Nelson Pereira dos Santos et l

Nelson Pereira dos Santos et l'invention d'un cinéma national

-

Français
221 pages

Description

Nelson Pereira dos Santos (1928-2018) est notamment connu en France comme le réalisateur de Sécheresse, présenté à Cannes en 1964, où il emporta le Prix du meilleur film pour la jeunesse et le Prix des Cinémas d'art et d'essai. Au Brésil, il était déjà célèbre pour la réalisation de Rio 40 Degrés (1954), le film qui a révolutionné la façon de représenter le peuple brésilien à l'écran, et qu'André Bazin a eu l'opportunité de regarder lors d'un séjour en Amérique du Sud.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 janvier 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140139949
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
NELSON PEREIRA DOS SANTOS ET L’INVENTION D’UN CINÉMA NATIONAL
Deise Ramos
Préface de Mathias Lavin
Champs visuels Collection dirigée par Pierre-Jean Benghozi, Raphaëlle Moine, Bruno Péquignot et Guillaume Soulez
 Une collection d'ouvrages qui traitent de façon interdisciplinaire des images, peinture, photographie, B.D., télévision, cinéma (acteurs, auteurs, marché, metteurs en scène, thèmes, techniques, publics etc.). Cette collection est ouverte à toutes les démarches théoriques et méthodologiques appliquées aux questions spécifiques des usages esthétiques et sociaux des techniques de l'image fixe ou animée, sans craindre la confrontation des idées, mais aussi sans dogmatisme.
Dernières parutions
Louis-Albert SERRUT (dir.),Le cinéma de Jean-Luc Godard et la philosophie, 2019. Delphine CHEDALEUX et Mélisande LEVENTOPOULOS (dir.), Cinéphilies plurielles dans la France des années 1940-1950,2019. Joseph KORKMAZ,Présence du cinéma libanais, 2019. Ana VERA,Le cinéma portugais, Histoire, Culture et Société 1963-2015,2019. Etienne JEANNOT,Les stratégies de la peur dans le cinéma d’horreur, 2019. Paul OBADIA,La Belle et la Bêtede Jean Cocteau, 1948, Une affaire de genre, 2019 Michel ESTÈVE,Bernanos au cinema, 2019. Juan MARIN,Le JEU des MÉNINES de PICASSO. Petit guide pour une lecture interactive, 2019 Frédéric HARDOUIN,L’art cinématographique selon Godard. Introduction auxHistoire(s) du cinémade Jean-Luc Godard, 2019. Dominique CHATEAU,Contribution à l’histoire du concept de montage, Kouléchov, Poudovkine, Vertov et Eisenstein, 2019. Laakri CHERIFI,L’image du corps féminin dansLes Silences du palais, Corps opprimé ou rebelle, 2019. Éric COSTEIX,Georges Franju. L’image désincarnée, 2019. Noël BURCH et Geneviève SELLIER,La drôle de guerre des sexes du cinéma français (1930-1956), 2019. Franck TOURRET, Alain Resnais, le pari de la forme, 2019. Florent BARRERE,Cœlacanthe. Une espèce animale à l’épreuve des médias, 2018. Alexia ROUX et Saad CHAKALI,Humanité restante. Penser l’évènement avec la sérieThe leftovers, 2018.
NELSON PEREIRA DOS SANTOS ET LINVENTION DUN CINÉMA NATIONAL
© L’Harmattan, 20205-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.editions-harmattan.fr
ISBN : 978-2-343-18919-2 EAN : 9782343189192
Deise Ramos Nelson Pereira dos Santos et l’invention d’un cinéma national Préface de Mathias Lavin
Crédits photos : L’auteure remercie chaleureusement d’avoir offert, libéré de droits et mis gracieusement à sa disposition des affiches ou photographies : Marcia Pereira dos Santos, gestionnaire de Regina Filmes, Juliana Amorim, de l’Académie brésilienne de Lettres et Betina Viany, fonds de la collection Alex Viany.
Photographies de couverture : Nelson Pereira dos Santos à l’Académie brésilienne de Lettres (photo : Guilherme Gonçalves / archive de l’ABL).
6
Dédié à :
Ma fille Yasmin pour sa patience et son amour,
Ma famille pour son soutien dans les moments difficiles,
Mes très chers amis pour l’inspiration et la force pour ne jamais abandonner,
Lauro Góes, acteur et professeur au Brésil, pour son aide et son vif intérêt pour mon travail.
Un remerciement spécial à Mathias Lavin, professeur en études cinématographiques à l’Université de Poitiers, qui m’a guidée, conseillé et aiguillée tout au long de mes recherches. Ses conseils m’ont permis de cadrer mon travail et de trouver le meilleur angle pour exprimer mes idées.
J’aimerais également exprimer ma reconnaissance envers l’Université Paris VIII qui m’a donné l’opportunité de réaliser ma Licence et mon Master dans un domaine qui me passionne. Un grand merci à tous mes professeurs et notamment aux membres des jurys de soutenance.
Ce travail m’afait découvrir toute la richesse de l’âme de Nelson Pereira dos Santos. Son esprit était là avec moi à chaque étape de la recherche. Il apris ma main,j’aipu me balader sur sonchemin dans la cinématographie et tout est devenu clair.
7
« Figure respectée des tenants duCinema Novo au Brésil, considérépar eux comme lepère du mouvement, Nelson Pereira dos Santos reste cependantfâcheusement dans l’ombre auprès de la critique et dupublic européens,qui ontfait un triomphe aux œuvres de Glauber Rocha, RuyGuerra ou Carlos Diegues. Il est encorepour la plupart l’homme d’un seul film,Vidas Secas, l’œuvre clé du premier Cinema Novo». Max Tessier, « LeCinema Novobrésilien, entretien avecNelson Pereira dos Santos »,Études cinématographiques(1972)
« … C’est l’histoire même du cinéma brésilien récent[]de cette aventure culturelle,politique et artistiqueque Nelson incarneplusque personne dans la mesure où il en a vécu chaque moment depuis lafin des années 40. Strictement tous. Sij’osais avoir une telle intimité avec le Maître,je lui embrasserais avec un très longen baiser reconnaissancepour avoir rendupossible notre existence, en fait la nôtre et celle des nombreuses générations qui nous ont suivis ». Carlos Diegues,apudHelena Salem, Nelson Pereira dos Santos, le rêve possible du cinéma brésilien(1987)
« Je rencontre pour la première fois Nelson Pereira dos Santos à Rio lors du lancement d’une rétrospective du cinéma d’Amérique latine […] Nelson apparaît, toujours souriant, auréolé de lumière par les projecteurs des caméras de télévision qui sont braqués sur lui. L’aîné des maîtres duCinema Novoest, plus que jamais, la figure de proue, de prestige et d’autorité du cinéma brésilien ». Sylvie Pierre, « Le Cinéma des larmes, un film de Nelson Pereira dos Santos »,Cahiers du cinéma(1995)
« Nelson a donné une direction au cinéma moderne brésilien, il a donné un renom à toute unegéographique humainequi était jusqu’alors absente de l’écran. Avec[] toute safilmographie extraordinaire, il oriente vers unpaysplus authentique,plusjuste et plus indépendantque celui dans lequel nous vivons aujourd’hui. Il offre une boussolepour le cinéma brésilien moderne dès ses débuts mais il souligne également la possibilité de réorienter le pays aujourd’hui ». Walter Salles Jr, à l’occasion des funérailles de NPS (2018)
9