La chanson maritime

-

Livres
419 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les ports du littoral vendéen ont accueilli un remarquable ensemble d'évènements consacrés à la mise en valeur des chants de marins : stages de chant à bord de voiliers traditionnels, veillées, fêtes du chant de marin, concours de chant, enregistrement de chants de manœuvres à bord d'un voilier... Reflétant soixante-dix années d'enquêtes sonores, de 1939 à 2009, un CD accompagne aussi l'ouvrage.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2010
Nombre de visites sur la page 178
EAN13 9782296447929
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

La chanson maritime
Le patrimoine oral chanté
dans les milieux maritimes
et fluviaux
Tome1Photo de couverture :
J. Lacroix pose à la barre du quatre-mâts barque Loire,
de l’armementBordes (lancé à Nantes en 1897).
Coll. Pascal Servain.
Au dos de cette photo-carte, le jeune homme,
peut-être le pilotin du bord, a écrit ce poème :
Comme le flot que chasse le vent
Et qui sous nos pieds vient de finir
Ainsi tout fuit tout passe
Tout, excepté le souvenir
©L'HARMATTAN,2010
5-7,ruedel'École-Polytechnique;75005Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-13231-3
EAN : 9782296132313Patrimoine culturel immatériel
La chanson maritime
Le patrimoine oral chanté
dans les milieux maritimes
et fluviaux
Tome1
Actes du colloque
de l’Aiguillon-sur-Mer
16 et 17 juillet 1998
Ouvrage réalisé par l'OPCI pour Arexcpo et mis en page par EthnoDoc
avec le concours de Vendée-Patrimoine et de la FRCPM-Bretagne.
Avec le soutien du Conseil Général de la Vendée,
du Conseil Régional des Pays-de-la-Loire, du Conseil Régional de Bretagne
et du Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC des Pays-de-la-Loire).
L’Harmattan
5-7 rue de l’École polytechnique
75005 Paris�

Collection «Patrimoine culturel immatériel »
�8��� �� ���� �8� � �l����
Déjà parus :
,leP oiré- sur-Vie en 2003, EthnoDoc-Arexcpo
-V endé e- Pat rimoine,P ar is, L’Harma tt an, 2009.
� � ,E thnoDoc-Arexcpo, Paris,
L’Harmattan, 200 9.
�� � ��� � �� ���� ���� ,A MT A, Paris,L'H ar matta n, 201 0.
�� ����� �� �� ��� p� �� ��� ��� �� �� ���� ��� �� ��� �� � ���� � � m �� Actesduc oll oque de
l’Aig uil lon- sur- Meren1 99 8, EthnoDoc-Arexc po -V endée-Patri mo ine-F RC PM-B retagn e, Paris,
L’ Ha rm attan,2 01 0.
�� ��� ��� � ���� �� ������ �� ������ ��� �� � � �� � ���� ,t hèse de Laetitia Bourm alo,
Racines -S ant-Yann/E thnoDo c, Paris,L ’H armattan,2 010.
Àp araît re :
�� ����� � �� �� ��� �� ��� ���� ,t hèsedeJ os eph Le Floc’ h, 198 8, Ethno Do c-Arexc po -V
endée-Patrimoin e, Paris,L ’H arm attan.
,p ar François Simon, Paris, L’Harmatt an.
,p ar Michel Gauthier,Racines -S ant- Yann /E thnoDoc, Paris,
L’Harmattan.
,p ar GeorgesB ourge ois, EthnoDoc-Arexcpo -V endée -Pa
trimoine, Paris, L’Harmattan.
,p ar André-Marie Despringre, Paris, L’Harmattan.
,p ar Jeanne de Couffon de Kerdel lec’h, Racines -S ant- Yann /
EthnoDoc,P aris, L’Harmattan.
,p ar YvonneC acaud et Marcel Baudouin,
EthnoDocArexcpo -V endée -Pa trimoine, Paris, L’Harmatt an.
,p ar André-Marie Despringre, Paris, L’Harmatt an.
� �� � �� ,L aL oure,P ar is, L'Harmat tan.
� � � � �
,T erres d'Em prei ntes,P ari s,
L'Harmat ta n.
e�� ����� � XIX � ��
,O vals, Les Thiaulins de Lignière s, La Gueroué e, Paris, L'Harmatta n.
,C ompagnie Outre -Mesure -E thnoDoc-Arexcpo, Paris,
L'Harmattan.
SAFAC, Paris, L'Harmattan.
���������{������p �� ������� ����
��� ��� ��� ���� �� �� � ����� � ���
�� � � � �� ��
� �� �� �� ��� ��p �� � 8�� ��� �� � ��� � �� ��� � � �8 � �� �� � �� � �� �� �� � � ��
� ��� �� �������� ��� ���{�� �� ������ ��� �� ��� ���
�������� ���{ �� �������� �� ���� ��� �� �� �p ��
��� ��� �� �������� �� ����
����� {�� ��� �� ��� �������� �� ����
��
�� �� �� �������� ��� ���
�� �� ��� �������� �� ����
����� ��� ��� �� � �� �������� ��� ���
��
�� �� �� �������� ��� ���
������� ���� �� ��� �������� �� ����
�� ��
�� ���� �� � �� �����p {��� �� �� �� ��� ����� ��� ���
������ �� ��� �� ���p �� �� ������ ������ � ��������
Préface
Travaillant dans les années 1970 dans une petite mais on d’édition grenoblois e, je reçus un jour une
vis ite inattendue. Attiré par la maquette d’un d’Arn emuiden exposé en vitrine, un certain
Michel Colleu, objecteur de consc ience, pous sa la porte et entra pour s’entretenir de cet objet
maritime insolite en ces lieux. Ce fut le début d’un échange passionnéetd ’unes oli de amitié. Mic hel
m’exposas on travail de collecte auprès des gens de mer de Haute-Normandie et me présenta le 33
tours de collectage surl es marins-pêch eurs fécam pois qui allait se con crétis er.
Cette première rencon tre nous permit de publier dans les colonnes du ��� ���� un des premi ers
articles de fondc on sac rés au patrim oinei mm atériel ch anté des gens de mer, depuisl es fameux
ouv rages du capi taine Hay et.
Si Arm and Hay et s’ efforç ait de sélec tionner avec une so urci lleusev ig ilan ce les «c ha nts de bord »,
et rien que les chan ts de bord, Mic hel avait procédé àl ’inv erse :c ertes, il cherc hait àr encontrer
en priorité de vieux capitain es ou matelots ayantt ravaillé àlav oi le au temps de la Grande Pêche ;
cela lui permit de recueillir de fort beaux chants àv irer au guindeau, parfaitement inédits et valant
parfo is les plus belles pièces imm ortalis ées par le capi taine bordelais ;c ertes, il collecta de nom breux
�� � � ��� �� �m�� �� � � �� ������ �� ���{�� p�
intérêt les «r ondes àt rois pas », trèsp opulaires encore chez les anciens du pays de Caux, enre gistra
des chanteuses, des marins d’aujourd’hui, des gens de la campagne qui avaient en mémoire des
chansonsàt hèmes maritimes qui sont de vrais joyaux. Cet te méthode de recherche ouverte,s ys
témat isée sur d’au tr es côte s, deva it se ré vélert rèsf ruct ueu se.
Po ur ma par t, j’é ta is eng agéa vecq ue lqu es amis dans une ent re pri se un peuf ol le pour sauver
que lquesb rib es du pat rimoi ne immat ér iel des ge ns de mer de Bre ta gne at lant ique,u ne mémoi re
pré cie use que je voyais s’ef faceràg ra nds pas. J’é ta is par ail le urs un amou re ux incond it ionneld es
� �� p� � -
lades anglo-écos sais es, les chan ts irlandaisetl es harmo niqu es des travailleurs noirs des Caraïbes me
touch aient profon dément.
Au cours de mes recherch es sur la vie maritimeenB retagne, il m’était cependanta rrivé de recueillir
certains chan ts de marinsf ranç ais d’un réel intérêt. Av ec mon com père Jacqu es Guillet, nous avio ns
enregistré auprès de M. Le Guénédal, emblématique Cap-Hornier de l’île d’Arz (Morbihan ), un
chant àv irer inédit, chant de bord sans l’ombre d’un doute, dont nous devions retrouver plusieurs
1versions par la suite .
Aprèsle ,d ont il pre nait la suit e, le ,v éritablea gita teur culture l, entre prit la
publication d’une ambitieuse série de doubles albums 33 tours formant une «A nthologie des
chansons de mer »oùd es textes précis, une iconographie pertinente,etu ne interprét ation des chants
plus proche qu’auparavant des témoignag es des marins ayant connu la voile de travail redonnaient
vie et sens àt out un répert oire oublié. La vaste galaxie des musiciens, musicologues et collecteurs de
tout poil qui gravitait autour de Michel Colleuf ut ainsi mise àc ontribution.
1 NDLR :C ettep ièce est publiée dans cet ouvrage dans la communication sur l’histoire des collectes enregistrées.
�{��� ��� � � �� � ��
��� �������� �� � ��m���� p ���� � �� �� � � ��� ��� � ���� �� �p �� ����
��� �� ��� ������ � �� �� ��
����

