//img.uscri.be/pth/5697b18c098e82a0923e618cc06be3f840f843f8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 22,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

TELEVISION FRANÇAISE LA SAISON 2001

De
368 pages
Pour la onzième année, elle présente et passe au crible de ses critiques les programmes de l'année écoulée du 1er août 2000 au 31 juillet 2001. Ceux et celles qui font la saison sont tout à la fois cinéphile et téléphiles. Aucun clivage n'est établi entre le petit et le grand écran, les programmes de télévision sont considérés comme aussi dignes d'analyses et potentiellement aussi créatifs que les films de cinéma.
Voir plus Voir moins

télévision francaise: la saison 2001

En couverture :
@ Natacha Cagnard/Arte - Julien l'apprenti, @ DR/13e Rue - Histoire d'eau (Les redoutables), - Christine Citti (Les enquêtes d'Éloïse Rome), @ Gilles Schrempp/France - L'approche, @ DR/Arte @ David BoutardfTFI - Laurence Boccolini (Le maillon faible), @ Bernard BarbereauIFrance 2 - Un pique-nique chez Osiris,

2

-

Rien que des monstres, @ DR/Canal + @ Sylvain Legrand/France Marc-Olivier Fogiel (Un an de plus), Gérard Miller et Sophie Massieu (Le goût du Noir), @ DR/Arte @ Dominique Maestracci/TFI Les Misérables, Philippe Soupault (Un siècle d'écrivains), @ DR/France 3 @ L'Harmattan, 2002 ISBN: 2-7475-2052-8

Loft

story,

@

DR/M6

3

Dirigé par Christian Bosséno

télévision francaise:
la saison 2ÔO1

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

La saison télévisée 2001

.

La Belle équipe (Elles et ils font La Saison)

Christian Bosséno. Il a longtemps collaboré à La Revue du cinéma (critique et membre du comité de rédaction), ainsi qu'à d'autres magazines comme Grand Maghreb, Afrique-Asie, Hommes et migrations, etc. Il a coordonné plusieurs numéros de CinémAction : Cinémas paysans, préfacé par René Allio; Cinémas de l'émigration, préfacé par Jean-Pierre Chabrol; Youssef Chahine l'Alexandrin, avant de rédiger, le premier ouvrage critique sur les réalisateurs de télévision, 200 téléastes français (1989, 600 pages, Corlet Cin~mAction- Télérama). En 1991, il crée Télévision française : La Saison... qu'il dirige depuis. Economiste de formation, il est responsable, à Crédit agricole SA, de la Mission historique.

. . film d'Amiens. Cinéphile, il s'intéresse tout particulièrement à la fiction télévisée.
Marie-Édith Alouf. Journaliste culture et médias à Politis depuis 1990. Jean-Pierre

Bergeon. Responsable de programmes à France Bleue et président du Festival du

Christian-Marc Bosséno. Maître de conférences à l'université de Paris I, il dirige par ailleurs la revue de cinéma Vertigo. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Hollywood, usine à rêve et La prochaine séance, Les Français et leur cinéma dans la collection Découvertes (Gallimard), E la nave va (Nathan). Il est également l'un des piliers de la revue spécialisé en communication Société et Représentation (publication de la Sorbonne). Laurence Briot. Journaliste au magazine Archimag de 1994 à 1997, aujourd'hui documentaliste-programmateur au Forum des Images, a suivi des études de philosophie et de sciences politiques.

.

. . . . . . .

Nei1a Chekkat

Balhoul.

Diplômée

de l'école

supérieure

de journalisme.

Scénariste.

Philippe Colombani.

Professeur d'histoire au lycée Fesch à Ajaccio.

