Pierre Paul Rubens

-

Livres
200 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Mondialement célèbre pour ses nus sensuels, aux formes généreuses, Pierre Paul Rubens (1577-1640), était un artiste dont la préoccupation première était la sensualité. Ce maître baroque, célébrera toute sa vie les plaisirs et l’émerveillement que procure le corps. Il estimait que le corps humain était tout aussi naturel que les nombreux paysages qu’il peignait lorsqu’il était jeune. Dans ce texte brillamment illustré, María Varshavskaya et Xenia Yegorova observent le maître au travail, mettant l’accent de manière unique sur la vie et l’œuvre de Rubens.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 17 janvier 2012
Nombre de lectures 0
EAN13 9781783100736
Langue Français
Poids de l'ouvrage 64 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0022€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Pierre Paul RUBENS
Auteurs : Maria Varchavskaïa et Xenia Egorova
Mise en page : Baseline Co. Ltd, 61A – 63A Vo Van Tan Street ème 4 étage District 3, HoChiMinhVille Vietnam
© Parkstone Press International, New York, USA © Confidential Concepts, Worldwide, USA ImageBar www.imagebar.com
Tous droits d’adaptation et de reproduction, réservés pour tous pays. Sauf mentions contraires, le copyright des œuvres reproduites appartient aux photographes, aux artistes qui en sont les auteurs ou à leurs ayants droit. En dépit de nos recherches, il nous a été impossible d’établir les droits d’auteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions de bien vouloir vous adresser à la maison d’édition.
ISBN : 9781783100736
Maria Varchavskaïa et Xenia Egorova
Pierre Paul Rubens
4
Sommaire
La Vie et l’œuvre de Pierre Paul Rubens
Peintures
Dessins
Biographie
Liste des illustrations
7
67
145
194
196
5
La Vie et l’œuvre de Pierre Paul Rubens
7
8
9
10
Saint Georges luttant contre le dragon, vers 1607. Huile sur toile, 309 x 257 cm. Museo Nacional del Prado, Madrid. (p. 6)
Léda et le cygne, vers 15981600. Huile sur panneau, 122 x 182 cm. Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Gemäldegalerie Alte Meister, Dresde. (p. 89)
Rubens et Isabella Brant sous la tonnelle de chèvrefeuille, vers 1609. Huile sur toile, 178 x 136,5 cm. Alte Pinakothek, Bayerische Staatsgemäldesammlungen, Munich.
Le nom de Rubens est connu dans le monde entier, et l’importance de l’œuvre de cet illustre peintre e flamand duXVIIsiècle dans l’évolution de toute la culture européenne est universellement reconnue. Les œuvres de cet artiste révèlent une telle spontanéité dans l’approche de la vie, une telle vigueur dans l’affirmation de ses valeurs les plus élevées, que les tableaux de Rubens sont de nos jours perçus comme d’authentiques phénomènes esthétiques.
Les musées de la Russie peuvent se vanter de posséder une prestigieuse collection de travaux du grand maître, dont les pièces les plus remarquables sont réunies au Musée de l’Ermitage, qui abrite l’un des meilleurs ensembles de Rubens au monde. Trois ouvrages de Rubens, qui se trouvent à présent au Musée des BeauxArts Pouchkine à Moscou, faisaient partie de la collection de e l’Ermitage à la fin duXVIIIsiècle. Ce sont laBacchanaleetL’Apothéose de l’infante Isabelle, qui entrèrent à l’Ermitage en 1779 lors de l’achat de la collection Walpole (Houghton Hall, Angleterre), ainsi queLa Cène, acquise en 1768 avec la collection Cobenzl (Bruxelles). En 1924 et 1930, ces trois tableaux furent transférés à Moscou.
e Il semble qu’auXVIIsiècle le nom de Rubens ne jouissait pas de la célébrité qu’il connut plus tard. Et cela paraît étrange, car les contemporains célébraient Rubens comme l’« Apelle de nos jours ». Pourtant, dès les premières décennies qui suivirent la mort du maître en 1640, la gloire européenne qu’il connut de son vivant s’éteignit peu à peu. Cela est dû aux changements qui s’opérèrent dans e l’ensemble de la situation politique de l’Europe de la seconde moitié duXVIIsiècle.
La première moitié du siècle avait vu la formation des nations et des monarchies absolues. Et ce que Rubens apportait de nouveau dans l’art ne pouvait laisser indifférentes les diverses couches sociales de nombreux pays européens aspirant à l’affirmation de leur conscience et de leur unité nationales.
Le peintre défendait les valeurs sensuelles du monde matériel, exaltait l’homme, lui donnant des dimensions cosmogoniques, célébrait l’héroïsme pathétique et la puissante tension des forces physiques et morales de l’être humain, chantait l’élan engendré par une lutte sociale ayant atteint son paroxysme. Tout cela engageait dans le combat, servait à la fois d’étendard et d’idéal.
Mais dans la seconde moitié du siècle, la situation en Europe occidentale avait changé ; en Allemagne après la guerre de Trente Ans, en France après la Fronde, en Angleterre avec la Restauration, l’absolutisme triomphait. Le processus de scission de la société en partis conservateurs et progressistes s’accéléra, conduisit à une « remise en cause des valeurs » parmi les milieux conservateurs des classes privilégiées et donna naissance à une attitude ambiguë et contradictoire à l’égard de Rubens, attitude qui se répandit dans l’Europe où, hier encore, retentissait la gloire du maître.
e Telle est la raison pour laquelle, dans la seconde moitié duXVIIsiècle, nous perdons la trace de nombreuses œuvres de Rubens, qui avaient changé de propriétaires ; c’est pour cela aussi que son nom est si rarement mentionné dans les inventaires et les catalogues de l’époque. Ce n’est e qu’auXVIIIsiècle que renaît l’intérêt pour les œuvres de Rubens.