Répertoire musical recueilli en Marais-Breton vendéen

-

Livres
480 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Grâce au travail de Gaston Dolbeau (1897-1976), artiste peintre et folkloriste, près de 500 pièces (chansons, chants brefs pour la danse, formulettes enfantines, sonneries, carillons...) ont pu être recueillies dans la région vendéenne. Le corpus, livré en entier dans cet ouvrage et dans le CD qui l'accompagne, tient à servir la mémoire collective de la Vendée et l'ethnomusicologie francophone.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 décembre 2009
Nombre de lectures 992
EAN13 9782336266756
Langue Français
Signaler un problème

Répertoire musical recueilli
en Marais-Breton vendéen par
Gaston DOLBEAU

Patrimoine culturel immatériel

Répertoire musical recueilli
en Marais-Breton vendéen par

Gaston

DOLBEAU

Textes réunis et ouvrage réalisé par EthnoDoc-Arexcpo avec le concours de Vendée-Patrimoine.
Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC des Pays-de-la-Loire), du
Conseil Général de la Vendée et du Conseil Régional des Pays-de-la-Loire.

L’Harmattan
5-7 rue de l’École polytechnique
75005 Paris

Vendée Patrimoine - EthnoDoc - Arexcpo - OPCI

Patrimoine culturel immatériel
L'ordre de parution n'est pas déinitif

Actes du colloque Chansons en mémoire, mémoiresen chanson, le Poiré-sur-Vie en2003,EthnoDoc-Arexcpo
-Vendée-Patrimoine,Paris, L’Harmattan,2009.

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen, par GastonDolbeau, EthnoDoc-Arexcpo,
2009.

L’Harmattan,

Analyse linguistique dudiscoursdes chansonsdetradition orale dupaysdeGuérande, thèse de Laetitia Bourmalo,
Racines-Sant-Yann -EthnoDoc,Paris, L’Harmattan,2010.

Les chansonsde la Vendée militaire, thèse deJosephLeFloc’h,1988, EthnoDoc-Arexcpo -
VendéePatrimoine,Paris,L’Harmattan,2010.

Actesdu colloqueLa chanson maritime, l’Aiguillon-sur-Meren1998, EthnoDoc-Arexcpo -
VendéePatrimoine,Paris,L’Harmattan,2010.

Chansons recueilliesdansles Mauges angevines, par François Simon, Paris, L’Harmattan.

Chansons recueilliesenPaysdeRetz, parMichel Gauthier, Racines-Sant-Yann -EthnoDoc,Paris,
L’Harmattan.

Lerecueil desplusexcellentes chansonsen forme devoixdeville, de Jean Chardavoine, 1576,complété des
pièces qui ensontissues, parla CompagnieOutre-mesure -EthnoDoc-Arexcpo,Paris,L’Harmattan.

Chansons recueilliesdansleBocagevendéen, par GeorgesBourgeois,EthnoDoc-Arexcpo
-VendéePatrimoine,Paris,L’Harmattan.

Chansons recueilliesenVal deLoir,Orléanaiset Vendômois, par MauriceChevais,Paris,L’Harmattan.

Chansons recueilliesdansleJura, par André-MarieDespringre,Paris,L’Harmattan.

Chansons recueilliesenPaysdeRetz, par Jeanne deCouffon deKerdellec’h,Racines -Sant-Yann
EthnoDoc,Paris,L’Harmattan.

Chansons recueilliesdansleNord-Ouest vendéen, parYvonneCacaud
etMarcelBaudouin,EthnoDocArexcpo -Vendée-Patrimoine,Paris,L’Harmattan.

Chansons recueilliesenFlandre, par André-MarieDespringre,Paris,L’Harmattan.

Sommaire

Préface par MichelDer9iez ...............................................................................................................................

Avant-propos
Gaston Dolbeau peintre etfolkloriste, par GillesPerraudeau ................................................................................. 11
me
Lesconditionsde la collecte, par MThérèse Clavier, illeule de l’auteur........................................................... 23
Ethnographie :La collecte etle fondsGaston Dolbeau, parJean-PierreBertra25nd .................................................
r
Ethnolinguistique :Chansonspour rire : humour,satire etdérision dansla collecte de Gaston Dolbeau, parleP Sylvie
Mougin,CNRS.............................................................................................................................................. 39
Gaston Dolbeau:souvenird'une amitié, parThéodoreRousseau.......................................................................... 59
Ethnomusicologique :Gaston Dolbeau: Letempsdufolklore, parApollinaireAnakesa,associéCNRS.............. 61
Avertissement ...............................................................................................................................................132

Lecorpus
I Lapoésie ...................................................................................................................... 133
II L’amour........................................................................................................................ 141
III Laséparation................................................................................................................ 191
IV Lesbergères.................................................................................................................. 201
V Le mariage ................................................................................................................... 211
VI Les relations sociales .................................................................................................... 251
VII L’armée ........................................................................................................................259
VIII Divertissementsd’adult265es .............................................................................................
IX L’enfance...................................................................................................................... 297
X Lareligion ....................................................................................................................315
XISatire desgensd’église .................................................................................................319
XII Criminalité, faitsdivers................................................................................................ 329
XIII Enumératives,randonnées........................................................................................... 335
XIV Lesanima355ux .................................................................................................................
XV Latable ........................................................................................................................ 365
XVI De laplaisanterieàlagaudriole................................................................................... 371
XVII Chants brefs ................................................................................................................. 383
XVIII Diversespour circonstances .........................................................................................387
XIX Modernes .....................................................................................................................403
AnnexeI Sonnerieset carillons....................................................................................................449
AnnexeII TranscriptionsmanuscritesdeGastonDolbeau..........................................................457

Table desmatièresdes chansons
Classement par ordre alphabétique des titres oficiels................................................................................462
Classement selon lescotesPatriceCoirault ................................................................................................465
Classement selon lescotesConradLaforte..................................................................................................466
Classementparordrechronologique deschansonsd'origineancienne.......................................................468

Bibliographie................................................................................................................................................470
Créditiconographique.................................................................................................................................473
Programme du CD audio............................................................................................................................474
Remerciements ............................................................................................................................................476

Situation du Marais Breton-vendéen

Nantes

Paris

Nantes

Challans

Bouin
Île-de-Noirmoutier
Bois-de-Céné
s
Beauvoir- /Mer
Châteauneuf
t
S -Gervais
La Garnache
Sallertaine
Le PerrierChallans

Île-d’Yeu

t
S -Jean-de-Monts

t
S -Gilles-Croix-de-Vie

Préface

Avec l’édition de l’œuvre de notre compatriote Gaston Dolbeau, notre commune deBois-de-Céné
apportesa contributionàla reconstruction du répertoirechanté de la Franceancienne. Nousne
pouvons que nousenréjouir car cettecirconstance, de nosjours, n’estpas sicourante.L’édition du
dernierlivreconsacréàla chanson populaireancienne enVendéeremonteà1931.
Cette initiativecorrespondà uneréelle prise deconscience de la valeurpatrimonialequereprésente
lalittérature oralequiaétévéhiculée parlesgénérations qui nousontprécédés. Cetteattentionaux
valeurs culturelles: littéraires, musicales,anthropologiques…,queregroupe la chanson parnotre
sociétécorrespondaunouvel égardque portentles Étatsencosignantla convention de l’UNESCO.
Cettecharte pensée parplusdecentpaysde parle mondereconnaîtlesgrandsphénomènes
culturelsdes communautés commePatrimoineculturel immatériel. C’est sansdouteunebien modeste
contributionqu’apporteGastonDolbeau,sorte d’ambassadeurdes Maraîchins,à cette prise de
consciencecollective maisle faitest bien làet,aunom detousmes concitoyensparmi lesquelsje me
retrouve, nousne pouvons que nous satisfaire.
Cetouvrage estl’occasion d’avoir une pensée pour tousnosparentsetnos amis,à toute la
communauté maraîchine, notamment celle du canton deChallansd’oùproviennent toutesles sourcesde
cetouvrage. Sansleuréducation organiséesurlerespectdes anciens, la conscience de la valeurde
l’héritagequ’ilsleuront transmis,toutecetteculture neseraitpas venue jusqu’ànous. Mercià tous
nosparents,à tousles Maraîchins.
On l’aura bien compris, le résultat de cet épais livre est aussi le relet d’une suite de compétences
e
depuisles auteurs anonymesde nos chansons traditionnellesdont certaines sontnées auXIVsiècle,
les transmetteursintergénérationnels quireprésententplusd’unevingtaine de générations,au
collecteurfolkloristeGastonDolbeau auquel il faut associer Marguerite,son épouse,tout aussi
passionnéeque lui,sansoublier son prochecollaborateur RaymondBouineau.La chaîne nes’estpas
interrompue grâceà HenriSimonquiadétecté encetautre passionnéqu’estJean-PierreBertrand,
lecontinuateurdecette œuvrecollective.Grâceaussiaugestespontané deThérèseClavier qui lui
a conié les précieux manuscritsqu’elle conservait. En possession de l’ensemble de l’œuvre de
GastonDolbeau,Jean-PierreBertrandasu s’entourerdes spécialistes quiapportent uneréellevaleur
scientiique à cette édition. Mes remerciements s’adressent à eux, ces auteurs-chercheurs, les
professeursSylvieMougin,ApollinaireAnakesaetGillesPerraudeau.Si letravail desauteurs repose
essentiellement surlebénévolat, lafabrication decetouvrageapu s’engagergrâceauxaidesdes
partenaires quisoutiennentce genre d’initiative, la Commune deBois-de-Céné, la Communauté de
CommunesMaraisetBocage,LeConseilGénéral de la Vendée, leConseilRégional desPaysde
la Loire etleMinistère de la Culture.Merciàtouspourcesoutien indispensable.Remerciements
égalementauxmembresduBouquetd’Ajoncs qui perpétuentàtraversleursactivitésle patrimoine
recueilli parGastonDolbeau.
Quel honneurpourmoiquecette éditionse fassesousmon mandat, maisjesaisaussiquecette
parution estlapremière d’unecollectionque lesinventeursprévoientimportante en nombre
d’ouvragesetenconnaissances révélées.Fasseque l’œuvre deGastonDolbeauouvrecetteautoroute de
noscultures traditionnelles.

MichelDERIEZ,
Maire deBois-de-Céné,
Présidentde la communauté decommunesMaraisetBocage

9

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

10

Guide de la collection

Desfondsinédits sommeillent chez quelques collectionneursou conservateurs. Desœuvres
e ee
recueilliesoupubliées auXVIII, des travaux édités entre la in duXIXetle débutXXsièclesont
introuvables, desmanuscrits restentignorés...Leschercheursanalysentcescorpusmaisleurs travaux
restent souvent conidentiels. Cet ensemble représente autant de sources indispensables pour nos
contemporains.Lesmusiciensetmusicologuesmanquentderépertoire etdeconnaissances àleurs
sujets.Leslittéraires recherchentdes textes, despoésies…, pour travailler surl’évolution de la
langue française, notamment à traverslesmotsetla syntaxequevéhiculentles chansons transmises
parl’oralité.Lesdialectologues y trouventdeséchantillons.Et,tout simplement,c’estaussitenter
derépondreàlademande des chanteusesetdes chanteurs quisouhaitentinterpréterles chansons
de leursparentslorsderetrouvailles.
Pourlapartie détection,recueil et annotation desfondsinédits, d’étudesoud’ouvrages raresou
épuisés, des spécialistes sesont regroupés au sein du réseauRADdO–Réseau desArchiveset Documentation
de l’Oralité–. Ils sesontégalementengagésdans cette démarche devalorisation etde diffusion.
Associerdesmoyenspour valoriserdesœuvrespatrimonialesfrancophonesestl’engagementdes
partenairesdecettecollection.Elle ne pourraitexister sansl’étroitecollaboration decollectionneurs,
dechercheurs, despécialistes, de l’éditeurl’Harmattan etdebénévoles quis’activentpourla
diffusion duPatrimoine littéraire etmusical.
La notion de Pays, qui permet de ixer la provenance géographique du fonds recueilli et prétexte
à cette édition, permetd’associerdes Collectivités territoriales quis’engagent volontairement
dans une politique devalorisation dupatrimoineculturel immatériel local. C’est aussi le moyen
derestituer à chaquePays concernéun peudesonPatrimoine. Toutefois,cesfondsmusicauxet
littéraires recueillis auprèsdesgensd’unPays,s’ils sontempruntsd’apports culturelsmarquéspar
deshabitudes séculaires, n’ensontpasmoins, pour unebonne partie d’entre-eux, issusde la culture
française.
Cettecollection est aussi le moyend’exprimernotrereconnaissanceà ces auteurset ces collecteurs
qui ontœuvré pour sauvegarder un patrimoine particulièrementfragile etmenacé.
Un grand nombre desourcespeuvententrerdans cettecollection. Àces ins, les représentants du
RADdOpeuventêtreconsultés:arexcpo.envendee@orange.fr.

Contact:

Jean-PierreBertrand
RADdO
EthnoDoc-Arexcpo
4, placeLouisdeLa Rochejaquelein,85300LePerrier

02 28 11 4251,courriel :arexcpo.envendee@orange.fr

Pour connaîtreEthnoDocporteurdu concept ?Unsite :
http ://ethnodoc.free.fr

Gaston Dolbeau,
peintre et folkloriste

Gilles

par
P
ERRAUDEAU

GillesPERRAUDEAUestnéà Bois-de-Céné dans une famillerurale. Dès son enfance, il estenrelationaveclafamille
Dolbeau. En 1970, il participeaux activitésdu Bouquetd’Ajoncsdontilassureralaprésidence de 1979à1985.
Professeurde lettresetd’optionthéâtre,sapremièrecontributionàla connaissance de larégionsera,àl’université de
Nantes,une maîtrise de linguistique en dialectologiesurle parlerdeBois-de-Céné. Ilapubliéune douzaine d’ouvrages
surleMarais-Bretonvendéen etlePaysdeRetz. Cespublications touchent àl’ethnographie etplusparticulièrement
aux contes traditionnelset aux comportementsjuvéniles. Un ouvrage deréférence : «L’invention
dumaraisNordVendéen » (Geste2005).Il pratique égalementl’écritureromanesqueà traversdesœuvresévocatricesdecetterégion.

11

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

12

Aucœurdupetitbourg deBois-de-Céné enVendée,acagnardésouslesimmensesfrondaisonsde
laplace de l’église, le logisdu Bois-Jouan, longue façadequelque peude guingoisépouse la courbe
de laroute :blanche maisonàétage etjambagesde pierres blondes auxouvertures.Aulendemain
e
de 1945, il n’yavaitguèreque la Vicairie duXVIsiècle,avecsesfenêtres àmeneaux, etlamaison
e
des Trois Baronnets, duXVIIsiècle,qui lui faisaientombrage. C’estlà qu’estdécédé le24septembre
1976 notreartiste etfolkloriste,GastonDolbeau. Ilreposeà quelques centainesde mètresdansle
cimetière deBois-de-Céné, proche de deux autres artistes,artisansde la représentation maraîchine
e
auXXsiècle : lesfrèresJoël etJeanMartel.

Lagranderue deBois-de-Céné, danslesannées soixante.

Ancrés de longue date sur la rive maraîchine

Ainsique le dit unechansontraditionnelle,Voici le jour qui est arrivé, nous sommesle28 juin 1853:
c’estle mariage d’AdolpheDolbeauetdeVictorineRousseau, lajeune demoiselle du Bois-Jouan.
e
Son ancêtre Jacques igure sur le premier registre de l’état-civil de la commune auXVIsiècle,son
frère en estalorsle maire, etilauraune longévité exceptionnelle : 1858à1891. Maisonretiendra
surtout queceLéonRousseauestleseul mairerépublicain duMarais,qu’ilalesfaveursduPréfet
après quecelui-ci luiaitdemandé desurveillerles sermonsducuré (danslesarchivesfamiliales,
desbilletsattestentdecespratiquesde petite police !). Soucieuxde l’instruction publique, il fait
construire pour les enfants maraîchins, à qui l’inondation hivernale rend dificiles les déplacements,
une écoleaumilieudesmarais. Une écolebiensûrnommée : l’école du Progrès-Rousseau!Ce
grand-oncle pèsera lourd dans la mythologie familiale et servira de repoussoir à d’autres igures.
Revenonsà Adolphe, le marié.C’est un forgeronvenudeMachecoul, dansla Loire-Inférieure
voisine.Laforge estcertes unartisanat respectable maismodesteau regard d’une fortunebourgeoise.
AdolpheDolbeauestdoncun « pauvre »ainsiqu’on le litdanslesdocumentsfamiliaux.Un pauvre
quisebatpourgagnerl’estime desa belle-mèreveuve, mais qui échoueauprèsdetontonLéon.
Celui-ci n’aideranullementlecouple et sescinqenfantscontraintsdevivre « en ménageant».

GillesPERRAUDEAU

Adolphedécède etlapauvre maman est réduiteà aller«quérirdu bouillon »chezl’adversaire
politique – etdonc conservateur– deLéon.Uncomble !Pour terminerce mauvais roman, la
maman meurt à sontour.Lescinqorphelins sontdispersés.Théophile, futurpère deGaston, est
placéchez un onclequi le poussera auxétudesetl’enverra à Paris. C’est une première danslalignée.
Qui est Théophile?Il deviendramaître d’étude danslesécolesprimaires recrutanten milieux
aisés : Institution Springer à Paris, puis Choisy-le-Roi. Il inira directeur. En attendant, il enseigne
le français, lecalcul etmême le latin. Mais voicique letontonLéon,celuiqu’onappelle le «cerbère
decéans», habituéà régenterfamille et administrés, le presse derevenir à Bois-de-Céné prendre
femme !Le neveu regimbe, prendsaplumequ’ilafortélégante, décritlavie parisienne, les«cocottes
quelconques», les« demandeshonteuses»auxquellesil déclareavoir toujourséchappé,vanteune
jeune ille de la capitale « d’une très bonne santé et d’une forte constitution » et qui a en outre « des
principesd’économie ».Autantdecritèresd’appréciation,bien datés,qui fontchavirerl’intraitable
tonton.Le mariage peutavoirlieule28septembre 1889.