Clotilde Delarue. Titulaire d'un DEA de sciences de l'information, rédactrice au ministère de la Justice. Jean-Marc Doniak. Membre de l'administration préfectorale à Lille. Auteur d'un ouvrage encyclopédique sur les fictions à la télévision française paru en 1999 et d'une banque de données pour la SCAM. Il a également effectué des entretiens réalisés par Gilles L'Hôte, pour la télévision sur les personnalités du petit écran (Mémoires de la télévision française) dont six programmes (sur 23 réalisés) ont été diffusés sur la chaîne Histoire. Christophe Dussert. Documentaliste audio-visuel au Forum des images de Paris. A été pendant dix ans concepteur-rédacteur dans la publicité et l'édition. . Philippe Gautreau. Ancien Directeur des ressources humaines en France du groupe HSBC. Cinéphile et téléphile, collectionneur de films et vidéos. Isabella Guerra-Maisonnave. Diplômée de l'INTD. Documentaliste au Forum des images de Paris puis responsable de la bibliothèque jeunesse de la ville de Mont-de-Marsan. Réjane Hamus-Vallée. Docteur à l'université Paris III. Est également attachée temporaire à l'enseignement et à la recherche à Lyon II, et collabore ou a collaboré à des revues aussi différentes que SFX, Les Cahiers du cinéma, Repérages, Simulacres, 1895... A dirigé le numéro 102 de Cinémaction, Du trucage aux effets spéciaux.

.

4

La Belle équipe (Elles et ils font La Saison)

Catherine Humblot. Journaliste au quotidien Le Monde. A supervisé, en 1994-1995, la rédaction du supplément Le Monde-Radio-Télévision. Bernard Hunin. Journaliste. Après avoir été rédacteur en chef des Fiches du cinéma, a crée et dirigé une agence de presse spécialisé dans les informations culturelles, avant d'être rédacteur en chef du bimestriel Ciné CD ROM. Sébastien Imbert. Titulaire d'un DEUG de droit et diplômé de l'École française des Attachés de presse. Journaliste, rédacteur en chef de Web City Lyon, réseau de magazines sur Internet. Jean-Pierre Piton. Collaborateur des Fiches de Monsieur Cinéma, La Revue du Cinéma, L'Écran fantastique, Ciné CD Rom et CinémAction pour qui il a coordonné un numéro sur le cinéma fantastique. Auteur d'ouvrages sur Robert Aldrich et Henri Fonda (Edilig) et, en collaboration, une Encyclopédie sur la science-fiction (Grancher). Philippe Prunet. Professeur d'histoire au collège La Grange aux Belles, Paris X.

.

.
. . .

. Jean-Jacques Schléret. Spécialiste de littérature policière, a publié trois ouvrages consacrés aux plus célèbres collections du genre: Voyage au bout de la Noire, en collaboration avec Claude Mesplède, le Vrai visage du Masque et les Métamorphoses de la chouette, avec Jacques Baudou. Retraité de l'ORTF> où il a travaillé dans les services techniques, il a cosigné avec Jacques Baudou dans ce cadre aux Editions 8e Art: Meurtres en séries (les séries policières de la télévision française), les Feuilletons historiques de la télévision française et Merveilleux, fantastique et sciencefiction à la télévision française. Il a collaboré récemment au guide Totem des séries télé de Martin Winckler et Christophe Petit et co-signé (voir note) avec Jacques Baudou, celui du Polar. Nicolas Schmidt. Titulaire d'un doctorat de troisième cycle en cinématographique (Paris I). Sociologue de formation. Assistant de recherche au Centre d'études de l'emploi. Collabore régulièrement à Cinémaction où il a notamment co-dirigé Le Cinéma du samedi soir et à Études cinématographiques. Martine Scoupe-Fournier. Titulaire d'un DEA d'histoire contemporaine. Chargée des achats de films au Forum des images de Paris. Co-programmatrice des Rencontres internationales de cinéma à Paris. Pierre Sivan. Professeur de lettres au lycée Jean-Vilar à Meaux, où il enseigne aussi l'analyse de films. A collaboré aux manuels Lettres Seconde et Lettres Première (Nathan).

.

. .

Secrétariat de Direction:

Nicolas Schmidt, Gracianne

Lecoq.