l
La collection des doubles albums,p ours uivie ensui te sous forme de CD, reçut un écho appréciable
puis que certains furent diffus és àp lus de 10 000 exemplaires. Cette anthologie son ore des chan ts de
mer fut bientôt complétée par une série de «C ahiers de chan ts », avec mus ique notée et
commentaires précis, qui fut largement diffusée àunp rix «g rand public ».
Puis vintunt emps où l’ambition militante du ����{��� �� � %� ��
des gens de mer pas sa au second plan,oup lutôtàl ’arri ère-plan. Pendantcet emps,l es collecteurs
de certaines régions, comme la Vendée sous l’impulsion de Jean-Pie rre Bertrand, poursuiv aient un
extraord inaire travail d’en quête auprès des pop ulatio ns littoral es, un travail que l’on peut pourla
���� ��� ���l� ��
� �� �p � �� �b��� � ��
Beaucoup d’autres régions,d es Fland res au Languedocenp ass ant par la Guadeloup e, suren t, elles
aus si,f aire rev iv re de ric hes réper to ires,n ot amment en lan gues régio nal es. L’i mp ortan ce du
matériau son ore recueilli en quelques décenn ies par des dizai nes de cherc heurs,r ecoupé par une
rigoureuse rechercheena rchi ves et doublé d’unev as te enquête biblio graphiq ue, permit de con stituer un
corpus appréciable, et d’entreprendre son étude.
Pourtant, aucunes yn thèseg lobale ne fut publiée. La Francen ’av ait toujours pas l’équiv alent d’un
ouv rage de référence com me les ������ ��� �� ���� ��� de Stan Hugill.
C’est cette lacune qu’une nouv elle ass ociation, l’OPCI, vient combler aujourd’hui, en publiant
chez L’Harmattan les actes du colloque qui s’est tenu àl ’Aiguillon-sur- Mer voilà quelques années,
mais en inv itant chacun des auteurs àd évelopper plus largement leur comm unication originelle. Le
résultat est impres sio nnan t. Le retard accu mulé par rapport aux autres grands pays maritim es peut
être con sid éré com me pratiquementc om blé.
Que Mich el Colleu, Jean-Pierre Bertrand, et tous leurs amis, ainsi que l’éditeur, en soient remerciés
de tout cœur.
Bernard Cadoret
Fondateur du Chass e-Marée
Auteur d’ � ���p ���� � ���� �� ������ ������
Cofondateur, premier président de la Fédération régionale
pour la culture et le patrimoine maritimes
� � ����
19 98 -2010:d ouze anspourprendre ac te
de l' im po rt an ce de la ch an sonmar it ime
En 1998, les ports du littoral vendéen ont accueilli un remarquable ensemb le d’événements
consacrés àlam ise en vale ur des chantsdem ari ns :stagedec hantsàb ord de voilie rs tr adit ionne ls,
veil lé es, Fêteduc hant de mari n, concoursdec hant s, enr eg istr eme nt de chantsdem anœuvr es à
bordd ’un voilierp our un disqueenhomma ge au gr and coll ect eurA rma nd Haye t. ..
Inau gur ant cet te sér ie de manife sta tions, àl ’Ai gui ll on- sur- Mer eutl ieuuncoll oque sur «lac
hanson mar it ime », le pre mierc onsacré àcet hè me en Fra nce. Or ga nisé par l’Ar ex cpo en Vendé e, en
par te nari at avec le Chasse -Ma ré e, il per mit àd es cher cheursd ’Amé riqueduN ord (Te rre -Ne uve,
Cana da, Éta ts- Unis) et de diver ses ré gions lit tor alesf ra nçaisesdeseren contr er et de par ta gerl eu rs
connaissance s.
La pé rio de ét ait al ors favora ble àlap ro mot ion des«c hantsdem ar in »:lad éc ennie pré céd ant
ce coll oque avaitvulac ré at ion d’une import anteF êteduc hant de mar in àP ai mpol et de de ux
re ndez- vous de voilie rs tr adit ionne ls de dime nsion eur opé enne àD ouar nenezetàB re st, et ces
tr ois gra ndes manife stat ions accor daie nt une lar ge pla ce aux chantsd es mari ns ;p ar ail le urs, de
nombre ux disquese nr ichissaie nt lesc onnaissancess ur ce pat rimoi ne ora l, ta nt en Vend ée,a vec
la col le ction � ��� �� � qu ’en Bretagn e, où le Chasse- Mar ée
po ursu ivaitlap ub licatio n, entam ée en 198 1, des vo lum es de son ������ � �� ,u ne
colle ction qui av ite fait réfé rence.
Les aléasdelav ie ont fait que les actes de cet important colloque ne voient le jour qu’en cettea nnée
2010, douze années après l’événement. Or, fort heureusement, durant cette décennie marquant le
début du nouveau siècle, de nouvelles campagnes de collectesenm ilieu maritime ont été réal isées,
de nouvelles recherches en archives ont été menées, de nouveaux échanges entre chercheurs ont
� �
marit imes. C’est pourquoi nous avons proposé aux différ ents contribut eurs d’all er au-delà de la
simple publicat ion des actesduc olloque de 1998 et de proposer une version remaniée de leur
communication intégr ant les étudesq u’ils ont menées depuis lors.
Mais le domaine de recherche est si vaste qu’il s’avère d’ores et déjà nécessaire de prévoir d’autres
m �� � ��� ��� � � �� S
ri viè res»,a ussi certains des points abordés dans le collo que de 1998 liés àl ’in terprétation des
chanso ns (ain si la com munication de Catheri ne Perrier surces uj et) ont été mis so us le boiss eau :i ls
sero nt repris lors d’u ne renc ontre àv en ir surcet hème.
Gérald Thomas qui était venuen1 998deT erre-Neuven ousp arler de sa pas si on pour les ch ansons
fran cophon es de cette grande île canadien ne, nousah élas qui ttés en 2005: nousl ui dédions cette
publi cation.N ous avons deman dé àR onald Labelle, qui le con naissait bien, de relire sa com
munic ation.
La collec tion �������� �� �� ������� pub liée par les éditio ns L’H armattan et ini tiée par l’OPCI
C��l� �� � ������� ���� ��� ����N ����� �b� ���� � b� �� � �� -
taire, no us avo ns dem andéàcha que cont ri but eurd ’i llus trer sonp roposp ar desd oc ume ntssono res;
�� ��� ��
�� � � m� �� p �� �� � �� �� �� ������ � ������
�� �� � � ���� �� ��� ���� ������ �� � ���� ������ �� �b��l�� ���
� �� �� �� �� � ��
� ��� �� �� ���� � �� � � � � �� ����
����
�b��


��
�{��
qu’ils en soient ici remerciés :las élection qu’ils ont propos ée offre un remarquable échantillon des
���� ���� � ������ � ����� ������ ��m��
son ores –de1 939 à2 009 !–,ceCDc onstitue le premier docum ent exclus ivementc onstitué
d’enregistremen ts de chan teurs traditionn els du mon de maritimep ublié en Franc e.
Parler de chan sonss ansene ntendre n'était pas imagin able pour nous mais évoqu er des voi liers
de travail sans pouvoir les voir ;d écrire des manœuv res sans pouvoir en suiv re le déroulement ;
évoqu er des fêtes sansenm on trer les joy euses images de bordées ;ets urtoutp résenter des
chan� �� ��� ��� � � � �� �� � �� �� �� � �� l�� �8�� � � ��
envis ageable !A us si, cerise sur le gâteau, nous proposons aux lecteurs quelques images extraites
�� ����� l�� ��� ��� �� �� ����� ���� � � 8��� �p � � ������ C��
2010) par l'OPCI.
Vous pouveza insi découvrir des manœuvres menées en chantant lors de la fête maritime de
Douarnenezen2 002 :auc abe stan, sur le quai,oup our hisser un hunieràb ord du quat re -mâ ts ;mais
aussi des chants menés lors des BordéesdeC ancale2010 par des chante urs venus de Guade loupe,
ou d'aut res, enre gistr és voilà quel que te mps auprès de gra nds chante urs de tra dition de Vendé e,
te lle Joséphine Frade t, dont le vaste rép ert oire fait l'objetd 'un chapitre de cet ouvrage.
� �� �� ��
1 �� !
� � �� � �� �
�� ���� ��� �{� � ���� �� ��� � �� ��� ��� l�� {p � �� �
�met tons une bel le bord ée ... d'infor mat ions !
Michel Col leu/J ea n-P ier re Be rt rand
1 Concept d'iRealite /u niv ersité de Nantes, EthnoD oc sous la marque Carré d'Empreintes.
� � � �� � �
� � ��l� � ���� �� �p ��� ��� �� ��� ���� � ���� �� �
���� ������ � ��� � � l�� �� ���� � � ��{�� ���� �� � � �� �
�� �� � �� � � �� �� �� ��� ��� l� ��� � 8� ��� �� � �� ��� � ���� �� ����
� ���
��
���
�N
��
��
��
����
��
��
l���
��
Le colloque de l’Aiguillon, en 1998,
aé té conçu et organisé sous la double responsabilité
de Michel Colleu et de Jean-Pie rre Bertrand.
Il aé té co-organisép ar Vendée Patrimoine, la Société d’émulation de la Vendée
et Arexcpo en Vendée,
avec le concours du Chass e-Marée/ArMen, et de la Ville de l’Aiguillon-sur-Mer.
������ ��� ������
la Ville de l’Aiguillon-sur-Mer, le Conseil Général de la Vendée,
le Conseil Régional des Pays de la Loire,
le Minis tère de la Culture, le Minis tère des DOM-TOM Outre Mer.
Les partenaires de cette publication des actes du colloque, en 2010, sontA rexcpo en Vendée
et la Fédération Régionale pour la Culture et le Patrimoine Maritime-Bre tagne.
Sans l’aide du Conseil Général de la Vendée, du Conseil Régional des Pays de la Loire,
du Conseil Régional de Bretagne, cet ouvrage n’aurait pu voir le jour.
Cet ouvrage aé té conçu et préparé par Michel Colleu,
�b��� �C ��l�� � �� ������ �� ������
et réalisé par l’équipe d’Ethn oDoc.
Michel Col le u, de l’O PCI:concep tio n, suivi édi tor ial,textesa ddi tio nnel s, re le ctur e,
pré par at ion de l’ico nogr aphie ;
Jean-P ierre Bert rand, d’EthnoDoc :p répar ation de l’iconographie, suivi et rele cture ;
Pasc al Serv ain,B ern ard Cado ret, de l’OPCI:r elec ture ;
Catherine Perrier, de l’OPCI, aide au cataloguage du répertoire de Jos éphineF radet ;
MichèleC ad ore t, de l’O PCI:tra nscrip tio n, avec l’a ide de Pe terJ onesetdeJohn Wri ght,
de l’inter view de Pat rick Tayluer, traduct ion de l’inter view ;
relecture orthograph ique des textes de l’ouv rage ;
Hél ène Rena ut- Frai zier,d ’Et hnoDoc :tra it eme nt de par tit ions ;
Guillaume Blin, d’EthnoDoc :m ontage de la maquettedel ’ouvrage.
Michel Colle u, de l’OPCI:c onception et prépar ation du CD d’accompagnement,
rédaction des textes ;
Guillaume Blin, d’EthnoDoc :t rait ement sonore, montage du CD accompagnant l’ouvrage,
�� �
�� � � � �� l�� �� ����� �8������� ��������p ��� �������
��
Les institution nels partenaires de ,a up ort de l'Aiguillon-sur-Mer.
Au premier rang de gaucheàd roit e: Jean-P ierre Ber tra nd, président d'Arexcpo et VendéeP at rimoine ;
Maurice Milcent, maire de l'Aiguillo n-sur- Mer ;Dominique Souche t, vice-pré sident du Conseil géné ral
de la Vendée, préside nt des Affairesc ultur ellesdelaV endée ;Ser ge Poitevineau ;B erna rd Guille ment,
préside nt de la Chambre de Métie rs et de l'ArtisanatdelaV endée.