Gaston et l’enfance de l’art

Decetteunion naîtle30mars1897,à Linasdansl’Essonne,un enfant:Gaston.Si « l’enfance est
letoutd’unevie puisqu’elle nousen donne la clef »ainsique l’écritFrançoisMauriac, il ne faut
paschercherailleurs que danslademeure familiale lesgoûtsartistiquesde l’adulte.Le dessin – j’y
reviendrai – etlamusique fontpartie desexercices quotidiensàl’école etàlamaison.Ilsn’ont rien
de pensumscarl’enfant s’yadonneavecpassion.Je n’ai pas retrouvé lespremiers traitsdecrayon
maislequartdeviolon estencore dansl’atelierde l’artiste.Une photo de 1904 montre la classe de
violon,à Ménilmontant,avec aumilieudes têtes un peu rasées un jolibambinàlalonguechevelure
bouclée et au regardvaguementinquiet.Aprèsdesétudesaucollège dePassy, il obtienten 1914
leBrevetélémentaire,qui luiconfère le droitd’enseigner.Aprèsavoirfait sespremièresarmes,
bénévolement, dansl’école de papa, il part sillonnerla capitale oùd’heureuxenfantsd’institutions
etd’écolesprimaires reçoivent sescoursde dessin, desolfège, dechantetdeviolon.Une deces
écolesamêmeuneclasse d’orchestresousla baguette deGastonDolbeau.Ce faisant, il perpétue
unetradition familiale de l’enseignementaprèsle grand-oncleLéon, l’oncleAdolphe etVictor,son
propre père.

Pourtant, l’enseignement n’est pas une in en soi. Gaston Dolbeau compte mener une carrière
artistique dans la peinture. Il est pris en main par un disciple de Bouguereau, peintre iguratif de
portraitsetde paysages, peu suspectde modernisme :Paul dePlument.Des relationsprivilégiées
s’établissententre l’élève etle maîtrequi lui feradon de plusieursesquissesetdessins.Maisletocsin
asonné !

Première rupture “j’ai en exécration les champs de bataille”

Aprèslaformation militaire enHaute-Vienne etdansla Creuse, le jeune homme estmobilisésur
le front en 1917. Sans être affecté à la section de camoulage, le dessinateur trouve néanmoins
danslatourmente l’occasion d’exercer sonartetd’exorciser sonappréhension.Lecourrier
envoyéà sesparentsfait souventétatdeses besoinsen plumes, en encre dechine, papier àdessin,
aquarelle, sans oublier le tabac « pour faire fuir les longues heures ». Tabac insufisant car dans
lecourrierdeses compagnonspartent sesdessins qu’ilsont troqués contre laprécieuse denrée !

13

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

14

Dessins croqués surlevif du champ debataille mais aussiàl’encre dechine, exécutés avec une
grosse plume et rehaussésde lavisetdesépia. Ilappliquece genreàdes ruinesde guerre «comme
l’hôtel deville d’Arras, lebeffroi deDouai, lebeffroi deCalais...»Cesélémentsfournisparla
RevueModernede 1920et retrouvésdanslescahiersde l’artiste, précisentmêmeque « lesmilieux
artistiques(…)voienten luiunartiste d’avenir».
Maison netientpas salon dansles tranchées!Lecourrier quasiquotidien envoyé par sesparents
est un témoignage précieux sur la force du sentiment ilial et sur la vie militaire. En juillet 1918, il
écrit« …pourvu que lesbochesn’aientpaslaplaisanterie derisquer uneaffaireauxenvironsdu14
juillet… »Bienvu!Le 19 juillet,uncoup desemoncequand il lui fautfranchirdeuxcrêtesbalayées
parlamitraille.«Celatombaitcomme grêle ».C’est seulementle29 juillet suivant que, évacué et
hospitalisé à l’arrière, il peut enin tenter de décrire les événements. « La balle m’a frappé à droite de
la colonnevertébrale,adévié puisest venuese logerentre deuxcôtes».Il écriraplus tardque «cette
blessure providentielle » guéritmalheureusement tropviteaprèsluiavoirépargné lescombatsde
l’heure.Onverraplus tardquecette expériencebrutale de laguerre etcetteballe dontil dit qu’elle
luia«sauvé lavie » (sic) pèserontlourd dansleschoixdesdécennies suivantes.N’écrit-il pasen effet
« …si je pouvais témoigner toute mareconnaissanceauFritz qui me l’asibien envoyée, je le ferais
aveceffusion ».
Et de se livrer ensuite à des rélexions plus générales sur les hommes et la guerre : « combien j’ai en
exécration les champs de bataille », « jamais je ne me serais iguré que l’homme pût être aussi sauvage,
aussi cruel, aussi bas… ». Rélexions aussi sur le sentiment national et les messages patriotiques qui
«coûtentcher».Finalement, il enappelle «auxprincipes qui faisaientnotrebeauté morale » et
surtoutau sentiment religieux,seuls susceptiblesderedonner àl’hommequelquesagesse.

Un artiste plus éclectique qu’il n’y paraîtra

Aprèslaguerre, ilreprend du service dansl’école paternelle.Cetteactivitéalimentaire dontil
s’acquitte fort bien n’éteint pas la lamme artistique. Il fait alors connaissance deArthurChaplin
qui le prend sous son aile.Chaplin, ils de peintre, élève deBonnat, familier du Salon desArtistes
Français, goûte particulièrement les œuvres décoratives comme les portraits et surtout les leurs. Il
aideGastonàparfairesesnotionspicturales. Gaston ne persisterapasdansle genre duportraitmais
subsisteront de cette époque – 1920 – un portrait de la iancée et un auto-portrait où avec cape et
canne, ilse donneuneallure irrésistible d’hidalgo !Cesontdeuxportraits traités àlamanière des
e e
maîtres lamands desXVIetXVIIsiècleset transmises àlui par Chaplin.Le peintre doitdéposerde
ines couches, après séchage et même ponçage de chacune d’elles, pour obtenir une surface ine,
régulière oùn’apparaissentpaslescoupsde pinceau.Technique fortlente pourdesartistespeu
soucieuxderentabilité etdontilsesouviendra aprèslesannées50.
Cesannées 20 sontdes tempsd’apprentissage etdetouche-à-tout.La bellerétrospective deson
œuvreréalisée parla Conservation départementale desmuséesde la Vendée,àl’Écomusée de la
Barre-de-Monts, en2005,apermisde nuancerl’approcheque l’opinionavaitdecette œuvre. Une
approchesouvent réduiteàl’image d’une peinture d’atelier,un peuimpersonnelle et stéréotypée,
fournie en naturesmortespeintes à tempéra, entoilesléchées quiconcurrencentlaphotocouleur.
Laguerre luiavaitdonné l’occasion de dessiner, decultiverlesensdu trait rapide etle goûtde
l’esquisse.Danslapaix retrouvée, on levoit,un peucomme lesimpressionnistes, présenterdes
paysagesfugitifsavecun jeude petites touchesdecouleurscontrastées.On estloin desFlamands!
Lesproductionsconventionnellesdesannées 60ne laissentpasimaginer une pratiqueantérieure
faite destylisation, de dépouillementoude foisonnementcoloré.

GillesPERRAUDEAU

Il peutégalementétonneren exécutant unetête duChrist àlamanière expressionniste d’un
Rouault. Il ne fautpasoublier sonactivité dansleGroupe deSaint-Jean-de-Montsavec cesartistes
qui feront un pontentre peinture etethnographie maraîchine.

Gaston et « Guiguite » pour toujours

Aprèslaguerre, le jeune parisien ne perd pasle goûtde la Vendée desorigines.Letrain l’y ramenait
detempsentemps.Unevisitechezl’oncle deSaint-Germain-de-Prinçay avaitété en 1915une
occasion de découvertesetd’émerveillement soigneusement consignée dans uncahier. Maisil
y a surtoutleBois-Jouanà Bois-de-Céné, maison natale de lagrand-mère maternelleVictorine
Rousseau. Là, réside une tante, veuve, avec ses deux illes. Entre les deux, le cœur du jeune
hommebalancequelque peu. Mais Marguerite, lapetitecousine, plusjeune de deux ans,ades
traitsparticulièrementdoux,qu’elle gardera toujours, etlecousinaux alluresd’artisteromantique
init par lui déclarer sa lamme. Désormais, elle sera pour toujours « Guiguite ».Àde multiples
partis qui pouvaient s’offrir àlui enville, notre parisien préfèreune provincialequi porte la coiffe
traditionnelle et qui a par ailleurs reçu l’instruction des illes de bonnes familles. Les familles donnent
leur consentement sans trop de dificultés. Les craintes liées à l’union consanguine s’effacent devant
la satisfaction deréunirplusfortementdeuxmembresd’unecommunauté partagée entre exiléset
ceux restés au« pays»comme on le dit alors.Le mariagealieule3avril 1923en l’église
deBoisde-Cénécomme l’indique le faire-partoùlesinitialesdesfamilles Rousseauet Dolbeauforment un
entrelacsdistingué.
De leur union ne naîtra aucun enfant. Celanecesse d’étonner quelquespetits voisins qui posent
des questions. Mais c’est qu’ils sont cousinsgermains, leurdit-on, et quecela risqueraitde donner
«des enfants anormaux». D’autres sont tentésd’y voir unchoixdélibéré,une étonnante promesse des
deux iancés sacriiant ce désir si naturel et impérieux d’une postérité à un amour exclusif qu’ils
jurentdese porterl’unàl’autre,toujours. Quoiqu’il ensoit,uneunionquirefuse laprocréation ne
manque pasde faire grincerlesplusfervents catholiquesde laparoisse. N’a-t-on pasdit aussique le
traumatisme de laguerreavaitdissuadé lecouple d’avoirdesenfants?
Lecouple iras’installerà Paris,rue de la Grange-aux-Belles, oùGastoncontinue d’exercer sa
fonction d’enseignant et d’éveilleur. Le 20 février 1934, il reçoit les palmes d’oficier d’Académie
avant de recevoir celles d’oficier de l’Instruction Publique, le 23 février 1939.

Seconde rupture : encore la guerre

Laseconde guerre mondialeramèneralesépouxà Bois-de-Céné en 1941.Le logisduBois-Jouan où
latante estdécédée estdésormaislibre.Ceretourade nombreusesconséquences.Gaston n’enseigne
plus mais les propriétés de la famille Rousseau font qu’il est libéré des soucis inanciers et peut donc
s’adonneràdeuxpassionsgratuites: le folklore etlapeinture.Avantage peunégligeableque d’avoir
épouséunecousineau«cotillonterraillou»,c’est-à-direriche de nombreuses terresd’exploitation.
Comme la totalité de la Droitevendéenne, et cellequi dansle marais votetraditionnellementpourles
Baudryd’Asson, nonobstantleralliementdesCatholiques àla République en 1896,GastonDolbeau
adhèreau Pétainisme. Par antisémitisme hérité desa vie parisienne?non.ParMaurassisme?Il
n’estpasagnostiquecommeMaurrasmaiscroyantfervent. Par anti-bolchevisme?Il partageun
sentiment de rejet assez commun dans les campagnes. Par légalisme politique et idélité religieuse ?
C’est sûr.Ilretrouvealorsdansl’idéologieVichyste les thèmes que la Droitevendéennea souvent

15

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

16

exaltés:travail, famille, patrie. Thèmes reprisparl’Évêque deVendée,Monseigneur Cazaux, le
23février1942, lorsquecelui-ci évoque les causesmoralesde ladéfaite etinviteà setourner vers
le Maréchal. Il gardera sa idélité au Maréchal et lorsque celui-ci mourra en 1951, il sera des six
hommes sollicitéspourle porterdans sa tombe de l’Île-d’Yeu.
Il est certainque notreParisientrouve en 1941,à sonarrivéeà Bois-de-Céné,unecommune,
certes blessée, mais rassurante,sinon exemplaire (!) dans sesmœurset samorale. Ceretour,
désiré depuislongtemps,s’accompagne d’un étonnement candide devantles ruraux, leursfamilles
unies, leur respectde lahiérarchie, leurs saines activités, leurpratiquereligieuse, leurs relations
amicales, leurgaieté.LeBois-Jouan devient un espace protégé,un havre de paix,àl’écartdes
champsdebataille, des villes que gangrène levice. S’y côtoient artistes, hommesdu clergé etlesgens
modestesdu voisinage. EtdesAllemands y sontentréspendantlaguerre !Ilaouvert saporte « par
reconnaissance » coniera-t-il évasivement, longtemps après, reprenant exactement les termes écrits
en juillet 1918 après sa blessure. Quoi qu’il en soit, le qualiicatif peu latteur que lui valurent ces
visites– « leBoche » – n’autorisecependantpas àpenser qu’ilavait,àl’instardes Darnand,Doriot
et Déat, des sympathiespro-nazies.Aucunement.

Après les pères fondateurs : Milcendeau, Bazin

Letravail d’ethnographie deGastoncommence danscette périodetroublée de 1941-1945.Proche
de l’idéologievichyste du retour àla terre, il participe néanmoins à un mouvementinitié en partie
e
audébutduXIXsiècleavecleromantisme européen. Etla contradiction decesiècle – le progrès
ne peutpas seconjuguer avecles relentspasséistesetil faut sauverles témoignagesdes cultures
pré-industrielles–c’est aufondceque notre nouvel ethnographea connudans safamille :un oncle
progressistequiveut«civiliser» le marais,un père férudecultureurbaine et classique maisplus
ouvert, etlui-même, jeune hommeblessé parlamodernité etlaguerrequi,à Paris, porte
leMaraisBretonvendéen en lui, le désire, l’attend,s’yémerveille d’autantplus queceterroirprendra bientôt
le visage d’une jeune ille.
e
Cetintrouvable maraisjusqu’auXVIIsiècleavait connuensuiteune lente découvertesystématisée
e
audébutduXIXavec une enquêtestatistique dudépartement soucieuxdecirconscrire etinventorier
les ressourcesd’unterritoire nouvellementnommé. C’esten 1880 quece pays singulier attire les
peintres autourdeMilcendeauetLepère, puisleséditeursdecartespostalescommeBoutin, en
1910.Avec RenéBazin, l’auteurdeLa Terrequi meurt(1899) etlesavantdocteur Baudouin, ils sont
lesinventeursd’une nouvellereprésentation dumarais,un marais archaïque, indépendantetfestif.
À cette époque, onassisteauxpremièresmanifestationsde «traditionnisme » :concoursdesauts
àlaningle, etde dansesmaraîchinesoùle marais se donne enspectacleàlui-même et aux autres
avec l’essor naissant du tourisme. Puis arriveront les groupes folkloriques pour magniier ce qui est
désormaispromis àlamort. MadameCacaud,sœurdudocteur Baudouin,collecte les traditions
oralesdès1925 et crée en 1937le groupe folkloriqueBise-Dur à Saint-Gilles-sur-Vie. Maisdéjà
Joël etJanMartelavaient,avecquelquesamisetleursfermiersduMollin, faitévoluer, en 1936, le
groupeLesdanseursetchanteursduMarais-Vendéen.
Aveclesmêmesmoyensmanuels queMadameCacaud etlesMartel –sansenregistrement–Gaston
Dolbeau, dès1941-1942, entreprend derecueillirlatradition orale.L’aire privilégiéesera
Bois-deCéné, histoire de ne pas aller chasser surles terresdes autres. Sans vouloirdiminuerlesmérites
de notre homme, le jeune organistearrivéà Bois-de-Céné lamêmeannées’avère être plus qu’un
auxiliaire précieux. RaymondBouineau a une étonnanterapidité pourmémoriserlesmélodies
cependant queGaston note lesparoleset transcritlamusique.

GillesPERRAUDEAU

Cevaste corpus–389 chants, comprenantdesdanses, descoutumesetmêmeun lexique –aété en
partie présentésurleCDparule28 juin 1997:LaVendée maraîchinerend hommageà GastonDolbeau.
Eten 1946, une première manifestation derégionalismese dérouleavecunretentissementdont
le journalLa Résistance de l’Ouestse faitl’écho : «à Bois-de-Céné, le lundi dePâques1946, lafête
folklorique maraîchineaobtenule plusgrandsuccès.Lescostumesnombreuxfaisaient revivre
les dimanches d’antan. Nulle apparence de déguisement. Les illettes et jeunes illes en bonnets
ruchésouencoiffesetlesgarçonsenchapeaux rondsétaiententouspoints semblablesàleurs
grands-pèresetgrands-mères qui,autrefois, portaientlecostume.Pendant toutl’après-midi,sur une
estrade, devant une toile de fond représentant le marais recouvert d’eau, les couples ont déilé pour
le concours de costumes et dansé toutes les igures de maraîchines. Les traditions populaires furent
évoquéesavecunsouciscrupuleuxde lavérité.Despiècesmaraîchinesfurentjouéesparlatroupe
spécialisée deCroix-de-Vie et uncrochetpermitd’applaudirlesmeilleurschanteursdupays.Le
soir, furent représentéesLaTerrequi meurtparlesacteursdupatronage,avecdeschantsharmonisés,
r
etde nouveaulapièce d’actualité en patoisTôt tcheu, ol età mo, duD Pigeanne. Belle manifestation
derégionalisme dontil faut chaudementféliciterl’organisateur, le peintre deBois-de-Céné,Gaston
Dolbeau.»

Cette mêmeannée 1946, il participeà une mission de la PhonothèqueNationale etdu Musée de la
Parole de l’Université deParis, parlebiaisdesfrères Martel.
Sontenregistrés quelques classiquesmaraîchinsdontdeux chants àmenerles bœufsetla célèbre
grand-danseY a pus qu’dixpoumesmenée par EugénieRenaudineau,accompagnée – il fautle noter
– par Mesdames Dolbeauet Martel.