M Q) u <:: LJ.. '" ~

" LJ.. '" "C
<:: Q) '" co @

Thérèse

et Léon

5

La saison télévisée 2001

CI) t:: <{ @ Warriors 6

Une saison particulière

. Une saison particulière
Le champ d'investigation de la Saison 2001, c'est-à-dire l'analyse d'une sélection de programmes diffusés entre le 1er août 2000 et le 31 juillet 2001, venait d'être parcouru. C'était l'heure, dès lors, d'engranger (et quelquefois de traquer !) les ultimes critiques, les dernières photos, de réfléchir aux grandes tendances d'une année de fictions, de documentaires et de magazines, d'en jauger le crû, de saisir et d'ordonner les textes, de vérifier dates et génériques. C'était AVANT le 11 septembre 2001. Ce jour-là, il eût été impensable, surréaliste de ne pas l'évoquer, même s'il est postérieur à la période de référence de cet ouvrage, tant les images - inimaginables auparavant - de deux avions de ligne, détournés, encastrés volontairement avec passagers et équipages, à quelques minutes d'intervalle dans les deux tours du World Trade Center, l'orgueil de New York, pour les détruire, ont bouleversé « l'ordre et la sécurité du monde ». Des images comme surgies d'un film catastrophe: incendies de maquettes ou simulation en images de synthèse de ravages et d'explosions. Pourtant, elles étaient réelles. Ces séquences ont investi en même temps les écrans de télévision partout dans le monde. En direct d'abord, puis inlassablement rediffusées en boucle. Elles ont, bien évidemment, bousculé notre relation ordinaire à l'image. La réalité dépassait la plus insensée des fictions. Pour un long temps, ces images rendraient dérisoires, inutiles et peut-être obscènes, la représentation fictionnelle d'une catastrophe née de l'imagination d'un scénariste. Nous tenterons bien sûr une analyse de ces quelques séquences et de leur utilisation, et de la non utilisation d'autres images, interdites. Pour cela, nous prendrons non point sept, mais un an de réflexion. Le rendez-vous est pris pour la Saison 2002. Et déjà la vie reprenait. Après l'hébétude. L'une des premières images qui nous fut proposée en France, sur TF1, de l'après Il sepN () '" !: '" ~ Qi '" () '" en <1\ '" (3 @

tembre, fut même cocasse. À New York, Patrick Poivre d'Arvor, assis sur un fauteuil (de jardin ou de bistrot ?) installé sur la chaussée même d'une avenue de Manhattan, et présentant le journal télévisé.

La

bicyclette bleue

Et voici, puisque le spectacle continue, l'édition 2001 de La Saison. Pour la onzième année, elle présente et passe au crible de ses critiques les programmes de l'année écoulée. Et par corollaire, leur une mise en mémoire. Toujours dans le même esprit, c'est-à-dire en n'établissant aucun clivage entre petit et grand écran, en considérant les programmes de télévision aussi dignes d'analyses, aussi potentiellement créatifs que les films de cinéma. Ceux et celles qui font la Saison sont en effet cinéphiles et téléphiles. Ils ne chaussent pas des lunettes différentes pour apprécier les images du petit et du grand écran. L'idéal, avec la télévision, c'est de suivre le conseil, au combien judicieux, de Jean-Christophe Avert y : « Ne pas la regarder comme on ouvre son frigidaire pour savoir s'il y a du jambon ou du poulet. » Christian BOSSÉNO

7

La saison télévisée 2001

:J "
~ 1'1

@

Coup de vice (Les Redoutables) 8

Le petit téléchroniqueur

1er août:

Lex. Promulgation après deux

ans et demi de barguignages, d'avancées, reculades, et de rafistolages, de la Loi sur l'Audiovisuel. On en connaît les principales dispositions, France 2, France 3 et La Cinquième sont réunies sous la houlette d'un président élu pour cinq ans. Des règles sont édictées concernant le numérique hertzien qui va permettre une multiplication de chaînes reçues par nos antennes classiques. En ce domaine la priorité sera donnée au service public et nul opérateur privé ne pourra disposer de plus de cinq chaînes. La publicité sur les chaînes publiques sera ramenée de 12 à 8 minutes par heure en 2001. 4 août: Abîme. Dans le vide estival, peuplé de quelques rediffusions parfois estimables et enrichi (merci Canal +) de quelques documentaires, Nos meilleurs moments (TF1 J, diffusé le vendredi en « prime time» est une petite plongée bon enfant et décontractée, cornaquée par Carole Rousseau dans l'histoire de la télévision, avec quelques témoins (d'époque) et des extraits (toujours trop brefs) d'émissions cultes. Ce soir c'est Le Petit Rapporteur (1975-1976) savoureuse aventure vécue par Daniel Prévost, Pierre Desproges, Pierre Bonte, Stéphane Collaro et le maître de cérémonie Jacques Martin, le tout mis en images par Bernard Lion, qui se rappelle à notre souvenir. Pourtant ce qu'on nous montre fleure trop souvent le réchauffé avec des séquences vues et revues! Un peu d'imagination, bougre! Il n'y a pas que la visite de Montcuq qui mérite le détour !

