, ces appels à l’aide recevaient un accueil favorable. Le critique, qui suivait de très près la vie artistique parisienne, n’a jamais manqué de signaler à ses lecteurs les expositions du peintre ou sa participation aux différents salons, Indépendants, Tuileries, Automne et le peintre se montre extrêmement sensible aux éloges de son ami. Pourtant, une série de lettres à propos d’une monographie que Gritchenko souhaite voir écrite par René-Jean dès 1944 mais qui ne paraîtra qu’en 1948 le montre vigilant et quand René-Jean lui attribue étourdiment l’étiquette de «russe »,il le prie de rectifier et d’adopter le terme de « slave ».
9