Gars et filles de Bois-de-Céné « sur le théâtre »

Logique aboutissement des choses, c’est enin en 1948 la création du groupe folkloriqueLeBouquet
d’Ajoncs, dont nous extrayons ici quelques articles signiicatifs des statuts.

Titre de l’association : «LeBouquetd’Ajoncs».
Objet:réunirlajeunesse pourélever son niveauculturelàl’aide dufolklorerégional
Siège :à Bois-de-Céné,audomicile deson président.

ArticleI- il estcréé pourlespersonnesdesdeux sexes, originairesethabitantla
région dumaraisnord de la Vendée,un groupe folkloriquequiapour titreLe
Bouquet d’Ajoncs, afilié à la Fédération Nationale Folklorique des Provinces et de
l’UnionFrançaise.Toute discussion politique ou religieuse estinterdite.
ArticleII-But: le groupeapour butderéunirprincipalementlesjeunesgens
pouréleverleurniveau culturel moralementet artistiquement. Renouerle passé
auprésent, fairerevivre les vertusdes ancêtresde notre province. Effectuerdes
présentations et déplacements ain de susciter la solidarité indispensable des individus
entre provincesetentre nations.

Avecunrecrutementmoins ruralque lafanfare locale,animée parlereceveur-postierGoubaud, le
groupe deGastonDolbeauaun impact trèsfort surlajeunesse.
Une quinzaine de garçons et illes de la commune en font partie dès la première année. Il est vrai
quece furentdavantage lesjeunesdubourg, enfantsd’artisansetdecommerçants,quirépondirent

17

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

18

àl’appel et arborèrentles attributsmaraîchins. On dit alors qu’il fautde la tournure pourparaître
en public!Le présidentlui-même n’estpasinsensibleàl’apparence et aumaintien des adhérents
sanspourtant arrêterdes critèresphysiquesdesélectioncomme dans certaines compagnies.
Lesuccèsn’estpas sans susciter quelques réserves,sinoncritiques,venuesdesplus religieuxdont
faitpourtantpartieGastonDolbeau.Maisc’estencore letempsoùl’on estimaitplusconvenable de
travestir les garçons en illes plutôt que de faire monter celles-ci sur la scène. Par ailleurs, la division
des sexes,àl’école,àl’église,aupatronage, est chose encorebienrigide. Et voilà queMonsieur
Dolbeau rassembletoutecette jeunessesurlespodiumsetdansdes carspourdeslongs retours
nocturnes!Il devient un fauteurdetroublesetde promiscuité.Les railleriesdesplusaustèresne
manquentpas.Pourtantle discoursduprésidentadequoirassurerlesplus réticents: « nosdanses
sont saines et ne permettent ni les conidences à l’oreille, ni les lirts... ».

Le groupe folkloriqueLeBouquet d’Ajoncs.Aupremier rang l'onvoitlesenfantsLilianeCoudriauetJean-PaulBadaud, puis audessus
de gaucheàdroiteGaston et
MargueriteDolbeau,ClaudePerraudeau,LouisetteCouton,GastonBabu,MadeleineBoucher,JeanPaulTaille,GisèleCalard,ÉtienneVéronneau,JoséphineAverty,au troisièmerang ilya GastonChevrier,MoniqueBoucher(la
illeule de Gaston Dolbeau), Simon Fort, Marie-Josèphe Babu, Pierre Séjourné, Odette Babu, Armel Lebeau, Raymond Bouineau et son
accordéon, enin au dessus d'eux Jean Chalet, Colette Lebeau, Hubert Lebeau, Marie-ThérèseChevrier,JoëlFradin,Marie-Thérèse
Odéon,Guy Badaud,MichelleSavenay.

Gaston Dolbeau multiplie les déclarations dans la presse et à la in des spectacles: «nous ne
nousdéguisonspas… nous voulonsmontrerlevrai folklore de notre pays… »Àl’authenticité du
spectacle,s’ajoutecelle desparticipants: « nousnesommespasdesprofessionnels ...lesparticipants
ont des professions artisanales et agricoles». Le spectacle relète une vision idyllique du marais
etde la ruralité en général. Nous retrouvons bien là toute lapensée politique de l’homme et sa
sensibilité de peintre. IIdit alors que «toutesles bourrines blanches sousleur toison dechaumerient
également…que lesmaraîchins sontgais». Ilajoute : «ceque nousévoquons,c’est biencequise
passaitdansles veilléesd’antan oùl’intimité était siardente ». Cetteattitude n’estpasétonnante,
venantd’un homme néàla ville, necôtoyantla campagnequ’àdistance etnetrouvantdans celle-ci
quecequ’il estdéjà aufond de lui,avec sontempéramentd’esthète joyeux.

GillesPERRAUDEAU

À traverslespectacle, ildéclarevouloirfaire « œuvreutile », etdélivrerenquelquesorteun message
qui n’étonnera pas: «Par nos chants et nos danses, nous voulons élever une vibrante et ière
protestation de notreâme paysannecontre lesexactionsdes tempsmodernesoùdesphilosophies
nouvelles se heurtenten deschaosinextricablesetconduisentaudoute de notrevraie destinée
chrétienne ».

De Charette à Georges Bidault

Le nouveaugroupe maraîchin estdoncsalué parlapresseà Machecoul en 1948.À cette époque,
unevéritable frénésie de fêtes régionalistes s’empare de notrerégion, desesmargesnantaiseset
de son bocage vendéen. Ce sont les années mythiques du folklore naissant que raviveront les lots
touristiques, deuxdécenniesplus tard.
Commencealorsla belle odyssée dugroupe.Dès1949,c’estlechâteaudesDucsà Nantes, le festival
deNice, lafête deCharetteà La Garnachequi n’estpas«une manifestation politique mais un
hommage de notre générationauxancêtres qui ontdonné leur vie pour une noblecause ».Maisoù
commence lapolitique? À Roanne, onserendàl’église pourlerassemblementdes Écoles Libres
au son deAuprèsde ma blonde!Il faut cependantnoter que parmices sympathiesmonarchisteset
réactionnaires, ily alaparticipation duBouquetd’AjoncsauCongrèsNational duMRPdeGeorges
Bidault,quicompte dans ses rangsde nombreuxchrétiensgagnésauxidéesde la Démocratie.Puis
c’estlecongrèsde la JAC(Jeunesseagricolecatholique)à ParisoùLeBouquetd’Ajoncsadroità
une page entière de la célèbrerevuel’Illustrationet recueille des«applaudissementsfrénétiques»au
Parcdes Princes. Mais arrêtons-là ces récitsfondateursenquelquesorte de lageste dugroupe et que
certains rappellentencoreavecenchantement.

Un soupçon de modernité ?

Sousladirection deGastonDolbeau, lespectacle –commecelui detouslesgroupesfolkloriques
–seveutenquelquesorte pédagogique,reposant sur unrythme immuable : présentationsuivie de
l’exécution. Une présentation orale d’ailleurs trèslittéraireque le présidentlit sur un petit carnet
très soigneusement calligraphié.Lesexécutions sontbrèves:trois toursde danse,cequi fait une
petite minute.Dansesetchantsalternentjusqu’à cequeGaston fassesigneà ÉtienneVéronneau,
en 1951, pourdesintermèdes contés,unÉtiennetroptimide pour venirproposer ses services. C’est
donc à GastonDolbeau querevientle mérite d’avoirdéniché notreconteuretde luiavoirdonné
ladimensionque l’onconnaît.Lesdéclarationsd’authenticité maraîchineque faitalorsle président
méritentdesnuances... qui nesontpasdescritiques,bienaucontraire.Ilyadesarrangements
chorégraphiques.Ainsi, inspiré parles rencontresde festival, met-il enscèneunesuite dequatre
igures maraîchines et une danse masculine des Bâtons revisitée par les Maraîchines. II harmonise
unchœur à quatrevoixmixtes àpartird’uneSélection debranlesmaraîchinsqui devientenquelque
sorte l’hymne dugroupe. Ces arrangementsoséspar GastonDolbeaunesontpaspourdéplaire.
Commentl’artiste peintre,sensible et soucieuxde disposerlesélémentsd’une nature morte,
n’aurait-il pas accommodé –aumeilleur sensdu terme – la traditionbrute en lamontant surla
scène?D’ailleurs,vers1974-1975,après avoir vules Ballets Populaires Poitevinsd’AndréPacher–
qu’ilavait rencontré etdontil étaitpourtant si éloigné idéologiquement– il ditavoirétéséduitpar
leur spectacle où tout s’enchaîne dansdes tableaux à thème.«Voilà cequ’il faudraitfaire »avait-il
dit alors.

19

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

20

Aprèsavoirpassé lamain en 1966, ilrestera attentifàl’évolution dugroupe etnéanmoinsdiscret
auprès de ceux qui assumeront la lourde tâche de l’héritage que lui-même ne voyait pas igé. Mais
leGastonDolbeaupeintre,à qui le folklore n’apas toujourslaissé lerépitetla sérénité nécessaire,
que fait-ilalors?

Les couleurs du Marais

Quellevision dumarais avait-il eueà sonarrivéeaupaysen 1941?LeParisienqui dénonce les
errementsdes tempsmoderneset revient àla ruralité, l’hommeconfortablementinstallé dans sa
demeure du Bois-Jouan, l’artiste parcourantlescharrauds souslesoleil de l’été 1941,cetartiste
regrettequecertainsaient représenté le maraisd’une manière «triste et sombre etparfoismême
tragique ».Etbiensûr,c’est à Milcendeau qu’ilsonge en écrivant cesmots. On imagineque
l’artiste fera uneautretraduction dumarais.
Leregard de l’artisteaimesetourner verslespaysages.Etdanscecas, ilresserre laperspective,à
ladifférence deMilcendeau.Le peintresoullandais, élève deMoreau,aunevision plus réaliste;
iltraduitde largesespaces« enfondus»sous uncielbasetlourd etchargé de menaces.Chez
Dolbeau, pasdetêtardsdéportésparleventdesuroîtoudecielsfouailléspardes«bouillards»
montésaveclamarée.Le peintrecénéenvoitle maraisbleuetblanc,rehaussé dequelques touches
decouleurschaudesetcaressé parlesoleil. Souventlaperspectiveseréduit auxdimensionsde la
maison oude la bourrine « pourdeux cœurs quis’aiment»comme il l’ajoute dans une dédicace.
Et si nousentronsdans cettebourrine,c’estl’âtrecommeunantre intimeaux replischaleureux
quiva attirer ses yeuxparfois.Àlatable decette maison, pasde plans surdespersonnagesaux
traitsmarqués, pasdevisagesàla Milcendeau,GastonDolbeauportesonregardsurlesobjets.
Lecadrese faitintimiste.
Ensomme, il n’affectionne ni lesportraits, ni les tableauxde genre, ni lesmarines, ni les scènes
historiques.Il estle peintre desnaturesmortes.Ilaun fortjoli motà cesujetetparle plutôtde
« natures silencieuses».Quels sontcesobjetsinanimésàqui il donneuneâme? Citons ces vases
de leurs, un globe recouvrant un diadème de mariée, une statuette, cette symphonie de blanc
avecdeuxcarafesaux rondeurscaressantes,témoinsde la convivialitésouriante de l’artistequi
recevaitchaquesemaine.Pluscurieusement, ontrouveaussi desobjetsprosaïques,résolument
anti-poétiques, même paspittoresques:un panieràsalade,un grilavecdes sardines.Lesobjets
deshommes–ceshommes sisouventabsentsdes tableauxde l’artiste –témoignentcomme le
travail dufolkloriste, de lamême passion pourlequotidienrural.Etnousnesommespasétonnés.
Aprèsavoirété pendantlongtempsle peintre despaysages, ils’estmis, pendantladécennie60,
àpeindre lesobjets. On levoitjuxtaposerde manièretrèsheureuse lanacretransparente d’une
coquille etla consistance d’une pomme deson jardin. C’est que, inspiré par sespremiersmaîtres,
il joueaveclalumière. Dans unautretableau, il juxtaposeuneveuze enrubannée et un gâteau
piqué de dragées:cette fois, il joueavecles symbolesévocateursdumariage.Il ditd’ailleursà
cette époque-là au sujetdesobjets: «c’est que je lesaimecomme desêtres.Je penseauxartisans
qui lesontconçusavecsoin,qui lesontfaçonnésavec beaucoup detendresse
».Etmême,audelà,sapeinturese fait quelquefoisprièrecar cesobjets témoignent selon lui de « lagrandeurde
lanaturetelleque l’afaite le divinCréateur». C’estleGastonDolbeau religieux. Etpuismalgré
cettecélébration desobjets,commes’ilvoulait remettretoutes choses àleurplaceréelle, dans une
perspective plushautement théologique, ily a cetteautretoilesombre dansl’atelier cénéen :sur
unetable,uncrâne,unsablier, et unebibleavecune page détachéequi portecesmots: «vanitas,
omnisest vanitas».

Un penseur discret et néanmoins convivial

GillesPERRAUDEAU

On a bien compris que Gaston Dolbeaun’était,certespas,unrévolutionnaire. À un jeune professeur
d’histoire, il demandait un jour que l’on écrivît enin la vérité sur les guerres deVendée. Mais il
restait avant tout un homme discret qui désavouaitl’action etlesproposexaltéset violents. Un
homme légaliste etpatriotecommese plaisait àlerappelerle grandami peintre,HenriSimon, le
27 septembre 1976,surla tombe de l’artiste, le jourdesa sépulture « … laguerre 14-18t’arrache
à Paris. Tu t’y comportes courageusement.Lamédaille militaire, la Croixde guerre enattestent
ainsiquecetteatteinte parlesgaz,qui estpeut-être -qui peutl’assurer ?-àl’origine detalongue
maladie...».
Il était dans le privé un homme idèle en amitié – le contraire eut été étonnant – attachant, même
s’il intimidait quelquefois, disait-on.Facétieuxaussiquand ilse plaisaitàmontrerlaphoto oùil
tenaitdans sesbras unesuperbeblonde : ils’agissaiten faitde l’acteurRaimuàqui ilressemblait
étrangement.Facétiesàsesdépens,cette fois,aveclesdeuximprévisibles Bouineauet Véronneau.
Unsoir, lesdeux compères avaient veilléà toujours remplirleverre deGaston,bafouillantensuite
devantle publicpourprésenter son «seigneur» d’accordéon. Cettescènese passait à Évian. Un
soirderépétitionà Bois-de-Céné, ons’étaitmis à chanter uneversiontrèslocale d’unechanson
maraîchine :«Alice était servante,Alice était servantechezMonsieurleCuré, digue don din
dondaine...»La bonne dupresbytèrevoisin –Alice – ne l’entenditpasdecette oreille etle
lendemain, la porte de communication entre la cure et la propriété Dolbeau fut déinitivement
murée.Toute lavie deGastonDolbeauauprèsdeson épouseGuiguite etde laservanteJoséphine
–vieapparemmentcalme etaustère – fourmilleainsi d’anecdotesplaisantes.Caron n’étaitpas
ennemi de lajoie danscette maison oùl’onreçutbeaucoup. À ceteffet,Gaston et Marguerite
avaientmêmeaménagé lafameuse « mariennaïe » meubléeàlamaraîchine pour recevoirles amis
de passagequ’ilaccueillaitlapipeàla bouche etl’œilrieur.

Gaston Dolbeau est décédé le 24 septembre 1976. Marguerite l’a rejoint le 21 août 1982. Et la idèle
Joséphine – laservantesansgagecomme il l’appelait quelquefoisenréférenceau roman deJean
Yole –agardé leBois-Jouan jusqu’au10mars1989.

Bibliographie

Le21avril2008,Paris

Gaston Dolbeau, peintre etfolkloriste 1897-1996,Écomusée duMarais-BretonVendéen,2005.
PERRAUDEAUGilles,Gaston Dolbeau et le spectacle du Marais, publication de la Société d’Histoire
etd’étudesduPaysChallandais, 1998.
PERRAUDEAUGilles,L’invention duMaraisNord-Vendéen,GesteÉdition,2006.
ArchivesPrivées

21

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

22

GastonDolbeau au violon lorsd’unereprésentation de la troupe duBouquet d’ajoncs

Les conditions de la collecte

par
Thérèse C
LAVIER

ThérèseCLAVIERestladescendante de lafamille deGastonDolbeauetlégataireuniverselle desamaison leBois-Jouan
à Bois-de-Céné.