8 août: Multitudo. 8 650 200 téléspectateurs ont regardé le 31 juillet Qui veut gagner des Millions? (TF1, voir fiche) programmé pour la première fois en soirée. 8 août: Visa. Télé Bocal. En attendant qu'un appel à candidatures soit lancé pour l'attribution de la fréquence à une chaîne, une télévision associative, Télé bocal, sera, pour trois mois, et à partir du 16 septembre, autorisée à diffuser ses programmes dans les trois arrondissements de l'Est parisien (me, XIe et XXe) sur le Canal36. 11 août: Bouche Trou. Quand l'actualité est au point mort, la télé fait les gros titres. Le quotidien Le Parisien dresse aujourd'hui un bilan navré du manque de créativité des programmes estivaux de la télévision sous le titre qui barre sa Une: Quand la télé fait du neuf avec du vieux. On constate aussi que nombre de «pilotes », essayés pendant la saison morte, ne seront plus à l'antenne à la rentrée. Sauf Qui veut gagner des millions? (TF1) dont le succès a été immédiat. 22 août: Bis. Par 6 voix contre 3, Marc Tessier a été réélu par les sages du CSA réunis à Hourtin en Gironde, à la tête du holding France Télévision. Son mandat est porté à 5 ans par la Loi sur l'audiovisuel. Sa mission (non écrite) : tenter d'améliorer l'audience des chaînes publiques. 9

La saison télévisée 2001

22 août: Casquette. La nomination de Gérard Holtz au JT de 13 heures, sur France 2, à compter du Il septembre prochain où il prendra la place du duo Carole Gaessler-Rachid Arhab a causé une surprise. On attendait en effet Paul Amar, grandissime favori. Pierre-Henri Arnstam, directeur de l'info de France 2, a tranché. 7 d'or du meilleur journaliste en 1995, le bouillant Gérard Holtz était surtout connu comme journaliste sportif, chroniqueur depuis 1994 du Paris-Dakar, présentateur de Stade 2, etc. On avait presque oublié, qu'entré à TF1 en 1972, il avait rejoint en 1975 Antenne 2 où il présenta successivement le 20 heures puis le 13 heures et cela jusqu'en 1982. 24 août: Politique. Le quotidien Libération, dans sa page Médias, constate que La Télé émiette la politique. On en parle toujours, mais finies les grands messes. Et c'est vrai, paradoxalement, qu'on n'en a peut-être jamais autant causé mais « en donnant la parole à de seconds couteaux ravis de l'aubaine» notamment sur la chaîne parlementaire. Tout en rappelant la dérive de la politique vers le divertissement. 28 août: Révolution? Présentation des nouvelles grilles de Canal + avec un profond bouleversement des programmes en clair. Le séisme concerne NPA, (une institution pourtant !) qui rompt avec la pratique des animateurs vedettes (dont les derniers comme Michel Field, Guillaume Durand, ou Nagui avaient été chahutés et estimés décevants) et qui occupera chaque jour près de trois heures d'antenne, découpées en 3 modules: 7 h 30-8 h 30 avec Alexandre Devoise ; 12 h 40-13 h 40 avec Anne Depétrini, Philippe Gildas et Jérôme Bonaldi ; à 18 h 50 enfin, et jusqu'à 20 h 40, le plateau sera animé par Thierry Dugeon, responsable des interviews et de l'information; et le tandem Philippe Vandel-Emmanuelle Gaume. La tranche sera essentiellement ouverte aux comiques avec les incontournables Guignols mais aussi Moustic, Omar et Fred, et La Cape et l'épée des Robins des bois. Le samedi, un NPA particulier sera mis en place. 28 août: Une. C'est au tour du quotidien France Soir de faire sa Une avec la télévision, sous le titre Télépoubelle : jusqu'où? et de rappeler (double page) que « dans le jeu de la 10

