//img.uscri.be/pth/50a5880103dc3a1e39af2ad39bcb4acde7380109
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Repenser la production cinématographique au Cameroun

De
168 pages
Ce livre est une véritable autopsie et un état des lieux de la production cinématographique au Cameroun, en insistant sur les forces et surtout les faiblesses de celle-ci. Puis il ouvre une réflexion stratégique, assortie de propositions opérationnelles sur une nécessaire redynamisation au Cameroun de la production cinématographique.
Voir plus Voir moins
ANNETTE ANGOUA NGUÉA
REPENSER LA PRODUCTION CINÉMATO AU CAMEROUN
Préface de Valentin Nga Ndon Postface de Jean-Claude Mbar
Repenser la production cinématographique au Cameroun
La Collection« Théories et Critique» dirigée par le Professeur Jean-Claude MBARGA En cette ère de globalisation, véritable rendez-vous du donner et du recevoir, où l’on observe en plein continent africain la contribution considérable des chercheurs au progrès de l’épistémologie dans diverses disciplines (la sémiotique, la sociocritique, l’herméneutique, etc.), la nécessité d’un support cadré et spécifique d’expression s’impose en termes de création d’une nouvelle collection aux Éditions L’Harmattan. Ainsi, la collection« Théories et Critique »a pour missions spécifiques d’assurer la publication et la diffusion des contributions diverses au progrès de l’épistémologie, à travers l’élaboration et l’expérimentation de nouveaux axes théoriques, et des études critiques, dans les disciplines des lettres, des arts et des sciences humaines.
COMITE SCIENTIFIQUE INTERNATIONAL Cet opuscule a été réalisé sous les auspices du comité scientifique international de la collection «Théories et Critique» constitué des membres ci-après : Eero Tarasti, Professeur des universités, Président de l’Association Internationale de Sémiotique, Directeur de l’Institut International de Sémiotique d’Imatra (Finlande), enseignant à l’université d’Helsinki (Finlande) ; Jean-Claude Mbarga, Professeur des universités, Vice-président de l’Association Internationale de Sémiotique, Coordonnateur Continental de l’International Communicology Institute du Southern Illinois University Carbondale, USA; Directeur du Cercle Africain de Sémiotique et Sociocritique (CASS), enseignant à l’université de Yaoundé I (Cameroun) ;Paul Bouissac, Professeur des universités, Université de Toronto (Canada), membre du comité exécutif de l’Association Internationale de Sémiotique; José María Paz Gago, Professeur des universités, Secrétaire général de l’Association Internationale de Sémiotique, enseignant à l’université de La Coruña (Espagne) et spécialiste en sémiotique cinématographique ; Richard L. Lanigan, Professeur, Directeur de l’International Communicology Institute (ICI) du Southern Illinois University Carbondale, USA ; Professeur André Helbo, université Libre de Bruxelles (Belgique), spécialiste en sémiotique du spectacle.
Annette Angoua Nguéa Repenser la production cinématographique au CamerounPréface de Valentin Nga Ndongo Postface de Jean-Claude Mbarga
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00072-5 EAN : 9782336000725
DEDICACE ?
A mon époux et mes enfants qui, malgré les distances qui nous séparent, ne cessent de m’apporter leur soutien moral dans tout ce que je fais. A mes parents, qui ont su m’inculquer le sens de l’honnêteté, de la combativité, de la rigueur et de l’optimisme. Je suis convaincue que là où vous vous trouvez, vous êtes très fiers de moi. A ma petite-fille Anne-Sophie, pour la joie que tu me procures depuis ton entrée dans ma vie.
REMERCIEMENTS
Un ouvrage ne saurait être l’œuvre d’une seule personne. Aussi, je remercie tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à la réalisation de celui-ci. Je pense notamment au : -Pr Bruno Bekolo Ebe, ancien recteur de l’université de Douala, qui n’a ménagé aucun effort pour me permettre de m’exprimer dans le domaine qui est le mien, et qui ne cesse de m’encourager dans mes travaux de recherche ;-Pr Valentin Nga Ndongo, pour l’intérêt qu’il porte à cet ouvrage et surtout pour avoir accepté de le préfacer ;-Pr Pius Ottou, pour ses statistiques économiques et surtout pour ses encouragements, son amitié et son amour fraternel ;-Pr Jean-Claude Mbarga, pour avoir accepté de postfacer cet ouvrage et de l’insérer dans sa collection «Théories et Critique » des Editions L’Harmattan.-Dr Marcellin Mbema, pour la lecture de ce travail ;-Dr Serge Edouard Angoua Biouélé, pour la relecture de ce travail, son support multiforme et surtout pour ses précieux conseils et encouragements ;Mes remerciements s’adressent également àM. Jules Bangué, pour ses conseils, ses encouragements, et la mise en forme de ce travail.
PREFACE
Repenser la production cinématographique au Cameroun. Voici un ouvrage, si peu volumineux fût-il, dont il convient de souligner, à brûle-pourpoint, et la pertinence, et l’intérêt. Et d’abord, la pertinence. L’ouvrage de Madame Annette Angoua Nguéa, directeur de l’Institut des Beaux-Arts de l’université de Douala à Nkongsamba, traite d’un sujet heuristiquement utile pour l’intelligibilité du comportement et du fonctionnement des sociétés contemporaines: l’art cinématographique, encore appelé «septième art». Comme chacun sait, le cinéma peut être saisi comme une inestimable source d’informations sur la société, les phénomènes qu’il présente constituant le reflet à la fois des réalités du contexte de production, de la psychologie des producteurs, des mentalités, des représentations, des mythes et des idéologies du groupe concerné. Le cinéma partage ainsi, avec le roman (la fascination de l’image conférant toutefois un net avantage au cinéma), cette particularité de la créativité artistique de fonctionner, selon la célèbre et savoureuse formule de Stendhal, comme un miroir que l’auteur « promène le long du chemin ».
Le cinéma participe donc étroitement des phénomènes sociaux qui le génèrent puisque, selon le mot de Goldmann, le créateur du modèle du structuralisme génétique, il constitue comme une « transposition de la vie quotidienne », celle-ci entretenant une «homologie rigoureuse» avec le contenu de l’œuvre cinématographique.
Consacrer, par conséquent, un travail épistémique à la production cinématographique revient à faire œuvre très utile. Œuvre d’autant plus utile qu’elle est, ensuite, digne d’intérêt,