23

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

24

GastonDolbeau tenait àpréciser avoir«collectétoutesles chansonsdu répertoire dugroupe
folkloriqueLeBouquet d’Ajoncsà Bois-de-Céné ».Ainsis’exprimait-il pourprésenterleschansonslors
de ses spectacles folkloriques si l’on se réfère à ses iches manuscrites « Présentations duBouquet
d’Ajoncs» :
- «Deschansons telles que nouslesavons recueilliesde la bouche même desancienset que
nousprésentons,sansapprêt,comme elles sechantaientauxbanquetsde nocesoudansles
assembléeset veilléesd’autrefois»
- «Deschansons transmisesde génération en génération, le plus souvent verbalementet qui ont
gardé leurfraîcheur, leurnaïvetécharmante etleurespritdebonaloi »
- «Noschansons sontcelles qu’on entendaitdansles veillées, nocesouassemblées.Ellesont
étérecueilliesoralementou trouvéesdanslescahiersprécieusementconservésdansles vieilles
armoiresfamiliales».
GastonDolbeau,artiste peintre était trèsattachéaumarais.Ilallait très souventpeindre dansce
maraisdeBois-de-Céné oùil posait sonchevalet.Lesgensl’accueillaient volontiersetacceptaient
d’ouvrirleurmaison etleurcœurpourchanterleschansonsd’autrefois.
IlsappréciaientGastonDolbeaucomme musicienvioloniste etRaymondBouineau,aveugle,
comme musicien organistequ’ilsécoutaient àlamessetouslesdimanchesdansl’église
deBois-deCéné.
C’est ainsique plusieurs centainesdechansonsontétérecueilliesde la bouche même des anciens
par GastonDolbeauet sonamiRaymondBouineau. Ils allaientensemble faire lecollectage des
chansonset souventlafemme deGaston «Guiguite » les accompagnait. Raymondavec son
accordéon mémorisait assezfacilementet Gaston écrivaitparolesetmusiques surdes cahiers qu’il
conservaitprécieusement.
Sonrépertoires’estenrichi par uncomplémentdecollectage d’ÉtienneVéronneau, me disait
PierretteSéjourné.Audire d’ÉlianeRenaudineau,c’est sapassion dufolklorequi l’auraitamenéà
collecter uneaussi grandequantité dechansons.

er
Bois-de-Céné, le 1août 2008

La collecte et le fonds
Gaston Dolbeau

par
Jean-Pierre BERTRAND

Jean-PierreBERTRAND, est, en 1998, lePrésidentfondateurd’EthnoDoc,Centre de documentation du Patrimoine
culturel immatériel.
Dès1971,avecTap DouPaïe, il engage lerecueil dechansons, de dansesetde musiquesdansleMarais-Breton
vendéen.Aveclafondation d’Arexcpodontil estle présidentde 1977 à 2001 – depuisen estlevice-président–,
il initie la création de l’Écomusée du Daviauddontladirection lui est confiée en 1981. Àpartirde 1991, il étend la
démarche du collectageàl’ensemble dudépartementde la Vendée.Levolume d’archivesainsirecueilli l’amèneà
organiserleurgestion informatique. En 1997,collaboreavecleséditionsduChasse-Maréepourlamise en œuvre de
concoursdechantsde marins. En 1999, il dirige l’Étude ethnologique du Sud-Vendée, – 94communes– opération
soutenue parl’Europe danslecadre d’un programmeLeader II. En2000, il engageun programme decollaboration
r
avecleLACITO/CNRS. Dans cecadre,aveclePAndré-MarieDespringre, ilcrée leRADdO,RéseaudesArchiveset
documentation de l’Oralité.Nommé directeurd’EthnoDocen2001, ilcrée leCentre de documentation duPatrimoine
culturel immatériel, installéauPerrier.Depuis 2005, élabore le programme dénomméCatalogue évolutif de la
chanson populaireancienne despaysfrancophones.En2006, estéluadministrateurduPôle decoopération des acteursdes
musiques actuellesenPays-de-la-Loire.En2007, initie la collectionPatrimoineculturel immatériel, publiée parl’Harmattan.
Il estl’auteurd’une dizaine d’ouvragesetd’articles à caractère ethnologique, principalementethnomusicologique.

25

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

26

Les enquêtes vendéennes
antérieures à Gaston Dolbeau

Dans le Marais-Breton vendéen

de

chansons

folkloriques

La collecte deGastonDolbeau s’inscritdansla continuité d’uncontexte national initié parHyppolite
Fortoul et ixé par le décret du 13 septembre 1852. Cette enquête a permis de fournir au comité
parisienquelques114textes recueillisenVendée :trèspeuportentde mentionquant àl’identité de
l’enquêté, ni de lalocalité d’oùprovientl’œuvre.
e me
Nouslimitant au Nord-Ouest vendéen,aumilieuduXIXsiècle,M Françoise de la Nicollière, de
1
Machecoul,a remis 25textes, dont17 avecles airsnotés,à ArmandGuéraudquiavaitentrepris
lerecueil deschansonspopulairesduComté nantaisetduBas-Poitou.À cette enquête menée entre
1856 et1861,MM.Brossaud, deSaint-Gervaispour1texte,ProsperGrolleau, pourChallanset
Saint-Gervaisavec21textesdont1avec airnoté,avaient réponduàlasollicitation ducollecteur
nantaisoriginaire deVieillevigne.Comparantces sourcesavec cellesdeGastonDolbeau,unsiècle
les sépare, les textes comme les musiques n’ont pas connu de réelles modiications durant cette
période.GastonDolbeaune faitaucuneréférenceaux travauxd’ArmandGuéraud, pasplus qu’à
ceuxd’AbelSoreauoudeJeanne deCouffon deKerdellec’h, proches voisinsayantédité plus tôt.
e
Restant sur le territoire de prédilection de Gaston Dolbeau, à la in duXIXsiècle, parmi les
2
correspondantsdeSylvainTrébucq,apparaît un instituteur-adjointdeSaint-Jean-de-Monts,M.
Thibaut,qui livra8textesavec airsnotés.GastonDolbeauconnaissantl’œuvre deTrébucqn’a
pasinséré lespiècesmaraîchinesdans sa collection.Relevons seulement que la chansonL’amoureux
de laservante(réfP.Coirault:09804) estpluscomplète decinqcoupletschezDolbeau,avecunair
différentégalement.
Ilsemblerait que lecollecteurcénéen n’aitpasnon pluseuconnaissance des travauxdudocteur
3
MarcelBaudouinqui, dès1934, publiait une étudesurl’aguilaneu.Cechercheurarecueilli de
nombreux textesdechansonsdansleMarais-Bretonvendéen, notammentà Beauvoir-sur-Mer, la
Barre-de-Monts,Saint-Hilaire-de-RiezetSaint-Gilles-Croix-de-Vie.Cecorpusestconservésous
me
forme de manuscritsparleMusée de l’AbbayeSainte-Croix,auxSables-d’Olonne.Sasœur,M
YvonneCacaud, fondatrice dugroupe folkloriqueBise-Dur,yaégalementcontribué enrassemblant
deschansons recueilliesauprèsde membresde lasociétéqu’elleanime.Cesdeuxfonds restent
conidentiels.
4
GastonDolbeauafréquenté lesfrèresJean etJoëlMartel.Ila collaboréaveceuxpourle
regroupementdechanteurslorsdesenquêtesmenéesparRogerDévigne, pourla Phonothèque
mes
nationale.Lui-même,son épouse et quelquespersonnes(M YvonneArnaud,MarcelleBillet,
Marie-ThérèseBrianceau,EugénieRenaudineau,MoniqueRivallin etMM.AlbertBocquier,
RaymondBouineau(entant quechanteur),MauriceGervier,GuyTriballeau)sontenregistrés

1

2

3

4

ArmandGuéraud, néà Vieillevigne en 1824, mortà Nantesen 1861, libraire-imprimeur.Il projette l’édition d’unRecueil dechants
populairesdu Comté nantaisetdu Bas-Poitou.Terminé en 1856, il ne futpaspublié parl’auteurmaisparJosephLeFloc’h, en 1995.
SylvainTrébucq, néà Bagnères-de-Bigorre en 1857, morten 1930, futprofesseurde littératureàl’École normale deLa
Roche-surYon.Il initiaunecollectevers1890, publiée en 1896.
Folklore deVendée.Leschansons.La chanson laplus typique de l’Ouest:L’Agui-lan-neu.La Roche-sur-Yon,ImprimerieHenri
Potier, (en deuxlivraisons1934, 1935), parleDocteurMarcelBaudouin.
LesjumeauxJean etJoëlMartel (nésle 5 mars1896à Nantes- mortsen 1966)sontdes sculpteurs, designersetdesdécorateurs
français quicréèrentle groupe folkloriqueLesdanseurset chanteursdumarais vendéen, en 1936.

Jean-PierreBERTRAND

par l’enquêteurparisien le 12 septembre 1946.MargueriteDolbeauestenregistrée le29 mai 1947.
Nous relevonsdansl’inventaire dufonds Dévigne laprésence du coupleJoëlMartel entant que
«ripouneurs », c’est-à-dire choristes. Toutes les chansons ainsi interprétées face au graveur igurent
danslecorpus révélé parcette édition.
Onretrouveune dizaine deces titresimpriméechezFleury à Challansetéditéesouslaforme de
feuilles volantesparlesfrères Martel.Làs’arrête la contributionàladiffusion parl’imprimé des
FrèresMartel.Etpourtant,ce nesontpaslesarchives qui manquent.Ils rassemblèrentbeaucoup
desources, mirenten œuvre leurartpourcréerdesconcertsetdes spectacles qui furentdonnésbien
5
au-delàde la Vendée,voire de la France, permirentlespremiersenregistrementsdevinyles…,
maisle fondsmanuscritn’apasététraité pour une édition.Sansdouteunchantieràouvrir ?
Enconclusion, malgréun nombre importantd’enquêteurs surleterritoire du Marais-Breton
vendéenqui neregroupequ’unevingtaine decommunes, il n’existe pasd’ouvragespécialisé livrant
uncorpusimportantdechansons véhiculéesparl’oralitésice n’est celui du bardeGan’Achaudqui
6
conclut son ouvrage depoèmeset sonnetspar quelquevingt-deuxchansonsavecmusique,relevées
auxalentoursdeSaint-Gilles-Croix-de-Vie. Ce livre eut untirage limité.L’œuvre deGaston
Dolbeauestdonclapremièreà combler cetteabsence.

Plusieurs enquêteurs-auteurs pour le Bocage

Si leMarais-Bretonvendéen ne peut revendiquerlamémorisation imprimée deson fonds chanté,
ce n’est pas le cas pour leBocage.Cette situation ne surprend pas car, cela a été maintes fois vériié,
l’engagementd’actionsdesauvegarde estgénéralementprovoqué parleconstatde l’extinction,voire
de ladisparition d’un phénomène. En l’occurrence, entre 1970et 2000, il estplus simple decollecter
des chansonsen mémoire dansleNord-Ouest vendéen, nettementmoinsdansleBocage. Que dire
de la Plaine etdu Marais Poitevinquisontdevenusdequasi-désertspourlesenquêteursdesderniers
détenteursdecetype derépertoire?Cela voudrait tenterde fairecroireque jusqu’à une époque
récente, la culture musicale des Maraîchins, dontladanse, était,àleurs yeux,un phénomènevivace,
doncexempté desauvegarde matérielle. C’est vrai, pourfairesimple,qu’elle étaitentretenue par
touteslesgénérationsnées avant1950. Ce n’étaitpaslecaspourleBocage où cetteculture,bien
qu’existante danslesmémoires, n’étaitplus aussi populaire entre lesdeuxguerres.L’adoption du
répertoire musical «àlamode parisienne »y aété massive dèsles années1920, plus tôtencore dans
la Plaine luçonnaise etfontenaisienne.Lesprévenancesdecette disparition parlesauteurscomme
JérômeBujeaud,SylvainTrébucq,Jean deLa Chesnaye,ÉmileBoismoreau,Georges Bourgeois,
chanoineRobin,FerdinandYdier…,seretrouventplusoumoins appuyéesdansl’avant-proposde
leurouvrage.
e
S’inscrivant dans cette volonté de sauvegarde de la « poésie populaire », à la in duXIXsiècle,Jérôme
Bujeaud, faitéditeren 1865 deuxtomes consacrés auxChants et chansons populairesdes Provincesde l’Ouest,
Poitou,Saintonge. Aunis, et Angoumois avec airsoriginaux. Vers1880,AlfredRousse publiechezPoulalion,
à Paris,Vieilles chansons vendéennes,qui n’est autrequ’unesélection d’œuvresprélevées chez Bujeaud
auxquellesilajoute des chansons courantes.L’ensemblese limiteà vingtpièces richementillustrées
de dessinsdeY. Wely,connaissantmieuxlecostumebretonqueceuxdeVendée.

5

6

Disque 45tours, 17cm.Folklore deVendée :airsetdansesmaraîchines recueillisetinterprétésparles Danseurset chanteursdu Marais Vendéen,Pathé
EA231S,vers1959.(CoteBnF ; E12450,EthnoDoCDSc ;03.06.06.84) )
La vieilleVendée, en poésieset chansons,Gann-Acho, lebarde du Marais,La Roche-sur-Yon,HenriPotier, 1933.

27

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

28

En 1896,SylvainTrébucqpublieChansons populairesdeVendéeet, en 1912,La Chanson populaire etla vie
rurale des Pyrénées àla Vendée. Ernest Guyonnetfaitimprimer unesérie deDix chansons vendéennessur
feuilles volantes, puisDouzevieilles chansons vendéennes, en 1906.C’estJean deLa Chesnayequi, en
1911avecLevieux bocagequis’enva,terminecette premièresérie d’ouvragesfolkloriques renfermant
deschansonsmajoritairementcollectéesdansleBocage.
r
Ce n’est qu’àpartirde 1930 que laproduction d’ouvragesimprimés reprendra.LeD Émile
Boismoreau avecVieilles chansonsdeVendée, éditéà Paris chez PierreBossuet, ouvrecette nouvelle
série.L’annéesuivante, en 1931,Georges Bourgeois, livreVieilles chansonsdu BocageVendéen, notéeset
recueillies..., parl’auteur. En 1933,FerdinandYdierpublie dansleBulletin de la SociétéOlona une
bellecollection devirelanguesetdetirades. En 1938,MadeleineBoutron,avecChansonspopulaires
du Poitou:Vendée,Deux-Sèvres,Vienne, élargitleterritoire. D’autres s’intéresseront au sujetmais sans
publication spéciique.

La collection de chansons folkloriques de Gaston Dolbeau

SelonsonamiHenry Simon,artiste peintre luiaussi : « le fonds Dolbeauestlerésultatd’une
collecte pour constituerlerépertoire dugroupe folkloriqueLeBouquetd’Ajoncsfondé en 1948 etla
commande faite parleMusée de l’Homme,une dizaine d’annéesplus tôt».Elle ne futjamaislivrée.
N’ayant plus de témoins, cette situation ne peut être vériiée. Ce travail est, à notre connaissance,
ladernière enquête decetype enVendée.Depuis, l’enregistrement surbandesmagnétiquespuis,
depuislesannées 2000 sur supportsnumériques, permetdeconserverl’intégralité dupatrimoine
musicaltraditionnel, dontdeséchantillonsdetechniques vocales traditionnelles.
GastonDolbeauavaitconnaissance des travauxdeJérômeBujeaud etdeSylvainTrébucqpuisque
quelquesfeuilletsnon-attribués àdeslocuteurslocaux conservésdans sa collectionsontla copie de
partitionsfourniesdansles titres cités ci-dessus.
Le fondsGastonDolbeau retenupourcette éditionse présentesousdeuxorganisationsmatérielles.
Il estaussiutile de préciser qu’il n’apasététenucompte desœuvresjouéespourl’enregistrement
desdifférents supports sonoresauxquelsGastonDolbeauet sesprochesontété invitésentant
7
qu’exécutants .Cechoixaété guidé parle fait quecesontdesinterprétationsartistiquesfaites àla
demande de producteurs, jouéeshorsde leur contextesocial. Pouren mesurerles caractéristiques,
8
ces sources sontdisponibles surlesite deconsultationRADdO.
La collection deschansonsimprimées se présentesouslaforme decinqcoffretscartonnés recouverts
d’unetoilecomportantchacunune étiquetteréalisée parl’auteurportantlamentionFolkloreVendéen.
FlorilègeMaraîchinetde huitcahiersd’écolierspourles textesetdeseptcahiersde musiquespourles
partitions.

7

8

EnregistrementRogerDévigne déjà cité en page 26 et1disque33 tours,25cm,Veillée maraîchine, interprétée par LeBouquetd’Ajoncs,
groupe folkloriquevendéen deBois-de-Céné,sousladirection deGastonDolbeau. PathéST1125,vers1960.(CoteBnF ; C 21907,EthnoDoc ;
CDS 03.24.02.87)réédité en 1967 parDucretet-ThomsonsousletitreEn passantparla Vendée.(CoteBnf; B67601,EthnoDoc CDS
10.23.09.02).
RADdO,Réseaudes Archiveset Documentation de l’Oralité, fondé parAndré-MarieDespringre, ethnomusicologue,chercheurau CNRS,
etJean-PierreBertrand, ethnomusicographe etprésidentd’EthnoDoc, fondateurd’Arexcpo.

Les coffretsFolklore Vendéen. Florilège Maraîchin

Jean-PierreBERTRAND

Regroupés sous cetitre,cecorpus représente 163 partitions, 164textesdechansonset chants àdanser
ou àmarcher(dontdes variantes), l’identité du témoincollecté etle lieuderésidence. Chaque pièce est
présentée de lamême manière. Un feuillet cartonné de format 325 mmx 250mm dontlapremière
decouverture est une œuvre originale – gouache, encre ou aquarelle – porte également uneréférence
chiffréequiseretrouve dansla table desmatières qui ouvrechaquecoffret.Laseconde page porte
lapartition,voire des versions, latroisième, letexte manuscrit àlaplume, encrebleueàla ronde.
Laquatrième estgardéevierge. Quelquesfeuilles volantesimprimées àl’enseigneChallans,Imp.
Charrier-F. Fleury, gérant... sont colléesenremplacementdu texte manuscrit. Ils’agitdeséditions
réalisées àl’initiative des Frères Martel dontnousnous sommesfaitsl’écho plushaut.
Cettecollection fut,selon la volontétestamentaire deGastonDolbeau,transmiseà HenrySimon,
deSaint-Hilaire-de-Riez,artiste peintre,qui futlui-même l’un desmembresactifsdugroupe
folkloriqueBise-Dur, deSaint-Gilles-Croix-de-Vie.HenrySimonqui était unami intime deGaston
Dolbeau signequelqueslivretset yamêmeajoutéunechanson provenantdeCroix-de-Vie.
Quelques semainesavant son décès, il invite l’auteurdeceslignesetlui lègue lesprécieuxcoffrets,
en précisant la volonté de Gaston Dolbeau : « Ce lorilège doit se transmettre aux générations
futurespour quevive la culture maraîchine ».Depuis,cettecollection estconservée parArexcpo,
qui en a conié sa gestion et sa valorisation àEthnoDoc,Centre de documentation du Patrimoineculturel
immatériel.