chaîne américaine CBS, Survivor, les candidats (photo à l'appui) se vautrent dans la boue, mangent des chenilles, et chassent le rat» et qu'aux États-Unis toujours « on s'apprête aussi à diffuser des témoignages de pédophiles et de violeurs» Si la France a été, jusqu'ici, épargnée par « ces émissions délirantes », la tentation de l'audimat pourrait cependant précipiter leur venue. Ce dossier rappelle le film prémonitoire réalisé en 1983 par Yves Boisset, Le Prix du Danger, dans lequel un candidat de jeu TV devait échapper à des tueurs pour remporter le pactole. Avec Marie-France Pisier dans un rôle de productrice, Michel Piccoli dans celui de l'animateur et Gérard Lanvin interprétant le chômeur candidat. 31 août: Koniec. Le laboratoire à nouveautés estival n'ayant pas été concluant, Ça va faire mâle (France 2), malgré le punch souvent décoiffant de ses deux animatrices Marine Vignes et Karine Le Marchand, ne passera pas... l'été. Il est vrai que ce programme brassait beaucoup d'insignifiance. Il faudra trouver, à ces deux complices, un meilleur grain à moudre. Dernière le 31 août. 31 août: Plaire. Le quotidien Libération consacre, sous la plume d'Isabelle Roberts, un article à Takis Candilis, 44 ans, directeur de la fiction à TF1 et « lisseur d'histoires» qui rappelle, selon le credo de TF1 «plaire au public le plus large» : Ma Mission, c'est de m' adresser à 10 millions de téléspectateurs. Une dizaine de personnes travaillent aux scénarios qu'il convient d'accommoder à la «sauce TF1» et qui, s'ils s'inspirent (à 95 %) de la réalité sociale, sont passés et repassés dans le «prisme» TFl. Les héros doivent être identitaires (Les Cordier juge et flic, Julie Lescaut, Navarro), et la narration « directe, positive et optimiste ». 31 août: Rituel. La rentrée, c'est l' occasion pour les chaînes et pour leurs dirigeants de p.résenter à la presse les nouvelles grilles. C'est Etienne Mougeotte qui officie pour TF1. L'audimateux Qui veut gagner des millions? que l'on n'aurait dû ne revoir que pour la période des fêtes a pris - succès oblige - du galon et sera de retour dès le samedi 30 septembre, d'abord de 19 à 20 heures, puis de 20 h 50 à

Le petit téléchroniqueur

22 heures. Ciel mon mardi, huit ans après, revient. 7 à 8, nouveau rendez-vous dominical d'informations, sera présenté par Laurence Ferrari et Thomas Hugues. Et la fiction va démarrer bille en tête, le 4 septembre, avec les quatre

époques des Misérables. Quant à la « télé-réalité », on y vient. Avec Expand TF1 concocte (titre provisoire: adaptation «à la française» voyeuriste Survivor (suivi aux 51 millions de téléspectateurs). (Fort Boyard), Robinson) une ,du feuilleton Etats-Unis par

6 septembre: Noir. Les amateurs de série télévisée l'attendaient. Police District (voir fiche), la nouvelle série française de M6, produite par Capa Drama, s'in~pire du modèle US de New York Police Blues. Ecrite par un maître du polar Hugues Pagant (riche d'une expérience de 25 années d'inspecteur de police divisionnaire à Lyon) et interprétée dans le rôle principal (le commandant Rivière) par Olivier Marchal (lui aussi ancien flic), la série se veut réaliste, pugnace, frénétique et sans concession. 6 septembre: Tir groupé. C'est une première. Pour la rentrée télévisuelle le holding France Télévision (France 2, France 3, La Cinquième) présidé depuis sa nomination par le CSA par Marc Tessier, présente dans le grand salon de l'hôtel Hoche à Paris, les grilles respectives des trois chaînes. 6 septembre: Télé-tubbies. Bienvenue à la petite nouvelle, Clémence, et félicitations aux heureux parents Isabel (fidèle saisonneuse) et Bertrand Guerra-Maisonnave. Un « bébé Saison» de plus. 7 pris TF1 sion lles, septembre: Outre-mer. Désormais resur les bouquets Canal Satellite Réunion, qui ne jouissait jusqu'ici que d'une diffuhexagonale est désormais visible aux Antien Guyane, à Mayotte et à la Réunion.