Programme du colloque de l’Aiguillon-sur-Mer
16 et 17 juillet 1998
Le répertoire chanté des gens de mer :d’une tradition àunpatrimoine


colloque.
Jeudi 16 juillet
Comment naît une tradition ?
Ouve rt ure du co ll oq ue
parJ ean-Pier re Bertr andetM ic helC olleu
Lesa cti vités des gens de merdul it toral du Bas-P oit ou
Jean-Fr an ço is Henry,d oc teurenhisto ir e, membre de la Société d’ém ulati on de la Vendée
La chans on et la vieq uoti die nne
Mi ch el Vali ère, docteur en ethn ologie-an thro pol ogie-préh is toire
L’orig ine des ch an te ys,c ha nts de tra vail des marins
Geoff Kaufman, dire cte ur du dépa rte ment musical du port -musée de Mystic, U.S.A.
Les types de cha nts de tra vail des milieux maritimes frança is
Michel Colleu, responsable des édit ions ethnomusicologiques du Chasse-Marée/A rMen
Les cha nts des ba leiniersfra nça is
Pat rick Denain, chante ur, cherche ur
« Phine Pot oune»,del ’île de Noirmo utier, et son répe rto ire
Eva et Michel Pé nisson, colle cte urs, co-aute urs de p
La mer en vue de la cô te, élé ments théma tiquesdurépe rto ire maritime ac ad ien
Robe rt Bout hill ier,coll ect eur au Cana da et en Bre ta gne,a yant tr avail lé àl ’uni versitéLaval (Qu ébe c)
et àD astum (Re nnes)
Fant ômes de France:l es cha nts fra nco pho nes de Terr e-Neu ve
Gér ald Thomas, ancien dire cte ur du Cent re d’ét udes franco- te rre neuviennes, Memori al University
of Newf oundl and, St John’s, Cana da
�� �� � �� �� �� �� ���Vendredi 17 juillet
Comment un répertoire devient-il un patrimoine ?
L’intérêt des co ll ect es de cha nts po ur l’hist orien
ThierryH eckman, conservateur du patr imoine, direct eur des archives dépar temental es de la
Vendé e, pré sident de la Socié té d’émul ati on de la Vendée
Témoi gnages des «g ens de l’arri ère »ete nquêtesd es folkloristes
Mic hel Colleu, ch anteur, collecteur
Le sauvetage du répertoi re du Boulonnais
Mic hel Lefèv re, ch anteur, ch ercheur
Les collectes en mi lieu maritimeenVen dée
Jean-Pierre Bertrand, présidentdel ’ArexcpoenV endée, collecteur et auteur
«S auveter »l es chants de marins français;l es collectes enre gistrées de chansons
dans les mi li eux ma rit im es
Mi ch el Colleu, ch anteur, co llecteur
Àl ’éc ou te des cha nte urs des cô tes de Fran ce et des ter rito ires d’Out re- Mer :
remarques sur l’interprétation des chants
Catherine Perrier, chanteuse et collectrice
Stan Hugill, le dernier chanteyman
John Wright, chanteur, collecteur
Le rôle des chansons dans le renouveau des bateaux de Loire
Denis Le Vraux, chan teur et collecteur
Bilan et conclusion du coll oque
par Michel Colleu et Jean-Pie rre Bertrand�
Remerciements
La réalisation de cet ouvrage aé té possib le grâce au travail de nombreuses person nes bénévoles et
profess ionn elles.
Les équipes d'Arexcpo en Vendée et de la FRCPM-Bretagne, partenaires de l'édition de l'ouv rage,
celles de l’OPCI et d’Ethn oDoc,q ui l'ont réalisé, remercient tous ceux qui ont prêté leurs clich és,
leurs enregistrements et transm is des inform ations.
Mer ci àS té pha ne Cossar t, dire cte ur du Chasse -Ma ré e, et àG wend al Jaff ry, son ré dact eur en chef,
pour l’a ut ori sat ion de ré éd iter l’a rt icle sur St an Hugi ll,p arud ans la re vue ;
Mer ci aux méd iat hèq uesq ui nous ont aut ori sés àp ubl ier dese xtra itsdel eurc oll ect ion dans le
disque accompa gnant cet te édi tion:
-R èpr iz,C entredem usiqu es et dan sest radi tion nell es et pop ulai res en Gua delo upe,
-M UN FLA–M emorial Un iv ers ity of Newfou nd lan d,
-M uC EM,m usée desC ivil isa ti ons Eur ope Méd it er ran ée,
-M ystic Se ap ort Museu m,
-L ibrary of Congres s;
�� �� � � � � �
po ur le CD jo int :
-D astum,
-LaL oure -M usiqu es et tradi tionsora les de Normandie,
-A FUL-A rchi vesdef ol klo re et d’ et hnolo gie de l’ univer sitéL ava l,
-R èpr iz -C entredem usiqu es et dan sest radi tion nell es et pop ulai res en Gua delo upe ;
Nous remer cions chaleure usement tous ceux qui ont permis aux tradit ions oralesd es gens de mer

les chan teurs qui ont transm is leurs chan ts, leurs sou veni rs, les collecteurs qui ont recueilli ce
patrimoineo ral,etl es ch erch eurs –souve nt eu x- mêm es col le cte urs– qui ontm enéd es rech erch es
d’arc hi ves.
Are xc po en Ve nd ée,p lace Louis de La Roch ejaquelein, 85300 Le Perrier.
arexcp o.enven dee@orange.fr
FRCPM-Bretagne, 25, boulev ard Charles-de-Gaulle, BP 234, 29172 Douarn enez.
frcm ateliers-enfer@wanad oo.fr
��� �b������� � ��� l�� �� � ��� �� ��� � ���� �� ��� � �� �b
� �� ��� �� �� � �� � ���l� ����� �� � �� � ��
�� � � �� �������
�����
��
Le et le ,e ne scale àl 'Aiguillon-sur-Mer lors de .
�����l

Sommaire
Préface de Bernard Cadoret .................................................................................................... .........................5
Avant- propos de Jea n-P ier re Bert rand et Michel Colle u. ......................................................................... ........7
1998 :unc olloque précur seur
Michel Colleu /J ean-Pier re Bertrand
Vendée 98 :unc ollo que, un stage, une fête .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... 21
«S auveter »lep atrim oine oral des mari ns et des mari niers
Mich el Vali ère
Chan son et vie quotidienne. ... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... 33
Thi erry Heckm ann
L’in térêt des collec tes de chants pour l’histori en .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... 37
Michel Colleu
Témoignages des «g ens de l’arrière »ete nquêtes des folkloris tes .......... .......... .......... .......... .......... .......... .....47
Histoire des collect es enreg istréesdec hansons dans les milie ux maritime s. ................................................... 89
Denis Le Vraux
Les chansons des mariniers dans le renouveau des bateaux de Loire ........................................................... 129
Gens de merdeV en dée :c ollecte, sauvegarde et prom otion d’un répert oirer égi onal
Je an-Fran çoisHenry
Lesa ct ivit és desg ensdemer du litt oral du Ba s-P oit ou ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .. ... ... ... 161
Jea n-Pier re Be rtra nd
Lescol le ctes en mil ieum ar it ime en Ve ndée... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ....167
Éva et Michel Pénisson
Joséphine Fradet, dite «Phine Potoune »:une chanteuse traditionnelle de Noirmoutier et son répertoire .... 197
u ld es répert oires maritimes des contr ées francophon es
Gérald Thom as
Fantômes de France :l es chants franc opho nes de Terre-Neu ve .. ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ....2 23
Michel Lefèvre
La chanson boulonnaise et la marine :s auv etage d’un répertoire .......... .......... .......... .......... .......... .......... ....2 47���

m


���
Chants de marins, chantsdet rava il, chantsdem étier
Michel Col leu /B ernard Cad oret
L’origine des �� ...................................................................................................................................... 273
Michel Col leu
Les types de chants de travail en usage dans les milieux maritimes français ................................................ 289
Patrick Denain /M ichel Colleu
Le répertoire des baleiniers français .............................................................................................................. 331
Geoff Kaufman
Tra cer sa routev ers la mer et les �� ...................................................................................................... 367
Patrick Tayluer, entretien avec ill iamM Doer ing er
Comme nt on menaitl es ��� .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ........................................................ 371
John Wrig ht /Stan Hug ill
St an Hugi ll, le dernier .................................................................................................................. 383
Présentation du cont enu du CD joint
70 ans d’enregistrementsd es grands chanteurs du temps de la voile :l iste des plages du CD ..................... 397
Àl ’écouted es grands chanteurs de tradition :p résentat ion des chants par Michel Colleu. ......................... 398
Les assoc iations porteuses de l'édition ........................ ........................ ........................ ............... .................... 415
Crédit iconographique ........................ ........................ ........................ ........................ ......... .........................4 18
��� �� ��
��Les chercheurs intervenants lors du colloque sur la chanson maritime, photographiés en 1998 àl 'Aiguillon-sur-Mer :
En haut, de gauche àd roite : Thierry Heckmann, Gérald Thomas,P ascal Servain, Mich el Péniss on, Geoff Kaufmann, Mich el
Lefèvre, Robert Bouthillier, Mich el Valière, John Wright.
Au mi lieu : Catherine Perrier
En bas, de gauche àd roite : Jean-François Henry, Patrick Denain, Jean-Pierre Bertrand, Denis Le Vraux, Michel Colleu, Éva
Pénisson.1998 :uncolloque
précurseur��
��
��
��
Vendée 98 :uncolloque,
un stage, une fête...
par
Michel Colleu
et
Jean-Pierre Bertrand
Mich el Colleu (de Douarnenez) et Jean-Pierre Bertrand (de Saint-Jean-de-Monts) sont présentés par ailleurs, dans
le cadre de leurs comm unications respectives.T ous deux ont été les chevilles ouvrières du colloque sur le ������
���� �� ��� �� organisé àl ’Aiguillon -sur-Mer en 1998, ainsi que des événements maritimes qui l’ont suivi( stages
de chants de marins traditionnels, escales festives dans des ports vendéens,F ête du chant de marin de
Saint-GillesCroix-de-Vie, concours de chants de marins, enregistrement d’une partie d’un disque de �b��������� ������
du Chass e-Marée/ArMen). Depuis 1985, ils ont travaillé ensemble àd iverses publicationsc ons acrées aux chans ons
maritim es vendéennes.La chanson maritime
1998 :une période favorable au développement
des «chants de marins »
Les «c han ts de marins », sy nonym es pour les «t erriens »d ’aven tures et de voy ages imagin aires, ont
eeu un certain prestige au XX siè cle da ns la soci étéf ran çaise,des comp osit ionsr éa list es de l’ ent
redeux -guerr es ( �� �� � � �� ...)a ux ch ants ins pirés des ����� améric ains ( ������� ...), sans oublier
l’inév itable ���� {���� � �� ���� .Mais le quartdesièclep ré céda nt le coll oque de 1998 corr espond
dansced omai ne àu ne période priv ilégiée qui avuses uc céder les initiativ es de sauv egarde du
répert oire tradit ionnel de chansonsm aritimes et, plus large ment, de l’ensemble de la culture maritime
populaire :v ague sans précéde nt de collecte de chants dans les ports et les villages côtiers ;collectes
approfondies des savoir-faire auprès des charpentie rs navals et des marins du temps de la voile au
travail. Des effortsc ouronnés de succès, avec les lancements de réplique s, restaur ations et
reconstitutions de voiliers de travail, et l’avènement de grandes fêtesm aritimes, des moments accompagnés,
comme il se doit, par les musiques des gens de mer !
Durant ces années fastes pour les «c hants de marins », les initiatives pour promouvoir ce «p
atri1moine méconnu des matel ots français »o nt, elles auss i, été nom breuses :v ague de public ations de
référence, création de groupes pos sédantu ne bonnec on nais san ce du fondsm aritimet raditionn el,
premiers stages de chan ts de manœ uvre au port-mus ée de Douarn enez et, d’unef açon plus vis ible
encore, présencei mpo rtante des «c han ts de marins»d ans les deux grands rendez-v ous maritim es
2 3réguliers qui voient le jour en Bretagne, àl ’initiative du Chass e-Marée,àD ouarnenez et àB rest .
Une fête exclusivementc onsac rée aux «c han ts de marins »e st même créée àP aimpol en 1989,
4àl ’initiativec ette fois de l’ADEPAR .Dans d’autresp ays europé ens, des grandes fêtesm aritimes
apparaissent égal ement, qui font appel aux groupes de chants de marins ;q uelquesf estivals de
musique marit ime, en Grande -Br et agne (pays précur seur en ce domaine),a ux Pays-Bas, en Pologne,
et c, font connaî trecer ép er to ire ;a ux É � {�� � � � p� � �� �� � �l �� �
anné es 1970sed év el opp en t, com me le cé lè bre �� �� ����� de MysticS eapo rt (Con necticut). ..
Cette activ ité bouillo nn ante– qui n’aurap as son équ ivale nt dans la déce nnie 2000 –sera le socle de
l’e nsemble d’évé nements autour des chants de marins orga nisé en Vendéeen1998.
Un évén ementmari time pour la Vend ée
Jea n-P ier re Be rt rand et Michel Col le u, instig at eursdup rog ramme de ,o nt proposé de
mettre en commun les expé rie nces et les savoir-faire des associations Arexcpo en Vendé e, qui
colle cta it et faisa it vivre la tr adit ion musicalev endé enne,C oncor de, qui se créaa lo rs àS ai nt- Gill
esCroix-de -Vie aut our de la culture marit ime local e, et Vendé e- Pat rimoine,f édé rat ion dépa rte
menta le œuvra nt àlas auveg ardedelac ult ure popul air e, et ceux des ent re prisesEurl Nanor,habit uée
de la mise en place logistique de fêt es marit imes et àl ’invita tion de voiliers tra ditionnels, et de la
1 ��� �b�� ��l ��� ��� � �� ��� � � �� �� ��� �� �� ���� �� �b��������� �� ������ �� �� de la SCOP Chass e-Marée.
2 Première édition en 1986. Depu is 1996, la fête est organ isée tous les deux ans.
3 édition en 1992. La fête al ieu tous les quatre ans ;e lle se termine par une grande régate vers la baie de Douarnenez,d ont
l’arrivée marque le début de la fête douarneniste.
4 Association pour le Dével oppement Economique de Paimpol et de sa Région. La fêteset ie nt tous les deux ans àP aimpol depuis
1997.
22
��
�� � ����
��
�� � �� � ���
MichelC OLLEU /J ean-P ierreB ERTRAND
SCOP Ch asse- Mar ée -A rMe n, do nt l’ équ ipe aé té, entre autre, àl ’o rigi ne de plu si eurs ras se
mblementsdev oilie rs tr adit ionne ls, de l’or gani sati on de stag es de chantsdem ari ns, et de la concep tion
des prog rammesdem usiquest ra dit ionne llesdef êt es mari time s, nota mment des édi tio ns 1989 et
1991 de la Fêteduc hant de marindeP ai mpol,etc onseil lè re du prog ramme des édi tio ns 1997 et
�� �� �� �� �� �
Le déro ulem ent de Vend ée 98 :
L’Aiguill on- sur- Mer (16et17j uil let)
-C oll oqueR éper toirec ha nté des gens de mer :d ’une tradi tion àunp atri mo ine
{� �� �� �� m� ����
-C on certs surlep ort
L’Aiguill on /Les Sa bl es (18j uil let):
-D éb ut du st age de ch ants de ma rins:navi ga ti on verslep ortd es Sables
LesS ables -d’ Ol onne
-H al age ch anté surlajetée
{� �� �� �� m� ����p � �� �� �� ��
-B al de la mar ine
Les Sa bl es/ Port -Jo inville( 19 juil let)
-S tage de ch ants de mar ins:n avi ga ti on
Po rt- Join ville/î le d’Y eu (1 9, 20,21j ui llet)
{� �� �� �� �m �� ���p � �� �� �� ��
-R encontre avec les anciens de l’île
-S tage de dan sest radi tion nell es de l’île
-E nr egistremen ts de ch ants àh isser àb orddu
-C on certs surlep ort
Port -Jo inville/N oirmo utier (22j uil let)
-S tage de ch ants de mar ins:n avi ga ti on
No ir mo uti er -en -l’ île (22et23j ui llet)
{� �� �� �� �m �� ���p � �� �� �� ��
-C onc erts surlep ort et au ch âteau
-M ar chec ha ntée surleG ois
Noirmo utier /Sai nt-G ill es (24j uil let)
-S tage de ch ants de mar ins:n avi ga ti on
Sa int -Gill es- Cro ix-d e-Vie (2 4, 25,26j ui llet)
-F ête du ch ant de marin
-P remi ère éditi on du Trop hée cap itai ne Hayet
23
��
��� ��
��
� ��
� ��
������ �� � ��� �l� �� � �� �b� �� �� �� �� �� �� �� �� ������
b��

��

���
������
����
��
La chanson maritime
Le premier colloque en France consacré
aux chants des gens de mer et des mariniers
Le colloque �� �� � � �� aé té l’occa sion, pour les
cherche urs réu nis, d’échanger leu rs connaissances sur le sujet et surtout d’en discutere nsemblel
ongue ment :sic ert ains d’ent re eux se connaissaient grâce àl eu rs activitésm usicales ou même avaie nt
mené des colle ctes communes, d’aut res n’avaie nt encore jamais communiqué en France sur l’aspe ct
marit ime de leu rs reche rches ;c’est le cas, par exe mple, de Gér ald Thomas (ré per toiref rancophone
de l’îledeT er re -Ne uve),deP at ri ck Dena in (chant des bal eini ersf ra nçais), de Robe rt Bout hill ier
(t héma tiq ues mari timesd ans le ré per toi re acad ien),oue ncoredeG eo ff Kaufman( l’ orig ine des
). Les actesp ub liés danscet ouv rage repre nn entl es co mm un ic atio ns de ces ch erch eurs,m ais

