Debussy, poète des eaux
269 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Debussy, poète des eaux

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
269 pages
Français

Description

« La musique de Debussy est molle, trempée, dégoulinante », écrivait Alberto Savinio. « Les harmonies - pour Maurice Boucher - s'échelonnent et s'entassent comme, dans une masse d'eau, une nervure de courants noués, sur lesquels des sonorités fluides font glisser leurs nappes transparentes ». La critique musicale et la musicologie nous ont livré une image de Claude Debussy qui pullule de métaphores matérielles, notamment liquides et aériennes. C'est en faisant converger les contributions de la philosophie du langage, de la sémiotique et de la psychophysiologie, que ce livre étudie ces phénomènes de métaphorisation

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2011
Nombre de lectures 367
EAN13 9782296450011
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Debussy, poète des eaux
Collection Arts & Sciences de l’art dirigée par Costin Miereanu
Interface pluridisciplinaire, cette collection d’ouvrages, coordonnée avec une publication périodique sous forme de Caiers, est un pro-gramme scientifique de l’Institut d’estétique des arts et tecnologies –IDEAT, formation de recerce du CNRS, de l’Université Paris  Pantéon-Sorbonne, du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recerce et du ministère de la Culture et de la Communication (FRE 0).
Institut d’esthétique des arts et technologies IDEAT FRE 3307  CNRS/Université Paris 1 47, rue des Bergers  75015 Paris Tél. : 01.44.07.84.63  Email : asellier@univparis1.fr ©IDEAT  CNRS/Université Paris 1  L’Harmattan, 2011
©L’Harmattan, 2011 57, rue de l’ÉcolePolytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 8-2-26-662- EAN : 8226662
Francesco Spampinato
Debussy, poète des eaux Métaphorisation et corporéité dans l’expérience musicale
Préface de Bernard Vecchione
Couverture :JeanPierre Dubois– D&D, DUBOIS DESIGN ©
À Liliane
Préface
Musique et Figuration
Ou Anamnèse et Invention : L’écriture musicale comme refiguration de l’expérience
C  présent ouvrage est le second de Francesco Spampinato. Le premier (avec une remarquable préface de Gino Stefani) nous avait encanté sur la forme et le fond, à la fois par sa rédaction claire et une rare compétence dans les domaines si-multanés de la musique et de la musicologie, de la sémiotique et de la pilosopie, de la psycologie et des sciences cognitives. L’auteur y formulait une vraie tèse, qu’avec brio il exposait dès son Prologue, « Métapores : pour uneprise de contact», en commençant par in-terroger la distinction à nécessairement opérer entre l’acte de méta-poriser dans le texte musicologique et par l’œuvre musicale. Quelle qu’en soit en effet la forme (scientifique, pilosopique, littéraire, critique,…), le texte musicologique se produit en effet souvent en métapores (verbales) du musical ; et quelle qu’en soit aussi la forme, la musique se produit elle aussi le plus souvent en métapores, mais
. Francesco Spampinato,Les métamorphoses du son. Matérialité imaginative de l’écoute musicale, Paris, L’Harmattan, 2008.
10 D,   
en métapores sonores d’une réalité extérieure, non nécessairement musicale, ni même simplement sonore. Ainsi, le texte musicologique ou musical « figure », c’est-à-dire donne, par le biais de métapores, figure à la réalité : verbale pour l’un, musicale pour l’autre. Ce double pouvoir de « figurer », par le verbal le musical, et par le musical une réalité qui la plupart du temps lui est étrangère (ou, si l’on préfère, par une activité une essence autre que celle de sa propre expression), mérite qu’on s’interroge, non seulement sur le pouvoir du musical à la langagiarité, mais sur ce qu’est au fond la nature singulière et l’origine commune de cet acte de présenter/représenter qu’est l’acte de métaporiser : double renvoi symbolique, du verbal (musicologi-que) au musical et du musical à quelque cose d’autre (et qui peut tout autant d’ailleurs être aussi du verbal : ainsi de la mise en musi-que de textes poétiques, de livrets, d’arguments, de programmes…). La question d’une origine commune de cette double aptitude à dire (par le texte musicologique le musical, et par le musical autre cose que lui) suppose, au plan pilosopique tout d’abord, l’existence d’« essences séparées » (comme on le disait sur d’autres sujets dans la pilosopie médiévale) ; mais elle suppose aussi, et corrélativement, des substances (le verbal et le musical) qui, quoique spécifiques et autonomes, ne soient pourtant pas imperméables l’une à l’autre. D’où l’importance de la double question que Francesco Spampinato place au centre du propos : celle de « l’acte de métaporiser », qu’il soit musicologique ou seulement musical ; et celle aussi du résultat, la métapore, de cet acte de figurer. Qu’est-ce que métaporiser et qu’est-ce qu’une métapore ? Tout, et c’est là l’intérêt de la tèse défendue par l’auteur, sauf dupliquer, copier, reproduire, produire « identité-idem », « identité-mêmeté », comme le dirait Paul Ricœur 2 à qui la tèse pourrait être aisément rapportée . En sortant d’une
2. Paul Ricœur,Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 0. Pour définir en effet ce qu’est l’identité à l’œuvre dans la métapore comme dans le récit (de ré-gime factuel comme purement fictionnel), Ricœur, s’interrogeant sur l’essence du « comme » dans ce « voir-comme » qu’est la métapore ou la narration, distingue entre cette sorte d’identité qu’il appelle « identité-idem » ou « identité-mêmeté » (qui a à voir avec l’« être identique à »), et l’identité qu’il désigne comme « identité-ipse », ou « identité propre » (et qui, déterminante des singularités, correspond, elle, au fait d’« avoir sa propre identité »). C’est de la dialectique entre ces deux sor-