1er septembre:

Naissance. Premières

images à 20 h 30 diffusées depuis Lorient et présentées par Patrick Poivre d'Arvor, vice président de la chaîne bretonne patronnée par TF1 TV Breizh. Chaîne «généraliste, culturelle et identitaire », signalée par une bande annonce symbolique (un phare, des bateaux et une mer en furie mais aussi une moissonneuse batteuse pour bien marquer la puissance agricole de la région) et qui s'adresse à neuf millions de Bretons (quatre en Bretagne, cinq ailleurs en France et dans le monde), TV Breizh est disponible sur le câble, TPS et canal satellite. Présidée par Patrick Le Lay (déjà président de TF1 et TPS), TV Breizh est dirigée par Rozenn Milin. La chaîne proposera 17 heures de programmation quotidienne. Elle est diffusée via le satellite et les réseaux câblés. 4 septembre: Depardieu. Lever de rideau pour Les Misérables avec le premier des quatre volets de la nouvelle superproduction de TF1 (165 millions de francs de budget) réunissant, une nouvelle fois, les « trois D » : Jasée Dayan (réalisatrice) Didier Decoin (scénariste), Gérard Depardieu (interprète principal dans le rôle du célèbre bagnard au grand cœur). Après Monte Cristo puis Balzac, place à cette nième adaptation du roman de Victor Hugo paru en 1862 (voir fiche). 4 septembre: Bambins. Démarrage sur France 3, présenté p,ar Thomas Satta et Peggy Olmi, du magazine A toi l'Actu@ ! Un journal télévisé quotidien (du lundi au vendredi à 17 h 00), tout spécialement mitonné pour les enfants de 6 à lOans. Comme Thomas Sotto, Pascal Petit, le rédacteur en chef avait participé à une aventure pilote, le JTJ (J comme Jeunes) de Canal J.

8 septembre: Polar. Deux jours après la mise à l'antenne de Police District sur M6, c'est au tour de France 2 de lancer une nouvelle série avec Lyon police Spéciale (voir fiche) qui renoue avec le genre feuilleton puisqu'une seule et même enquête parcourt les différents épisodes. De petites histoires viennent relancer l'intérêt en s'adossant à l'intrigue principale. Avec Antoine Dulery, Costa Bruno, Vanessa Larré... 8 septembre: Révérence. C'est décidé et Bernard Pivot, 65 ans, l'a annoncé dès le premier Bouillon de culture de la rentrée: il mettra un terme à ce magazine en juin 2001. Entré à l'ORTF avec Ouvrez les guillemets, sa première émission littéraire en 1973, il avait assis sa notoriété avec Apostrophes (1975-1990) puis Bouillon de culture (lancé en 1990). 11

La saison télévisée 2001

9 septembre: Abîme. Marc-Olivier Fogiel, l'impertinent moustique cathodique et radiophonique, inaugure sur France Inter, le samedi à Il heures, Vous écoutez la télévision, magazine consacré au petit écran. 10 septembre: Première. Nouvelle donne sur TF1 pour sa très sensible tranche dominicale du dimanche (19-20 heures) longtemps réservée à Sept sur Sept, avec Sept à huit, nouveau magazine présenté par Laurence Ferrari et Thomas Hugues. Reportages, interviews tous azimuts, cet espace, traditionnellement consacré à la politique s'ouvre à toute l'actualité. 11 septembre: Audimat. 10,5 millions de téléspectateurs (45,6 % du public présent devant le poste) ont suivi le second épisode de la superproduction de TF1 Les Misérables (voir fiche). 11 septembre: Défi. Michel Field lance sur France 3, le magazine Ce qui fait débat qui prend la place de La Marche du siècle et donne la parole aux gens (y compris à des politiques) sur les grands problèmes de société. Sans langue de bois, nous assure-t-on. 11 septembre: Première. Le sémillant Gérard Holtz présente, à partir d'aujourd'hui, le JT de 13 h de France 2. Parmi le plateau de l'émission, Françoise Laborde (politique), Antoine Cormery (culture), Laurence Ostolaza (vie pratique). Le commentateur du stérile Paris-Dakar réussira-t-il à faire un peu d'ombre au dominateur Jean-Pierre Pernaud (6,7 millions de téléspectateurs) qui entame sa quatorzième année au IT de 13 h de TF1 ? 12 septembre: Bégaiement. Huit ans après! Retour de Ciel mon mardi (1988-1992) sur TF1, toujours (re)animé par Christophe Dechavanne en quête farouche d'une audience qui s'obstine à lui échapper. 13 septembre: télévision et cinéma davantage et il n'est mettre à la télévision. 12 Romane. Les frontières s'estompent chaque jour plus indigne de se comC'est au tour de Romane