Les cahiers

Pourles textes,cesonthuitcahiersd’écoliersde petitformat(+ou– 170mmx 220mm) présentant
soitdeslignes soitdespetitsoudesgrandscarreaux.Ils sontdénomméspar une lettre ensuivant
l’ordre de l’alphabet(A BC D E F G H). Seul lecahierHprésente,sur sa couverture,une indication
concernantletype deschansons qu’ilrenferme.On peut ylire «comptines, formulettes,rondes
enfantines, jeux».L’écritureàlaplume etlaprésentation des textes sonten généralassez claires.
L’écriture est trèslisible,rendantdece faitla compréhension (le décryptage) des textesfaciles.Ily
ades ratures, desajoutsetdescorrections.Cependantlalecture desmanuscritsestdansl’ensemble
trèsaisée d’autantplus quecescahiers sontenbon étatdeconservation.On peutpenser que l’auteur
possédait également d’autres documents comme des notes de terrains et des iches préparatoires que
nousn’avonspu retrouver.
Une table des matières des titres des chansons igure à la in de cinq des cahiers. Elle renvoie
précisément à un numéro de page, lespagesdes textesétantnumérotées. Un numérocorrespondant
aux cahiersde musique estégalementindiquésurlespagesdes textesdes chansons,cequi permet
deretrouverlapartition dechaquechanson.
Tous cesélémentsmontrent que la transcription des chansons sur ces cahiersd’écoliersestfaite
méthodiquement. Ontrouvequelquesfeuilles volantesinséréesentre lespages.
Lescahiersde musiquesont regroupésdans unechemisecartonnée.Ils sontaunombre desept.Une
table générale enannexevientcompléterl’ensemble decescahiers.Ellereprendtoutesleschansons
dansl’ordrealphabétique etmentionne lescorrespondancesentre lespagesdescahiersde musique
etcellesdescahiersdetextes.
Lescahiersde musiquesontégalementde petitsformats(180mmx 200mm), deuxd’entre-eux sont
descahiersde musiqueavecdesportéesimpriméesalors que lesautrescahiers ressemblentplutôt à
des cahiers àdessinsurlesquelslecollecteur a tracéàlamain lesportées.

29

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

30

Le nom des personnes auprès desquelles Gaston Dolbeau a collecté les chansons igure sur les
partitions. Ilaenrichisesportéesmusicalesd’indications(parex:D,F,D7) permettantd’ajouterdes
accords souslamélodie envue d’unaccompagnement. Surlecahierprésentantles chansonsn° 1
à40estprécisé « harmoniséespour accordéon ». Ces annotations sontdestinées à son partenaire
decollectage etdescène, l’aveugleaccordéonisteRaymondBouineau. Notons que les40 chansons
« harmoniséespour accordéon »regroupéesdans ce manuscritn’étaientpas toutes auprogramme
du groupe folklorique et aucune ne igure sur les disques vinyles.
Ce mêmecahier comporteaudosde la couverture la table desmatières surmontée de l’explication
d’abréviations quisontplacéesentête dechaque partition. Deuxdeces signes servent àdonnerla
fonction;«GD= grand’danse =ronde » et«C= maraîchines=courante–branle » etletroisième
le principe d’interprétation : «Chà R=chansonà répouner».
Comme pourles cahiersdes textesdes chansons, il est ànoterlagrande lisibilité desdocumentset
la bonneconservation deceslivrets.

Les fournisseurs du fonds Gaston Dolbeau

Lerépertoirequiconstitue le fondsprovientessentiellementdeBois-de-Céné :313pièces surles
361quecomporte la collection. Il est alimenté par son épouseMargueriteDolbeau, néeLusteau à
Bois-de-Céné (09/02/1898-21/08/1982), pour94titres ; GeorgesAngibaud,cabaretieraubourg,
néà Bois-de-Céné (29/04/1920-24/01/1991), pour 28titres ; ClotildeLusteau,tante
etbellemère deGastonDolbeau, leBois-Jouan, néeà Bois-de-Céné (25/07/1868-01/09/1939), pour16
titres ; EugénieRenaudineau,agricultrice, néeà Bois-de-Céné (06/01/1899-06/02/1984), pour
16 titres ; YvonneArnaud, de la Rousselière,agricultrice, néeà Bois-de-Céné (08/08/1925), pour
13 titres ; MarieSalaud néeGiraudet à Bois-de-Céné (31/10/1871-25/01/1958),cabaretière,
pour12 titres ;JoséphinePotéreau, duPressard,agricultrice, pour11titres ;ÉlianeRenaudineau,
épicière, néeà Bois-de-Céné (01/10/1931), pour10 titres ;Jean-MarieRousteau, de la Ruelle,
agriculteur, néà Bois-de-Céné (03/02/1882-06/05/1963), pour8titres ;LéonCallard,cabaretier,
néà Bois-de-Céné (31/08/1877-09/01/1962), pour7 titres ; MarcelineDupin, la Poinière,
agricultrice, pour 7 titres ;Maria Menuet, deSaint-Sauveur,agricultrice, néeà Bois-de-Céné, pour
6 titres ; MarieRivallin néeLecomte, épicière, néeà Bois-de-Céné (28/09/1902-02/02/1983),
pour5titres ; Clément Morisset, du Mottay, néà Bois-de-Céné (03/08/1889),agriculteur à
SaintGervais(28/01/1954), pour5titres ; EugèneBabu,La Fleurde lys,agriculteur, néà Bois-de-Céné
(23/02/1901-15/08/1981), pour4titres ;Angélina Gauthier, institutrice, néeà Bois-de-Céné, pour
4titres ;Albert Bocquier, deMauregard, pour 3 titres ;Augusta Pasquier, lebourg, néeà
Bois-deCéné (05/05/1876-12/05/1950), pour3 titres.
Il existeun fondsdénommé « dossier cure »auquelGastonDolbeau aemprunté6pièces.Les
personnesdeBois-de-Céné dontl’identitévaêtre énuméréeci-aprèsn’ontfourniqu’une oudeux
chansonsdu corpus.Apparaissent:MarieArnaud (01/06/1923-19/09/1976),La Rousselière,
agricultrice;JoséphineAverty(25/03/1890-10/03/1989),aubourg, domestique (bonneà toutfaire
des Dolbeau); FlorentineBadeau,LeFaîteau ;MargueriteBadeau,Pont Breuillard; Marie-Josèphe
9
Blanchard (01/01/1922)La Poirière,agricultrice;MarcelleBillet(01/07/1924),rue de la Motte,
coiffeuse; Maria Migné;LéontineMorisset(11/05/1894-28/09/1970),LeMottay,agricultrice;

9

MarcelleMignéchante pourtant 6 titrespourl’enquêteRogerDévigne, en 1946.Sansdoute parcequecesontdes réinterprétations,
G. Dolbeaune les considère pas commesourcesdans soncorpus?

Jean-PierreBERTRAND

Augusta Pasquier ;JeanAugereau(16/05/1910-22/07/1992), instituteurnéà Palluau ; Camille
Brianceau(27/10/1923), instituteur ;JosephCallard (05/07/1879-15/03/1949)aubourg,
cafetier ;PierreChauvet(23/07/1920-15/07/2007),La Frandière, marchand decoquillages ;
PierreCouthouis(13/07/1908-02/05/1958),La Folie,agriculteur
;LouisGautier(30/10/186426/04/1954),La Rousselière,agriculteur ;l’abbéJulesGirard,curé;JeanLaidin,
(15/10/190617/02/1986),LaSolitude,agriculteur ; EugèneRedois,La Poinière,agriculteur ;LéonRousseau.
LesœuvresprovenantdeSaint-Gervaisontdûêtre détectéesparletruculent ÉtienneVéronneau, le
partenairetrèspublicduBouquet d’Ajoncs.Lespièces relevéesdanscette petite localité ducanton de
Beauvoir-sur-Mer, distante de 11 km deBois-de-Céné,sontdeBertheBrossard,ÉtienneVéronneau
(4titres) et troispièces sontdes compositionsdeRaymondGauvrit, épicier, organiste,barde local.
Ce dernier afondéun groupe folklorique dénomméLesAmis de la belle maraîchine,aproduitplusieurs
ilms cinématographiques et a enregistré des disques vinyles édités par Ricordi et VSD. Ces éditions
sont constituéesde piècesdontil estl’auteuret quiseretrouventdansle fonds GastonDolbeau.
Cinqpièces sontlocalisées à Bouin –situéà10km deBois-de-Céné – :JavonneCornu, 1, etde
PierreRaimbaud, des Brochets,accordéoniste, 4titres. À Beauvoir-sur-Mer,untitre pour Th.
Palvadeau.
Une pièce provientde (?)Gloria, l’autre deFrançoisGrondin (10/07/1908-15/03/1989),Les
Ormeaux,agriculteur,tousdeuxdeSallertaine. UneautrevientdeGilles Devineau, deChâteauneuf.
Uneautre deChallans, grâceà MarcelDouillard,secrétaire de mairie, etdeux seulementdeLa
Garnache,respectant,sansdoute, lanotoriétéqu’exercent surces territoiresSimoneArtigue et
MarcelDouillard, pourlaville deChallans, etlesfrèresJan etJoëlMartel, installésauMollin deLa
Garnache situé aux conins de Sallertaine, Challans etBois-de-Céné.
Lesnomsdespersonnes résidanthorsdu territoire maraîchinsont:Georges
Bourgeois(TalmontSaint-Hilaire),E.Gauvrit(deBoufféré),Alphonsine, épouseMauriceGervier(Les Sorinières),
ValentinRoussière (journalisteà La Roche-sur-Yon).
Descompositionsd’amisde lafamillecomplètentcettecollection : l’abbé deGuerry,auteurduVieux
NoëlMaraîchin, etValentinRoussièreauteurdeLa chanson du sel.Unechansonaété empruntéeau
Répertoire des Jeunes Vendéede 1932 animé par l’abbé Robin. Vingt deux pièces ne sont pas identiiées.
Ellesétaientconnuesdetousleschanteurslocaux,bienquecertaines soient vraisemblablement
extraites, nousl’avons vu, desouvrages vendéens:Bujeaud,Bourgeois,Trébucq... tantla
ressemblance est troublante.
Nousn’avonspu trouverplusd’informationspourlespersonnes suivantes:Angereau(LaBelgodère),
IrènePageot, (?)Rambaud,MarieRivallin,MarieSéjourné,Mathildeséjourné.
Nouspouvons seulement regretterl’absence d’informationspourla vingtaine de feuillets qui nesont
pas identiiés. Nous nous interrogeons sur les raisons de l’attribution de certaines chansons à des gens
du pays alors que nous en connaissons parfaitement l’origine. Deux exemples sufisent pour cette
démonstration.La Chanson du tibi, page 416, fut créée par Georges Bourgeois,soncontemporain, et
dédiée à Georges Lacouloumère, en 1931. Elle est identiiée dans ces iches : J.Cornu,Bouin. Le
Jésus védit aumondetant apprécié des Vendéens,qui futl’un des succèsdudisque33 toursdéjà cité, est
10
donné pour titreVieux Noël maraîchin, page391. Cetexte, présentéà unconcoursde noëlspatoisen
1930, est l’œuvre de l’abbé Louis Guerry né en 1904, à Mouchamps. Il est identiié, dans les feuillets :
CamilleBrianceau, deBois-de-Céné. Souslaplume dePierreFarcy quisigne letexte de lapochette
dudisque microssillon, il devient«TrèsancienNoël populairealêne, plein de fraîcheur,àlajoie de lanaissance
du Sauveur, que l’assemblée chantait près de l’âtre où lambait la cosse de Nau en attendant la messe de minuit».

10
Chants traditionnelsdeNoël enPoitou-Vendée, présentéset traduitspar MichelGautier,La Crèche (79),Parlanjhe,Geste-Édition,2003.

31

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

32

Il en estde même dePetitJean d’Israël, deLouisGuerryégalement, maiscelle-ci n’estpasattribuée
àl’un deslocuteurs. Ces remarquesn’intéressent, heureusement,quequelquespiècesetn’enlèvent
rienàla qualité de la collecte et àla richesse dece fonds. Il nous apparaîtimportantde faire part
de nosinterrogations aux consultants. Ce manque de prévenance pourraitêtresource d’erreursou
d’incompréhensions.
Ce fondsmanuscrit auraitpuêtre plus riche.Lapreuve nousen estfaite grâceàla collaboration de
celuiqui fut sonsuccesseuràlaprésidence dugroupe folklorique,JeanChallet.De 1957 à1960,
àlademande deson initiateur, le photographequi devait s’installer à Bouin en 1965aenregistré
quelques séquencesdanslevoisinage d’ÉtienneVéronneau,à Saint-Gervaisetdes répétitionsdes
chanteursetdesmusiciensdugroupe folklorique :GastonDolbeauet RaymondBouineau.
Au regard ducontenudesprisesdeson en notre possession,GastonDolbeauapparaîtcommeune
personneattachéeà une éducationstricte. Touteslespiècesmusicalesgrivoisesoupaillardesont
été délibérémentécartées. Enrevanche, lesœuvreslittérairespopulariséesdontlesujet rappelle
les GuerresdeVendée oudespratiques religieusesontétéajoutéesmêmesi ellesn’étaientpas
connueslocalement. En général,cette gestioncorrespondauxintentions avouéesparlesfolkloristes
de l’après-guerre.
Nous avons connaissance de la totalité des chansonsenregistrées à Bois-de-Céné parla Phonothèque
Nationale et celafaitl’objetd’uneautre étudequi,à terme, devraitpermettreune édition plus centrée
surl’œuvre desfrères Martel. Àlademande decesderniers, nousl’avons vu,GastonDolbeau a
participéàla sélection dechanteuseset chanteursissusdeBois-deCéné.L’absence d’étiquettesetde
iches ne nous permet pas toujours d’afirmer l’identité des interprètes des quelques disques 78 tours
conservésparRoger Billet,qui futl’un desprésidentsdugroupeLeBouquetd’AjoncsdeBois-de-Céné.
À ce fonds archivistiques’ajoutentdeuxdisques,un33 tourset un 45tours qui ontété enregistréset
éditéspar Pathé en 1959 et rééditéspar Marconi en 1961.Letexte de présentationsigné dePierre
Farcy,ConseillerGénéral de la Vendée etMaire deSaint-Jean-de-Monts àl’époque, ne manque
pas, également, de faire l’éloge du travail deGastonDolbeau.

Le répertoire conservé pour la collection Gaston Dolbeau

Nousl’avonsévoqué,GastonDolbeau aécarté desesmanuscritsles chansonsgraveleuses, obscènes
etordurièresdontilavait connaissance.Lesenregistrementsd’ÉtienneVéronneauproduitsparJean
Challetauxquelsil participaitavec RaymondBouineaule prouvent. Nousne nous sommespas
permisde joindre les textesetpartitions à cette publication. Ils sont toutefois consultables auprès
du réseauRADdO. Pour cette édition, nous avons classé les pièces selon les 121 rubriques ixées par
PatriceCoirault. Nous y avons adjoint19 nouvelles rubriquespour tenir compte des chansons qui
constituentl’ensemble desdifférentsfondsproduitset regroupésparArexcpo,soitplusde30 000
références. Ces chansons sont toutes aussi populaires quecelles qui furentécartéespar PatriceCoirault
ou ConradLaforte.Nousavons souhaité fournirdesinformationsauxlecteursnonspécialisés, mais
aussi associer dans cette classiication des pièces contemporaines qui se confondent, pour beaucoup,
aveclespiècesanciennes.Cetteadjonction étaitnécessaire pour tenircompte desmatériaux recueillis
depuislesannées1970etcelafavorise lalecture du répertoire détenuparlapopulation.
e
Les volumesdanschaque genresont quasi identiques à ceuxdes autres auteurs qu’ils soientduXIX
e
siècle oudumilieuduXXsiècle.
Cecorpusestparticulièrementintéressantparle nombre d’airsetdetextesdecourantesou
maraîchines: 57,auxquels auraitpuêtre jointe ladizaine detextespaillardsfournie par Étienne
Véronneau. Cetéchantillonnage importantpermetl’analyse proposée parApollinaireAnakesa.