�� �� � ��� �� �� �� �� �
Un stage de chants mariti mes d’une semain e,
avec naviga tion et manœuv res chanté es
Autre nouveauté de Vendée 98 :uns tage de chants de marins d’une semaine, se déroula nt tout àla
5 6 7 8fois en mer, àb ord des voiliersdet ra vail , ���� ��!� , ������ et ������ et àt erre, lors des
manœuv res ch antées d’en trée de portoup ours ’e ssayeràm ener descha ntsdet rava il en si tuation,
lors des so irées d’a cc ueil des bateau x, ou encore des renc on tres avecles cha nt eu rs lo cau x.
Anim ée par Cat her ine Pe rri er,John Wri ght,G eo ff Kaufma n, Michel Col leuetP as cal Se rvain,
cet te virée musicale le long des côtesv endée nnes marqua fort ement la tre ntaine de «m arins-cha
nte urs »q ui yont part icipé !T ous se souviennent encore des joutes chanté es entre les équipagesd es
voilie rs, en ple ine mer ... par cal me pla t, de l’a rr ivée àl ’î le d’Yeuaus on des des Amér icains
�� S� ��
MathieuH amon et Charles Quimbe rt, remontant lent eme nt, dans un superbe silence complice,l es
deuxtrèsl ong ues ta blé es de convives sous l’a ncienne crié e, au bord du quai,l orsdur ep as d’accu eil
�� �{�������� � �� ����� �� ������ �� �� ��� ���� � �� ��� �� ���p
9dite «P hine Potoune » ,d eux chanteurs heureux de pouvoir offrir leur répe rtoire àd es «j eunes »
qui, comme eux, considèrent que chanter est un plaisir àf aire parta ger !Ilf audrait aussi parler
du halage du �� �� �� �� �� �� � �� � ��
l’ acti on, lesg estes des «g arç onnes »q ui assuraient cette acti vi té quelques décenn ies auparav an t.
Hal age en ch ans ons,b iensûr !
Une «Fête du chant de marin »àSaint-Gilles-Croix-de-Vie
Port de pêche sardin ier très actif, Saint-Gilles-Croix-de-Vie offre, en parallèle às es deux bass ins,un
grand espace sur les quais permett ant d’accueillir du public. Le port, où viv aient plusieurs chanteurs
5 Goélet te àh unier armée aux Pays-Bas.
6 Réplique d’une goélette de pêche du Cotentin de 1850, lancée en 1992 àC arte ret.
7 eReconstitution d’un lougre de cabotage de l’Odet du XIX siècle,lancée en1 991 àQ ui mpe r.
8 d'un voilier pilote de Dahouet.
9 Un chapitre de cet ouvrage est consacré àl ’abondant répertoire de cette chanteuse de Noirmoutier
24
�� l� � p �� � � �b�� �% �� �� ����� p �� ��� ��
��� m� �� ��
� ����� ������� ��l� ��� Tp |�� �{ �� �� �� � ��� � ��� � �� ��� �� � �
� �� ��
�����
� �
� � �� �� � ��� � m � �� ���
� �� ��
�� ���� ���

���
�����
��
��


����{

MichelC OLLEU /J ean-P ierreB ERTRAND
impliq ués dans le renouv eau de la culturem aritime vendéenne, éta it tout désigné pour accueillir une
«F ête du chant de marin », sur le modèle de celle organisée àP aimpol depuis déjà une décennie.
Comme les fêtesm aritimes organisées en Bret agne, celle de Saint- Gilles-C roix-de -Vie af ait
découvrir au publ ic des aspe cts tr ès diversdelac ult ure popul airem ari time.T out d’ab ord, plusie urs
dizai nes de voilie rs de tr avail,aup ort ou en ré gat e, coursesdeb al eini èr es, et c. Mais aussi, sur les
��� ��p �� �� �� ��� � �� ��� ��� ��� ��� �l ��
� p -
diers, etc ;u ne reconstitut ion d’un (expé dition de sel), avec des ânes bâté s, transport de la bille
pour une quille par un att ela ge de bœufs, et c. Côté restaura tion, on n’oublia pas les produitsdela
mer (grill ades de sardines servies avec des pommes de ter re de Noirmoutier,p ar exemple ), arrosés
� � �
La fêtef aisait la part belleàlam usique, dont c’était le thème principal. L’idée de la manifesta tion
éta nt née des actions de collecte de chants de marins et de leur prolongeme nt, il éta it naturelq ue les
déte nteurs de chants tradit ionnels ou locaux en soient les invités d’honneur !L’accent fut donc mis
sur les «r épe rtoires marit imes des pays francophones », et sur les «c hants de tra vail et ».
Les organisate urs choisirent de proposer, en plus des concerts habituelsdec haque formation, des
concerts collectifs appelés«r encontresm usicales », mêlant les répe rtoiresdep lusieurs groupes ou
chanteurs réput és autour d’un thème commun. Ces soirées collectives ont constitué des moments
de com plic ité entre les diff érents groupes de la fête où le publicr essent com bien la com munauté de
chanteurs, présente sur la scène àc etteo ccasion, forme un équipage embarqué dans un spectacle
Le concept n’était pas nouveau :d es soirées semblables avaient déjà eu lieu lors des grandes fêtes
maritimes bret onnes des années précéde ntes, mais ellesf urent particuliè rement denses lors de la
10fêtev endé enne .Furent ainsi progr ammée s, notamme nt, les «r encont res» �� �� ��
; ���� ������ �� �� ���������� �� ; {������ ; �����p �� ����
��� ��� ; ���� ����� ; �� � � �� ; p� �
p �l �� �� �� �p �� � �b� � ��� �� � �� � -
11pris dans le volume de l’ du Chasse-Marée consacré au grand collecte ur .
Liste des groupes programmés àlaFête du chant de marin
de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, en juillet 1998
Améri que :E nco Ti Tak, Wopso (Guadeloupe), Forebitter (États-Unis), Entourloupe, Robert
Bouthillier (Québec, Acadie, etc.), Ti Jardin (Terre -Neuve).
Europe : Nordre skur og Balla st (Norvège ), T’Klieske (Flandre, Belg ique), Drifjhout (Pays-Bas),
John Wright, Stor malong John (Grande- Bret agne) ;
Marine de Loire: Bredindi n, Ellébore, Cercle de Chouq uet ;
Côtes de Fr ance :B lootl and (Flandre) ;Les Sole ils Boulonnais (Boulonnais) ;F emmes de marins,
Gromor et les GueulesàF uel, Marée de Para dis (Normandie) ;B rou/Cout on, Cabesta n, Cent
Z’es10 Organisé pour la première fois lors des fêtesdeP ors Beac’h (rade de Brest) en 1982, ce type de spectacle collectif n’est plusq ue très
rarement programmé dans les fêtes maritimes depuis 2002.
11 p� ,A nthologie des chansons de mer, vol. 13, collectif, CD, 1998.
25
��� ���� ���� � ������ ��� �� � �����
�� �� � ����� �� ���������
� �� �� ��� �� �� � � ��� � � �� ���� � ��� � �� ��
� �� ����� �l� ��� �� �� � � �� �� �� �� �� �� � � � ��
��� ��� ��
� �� ���{���
�� �� ��\ �� ��� �� � �� � � ��� �� l� � ���� �� � �� � ��� ��� ��
� ����
����􆆆 ��� �b�� ��� � ����� l�� �� � ����� �
� �b����p �� �� ���
� �� ��
�� p �� ��� p �� ��� p ����
��
����
��������
��

�����

��
��
La chanson maritime
cales, Chanteurs de Vilaine, Djiboudjep, Fanch Le Marrec, Grande Crue, Kanerien ar Vro Pagan,
La Bouèze, Les Goristes, Le XV marin, Les Pirate s, Lucien Gourong, Souillés de fond de cale,
Taillevent, Taran (Bret agne) ;D uo Bertrand, Rue des voiliers, Sounurs, Tap Dou Païe, Touline
(Vendée), AV acantaïe (Aunis);P tit goût d’horizons( Provence) ;C atherine Perrier, La Goualante
des pavés (Côtes de Franc e).
D’autres groupes de chan ts de marins sontv enus participer àlaf ête :C hantiti, Gabarre, Les
Gaillards d’Avant, les Va-nu-pieds, Merevan, Vent de Galerne…
Des groupes mus icaux de Vendée ass uraient également l’ambian ce :A loubi, Mis s’Ter, École de
Veuze de La Garnache, École d’accordéon de Notre-Dame-de-Monts, Sonneurs de Veuze,
Orchestre Jazz-band Saint-Hilaire,Unp eu frais pour la sess ion.
Les manœuvres chantées et la première édition
du Trophée Armand Hayet
��l�� �b������ ��� �� �� �� �� � ��� ����
de marinsdeD ouarnenez ainsiq ue de la présen ce des Américainsdug roupe Forebi tter,
attitrés du port-musée de Mystic, diverses manœu vres chan tées furent organis ées lors du stage de
chan ts, puis dans la fête de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Outre leur intérêt pédagogique pour les
participa nts,e lles co ns titua ientd es mo ments for ts d’a ni mati on pourlep ub lic,etf ur ent très méd iati sé es.
Fu rent ainsi men és en ch anson des déc har gemen ts de navires,des dé hal ag es (a ux Sa bl es-d ’Ol onn e,
12àN oi rmoutier-en -l’Île, àS aint-Gilles -Croix -de-Vie), des ch ants àh is ser (à bord du ��� �� )etd es
cha ntsàv ir er au cab estansur le quaideC roix -d e- Vie.L’« ho mmef ort»( se lon l’ex pres si on des
ma telots)u tili sé, ét ait une re const it ut ion de cab est an en boisr éa liséep ar le Cha sse- Mar ée pour
l’ ani mati on desd eux prem ières fêtes du ch ant de mar in de Paim pol ;l ’entrepri se l’o ffr it en 1992au
13po rt-m us ée de Do uar nenez. Ce ca bes tan «v oya ge ur »f ut ut il isé da ns pl usie ursf êtes maritimes .
Pour beau co up de ch anteu rs,c es manœuv res ch antées fur ent leur bap tême de ���� �� �� …Etm
algré leur longue expérienceduc ha nt traditi onn el, ils s’ aperç urent qu’iln ’étaitp as si facile de mener,
par exemp le, un ch ant àv ir er en coo rdon nants on tempo surc elui prov oqué par le cliquetisr égulier
des linguets du cabestan retomb ant surl es cransd estinés àa rrêter l’appareil s’ il devait détourer !
D’ autantq ue le vi rage est co llec tif :l es autres ch anteu rs pou ss ent égalem ent surl es ba rr es,eto nt
souve nt tend anceàa cc élérer le ry thme
Les manœuvres ont été particuliè rement nombreuses durant la fête,car celle -ci accueillait la
premièreé di tiondu«T ro phée capit aine Hayet », lancé àl ’ini tia tive de Michel Col leuetorg anisé par
le Chasse- Maré e. Ce concours de chants de marins, le pre mier du genreenFrance, ét ait consacré
14«a ux rép ert oiresm arit imes des pays francophones ».
12 Goél ette àh unier constru ite en 1930, arméea ux Pays- Bas.
13 Àcej our,sad er nièreu tilisa tion dans une fêtem ari time remonteà2 002.
14 Aprèslap remière édition de 1998, le concours eut lieu lors de la Fête du chant de marin de Paimpol en1999 et des Fêtesm arit imes
de Douarnenez en 2000 et 2002. Il n’y ap as eu d’autres éditions àcej our.
26.
.
MichelC OLLEU /J ean-P ierreB ERTRAND
Il compor tait quatre épreuves, auxque lles pouvai ent partic iper des chante urs solist es ou des groupes
de dix personnes au plus, les concurrents devant interpr éterd eux chants par épre uves :
-C om plai ntes et ch ants de port
-C hants de gail lard d’a vant et ch ants de port
-C hants àd anser
-C hants de manœuv res :
Chants àv irer
Chants àh is ser
Une vin gtaine de concurrents participèrent àc ette première édition, les épreuves ass urant àlaf ête
une animation bienv enue, notamment les chan ts àv irer et àh is ser, qui se déroulaient sous le regard
atte ntif de chanteymen patentésoudec ollecteurs reconnus (Geoff Kaufman, John Wright, Michel
Colleu...), pouvant cons eiller au besoin les apprentis manœuv riers !
Les trois premiersdec haque épre uve furent désignés le dernier jour de la fête,a insi que le chanteur
soliste et le groupe gagnant cettep remièreé dition 1998 du Trophée (Pascal Ser vain et le trio
Roland Brou /M athieu Hamon /C har les Quimbe rt). Ils eur ent ainsi le privil ège de partir aux Éta
tsUnis pour repré senterlaF rance au de 1999.
L’appo rt de Vendée 98
Une décen nie plus tard, peut-on dres ser un bilan de ce qu’a appo rté ce grand évén ement mari time
vendéen ?
�� �b���� �� ��� � m���� �� �� �� p� � � � ���p �� � ���� � � ���
� ����� �p � �� �m��
Ens uiteu ne expér ience unique d’usage des chants de travail dans diverses situations, qui se révéle ra
précie use àt ous ceux qui ont eu la chance d’avoir étép armi les «m anœuvriers»de1 998.
Et aussi de nombreuses occasions de promouvoir le répe rtoire marit ime, tant rég ional que de
diverses régions francophones, et d’en laisser des témoignag es, grâce notamment au disque en
hommage au capitaine Hayet, publié en 1998, comprenant des enreg istrementsdem anœuvres et de
15soirées enreg istrés sur le vif lors de Vendée 98 .
Mais aussi des momentsu nique s, comme ce re port age vidéo gra phique tou rné àlac onser verieG
endre au, où des chant eusesdeS ou nurs se sont associé es àung ro upe d’ouvr ièr es ayant connu la tr
adi16tionp our re constit uer l’a mbiance des usines, où chantsett ra vail sont inti meme nt mêl és .
Hormis ce qui est ét roit eme nt lié au chant mari time,cet te opé rat ion per mit de rasse mblerd es
coll ect ivitést er ri tor ial es, lest ro is chambr es consula ire s, le comitéd ép art eme ntaldut ou risme et la
15 Une équ ipe de prise de son aé té char gée d’e nre gist rer tousl es gra nds mome nts, manœu vres et conce rts.
16 Rep ort agesp hot ogr aphi quesetv idé ogr aphi que s, enr egistr eme nts sonores constitu ent un fonds archivist ique sans pré cédent.À
te rme,l’e nsemble de ces sour ces serac onsult ables ur le site RADdO (www.ra ddo-e thnodo c.com).
27
�� ��� � �� ��
� ���� �� � �� ��� �� ��� ����

��
����
��
La chanson maritime
plupart des ass ociationsq ui sontd irectement intéressées au patrimoinem aritime. Si les
Collectivi� �� ��
départ ementalduT ourisme aé dité une brochure mett ant en exer gue chaque port et les activités
patr imoniale s. Ce fut éga leme nt l’occasion d’édit er l’ouvrage dans la colle
ction Mémoire en Images, de l’édit eur Allan Sutt on, en 1998. Aidé des responsables des archives
municipales de la mairie de Saint- Gilles-C roix-de -Vie, Mesdames Juliet te Joubert et Véronique
Vrignaud, l’aut eur, Jean- Pie rre Ber tra nd, at en té de prése nter les ports de Saint -Gilles- sur-Vie et
celui de Croix- de- Vie au temps du dével oppeme nt de la pêche de la sardine. Ce fut l’occasion de
numériser les fonds photographiquesdel ’édite ur Boutain et du docte ur Marcel Baudouin
(consultabl es sur le site RADdO).
L’association Concorde ne put mett re en œuvre la construction d’une «g azelle»d es Sable
sd’Olonne,comme ellel ’espé rait àl ’orig ine de la manifesta tion ... les budgetsn ’ayant pas
été au rendez- vous !Mais l’enthousiasme susc ité par l’événeme nt ap ermis de mener depuis ce
temps diverses actions autour de la sauvegarde et de la valorisation des bate aux de travail vendéens.
L’association Concorde ao rganisé par la suite des manifestations où l’histoire de la pêche locale
était mise en exe rgue.Ainsi, par exe mple, Maurice Guitt oneau, marin àlar et rait e, ae ntr epris un
vaste programme de cons truction de maquettes, enquêtant auprès des patrons et des matelots pour
reconstituerm inutieusement les bate aux ;ilaé gal ement réal isé des dioramas présenta nt les
tech17niquesdep êche .
18Fin 2000, la cessat ion d’act ivité du dernierm arin-pê cheur, Francis Pouvrea u, entr aînait,
inexorable ment, le départdud ernier«c anott’ »q ui accostait àlac ôte de Saint -Jean-de -Monts. C’est
l’occasion de rassembler les dernie rs matelots pour recue illir leur témoignage.A ndré
Pouvreauregroupe les familles du milieu maritimem on tois et créée Les gars d’la Côute, qui devientu ne section
d’Arexc po en 2001. S’engage alors un sauv etage d’urgenced es trois derniers diables de halage et
19du canot, �� ����� ,dup atron Robert Milc ent, désarméen1 977. Les sou veni rs sonte nregistrés,
les clic hés num érisés,d es acces soi res sontr ecueillis.Lep rojet de recons truction d’un ����� b est à
�b �� ��� ���� ���� ��� �� ������ � � ��
�� l������ p ��� �� � ��� ��� ��
relations avecles fa mil lesd es mar ins pê che ursmont ois, cha que ann ée LesG ars d’laC ôute orga ni se
unef ête àlaT on nell e, le qua rtier des mar in s. C’est l’occ asion d’yp résen ter les trav aux en cou rs et
d’e xpo ser lesc li chésr écemment déc ouver ts.À la barred es Gars d’laC ôute, Jean -Pierre Laga ch e,
retrai té de la Mar in e, pou rs uit les enq uêtes aup rès des dern iers témo insdelap êche côt iè re.J
ean20Jacques Milcent, aidé de Jean-Pierre Colleau,r estau re �� ����� ,r emise àl ’eau prév ue en 2012 .
Mail lon d’une chaîne re lia nt lesp assionnésd es tr adit ions mari timesv endé enne s, et en pre mier lie u,
du pat ri moi ne musicalp op ul ai re, fut une ét apei mp ortante Maislet rava il co ntinue !
Parmiles proj etsenp ré par at ion, la publ icat ion de l’e nsembled es chansons àt hè mes mari times
re cuei lli es en Vend ée per met tradep opul ari ser et re stit uer un demi -mil lierdep iè ces, enr eg istr ées
dire cte ment aupr ès de chant eursdet ra dit ion ou ext rai tesd es manuscri ts coll ect és au cours des
enquê te s, nota mment de cahie rs de chansons.
17 Concor de, Sa lle Mar cel -B ea udoin, 85800 Sa int -Gill es- Croix -de- Vie
18 De 1875 à1937, pas moins de 82 bat ea ux ont étéexploitéss ur la côtemont oise,f ai sant vivre que lque164 famill es.
19 ,c onstruit en 1962 àS aint-Gilles-Cr oix-de-Vie par le chantier Bénéteau,
20 Les gars de la Coûte, La Ferme du Vasais, 85160 Saint-Jean-de -Monts, lesgars.dlacoute @wanadoo.fr
28
��� � ��
�� � ����
�� �����
{��{��� ��{��� ����{���
���� �� ������p ���� �� � ����� l��� � ����� �� MichelC OLLEU /J ean-P ierreB ERTRAND
Au sein d’Arexcpo, la forma tionS ou nurs chanteler ép er toi re mari time vendé en, assura nt, chaque
annéed ep uis 30 ans, plusie urs anima tio ns. L’é quipe pré pareunnouveauCDp rop osant des
chansons rar es, voire jusque -lài nconnues: la pre mièrep ré sent at ion publ ique coïncide ra avec le
lancement de cet ouvrage àS aint- Jean -de -Mont s, un événe ment qui se dér oule ra penda nt le
quaran tiè me ann iversairedeT ap Dou Païe, le groupe folk lorique créé en 1970 qui est àl ’origined es
21div erses ass oci ationsdec ollectes en Vendée évoq uées dans cet article .
Douze ans plus ta rd, que re ste -t -il de ?Silaf êtedeS ai nt- Gill es n’eutp as le succès publ ic
espé ré,contr air eme nt aux aut resé vé neme nts prog rammésl orsde àl ’Aig uill on- sur -Mer,
aux Sab les -d’ Olo nn e, àP or t- Joinvil le ou àN oir mout ier -e n-l ’Île,son conte nu musical est encore
considéré aujour d’hui comme l’un des meilleu rs exe mples de ce que peut êt re une fêtem arit ime
vouée aux «c hants de marin ». Le stage qui l’a pré cédéee st encore aujour d’hui une réf ére nce, et un
super be souvenir pour lesh eur eux par tici pant s… Qua nt au coll oque,vous en avez dans cet ouvra ge
les élé ments, nourris de quel ques annéesdeg est ati on supplément aire,q ui per met te nt, comme le
bon vin, d’ena mé lior er la dég usta tion!
21 Pour marquer ses 40 ans d’existence, Tap dou Païe ap ublié un DVD sur son action de collectage et sauvegarde des danses tradit
ionnelles de la côte vendéenne (parution :d écembre 2010). Tap Dou Païe, La Ferme du Vasais, 85160 Saint-Jean-de -Monts.
29
�� � ����
�� � ����«Sauveter »
le patrimoine oral
des marins et des mariniersMarins de Croix-de-Vie, en 1925.�����
���
���l�N
��

�����
��
��
C����
����

�����
Chanson et vie quotidienne
par
MichelV ALIÈRE
Mich el Valière aé té success ivement ethnologue, chargé de mission au musée national des Arts et Traditions
populaires àP aris et enseignant àl ’université de Poitiers. Il est aujourd’hui chercheur assoc ié au laboratoire ICOTEM et

Une grande partie de ses enquêtes ont été effectuées avec Michèle Gardré-Valière, qui aé té enseignante de Lett res
classiques. Membre du CIRIEF, elle se consacre aujourd’hui àl ’et hnomusicologie du Haut- Poitou méridional.��


���
����
���
����
���


l
����


���

��
���

��
��
��

La chanson maritime
Pour avoir passé mon enfance et mon adolescence dans un village du Bas-Languedoc, je me
souviens parfois avec émotion de l’ambian ce que mettaient dans les rues, sur les chan tiers, dans les
vignes pendant les vendanges, ou même, parfois, sur le «b oulevard »q ui servait de promenade,
des chan sonsq u’in terprétait «l ’hom me de la rue ». Il arrivait que pour la messedem inuit, àN oël,
��� �� ���� �ľ�{��p ��� ����� � S ��� ������ Tp ������� �� ��\ ���
un théâtre lyriqueoudeq uelque chorale plus ou moinsp restigieus e. Lorsq ue le temps le permettait,
les fenêt res des maisons dans les ruell es médiévalesr estaie nt ouverte s, simplement séparéesdel
’extérieur par une indis pensab le mous tiquaire ou par un sim ple rideau de lanières, de corde tressée ou
même de toile àm atelas, le plus souvent. Ainsi, sav ait-on que monsieur P. était en train de se raser,
ou mons ieur V. en train de bricoler.
Si la plupart des hommes «t inorossinaient », d’autres«b arytonaient »ou«t énorisaie nt », selon
l’impression esthétique qu’ils produisaient sur les auditeurs anony mes qui traversaient le quartier.
Le monde méditerranéen chantait au diapason avec la course du soleil ;l es hommes le disputaient
aux cigales et aux oiseaux du ciel. Ne dit-on pas que le célèbre Luciano Pavarotti, maçon de son état,
aurait été repéré par un esthète sur un chan tier et amené àl ’imm ense carrière qu’on lui connaît ?
Le dont Toulouse reste un des hauts lieux, comme asuler appe ler en son te mps Claude
Nougar o, att irait tout aussi bien les ouvriersq ue les bourge ois, tout comme àM ontpellie r, Sè te
ou Bézier s. Ainsi, avant la Premiè re Guerre mondial e, et même après, ma gra nd-mè re pat ernel le,
Antoine tt e, couturiè re «enc hambre », qui confect ionnait par exe mple les capot es milit aires pour
une entr eprise sétoise fournissant l’armée française,nem anquait pas, m’a-t -on raconté, une seule
séance de la saison d’opé ra àS ète– «C ette », àl ’é poque.Mes onclesetm on pèrei ntr oduisir ent
dans l’appar te ment famil ial un phonogr aphe àp avill on et quelquesd isques78t ours/mn., dès qu’ils
eur ent les moyens de se l’offrir,p our mille francs !
Dans cettev ille portuaire,l es grands cafés et hôtels organisaient des apér itifs-concertsq ui ét aient
suivis quasi rel igieusement,e ncore dans mon enfance des années1 945-50. C’est dans ce contexte
que mon père,MichelV al ière (qui m’a lé gué son pré nom et riendes on art !), chant ait du mat in au
soir, déga gea nt autour de lui une bonne humeur et un climat serein et apaisé. Lui aussi, comme sa
mère,en ,e ta vec une voix àlat es siture de premier té nor, chantait le répert oire classique
des airs d’opér a, d’opérac omique, des opéret tesenl eur te mps, sans compter les variét és de sa
jeunesse dans le reg istre des chansons d’amour, mais aussi des chants patr iotiques et quelques chants
de marche, souvenirs de ses différ entesp ériodes milita ires, àl ’exemple de ... en
catala n, signant ainsi le souvenir de manœuvresàM ont- Louis et sur le ,enR oussillon.
J’ai moi-même encoreentêted es bribes de tous ces airs de ,d u ,de ������� ,de
et de ,de –«OhM arg uer ite sois maudite» ... –, de ,du ��
��� ,de ��� ���� ,s ans omettre ����p ��� et les incontourn ables chan ts de Noël, dont les
noëls provençaux avec, pour vedette en famille, le naïf ��� de Sarvil et Ackerm ans
C�Ľ�N � l��� � ��� �b���� ���� �
«D ans une boîte en carton /S ommeillentl es petits san tons /Leb erger, le rémouleur /L ’enfant
Jésus rédempteur... »
Il interpr éta it encore le ,d evenu aujourd’hui un véritable hym ne occitan, et connaiss ait les
quelques premiers vers de la chère aux félibres. Commet outS ét oisdes on épo que,il
avaitf ré que nté,«aut em ps de la Sa int -C la ir », lesf êt es champ êt resd ans le parcd ’Issa nka àB al
a34
���� ����
���� ��
��m ������ �� ���� �����
�� �� � �� �� � �� � ����
� �b� �����
��� ��� �� ����� ��
�� ����� �l
�� �� ���T
MichelVALIÈRE
ruc- les- Bains, �� �� b� ���� et il lui revenait souv ent sur les lèvres ce refrain d’une chanson de
circ ons tance colpo rtée àc ette occ asion: «C hagrin,c hagrinf ai ta mala /N autres volèmen os
amusar. .. »q ui depuisaé té retenue com me un véritable hy mnes étois, «l ’uned es plus belles ch ans ons
d’Occ itanie... », qui s’i nterprète dans les mom ents festifs (banqu ets) pour exacerber l’optim ismeq ue
se recon nais sen t, àt ort ou àr aison, les Sétois.
Cette pass ion du chantneleq uittera pas et peu de temps avantsad is parition,ila vait tenu àc hanter
aux si ens,etene ntier, le célèbre ��� � �� ����,q u’il affection nait particuli èrement et qui l’avait
accom pagné pendant son «t emps de guerre »j usqu’à la Libération de la France.
Mais il avait su faire apprécier son art du chantt out au cours de sa vie. Né sur les hauteurs de Sète,
imp asseP armentier, fréquen tant les pêch eurs du quartier italien,ila vaitt ravai llé tout jeune surl es
quais,d ans une tonnellerie, dans div ers entrepôts de produi ts min éraux (sou fre) et organiq ues
(engraisp ot assi que s), da ns la cime nt er ie sur lesr ives de l’ ét angdeT ha u, ava nt de trou verune mp loi à
la Compagnie des Chemins de fer du Midi. Après son mariage célébré àL espign an (Hérault), le 24
juillet 1934, le couple s’ins talla dans un petit appartement de la rue des Ours où mon frère Pierre vit
le jour, le 12 août 1936. Et là, mon père saturait l’espace son ore de ses chan ts et autres airs lyriques,
com me àl ’acc outum ée. Quelques mois plus tard, l’appartement s’avérantt rop petit, il se mit en
quête d’un autre logement. Il se trouveq ue sur le même palier vivai ent deux vieilles demoi selles
qui, lorsqu’elles eurent vent du projet de départ de mon jeune père, furent au déses poir, et pour le
persuader de reste r, tant ellesa vaient de plaisir àl ’écouterc hanter dans la journée, proposèrent au
jeune couple de payer àl eur place le loyer. Mes parents en furent touchés et honorés, mais leur offre
gracieuse, leurs com pliments et leurs prières n’eurentp as raison de la décis ion d’un choix meilleur
en matière d’installation et de con fort.
���� �� ��� ��� �� ����� ������ � �� ��� ������ �� � �S ���� �� ��� ��� ���
quejevie ns de vous cont er.
35
l ��
�� ��Extrait du cahier de chansons de François Ganachaud, gardien de phare àN oirmoutier.L'intérêt des collectes
de chants et de contes
pour l'historien
par
ThierryH ECKMANN
Thierry Heckm ann est directeur des Archi ves départementales de la Vendée.�
La chanson maritime
Invité aujourd’hui, comme cons ervateur des archives de ce départe ment, ào uvrir la deuxième
journée de ce colloque, j’évoq uerai brièvement l’intérêt des collectes de chan ts, de contes et de
chan son s, pour l’his torien. Ne s’agit-il pas aussidet races des soc iétés qu’il essaie d’approc her ?Au
même titre que les archiv es qu’il utilise, ils sontlep roduit d’une collecte, qui demande un
traitement,p our abou tir àu ne uti lisat ion ou même àu ne diffu sion. Pou rra it- on donc imag iner qu’ils
soie nt àlad ispo siti on desc her cheu rs, aussi aisé ment et nat ure ll eme nt que lesm at ér iauxeng ra ngés
àl euri nte ntion dans les dépôts d’archives ?
�� � �� ���� ��� ��� �� � �� � � ��
�vauxdes fol klo ri ste s, puisd es eth no logues ?C es dern iers ontd égagéd es méth odes co mm un es, qui
onté rigél eursd isc ipl inesaur angd es scie nceshuma ine s, maisl eurd om ai ne re ste en coret rop
étranger àden om breux cherc heurs ainsiq u’au grand public.Nen ous en étonnonsp as :l ’effacem ent du
mon de rural va de pair avec celui d’unec ulture orale traditionn elle, devenuet otalement indéc
hiffrable. Et pourtant, elle aé té le cim ent de la so ciété anc ienn e, qui est l’objet de tant d’études et de
la so llicitation de tant de nos con temporains,enq uête de leurs racines.A lors com ment ch ercher à
approc her la vie quotidi enne rurale, sanss ’en appropri er certaines de ses clefs aussii mpo rtantes.
Les ethno logues,q ue beauc oup d’entre vo us êtes, nousi nv itent àd épas ser le rôle ludique des con tes
et des ch ans ons auquel les réduit notre vi si on habi tuelle de la viec ourante. Ces textes et ces ch ants
ont en effet un rôle so cial fort et con stantd ans la so ciété traditio nn elle. Ils so nt parfo is porteurs d’un
senssié vid ent qu’iln ’a pas beso in d’être dévelo ppé autremen t.
La chan son joue ainsiunr ôle impo rtant dans l’éducatio n, et plus qu’en nourri ss ant seulementl
’imaginaire de références culturelles. Elle en est un moy en actif, qu’il s’agi ssedel ’éducationp ratique,
ou de l’éducationm orale. La chan son est aussiunm oy en puis santp our mani fester des sentim ents,
jus qu’à une déclaration d’amo ur ou son acceptation.A utant dire qu’unep erson ne peut être habitée
par un répertoire, et en user de façon naturelle pour s’exp rimer. La con nais san ce de ces répertoires
� � ���� �b���� � �� �� � �� � � �� �l� ��� �� � � � � � �� � �� ��� ���
���� ������ � �� �l�p �� ��� ��� ���� � �� ��� ���� � � �� � -