Bohringer d'interpréter avec Anna en Corse (France 2) réalisé par Carole Giacobbi, son premier téléfilm. 13 septembre: Casquette. Jean-Pierre Cottet, ancien directeur d'antenne de France 2 est nommé directeur général de La Cinquième (France télévision). 14 septembre: Film. Bus de nuit, réalisé par Patrick Jamain sur un scénario de Michel Picard et Claude Jacquet ouvre la sixième saison de Navarro (TF1) Roger Hanin, le populaire commissaire qui a déjà tourné 78 épisodes, vient de signer pour une nouvelle série de 13 épisodes, de cette infatigable et décidément indémodable locomotive de la fiction télévisuelle ! 15 septembre: Score. France 2 jubile. Le téléfilm Anna en Corse de Carole Giabocci a retenu près de 8 millions de téléspectateurs (37,5 % de part du marché), contre 6,1 millions pour la retransmission sur TF1 du match de football (Ligue des champions) RosenborgPSG et la première de Ce qui fait débat (avec 2,8 millions) sur France 3. 16 septembre: Télépoubelle. Sous le titre (en première page) Télé qui veut être un héros ?, le quotidien Libération consacre un article de deux pages à la Real TV. Le concept lancé par Big Brother f'jit le tour de l'Europe, Survivor cartonne aux Etats-Unis et la France devrait bientôt être touchée. La Télépoubelle déborde dans le monde titre encore Libé. 21 septembre: ChristophelLaurent. Le second match Dechavanne (Ciel mon mardi, entraîné par TF1) contre Ruquier (On a tout essayé, entraîné par France 2) s'est conclu par la victoire d'On a tout essayé. Ciel mon mardi qui avait agréablement surpris par son score lors de sa mise à l'antenne (2,7 millions de téléspectateurs et 40 % d'audience), n'a pas renouvelé sa performance face au magazine animé par Laurent Ruquier. On a tout essayé à enregistré le 19 septembre 2,2 millions de téléspectateurs (32,3 % d'audience) contre 1,6 million à Ciel mon mardi (29,8 % d'audience).

Le petit téléchroniqueur

23 septembre: Obstiné. Expertise, nouveau magazine hebdomadaire de La Cinquième centré sur un thème d'actualité, animé par Yves Calvi, se propose d'aller au bout des choses, quitte à reposer plusieurs fois la même question. 25 septembre: État-civil. Premier numéro du magazine de la chaîne Série Club, Série News. En fait, il s'agit d'un reformatage de l'ex 100 % Séries (bimensuel). Le nouveau magazine est quotidien, et dure 26 mn. Il est animé du lundi au vendredi par Emmanuel Laborde et le samedi et dimanche par Frédéric Ferrer. 25 septembre: Numérique. TF1 et M6 créent TF6 dont l'objet est de compresser les 6 fréquences hertziennes actuelles pour proposer, gratuitement, 36 chaînes sans décodeur. Dès la fin 2001 ? 25 septembre: Souffie. Le quatrième et dernier épisode de la série Les Misérables (voir fiche) sur TF1 a confirmé le succès d'audience de cette fiction, avec 10,3 millions de téléspectateurs et 44,1 % de part de marché. En moyenne, la série a attiré 10,245 millions de téléspectateurs. Mais c'est moins que, des mêmes 3D (Dayan, Decoin, Depardieu), Monte Cristo (I2 millions) voici déjà deux ans. 26 septembre: Politique. TF1 ouvre le mardi un créneau politique conduit par Patrick Poivre-d'Arvor Répondez-nous (dix minutes) dans le prolongement du JT de 20 h 00. Le premier invité est Philippe Séguin. Il faut saluer cette initiative quand bien même elle demeure modeste, car le débat politique se fait de plus en plus rare sur le petit écran. 27 septembre: Politique (bis). C'est à France 2 d'ouvrir à son tour un créneau à l'entretien politique, le jeudi, animé par Claude Sérillon, après le JT de 20 heures et avant Envoyé spécial, le magazine d'information de prime time de France 2.