Jean-PierreBERTRAND

Lesindicationsde la fonction de l’œuvre permettentde cibler un groupe de piècespour rythmer
lesrondesougrandesdanses,utiliséeségalementpourlamarche. Si l’on excepte les quelques titres,
parcequ’ils sont contemporainsde l’auteur, dontles textes sonten françaiseten dialecte, le fonds
répondauxnormes quicaractérisentles chansons traditionnellesfrancophones. Beaucoup deces
e e
piècespeuventêtre datéesdudébutXIXsiècle et, pour beaucoup, existaient à la in duXVIII.Les
e
bergères ou pastourelles correspondent aux critères habituels permettant de les dater de la in duXVII
e
oudébutXVIIIsiècle. Quelques textes sontplus anciens,La ille au cresson, pages170-171, parexemple
estpubliée dès1542,Si j’étaisoiseau bleu, page212, en 1548,Le nezdeMartin, page378, en 1560...
Ces exemples sufisent à démontrer l’ancienneté d’une partie du répertoire. Mentionnons, pour les
personnesintéresséesparlerecoupementdes sources, desdatesde publications, des caractéristiques
littéraires, etc. que l’ensemble despièces rassembléesdans cette édition estégalement consultablesur
la baseRADdO.
Bien entendulesmodesetévolutionslinguistiquesdesépoques traverséeslesontmarquéesde leur
empreinte.Les textesoriginaux sesontenrichisouappauvris, maisles scénariisontidentiques.
Le dialecte est toujours usité lorsqueGastonDolbeau réalisesa collecte.Il l’estencore ence début
du troisième millénaire, moindrementcertes.Nous relèverons que les textes quisont traduitsen
dialectesont trèsapproximatifsau regard desformesdialectaleslocales.LeMarais-Bretonvendéen
est sansdoute l’un desderniers bastionsoùlalanguerégionale estencoreaussi pure. Mais,cette
présence de patoisne doitpasêtreconsidéréecommeunsigne decréation locale. Ellecorrespond
à des habitudes littéraires citadines qui étaient utilisées pour ampliier le côté rural des vaudevilles.
D’ailleurs,cesmêmes chansons sont aussi en languerégionale dansles autresprovinces. Notons aussi
quecetexercice littéraire n’intéresseque les sujets quibrocardentla société paysanne.L’humour
r
qui ne manque pasdanscettecollection et qui est si justement traité parlePSylvieMougin, est
surenchérie localementlorsque l’œuvre estinterprété en dialecte.
Lesairsontété modernisés,suivantlesgoûtsmusicaux àlamode,chahutésparles rengaines
populaires, frottés à quelquesnotesdecolporteursou chanteursdes rues,bousculésparl’oubli,
recrééspard’humblesinconnuspour s’adapter à untextesans air...L’arrivée de l’accordéon,àpartir
de 1890 dans le Marais-Breton vendéen, a également contribué à ces modiications. La plupart de ces
mélodiesont basculé dumode mineur aumode majeur... Comparantles quelquesenregistrements
sonoresinitiéspar GastonDolbeauetla qualité desespartitions,relevons que le folkloristeapparaît
commeanimé par un grandsouci d’exactitude musicaleacadémique.
Les techniques d’expression vocale que maintenaient les chanteurs ruraux ou marins ont été ixées
sur les supports sonores trop tardivement. Leur analyse révèle l’utilisation de ioritures, des voix de
gorgeaveceffetde glotte,tellementnaturellesjusque dansles années1950 qu’aucunauteurn’a cru
bon de noter ces techniques. N’oublionspas que lechant académique imposéauxjeunesélèves
e
depuis la in duXIXsièclea concouru àfaire disparaître l’artdu chant cantoral existantdéjà au
MoyenÂge,selonMarcelPérez.Lesenregistrements sonoresdebouviersassurantleschantsde
labour:DARIOLAGE,PIBOLAGE,ARAUDAGE,GAVOTAGE, etc.démontrentle paneltrès riche des qualités
qu’exploitaientleschanteurs ruraux.Aujourd’hui,quelquesindividus tententderestaurercetart
maislesconditionsnaturellesdecesinterprétationsn’existentplus:absence debovinsensituation de
travauxde force, manque d’entraînementaux techniquesdudressage etde la conduite...dans tous
lescas,ce n’estpluslerésultatd’unetradition orale ininterrompue.Peut-êtrequ’aujourd’hui nous
igeons trop cet art traditionnel au risque, pour les folkloristes, de faire de la musique ancienne et non
plusde lamusiquevivantecomme elle le futjusqu’aumilieudecesiècle.GastonDolbeau, parles
arrangements qu’ilaosésavecsoncollègueRaymondBouineau surlesinterprétationsdestinées àla
scène et àl’édition discographique, donne le parfaitexemple de l’une des vuesde l’espritdumilieu
e
duXXsiècle.

33

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

34

En 1997, parl’utilisation etla réédition dequelques-unesdespiècesdufonds GastonDolbeau
11
pourl’album discographiquequi luirend hommage, lesproducteursont voulu conserverle
témoignage desharmonisationsenvogueà cette époque (plagesn° 1, n°2etn°3). D’autresformes
musicales s’y côtoient aveclesprincipesesthétiques caractéristiquesdumouvement revivaliste folk.
Elles représentent,un demi-siècle plus tard, les tendances àl’aube dudeuxième millénaire.Les
générations à venir trouveront,sansdoute, d’autresinspirations.

Les usages de la chanson issue de l’oralité
dans le Marais-Breton vendéen

Le fonds rassemblé parGastonDolbeaune faitpasexception enregard desautrescollectesdeterrain.
Le panel des utilisationsde la chanson danslaviecoutumière despopulations ruralesmaraîchinesest
e
comparableauxautres territoires sujets àdesenquêtesdepuisle milieuduXIXsiècle.
Cetouvrage n’étantpas réservéaux spécialistesde la chanson issue de l’oralité, il nousest apparu
indispensable d’aborderici l’usagequ’en faisaientlesderniers témoinsdecet art.
Jusqu’àl’avènementde la radio – dansles années1960pourle paysmaraîchin – lechantestle
compagnonquotidien d’unebonne partie de lapopulationrurale. Tousles témoins sontformels, la
plupartd’entre-eux chantaientpoureux-mêmes,c’était unesorte d’automatismesurtoutlorsqu’une
tâche était répétitive.Maintesfoisnousavonsentendudeslocuteursnésentre lesdeuxguerres: « ma
mèrechantait toujours! », «Ça chantait toujoursàlamaison ! », «Dès que jetournaisla brassée
(lamanivelle) de l’écrèmeuse, jechantais toujourslamêmechanson ! »reconnaît-on «C’est quand
j’allais en journée que j’apprenais de nouvelles chansons », conie une couturière. Les exemples ne
manquentpas.
La cellule familiale maraîchine, jusque danslesannées1960estcomposée,sousle mêmetoit, du
coupleactif etdesesenfantsetde leursparents.Parfois unechambreconstruite pour un nouveau
besoin héberge lesgrands-parents,voireune personnecélibataire, et, pourlesgrandesexploitations,
le personnel. Chacun au sein de la cellule y a son rôle, ne serait-ce que pour justiier sa nourriture.
Onviticiàl'économie.Dansce paysessentiellementagricole oùl’épouse doitproduire l’argent
pour subveniraufonctionnementdufoyer, lesgrands-parents sontalorschargésdesenfants.Les
hommes sont quasimentabsentsde lagestion familiale : leschargesde l’exploitation leurincombent
entièrement, mêmesi, pourcertains travauxcollectifs,touteslespersonnes validesdufoyer sont
réquisitionnées.L’environnementnaturelapporteson lotdevicissitudesnotammentduesauxcrues
hivernales.LesMaraîchins sesontadaptésàl’omniprésence de l’eau surleur terreune partie de
l’annéerendantleurexploitationconcentrée entre le printempsetl’automne.Auxpériodesdurant
lesquellesle maraisestaublanc(inondé), letravailquotidiense partage entre lesoinauxanimaux
qu’ilafallumettreàl’étable puisque lespâturages sontinondés, les quelques volailles quisontélevées
en liberté, lapréparation etlaréparation desoutils.Lafamilleseretrouve ensoiréeautourde l’âtre,
chacun y occupant son temps avec des tâches féminines (tricot, raccommodage, ilage du lin et de
lalaine,cardage…) etcellesparprincipe masculinescomme lavannerie, letriage de graines, la
construction d’outilsenbois, d’enginsde pêche…Souventleshommes s’adonnentaujeudecartes.
Ici, le jeudeVache, oud’Aluette estpréféré mêmesiceuxde la Belote, de la Coinchée, de la
Mouche…yontleurs adeptes.Lavigne étant rare, la consommation devin est réservéeaux sorties
danslesbourgspourlapratiquereligieuse etlesfoiresetmarchés.

11
LaVendée maraîchinerend hommageà GastonDolbeau,Mémoire desVendéens-ArexcpoAVPL CD20, 1998,Saint-Jean-de-Monts.

Jean-PierreBERTRAND

Cesontdoncdes soiréesen familletrès calmes,sansexcès, instantsdurantlesquelsles ancienségrènent
leurs souvenirs, leurs connaissances, leurs conseils…Dèslespremiersjoursde l’hiveretjusqu’à
Mardi-Gras, des veilléesentrevoisins, de prochesparents,s’organisentplusieursfoisla semaine.
Lorsdeces réunions,selon les témoins, onychantebeaucoup, joueauxcartes,yconsommeun peu
devin,tandis quetous seretrouventautourducafé, de lapetite goutte pourleshommes,avantde
seséparer.Lesmusiciens routiniersne manquentpasd’apporterleurinstrument,Lajeunesse danse.
Ons’yfréquentesans réservecarcelaestadmisparlasociété maraîchine, excepté des représentants
de l’Église.Cesamoursaugrand jourontanimé le fantasme desauteursdontleDocteurMarcel
12
Baudouin.L’alleretleretour à ces veillées sontprétextes à quelques chansonspourlamarche.
D’autres typesdeveilléesneregroupent que lajeunesse. Ils’agitdespréparatifsde noces. Ony
confectionne des leurs en papier pour les guirlandes et pour les différentes occasions de décoration :
drapsdes tenturesde la salle debanquetetdespointsdes véhiculeshippomobiles. On organise le
rôlequechacun desjeunesnoceursdevra tenir, notammentpourles chansons. Toujourspourla
jeunesse, la conscription permetdespréparatifsdetournées, debanquets, debals. C’estl’occasion
des’y confronter amicalement avecdes chansonsdecirconstance dontles chantsdeconscritspour
lamarche, mais aussi, puisqu’une partie deces rencontresestexclusivementmasculine,quelques
chefs-d’œuvre des sallesde gardequi leur apportent quelques bribesd’éducationsexuelle.
Cette jeunesseseretrouvetouslesdimanches, en principeaprèsles vêpres.Ladanse estla
réjouissance favorite desMaraîchins.Auxcarrefours,surlesplacesdevillage etdanslesaubergesla
danse occupeunebonne partie decette jeunesse. Àl’inverse dumilieumaritime pourtantproche,
lesgarçons sontdesdanseurs. En pleinair,cesont souventdes sonneurs routiniers qui mènentla
dansetandis que les aubergesemploient un musicien.Aumanque deveuzous(cornemuseuxjouant
de laveuze) d’accordéonistesoudeviolonistes,typesde musiciensexerçanthabituellementdansle
Marais, leschanteurs remédienten menantlesdanses àlagoule,àla voix,à cappella, lesdanseurs
reprenantenchœur, enripounant.
Lesnoces sontdesmomentsprivilégiéspourleschanteurs.Laveille etle lendemain occupés àla
préparation et au rangement sontprétextes àla chanson.Lorsquetoutestprêt, les travailleurs
se mettent en danse. En l’absence d’un sonneur, la voix assure la cadence. C’est en ces ins de
journées durant lesquelles on goutte la barrique, puis que l’on init les restes, que les danses-jeux
permettent quelques réjouissanceset rapprochements.C’estl’occasion de mettre enscène les rondes
àembrasser,rondes àmarier.
Le jourde lanoce estpartagé entre leschansonsdecirconstance depuisl’habillage de lamariée, les
marchesnuptiales, l’arrivéesurlesite de lanoce, l’ouverture dubanquet, l’offrande decadeaux…,
àla rituelleChanson de la mariéequi doit amener quelqueslarmes àlajeune épousée, puisl’ouverture
du balaveclaRonde de lamariée. Toutes ces chansons igurent dans le fonds Gaston Dolbeau. L’autre
répertoire est celuiquivarieselon les chanteursprésentset qui necomporte pasde principe de
sélection exceptécelui derespecterles bonnesmœurs. Toutle fonds regroupé dans cetouvrage
a pu être interprété au cours des repas de noce. Ce sont les illes et garçons d’honneur qui sont
chargésd’organiserle programme musical. Ils sollicitentles chanteurs, font respecterlesilence de
l’auditoire, l’invitent à répondre enchœur, lancentlechant bref pour récompenserl’exécutant, ou,
s’il perd le il de son texte, l’invite à boire un verre de vin. Par principe, les mariés sont privés de
chant: «celaporte malheur».

Faut-il notericique les chanteurs connaissentlerépertoire desparticipants?Aussi,aucun nes’avise

12
BAUDOUINMarcel.LeMaraichinage. Coutume du PaysdeMonts(Vendée). Cinquième édition,Paris,PierreBossuet, 1932.

35

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

36

d'interpréterlapièce favorite d’unautre ensaprésence. Nous avons relevéqu’un enfantnese
permetpasdechanter une pièceapprise d’un desesparents sicelui-ci estprésent. Encasd’absence
dece dernier, lechanteurne manque pasd’informer que la chanson est celle detel ou tel parent.

Les chansonniers ou cahiers de chansons

Parceque lesmanuscritsdeGastonDolbeau s’apparentent aux chansonniersou cahiersdechansons
quechaque famille possède, et auxquelslui-mêmeaeu recours, il nous apparaîtintéressantde
partagerles connaissances que nous avonsdu sujetpourleMarais-Bretonvendéen. Prévenons,
préalablement,que la transmission de la culture orale dans ceterritoire estparticulièrement active
et qu’àlapériode desenquêtesdeGastonDolbeau, les chansonsétaient sur toutesleslèvres. Très
peudechanteurs avaient recours auxmanuscrits.
Les cahiers de chansons qu’il nous a été donné l’occasion d’analyser ont été réalisés entre la in du
e
XIXsiècle etles années1960.
Ces recueilsnesontpas utiliséslorsdes réjouissancesfamilialesimportantes comme lesnoces,
excepté lorsderituels comme les conseils auxmariésetl’offrande decadeaux. Ces chansonniers,
toujourspersonnels, marquentl’entrée danslajeunesse. C’est àl’adolescenceques’ouvre la création
d’unrépertoirequi est complétéaufuret àmesure des circonstances.Lescandidatsintéresséspar
leschansonsempruntentlecahierd’aînés,recopientdes textes qui nesontpasforcémentchantés
localement.Leschansons à ripouner y sont rares. Pourlesgarçons, lechansonnierles suivra àla
caserne,quand il n’yestpas commencé.
Cesontles regroupementsde lajeunesse, les veillées, les tempsderepos au service militaire…,qui
favorisentl’émergence deces recueils. Dans ces circonstances, les textes sont chantésparl’un des
participantsmaisleur complexité littéraireréduit,voire empêche,toute possibilité de mémorisation.
Àplusieurs reprises il nous a été conié des feuilles volantes imprimées acquises auprès de marchands
dechansons auxfoiresdeChallans, parexemple.
Les textes représentent toute lapanoplie despetitsetdesgrandsévénements,qu’ils soient relatifs à
l’amour,àla vie militaire,àlaguerre,à unecatastrophe…Maintesfois, lorsdesenquêtes récentes
(entre 1970et 2000), laprésentation detextes aux témoinsn’amenaitpasforcément quelques
souvenirsmusicaux. Ily adonc bien le phénomène decollectionquianime les copistes,qui d’ailleurs,
nesontpasforcémentdes chanteurs.
Lesprécieuxmanuscrits s’ouvrentavec, en première page, l’identité ducopiste et souventlamention
de ladate decommencementde larédaction.Différentsprocédésde décalcomanie permettent
d’illustrerlespages quand l’auteurn’estpaslui-même doué pourle dessin.
Nousl’avonsdit, dansleMarais-Bretonvendéen, les chansons sonten mémoire, notamment celles
quisont à ripouner.Lesautres, d’organisationstrophique,sont rarementchantéesaucoursdes
repasde noces. Si elleslesont,ceseraen ouverture du banquet. Chacun lesait,cesontles chansons
à ripouner qui intéressentlesnoceurs. Ellesontl’avantage d’associerlanocéeàl’interprétation mais
aussi d’aideretderassurerlesolistesur sesperformances.
Le phénomène decahierdechansonsouchansonnierest récentpourle milieu rural.Ilsemble
e
se populariser à la in duXIXsiècle.Ceux qui ontétérédigésantérieurement, l’ontété pardes
personnes qui ontpualler àl’écolecouramment. Mais, faut-il lerappeler, la société paysanne, plus
encore dans les Marais qui, par les dificultés de déplacements, entraînent la désaffection des cours,
nes’oblige pas àenvoyer sesenfants àl’école. Beaucoup de personnesâgées questionnées, nées
e
auXIXsiècle,regrettentcettesituationaggravée parle placementauprèsd’employeursenquête
de main-d’œuvre à bas prix – les illettes peuvent être gagées dès huit ans comme employées de

Jean-PierreBERTRAND

maison,chargéesdesenfantsenbasâge, lesgarçonsdèsdouzeanscomme petits valetsde ferme ou
apprentis.Cettesituationtouche directementlagénérationquis’estéteinte danslesannées1970.

Les catégories de chansons du fonds Gaston Dolbeau

Àlalecture desparagraphesprécédents, le lecteurcomprendrapourquoi nousne nous sommespas
permisdeclasserlespiècesdececorpusencatégoriesprétextéesparlafonction deschansonsdans
laviesociétalecarchacune d’ellespeutêtre interprétée pour répondreàunbesoinspontané.Ainsi,
avons-nouseul’occasion d’entendre dire parlesderniers témoins quetelle ou telle pièce pouvait
êtrechantéecommeberceuse,chanson pourlamarche oupourmenerladanse, en gardantles
animaux,àl’usine… et,àla veillée,commechansonàécouter. Ce n’est que l’interprétationqui
s’adapteau besoinselon lesinformateurs.
La collection deGastonDolbeaudiffère decelle descahiersdechansonsévoquésplushautparce
qu’elle comporte des chansons en laisse selon la déinition de Conrad Laforte, chansonsàripouner
ourépounerlocalement.C’est unavantage important qui permetdeconnaître l’intégralité des textes.
Bien entendu, le faitd’y avoirjointlespartitions,situation jamais rencontrée pourles cahiersdéjà
cités, apporte un complément justiiant pleinement cette publication.
Leschansons à ripouner sonten nombre importantdans cecorpus. Elles représentent 27 %de la
collection. C’est cettecatégoriequisembleavoireulafaveurdes chanteurset qui, parle fait,s’est
mieuxmaintenue en mémoire.Lalecture de latableClassementparordre chronologique deschansons
d’origine ancienneen page 464 démontrequecerépertoire estancien, entoutcasexistaitavantla
Révolution. Il s’est transmis oralement sans profondes modiications.
Leschansons strophiques qui nereprésentent que 16 % ducorpus, plus que 9% si l’on écarte des
textescontemporains,sont raresau sein de lasociété paysanne.D’ailleurs, laplupartdespièces
recueilliesparGastonDolbeaul’ontétéauprèsdesafamille.
Bien entendu, les chants brefsdoiventêtre écartésdecettesituation : ils sontd’abord faitspour
soutenir une danse.Lesformeslittérairesetmusicaleslesplusanciennes sont utiliséespourlaDANSE
COURANTE, ou, plus récemmentdénomméeMARAÎCHINE.Ordinairement, lesmusicienslesappellent
BRANLES: « onsonneunbranle pourdanser unecourante ».
e
Leschantsbrefsde facture plus récente,c’est-à-dire dumilieuduXIX,accompagnentlespolkas,
scottishs, mazurkas… et autres danses de salons qui ont été popularisées en ce milieu rural à la in
e
duXIXsiècle.Les textes,comme lesairs,sontcomparablesauxnombreuses versions trouvéesdans
toute la France.
Cettespécialisations’applique égalementauxchansonsénumérativesmais, ici,aupaysmaraîchin,
touteslespièces rassembléesparGastonDolbeauétaient utiliséesaussibien pour rythmerlamarche
desnocesoudesconscritset, en général, pourlesdéplacementsdesgroupeshumains,que pour
menerlaGRAND’DANSE,cette danse enrondecaractéristique duNord-Ouest vendéen.Lesmeneurs
derondes savaientcadenceren fonction de laqualité desdanseursenajoutantau texte desformules
13
non signiicatives. LesTRA LA LAScomme nouslesavonsprovisoirementdénomméspermettaient
quelques remisesencadence ouaupasdesdanseurs«arythmés» maisaussi, étaient un jeumené
parlechanteur-meneurpourinduire en erreur sescompagnonsde danse.