compliqué.Etlec hant s’impose par ail le urs en de nombre uses pra tiq ues coll ect ives dont il porte
en mémoi re lesg es tese ux -mê mes. C’e st le cas, nous le verr ons ces joursp rocha ins, des chantsq ui
accompa gne nt lesm anœuvr es d’un navire,d isons même qu’ilsf ont par tie de ces manœuvr es.
Les te xtesdelas ociétét ra dit ionne lle sous-t ende nt donc des pra tiq ues, et même des savoirs. Les
conte s, en par ticu lie r, ont un conte nu symboliquef ort et manife ste.Nep ar tici pent -ilsp as àlac
onstitu tion de ce que l’onp euta pp el er une sage sse ?C er tesc el le -ci est ti ssée de cont raint es d’or dre
cult ure l, mais c’est la base d’un système où lesé vé neme nts quot idie ns tr ouvent le ur sens. C’e st
une mat ièrev ivante,enp er mane nte muta tionetinvent ion, dont on sait qu’e lle an ourrideg ra nds
poè te s, des conte urs, des musicie ns, comme el le s’est nourr ie às on tourdel eu rs œuvre s.
Mais comment cer ner lesc onto urs d’une coll ecteora le,vulav ita litéetlap la sticitédur ép er toi re ?Il
est pour ta nt essent iel de situerl es orig ines du ré per toi re,a insi que lesd iffé re ntess tra tesa ccumul ées
comme des couchesa rché olog ique s. Le re cours aux publ icat ions savant es ou ancie nnes de contes
� �� �� �� �� � � � �� � p �� ����p � �b � � � �� �� ��� �� � �� � ��� � �� ��
��� �{� �� �� ��
du Moyen Âge, ou d’un passage cité par Rabela is. L’approche critique de la tradit ion orale en
situe donc en quelque sorte l’épaisseur dans le temps, tout comme l’analyse des pièces d’un fonds
38
������ b� ��� �� ����� p �� � �� ��� �� � ��� � � ��l� ��� �� �b � ��p
�l
� �� ����� � �p � �� �� � � p ��� ��� � �� � ��� � � �� ��� � �� � �� l�
�� �� �� � � ��
��� �� ���l � ��
��� l� � { ��� � �� ��� �� � � ������� ����
ThierryH ECKMANN
d’archiv es met en relief l’étendue et la durée d’une activité. Cette prise de cons cience nous amène
àa pprécier le travail nécessaire àlap résentat ion du fruit d’une collecte. De la collection de bandes
magnét iques às on utilisat ion par des tiers, quel pas en effet! Parcourons-enl es éta pes rapideme nt,
non pour le plaisir de théoriser des méthodes déjà éprouvées, mais parce que beaucoup de fonds de
collectes attendent d’être traités, leurs détenteurs, publics ou privés,p articuliers ou collectifs,n ’en
ayant pas les moy ens.
Le travail le plus délicat est sans doute le catalogage, qui demande une compétence très spéci alisée,
la connaiss ance préalable d’un large contexte extra- régional, de même que la dispos ition d’une
bibliothèque de référence bien fourni e. L’analy se des pièces recueillies, on le sait, n’est pas innocente.
Au-delà même du risquedem auv aise interprétation, le traitement doit aussis av oir respecter les
œuvres et leurs auteurs :l es premières, les œuvres, en établissant scrupuleus ement les textes, quels
que soient leurs défauts ou leurs variantes, sans chercher àl es corriger en recourant àunm odèle
qui leur serait préféré, et les auteurs ou les témoins,enl es ass ociantd ès le départ àt oute utilisation
ultérieure de ce qu’ils ont livré.
Reste tout un travail de traitement matériel des bandes :l es précautions de conservationnes ontp as
p ���{�� ���p � ���� �p �b�� �
le coup de mani pulationsi ntempes tives,oue ncore par des dis persio ns opérées àd es périodes
cruciales,s oitaum om ent de l’héritage du détenteur, soitàu ne époque d’atonied ’unea ss ociationq ui
les détient elle-même. On avuenV endée tout un fondsi mpo rtant dis paraître dans un inc endie. La
duplic ation paraît donc de bon sens,dem ême que la con serv ation de sauv egarde dans des lieux
distincts.A uj ourd’ hu i, l’ap pari tion des suppo rts nu méri ques ouvre des pers pec tives aus si in téress an tes
pour la con serv ation que pour la diffus ion auprès des ch erch eurs et du public amateur.
L’œuv re de l’Arexc po en Vend ée dans ce domaine témoi gne du travail que l’on peut envis ager au
plusp rès des pop ulati onscol le ct ée s, et en pha se aveclemil ieup or te ur ... qu ’el lesc on sti tuen t, pour
la déco uv erte et la réappropri ation du patrim oineo ral. Un partenariat àl ’étude avec les arch iv es
dépa rtemen tales dev rait abo utir bien tôt àl ’o uv erture perm anen te au pub lic des trés ors de vi
ngtcinqa ns de collecte de l’Arexc po.
En con clusi on de mon prop os d’au jourd’h ui, je vo udrais d’ab ord si gnaler que le grand public
d’histori ens ama teurs qui fréq uen te les arc hi vese st sa ns do ute l’und es plusàm êmed ’a ppr éc ier le tr avail
dese thnologues et des ethn om us ic ologues,etdec om pl éter leurs in for mati on s, carilconn aîtb ien
leur terrain.H abitué àt raquer les traces de l’his toire locale, il est le premier às ol liciter la mémoire
���� ��l �p �b� ��� � ����� �b�� �� ��� b��
� �� �� � �� �� ��
formes comme moy en d’express ion. Son déclin sens ible pour nombre d’obs ervateurs, au début de
ce siècle, est un appauvriss ement de la culture, mais aussit out sim plement de la vie. En témoigne la
liessen ationale de ces derniers jours,àlas uite d’une vic toire sportive inesp érée :neser ésumait-elle
pas, en de nombreux endroits, en une sorte de cri interminable ?Lec oncert des klaxonsb loqués,
celui des sonsd ont la princ ipale caractéristiqu e, sin on la seule, devait être la puis sance, ne son t-ils
� �� �
39
��� � � �{ � ����p � ���l�� ��� �� ��� �� �
� �� � �
�� �� � ����p � ���� �� ���p �l ���