13
Chansonsen mémoire, mémoire en chansons, hommage à JérômeBujeaud,actesducolloque duPoiré-sur-Vie en2003,Paris,L’Harmattan,
r
2009,cf.intervention duPBenoît deCornulier « Les tralalas ou syllabes non signiicatives ».

37

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

38

LecorpusdeschansonsénumérativesdufondsGastonDolbeaun’échappe pas àlaforme
d’organisation littérairequicaractérisecetype dechansons. Nous y retrouvons,comme dansles
autres collections, lesformules à compterou àdécompter,à ajouterou retrancher un objet, les
randonnées, les récapitulations…

En guise de conclusion provisoire

Nous sommesles témoinsde l’une desdernièresenquêtesdecetype,c’est-à-dire entièrement
imprimées. Ce fonds a aussi l’intérêtd’avoirétéconstituéàpartird’unterritoire limité,au sein
d’unecommunauté plutôtfermée entenant compte des couches socialesetdesgénérations quis’y
côtoient.Au sortirde laguerre mondiale de 1939-45, la culture musicale estencorevivantechezles
Maraîchins.Il existe de nombreuxmusiciensdont une partieareprisdu service durantl’occupation
allemande pourassurerlesbalsclandestins.
Cette éditionquiseveut répondreàplusieursobjectifspermetderendre hommageà Gaston
Dolbeau,à son épouseMarguerite,à sesproches certes, mais aussià touteslesfamillesmaraîchines
particulièrement attachées àleur culture, notamment àleursdanses, leurs chansons, leurdialecte.
e
Ence débutdeXXIsiècle,cesélémentsde la tradition oralesont bien présents. On danse encore la
couranteau bal de noce, du14 juillet, desfêteslocales, deskermesses… les chansons sont toujours
aumenudes banquets, mêmesi la variétéconnaît unecertaine emprise depuisles années1980. C’est
le dialectequis’ensortle moins bien !Combien detempsencoreva-t-il marquernos réunions ?
Nous sommesinquiets!Fassequecetouvrage incite les Maraîchins àgarder ce patrimoine encore
longtemps. Gageons que les textesdechansonspubliéesici, en parler ancien,soient un moyen pour
les y aider.

Chansons pour rire :
humour, satire et dérision
dans la collecte de Gaston Dolbeau

par
Sylvie MOUGIN

SylvieMOUGIN,agrégée deLettres,ancienne élève de l’ÉcoleNormaleSupérieure, est Maître deConférencesen
linguistiqueàl’Université deReimsetmembre duLACITO-CNRS. Elle mène des recherchesensociolinguistique et
ethnolinguistique dudomaine gallo-roman. Ses travaux surlespratiqueslangagièresdansla société paysannesont à
l’origine deson intérêtpourla chansontraditionnelle.

39

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

40

Surl’ensemble de la collecte deGastonDolbeau,seize piècesportentensous-titre lamention de
«chanson humoristique » :Depuis troismoisjesuis veuve,O mevédit un mandement,Auprintempslamère
ageasse(deuxdes trois versions),EnaubantdeNuville(lesdeux versions),Quandy tuantle goret,En passant
prèsd’un petitbois,Mariez-m’ydonc,Ah ! ditlecouetti,Lechantdujau,Ymesé gagé inechambrière,La chanson
du tibi,Cesont troisdamesdeParis,Filles qui ontdes serviteurs,Y’alà-haut surlamontagne. Quatreautres sont
mentionnées comme «chansons satiriques» :Quand le grandDiablesortde l’enfer,Le nezdeMartin,La
beuque,Mon pèreavait uncoq.

GastonDolbeauau violon et une partie de latroupe duBouquetd’ajoncs

On peut s’étonnerdunombrerestreintde pièces auxquelles s’appliquent cesétiquettes,tantil est
vraique la chansontraditionnelleapartie liéeaveclerire,tout autant qu’avecl’expression du
sentiment. Ces appellationsparaissentpar ailleurs tropsavantespourêtretombéesdirectementdes
lèvres des chanteurs eux-mêmes mais trop sporadiques pour correspondre à une classiication du
1
collecteur. Sans prétendre apporter d’explications déinitives à ces constatations, sur lesquelles seul
GastonDolbeau auraitpeut-être punouséclairer, il n’estpas sansintérêtd’essayerdecomprendre,
e2
àpartirdeceque nous savonsde la« facétie » dansla société paysanne dudébutdsu xxiècle ,
comment cespiècesfaisaient senspourles chanteurs. Car s’il estparfois aisé –tropaisé justement–
devoirenquoicertainesdeces chansonspeuventparaîtreamusantes, d’autres semblentprésenter
peu de caractères permettant de les identiier comme telles. Contrairement au beau, censé « plaire
universellement sans concept », selon la célèbre formule d’Emmanuel Kant, rien n’est plus spéciique
à uneculture ou à un groupe donnéquecequi l’amuse etle fait rire.

1

2

M. Gilles Perraudeau voitdans«chanson humoristique »uneappellation deGastonDolbeau.Leschanteursemployaientplutôt,
selon lui, desexpressionscomme «chansons rigolotes» pourdésignerdeschansons« profondémentenaccordavecletempérament
maraîchin »
VoirLebarbier, 1986,Fabre, 1986.

SylvieMOUGIN

Dansle mêmetemps– et cette problématiqueapparaîtpropreaux chansonsfolkloriquespour
lesquellesnousdisposons souventdetémoins anciens– il estparadoxal deconstater queces
chansons,tellesLa chèvreauparlement(La beuquede notrecorpus) ouLamèreageasse, ontparfois connu
une popularitéqui nes’estenrien démentieau coursdesdeuxou troisderniers siècles. Onauralieu
des’interroger sur cequiconstituecespièces comme de parfaitespetitesmécaniques sémiotiques,
susceptiblesdes’adapter,auprixd’adaptationsminimes,auxgoûtset auxpréoccupationsdes
générations successives. Réciproquement, onse demanderaenquoi lespièceslesplus récentes, dont
les auteurslettrés sontpourlaplupartdes contemporainsdeGastonDolbeau,commeLechantdu
jau,ChezLexandrine masûrouQuandy tuantle goret,correspondent réellement àla sensibilité populaire.

Au pays des sots

Dansl’universdes contesfacétieux,à côté des blagues surles curésoudecelles quitournenten
dérision leshabitantsd’une deces béotiespeupléesde demi-fousetdevraisidiotsdont chaquecanton
naguèreavait sonreprésentant,court un fonds commun d’histoiresdontle héros–
ouplutôtl’antihéros–Jean-le-sot, igurait pour les gens des campagnes l’archétype du benêt : simplet d’une crédulité
sanségal,aupointdesecroire enceint après avoir avalé de la bouillie de millet, d’accepterdecouver
un œuf de…cheval, oude prêterfoià qui lui prédit qu’il mourra au troisième petdesonâne.
Ce grand dadais encore dans les cottes de sa mère à l’âge où l’on courtise les illes est la igure
passée en proverbe du«tâte-poule »,«Jean-la-crème »,«Jean-la-lessiv«e
»,Jocrisse-qui-mèneles-poules-pisser», image irrésistible decocasserie pourlamentalitétraditionnelle dugarçonqui
s’occupeàdes activités que leshommeslaissent auxfemmes,cellesduménage, dupoulailleretde
l’étable. Dansl’un deces courts récits quialimententlecycle, lamère deJean l’envoie donner à
manger auxpoulesetleretrouve entrain decouverparcequ’il n’apas supersuaderl’une
d’entreellesderetourner sur son œuf. Dans unautre épisode, ilse met à couverlesœufsde l’oieà qui ila
tordulecou, pensant qu’elle iraitle dénoncerd’unebêtisequ’ila commise.
Incapable dequitter samère,Jeansembleresterprisonnierdu rapportaulangageque lesfemmes
entretiennentdansleurshistoiresde nourrice.Ditsparleshommesprécisément, les récitsfacétieux
le montrentconfondantle motetla chose, prenant toujoursle langageaupied de lalettre. Quandsa
mère lui conseille d’aller « jeter les yeux » sur les illes le dimanche après la messe, il ne trouve rien
de mieux que d’arracherles yeuxdeses brebispourlesleurlancer àla sortie de l’église. Quand elle
lui demande de « mener» lalessive, il lapromènetouteune journéesur unebrouette,quand elle
lui demande de «tirerla vache », ilattrape le fusil etla tue,quand elle lui demande de «cogner»sa
petitesœur au berceaupourl’endormir, il l’assomme decoups. De mêmevendra-t-il la toiletissée
parelleaux statuesde l’église parcequ’elle luia recommandé de ne les vendrequ’à ceux qui parlent
peu.Aulendemain desesnoces qu’il n’apasconsommées,c’estencore ellequi doitlui expliquer
3
que pourcontenterlamariée, il lui faut« monterdessus».Etlui de grimper surleciel de lit!
Prenant racine dans un folkloreancien,comme l’attestentlesexpressions qui le désignentdansla
languecommune,Jean-le-sotest toujours un personnage incontournable de lafacétie paysanneau
momentde la collecte deGastonDolbeau ;il ne faitpasde douteque lespéripéties que latradition
lui prêtesoientconnuesdeschanteursetde leurauditoire,comme des«conteurs» lettrésou
semilettrés quicomposentdes textes.ChezLexandrine masûr,chanson entièrementpatoise et, detoute
évidence decompositionrécente, metainsi enscèneuntâte-pouleaussicrédulequeJean lui-même.

3

Voirles récitsparexemplechez Seignolle, 1997,I, pp.597-603; II, 942-952 ; III, 495-498; IV, 1045-1051.

41

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

42

«ChezLexandrine masœur,c’estmoiquirelève lesœufs(…)Masœurme dit:as-tu vu si les
poulesontl’œuf?–Commentfaut-il faire, il faut quetume fasses voir.–Quet’esdonc sot, mon
frère, pourne pas savoir yfaire, les autresgarsdu villagesont bien plusdégourdis.»Lexandrine
explique à son frère qu’il doit soufler « dans le creux du nez » de la poule, lui mettre la plume en
bas,chercherlamigaillère –ainsiqu’on nomme enVendée l’ouverture latérale dujuponqui donne
accèsauxpochesde dessous– etlui mettreun doigtdansle derrière.Lebenêt,sans voirle double
sensdanslesproposdesasœur,se met à tâterpoulesetcoqs,sans rienréussird’autrequ’àrécolter
de la iente et semer le trouble dans le poulailler.Admirable chanson, qui condense avec subtilité les
traits essentiels du folklore de Jean-le-sot : la dépendance à la igure féminine, l’incapacité du benêt
à accéderau registre dudoublesens surlequelrepose le langageamoureux, donc às’initieraux
jeuxérotiques,symbolisésparlamigaillère, danslaquellese glissentlesmainsdesgalantspressésde
4
dénicherl’oiseauaunid.
D’autreschansonslettréesconserventavecmoinsdebonheuroumoinsd’intensité leséchosdeson
ineffablesottise.En aubant de Nuville, l’une de nos«chansonshumoristiques»,raconte levoyage
d’un paysanà Poitiersoùila assistéàlamesse.«ComposéeaumomentdesguerresdeReligions,
danslebutdetourneren dérision lescérémoniesducultecatholique »,selonDolbeau,quirecopie
5
iciGeorges Bourgeois, elletireautantdu côté de lafacétieque de la satire et c’est sansdoute pour
cetteraisonqu’elles’est conservée danslerépertoiretraditionnel de la région. Georges Bourgeois
notequ’il l’a recueillieauxnoces,à La Verrie.Lebrave garçon dontla chanson nous rapporte les
proposest unbenêtàqui onadit, parexemple,quePoitiersétait unetrèsjolieville maispourlui, il
nesauraitle direcar« lesmaisonsl’ontempêché devoirlaville ».CommeJean, il prend des statues
pourdevraiespersonnes:arrivésur une grande place, oùon luiaexpliquéquesetrouvaitleRoi,
il ôtesonchapeaubienbasdevantle hautpersonnage et s’étonne de nerecevoiraucuneréponse.
Il entre dans une église oùl’on ditlamesse etprend la barrette duprêtre pour uneruche, les
encensoirs pour des réchauds qui fument, l’orgue pour « un grand cabinet tout plein de lageolets ».
Lesenfantsdechœur, d’aprèslui, «braillentcomme deschats quisebattent». Scandaliséqu’un
« grand maraud » lui demandeunsoupour s’êtreassis sur unechaise, il prendbienvitesesjambes
à soncoupour rentrerdans sonvillage.
O mevédit un mandement, «chanson humoristiquesurla vie militaire » est une pièce d’inspiration
proche de laprécédente;elle metenscèneun jeune paysanquireçoit une lettre pourpartir àla
guerre. Bien fâché d’abandonner samère, il lui faut quand même faireson paquet.On l’emmène en
Normandie «àl’autreboutde laterre ».Une fois surplace, on lui donneun fusilqu’il portecomme
une fourche;la baïonnette, il lametdans sapoche deculotte…Quand on le poste en faction, il
pensequeceux qui l’appellent«sentinelle » neconnaissentpas son nom.Arrivésurlechamp de
bataille, ilvoit qu’ons’yplume et s’yétripecomme de lavolaille. Saisi de peur, il prendson paquet
et s’ensauvecomme le hérosde la chanson précédente.
Fugitif également,benêtet couardtout autant, le hérosd’En passantprèsd’un petitbois,uneautre de
nos«chansonshumoristiques»,bienattestée,celle-ci, dansla tradition orale,croitentendre des
messages qui le menacentdirectementdansles chantsdesoiseaux, les crisdesenfants qui jouent,
lechantd’une mèrequi endort sonbébé, lebruitde lameule dumoulin, le marteaude laforge, les
nonnesdu couvent quichantentoules clochesd’une églisequisonnent.

4
5

Surles usagesérotiquesde lamigaillère,voir Gautier, 1998, p. 27.
Bourgeois, 1931, p.91.

Partout, il prendsesjambes à soncou:

En passantprèsd’un petit bois
Oùlecoucou chantait
Etilchantait tant qu’il pouvait
Coucou,coucou,coucou,coucou!
Maismoi jecroyais qu’il disait:
Coupez-lui lecou,coupez-lui lecou!
Etmoi de m’encours cours
Etmoi de m’encourir.

SylvieMOUGIN

6
Sousletitre génériqueLe peureux, leRépertoire de la chanson detradition oralerecense de nombreuses
e e
versionsdecettechanson dansles recueilsfolkloriquesduXIXetduXXsiècle.Laforme énumérative,
quiautoriseaisémentajouts,retranchementsetadaptations, n’asansdoute pascontribué pour
e
peu à sonsuccès ; un manuscritparisien duXVIIIsiècle en donne déjà uneversion,quitourne en
7
dérisionun picardsaisi de peurparles bruitsetles crisdeParis . Uneversionrecueillie en 1819
8
à Dun-sur-Grandydansla Nièvre ,qui necomporteque des chantsd’oiseaux–àl’exception du
curéquichante lamesse – montreclairementlerapportentre la chanson etlesmimologismes,ces
petitesphrases quitraduisentle langage desoiseauxpardesformules amusantesouinstructives.
Ilsdonnentparfois,quand ils se développentencourt récitétiologique,une explication poétique
de laformation dumonde où chaque êtrevivant vient trouver saplace. S’adressant à tous, ilsne
s’adressent bien entendu àpersonne en particulier. Seulunbenêtdu calibre deJean peut-il être
asseznaïf pourcroire entendre dansleschantsdesoiseauxetlesbruitsdumonde desphrases qui
lui sont destinées. Signiicativement, c’est sous le titre deJeanBête,autre nom deJean-le-sot,que
9 e
Charles Beauquierpublie les deux versions franc-comtoises qu’il a recueillies à la in duXIXsiècle.

Ageasse, bique et servante indocile :
des
TRICKSTERSdans la chanson

Dansla version duPeureuxrecueillie à Dun-sur-Grandy igure, nous venons de le voir,
irrévérencieusement associéauxoiseauxdes boiset aux volatilesde la basse-cour, lecuré entrain
d’oficier :

6
7
8
9

N°11315.
Senny et Pinon, 1962,II, p. 214.
Millien, 1906,II,307.
1894, p. 217.

En passant vers une église
J’entendaislecuréchanter.
Il faisaitDominus vobiscum !
Moi jecroyais qu’il disait:
Arrêtezcethomme !

43

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

44

Laplupartdes versionsnerésistentpas àépinglermalicieusementdecette façon lesnonnesou
prêtres, dans uneveine humoristique – plus quevéritablement satirique –quis’inscritprofondément
dansla culturetraditionnelle. Entémoignentlesparodiesdes Évangilesetdes Épîtres,celles aussi
10
desprières,quiréinterprètentde manière nonsensique le latin des textesliturgiques.
L’irrévérenceapparaîtcertesbien innocente,comme l’estenapparence,surle même motif,celle
que déploieLamèreageasse,autre «chanson humoristique » de notrecorpus.Lapetite histoirequ’elle
racontes’apparenteàpremièrevueàl’universdes comptines, dontelle emprunte la simplicité
mélodique et rythmique; ce n’estpas un hasardsi elletermineaujourd’huisa carrière dansdes
recueilsdechansonspourenfants. Que disentexactementlesparoles ?Auprintemps,une mère
pie fait son nid dans unbuisson.Auboutdetrois semaines, il naît unageassonqui prendson
envol et tombe dans une égliseaubeaumilieudu sermon.Lecuré dit«Dominus», «vobiscum »
répond l’ageasson.« –Qui merépond?» demande le prêtre.« –C’est une pie,un petitageasson »
explique l’assistance.«Nouslui feronsfaire desguêtres /etde petitscaleçons. /Nousl’enverrons
dansles campagnes /pour yprêcherlamission. Ilréveillerales commères / qui dormentpendant
lesermon ».
Cesparoles,àl’exception de ladernière phrase,sont cellesde la versionrecueillie parJérôme
11
Bujeaud enPoitou .Elles contiennent uneréférenceauxmissionsdereconquêtecatholique en
12
terresprotestantes. SelonBéraulld ,a chansonauraitétécomposéeaumomentdes Guerresde
13
Religion enréponseà unechanson des catholiques quivisaitJeanne d’Albret, lamère duPrince de
Navarre,appelée parceux-ci lamère desHuguenots.Elleserapporteraitau voyage deCatherine
de Médicis et de son ils Charles IX dans les provinces de l’Ouest.
S’il est vraiqu’audébutde l’année 1564,Catherine deMédicis, (danslaquelleBérauldvoit sansdoute
la mère ageasse) et son ilsCharles alors âgé de 13 ans (l’ageasson, par conséquent) entreprennent au
début de l’année 1564 un périple enFrance ain de faire appliquer l’édit d’Amboise dans les grandes
villes,rien n’autoriseàpenser que la chansonaitétécomposéeà ce momentpréciset qu’elle fasse
14
référenceà cetévénementen particulier. Uneversion évoque les bataillonsde dragons,tels ceux
qui envahirent leBas-Poitou dans la in de l’année 1685 pour forcer les protestants à se convertir :
l’oisillon, envoyé dansles campagnes« pour yprêcherle mission/ vaudramieux quecentmoines
/ Et tout unsoulas(troupeau) de dragons». Il estprobableque lesguêtresetles caleçonsdonton
15
souhaiteaffublerlapie fassentégalement référenceaux« missionnaires bottés».
PatriceCoirault, par ailleurs,aétabliquecettechanson,attestée dansleCentre etl’Ouest,
particulièrementenPoitouetenVendée oùelle estencore populaireaujourd’hui,a adoptécomme
e 16
mélodieunair àlamodeauXVIIIsiècle, publié pourlapremière foisen 1731.Il n’estdoncpas
e
impossiblequeLamèreageassedate enréalité de lapremière moitié duXVIIIsiècle.
Resteà savoir cequi, dans cettechansonqui ne prendsens àl’origineque par référenceà un
contexte historique particulier, dontla vocation première futdetourneren dérision la religion
catholique,a assurésapérennité jusqu’ànosjours auprèsdechanteurs tout acquis àla religion
dominante etpourlesquelsl’arrière-plan historique n’était certainementplusperceptible.

10
VoirparexempleMougin,2008.
11
1895,II, p. 261.
12
1887, pp. 39-40.
13
Y’a-t-in nicdans tieuprenier.
14
Peuchaire,2006, p.58.
15
LesDragonsportaientdes souliersde peau recouvertsde guêtrespourleserviceàpied.
16
Coirault, 1928, p. 626.

SylvieMOUGIN

Cettequestionse pose d’ailleurspour bien d’autres chansons traditionnelles. Onsoulignerad’abord
que deux versions,surles trois collectéespar Dolbeau,celles qui portententitreLamèreNiasse, ne
fontpasmention de lamission.Lajeune pierentre dans une égliseaubeaumilieudu sermon et
s’appuiesurlatête desaintPierre;au«Dominus», ellerépond «tiac,tiac,tiac»;l’assistancecroit
entendre «vobiscum »,cequirelieces versions àla thématique duPeureuxqui perçoitdesphrases
17
danslechantdesoiseaux. Dansla version des Deux-Sèvrespubliée par EugèneRollaon fnd ,ait
faire des culottesetdes caleçons àlajeune pie eton l’envoieàl’école du canton. Dansl’une des
18
versions collectées récemmentparl’Arexcpo, le curé donne comme pénitence à l’ageasson de inir
19
lesermon.Dans uneautre ,on proposesimplementde lui faire faireunesoutane,avecun petit
e e
capuchon. Dans les versions recueillies à la in duXIXetaudébutduXXparlesethnographesen
dehors de la Vendée et du Poitou, la référence aux guêtres et aux caleçons disparaît au proit de la
20
soutane ou de la « robe » qui assimile l’oiseau à l’oficiant : en Touraine, l’ageasson,comme dans
laversion deRolland, estenvoyéàl’école, pour apprendresesleçons.«Il nous serviralamesse/
21
aussi la bénédiction ». EnLimousin, on lui fait faire une soutane : « il confessera les illes / les illes
etlesgarçons /leurdonneralapénitence/aussibien l’absolution.»
Ce qui constitue ces versions comme signiiantes aux yeux des chanteurs n’a de toute évidence plus
rienà voir avecl’énonciationsatirique etpolitique desorigines. Il ne peut s’agir que d’éléments
internes,textuels:analogiesetoppositions structurenten effetfortementlesparoles.Laressemblance
entre lapie, noire etblanche, etlecuré enaubequichante dans son jargon d’église, joue pleinement
parexemple dansles versionsmodernes.Tousdeuxont un langage et un modevocal particulier:
lapie parle le langage desoiseauxmais répète lesparoleshumaines ;le prêtre parle le langage
deshumainsmaischante,commeun oiseau, lesparolesincompréhensiblesde laliturgie :tous
deux semblentdépasserlafrontière entre humainsetanimaux, l’une decelles, fondamentales,
surlesquellesleshommesconstruisentleur univers social.Parailleurs, lapetite pie, dénomméeà
lafois«ageasse » et«ageasson » dansla réponse de l’assistance, neutralise l’opposition dugenre
(grammatical et sexuel),tout comme le prêtre,quesa«robe »signalecommeun êtreàpart au
sein de la communautévillageoise, échappeàl’opposition dumasculin etféminin, l’une desplus
structurantesdansla représentation paysanne dumonde.L’oiseaud’autre partétablit un lien entre
le dehors,consacréau sauvage etle dedans, l’église,quirassemble leshumains,ainsiqu’entre le
22
haut et le bas : la mère pie nidiie au ras du sol, dans un buisson, parfois dans un chausson,tandis
que l’oisillon s’envole sur le toit des maisons et entre dans l’église par le haut. Quant à l’oficiant, il
estchargé d’établir un lien entre lesacré etle profane etla chanson le montre évoquantprécisément
le nom du Seigneur. Prêtre etpieapparaissentdonc comme desmédiateursentre plusieurs séries
d’oppositions.
Certainesdesoppositions quistructurentletexte nesontpasdonnéesexplicitementmais sont
présentes à l’esprit des auditeurs, à l’image de la plus signiicative. Par son parcours spatial – du bas
versle haut– et son parcoursnarratif, lapetite pierenvoie en effetl’image inversée de la colombe du
Saint-Esprit,cellequeJeanavudescendre duCiel etdemeurer surJésus,celle-làmêmequi porte le
Saint-Chrême,àlaquelle font référence lesprières sousl’espèce du« pigeonblanc».

17
1886,II, p.122.
18
N°085_01_2003_0655.
19
N°085_01_1995_0033.
20
Barbillatet Touraine, 1931,V, p.175.
21
Chèze,Branchetet Plantadis, 1908, pp.59-60.
22
Rolland, 1883-1890,I, pp.172-173.

45

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

46

Les récitsdecréation dualiste donnentlapiecommeunecontrefaçon diabolique dece dernier:
23
« Dieu ayant fait le pigeon, le Diable it la pie».Cette pie du«vieux temps», – «au vieux temps
lamère niasse/afaitnicdanunboësson », disentdes variantes relevéesparDolbeau– estenréalité
une pie mythique.Les vraiespiesne nichentpasdanslesbuissons,touthabitantdescampagnes sait
qu’ellesontpourhabitude debâtirleurnidauplushautdesarbres.«Une maison hautperchée,qui
estfaite enargile etnon enchaux.Qu’est-cequec’est?– interrogeune devinettebretonne.–Un nid
24
de pie.»Ce détail duhautetdubasinversésn’estpasanodin;c’estlesignal pourl’auditeur qu’il
vientd’entrerdans unautreuniversdesens,celuique décriventcontesetchansonsde mensonge,
oùlesmouchescrèventderireauplancher, leslimaces s’agitentauplafond, oùl’on monte parla
cave etdescend parle grenier.Seul momentdanslalittérature orale oùellesapparaissent, lespies
sont des igures de ce Monde à l’envers. « J’ai vu une pie qui coiffait sa ille pour la marier », dit une
25
chanson de mensonge poitevine;«J’aivu uneageassequicassaitde laglaceavecsonculcarré »,
2627
répond en échouncoq-à-l’âne nivernais,tandis qu’unconte de mensonge occitan faitdanserau
son du violon «unvol de pies qui portentdesmoustaches».
Être double par son plumage,animalanthropomorphe par sontalentàimiterle langage des
humainsetàleur volerdesobjets,àmaçonner son nidàl’image de leursmaisons, lapie,qui passe
28
danslescroyancespopulairespouravoirportéà Dieul’argile dupremierhomme maisaussi
29
pouravoirdénoncéJésus-Christ à ses bourreaux,symbolise ici l’ambivalence fondamentaleavec
laquelle estperçue laparolereligieuse dansla société paysanne,surle modèle de laparole magique
qui peut tout aussi bien guérir que tuer. Elle dessine la igure bien connue en anthropologie des
mythesetdes religions, duTRICKSTER, dieu, esprit, homme, femme ou animalanthropomorphequi
joue des toursou transgresse les règleslesmieuxétabliesparleshumainset qui, par sapersonnalité
ambivalente,bonne etmauvaiseàlafois,sertde médiateurpourpenserdesoppositions apriori
indépassables,commecelles quiséparentleshumainsdes animaux, leshommesdesfemmes, les
30
vivantsdesmorts .Onvoitparlà que notreageasse,sans se prendreau sérieux,volebien plushaut
qu’il n’y paraît de prime abord. La chanson traditionnelle semble d’ailleurs affectionner ces igures
d’animauxirrévérencieux quis’apparentent àdesTRICKSTERS. Qu’on penseàl’ânessequi laisse en
testament saqueue pour servird’aspersoiraucuré etcequ’ilyadessous(le «troudesoncul » dans
31
des versionsplusexplicites)comme écritoireaunotaire.Autrecontrefaçon diabolique,comme
lapie etl’âne, la chèvre estaussiunanimal farceur, entêté etimprévisible par sescaprices, mot
qui réfère étymologiquement à son tempérament, qu’elle a, de réputation, bien afirmé, comme le
32
rappelleLa Chèvreauparlement.Dolbeaunouslivre deux versionspratiquementidentiquesdecette
e
célèbrechanson, déjàtraditionnelleàl’aube duXVIIIsiècle,La beuqueetCheznous y-a-t-inebeuque,
33
dontl’une porte ensous-titre «chansonsatiriqueÀ RIPOUNER».
Dans toutesles versions traditionnelles,commechezDolbeau, la biquea« de l’entendement» et,
si elle ne parle pasl’allemand, ellecroitenrevanchesavoirlire dans un groslivrequ’elleaviseau

23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33

Sébillot, 1984, p.170.
Giraudon,2000, p.92.
Guéraud, 1995,II, p.496.
Millien, 1906, p. 285.
Fabre etLacroix, 1974,II, p. 381.
VoirAmades, 1988, p.192.
VoirGiraudon,2000, p.95,Amadès, 1988,p.191-192.
VoirLévi-Strauss, 1985, pp. 257-260.
Celle publiée parBujeaud parexemple.
Titre danslecatalogueCoirault sousle n°10607.
RIPOUNERdésigne le faitpourl’assistance dereprendreune partie desparoles àla suite du chanteur.

SylvieMOUGIN

tribunal (lecode pénal,sansdoute) mêmesi elle n’y voit que dunoiretdu blanc. Cetentendement,
qui luiconfère lestatutd’animalanthropomorphe, elle l’exerce,comme l’ânesse,àl’encontre de
ceux qui prétendentdétenir une forme desavoir, liéàl’usage de l’écriture etàlaplacequ’ilsoccupent
danslasociété.Quand ellevoit quesonaffaire nevapasenavançant, elle « fait un petauxjuges /
etdeuxauprésident /et tout unboisseaudecrottes /pour touslesassistants».Si dansla culture
populaire, le pet et l’excrément igurent par excellence le mépris auquel on voue un interlocuteur, le
degrésuprême de l’insulteconsisteàlereprésenterembroché parle derrière,comme entémoignent
les tournois de daillements lorrains que s’échangent garçons et illes aux fenêtres des veillées :

–Jevous vends, je nevous vends rin
Laquenouilleaucul jusquesaulien.
–Jevous vendslescornesde notrevache,
Sivousles aviezentre lesfesses
34
Vousferiezlagrimace.

ouleséchangesdesobriquetsparlesquelslesgarçonsentretiennentlesinimitiésentrevillagesou
quartierslimitrophes:

Les va-cul-nud’Aulnois
Qu’ont cent cornes au cul,
Autantdansleur tête,
35
Çafaitdebellesbêtes!

Les versionsdeLa chèvreauparlementrecueilliesparlesethnographes sont à cetégard enaccordavec
lesfaçonsde dire populairesetla version deDolbeau, encomparaison,apparaîtmême édulcorée :

Elle it un pet aux juges
DeuxpourlePrésident
Un pleinboisseaudecrottes
Pourpayerles sergents.
Elleafourrésa corne
Danslec..duprésident.
L’onguent qu’elleretourne,
C’estpourlesassistants.

e 36
disentparexemple des versionsnivernaisesde lapremière moitié duXIXsiècle ,auxquellesfont
37e
écho les versionslorrainespubliéesen patoisparPuymaigreà la in duXIX:

L’é fourrésescounes
Danslec..don président,
Monafant,

34
Mougin,2002, p.186.
35
Vartier, 1989, p. 65.Ils’agitd’AulnoisdanslesVosges.
36
Millien, 1910,III, p. 3-9.
37
1881,II, pp. 216-229.

47

Chansons recueilliesen Marais-Bretonvendéen par GastonDOLBEAU

48

L’éremoinné de l’onguent
Po guérirlo maudesdents
Monafant.

38
De même,Barbillatet Touraine ,des quasi-contemporainsdeDolbeau,
donnent-ilspourleBasBerry:

Elle enfonça sa corne
Dansle dosdu Président,
Ellea retirésa corne
Toutembrenée d’onguent.
Pouren graisserlalangue
À tousles assistants.

Danslesdeuxplus anciennes attestationsde la chanson,ce motif duprésidentembroché,àdéfautde
l’onguent qui en découle, est déjà présent : « Elle ichit ses deux cornes dans le cul du Lieutenant »,
39
donne letexte de 1701;« elleafourréses cornes au cul du Président» dit celui de 1728.
Vagabonde, gourmande,voleuse etinsolente, fruste etintelligenteàlafois,aimant« faire la ribaude
40
auxdépensdespauv’gens» et se moquantdeslois comme d’une guigne, la bique de notrechanson
41
apparaît en tout point conforme à la déinition duTRICKSTER.
Uneautrechansonsignaléechomme «umoristiqupe »ar GastonDolbeaufait appelà un
TRICKSTERsousles traitsd’uneservante indocileau comportementpourle moins surprenant.Y m’sé
42
gagé ine chambrière, dont Dolbeaunouslivre deux versionsen patois, metenscèneune « maudite
chambrière »qui prendun malin plaisir àexécuterdetravers touslesordresdeson maître : «Tout
ceque je lui disaisde faire/elle merépondait qu’elle le feraitpas». Quand il lui demande de faire
son lit, ellecassetousles rideaux(entendons ceux qui fermentle lit),quand il lui demande detirer
les vaches, elletiretousles taureaux,quand il lui ditdebalayerlaplace, ellesesertd’un petit râteau,
quand il lui demande de faire lavaisselle, ellecassetouslesgrandsplats,quand il lui ditd’allerà
vêpres, elle monte dans un grand ormeau. Et pour inir, au lieu de se mettre à coudre, elle lui crache
un grosmorceaude morve «aussivert qu’un poireauetaussi gros qu’unbeaunavet».
Sans parler de l’irrévérence inale, faire le ménage de cette manière est le propre des lutins
43
domestiquesoudesmasquesdecarnaval.Dans uneversion decettechanson ,recueillie dansles
Deux-Sèvres vers1880, le maître dulogis serendcomptequ’en faitdeservante,c’est unserveta
qu’il logechezlui :

38
39
40
41
42
43

Craïylougeatineservonte
Ilougit unserveta
Ah mauditeservonte
Jamais te ne m’y serviras!

1930,I, p.112.
Coirault, 1955, p. 243.
Comme dit uneversionchampenoise,citée par Bourgeois, 1931, p. 2.
VoirparexempleRadin, 1956.
N°6304,Levalet(oulaservante)qui fait toutdetravers, danslecatalogueCoirault.
Rolland, 1886,II, pp.121-122.