fusés deux par deux). Les problèmes de la jeunesse y sont scrutés à travers les yeux de professeurs, aux personnalités très différentes, d'un lycée de banlieue, sur fond de racket, de violence et de musique rap et reggae (voir fiche). 28 septembre: Politique (ter). Devant la carence en la matière manifestée par les grandes chaînes hertziennes, LCI multiplie les rendez-vous politiques dans sa grille: Le Club LCI (du lundi au jeudi de 20 h 45 à 22 h 00) présenté par Ruth Elkrief(débat) ; 100 % Politique de David Pujadas et Patrick Buisson (chaque vendredi) avec comme premier invité (6 octobre), Jean Tibéri. 29 septembre: Drucker. Le très médiatique animateur de Vivement Dimanche ajoute un nouveau ténor à la déjà longue liste de politiques heureux de s'afficher dans le cadre d'une grande émission populaire. Mais c'est depuis l'hôtel Matignon que Lionel Jospin a consenti a répondre aux questions de Michel Drucker. 30 septembre: Vous avez dit Rotule? Frédéric C, étudiant, empoche les 4 millions du jeu Qui veut gagner des millions? Hésitant entre quatre propositions pour désigner le médecin qui soigne, dans Tintin, le Capitaine Haddock, il suit l'avis du public qui vote à 73 % pour Rotule. Alors va naître la rumeur. Le public est-il à ce point tintinophile pour connaître un personnage aussi secondaire? Truqué, pas truqué? La polémique occupera quelques folles journées pour la presse et les coulisses de chez Foucault, tandis que Laurence Jomand, productrice du jeu chez Starling se défend, de quelque fraude que ce soit. Au chapitre des seconds couteaux chez Tintin, je connaissais Evariste Lampion, mais n'avais, personnellement gardé aucun souvenir du Docteur Rotule. Et vous? 30 septembre: IVG. C'est une première, en France à la télévision, Julie Zwoboda, pour Le Magazine de la Santé, de Michel Cymes et Marina Carrère d'Encausse (La Cinquième), a filmé deux IVG au centre hospitalier d'Arras sous le titre Avortement: les images. 13

27 septembre: Bahut. Nouvelle série sur M6 avec Le Lycée, réalisée et coproduite par Miguel Courtois (6 épisodes de 52 mn, dif-

La saison télévisée 2001

2 octobre: Bestioles. À l'antenne aujourd'hui sur France 3 Corse et France 3 Alsace, Les Shadocks de Jacques Rouxel débarquent et parlent ici en corse, là en alsacien. 2 octobre: Couple. C'est reparti pour Un gars, une fille (France 2) qui entame ce soir une nouvelle série de 170 émissions inédites et compte bien persévérer en réunissant à nouveau entre 3 et 4 millions de téléspectateurs (voir fiche in Saison 2000). 2 octobre: Casquettes. Jean-Claude Renaud (ancien rédacteur en chef du 13 heures de France 2) et Laurence Piquet (grand reporter sur France 2) présentent en alternance le JT de la nuit sur France 2. 3 octobre: Passeuse. Après Bas les Masques puis La vie à l'endroit, Mireille Dumas démarre sur France 2 un mardi sur deux Vie privée, Vie publique (voir fiche), nouveau magazine de société qui s'interroge sur ce que représente aujourd'hui la vie privée face par exemple aux médias. Reportages, témoignages et débats. Audience très honorable pour cette première avec 4,2 millions de téléspectateurs. A la même heure TF1 attirait 8,9 millions de personnes avec le film Paparazzi et France 3, 5,4 avec Le Saint. 4 octobre: Parcours. Hommage, rue Ve1asquez à Paris, dans le cadre du cycle Les Yeux et la mémoire proposé par la Scam au peintre et cinéaste Jacques Brissot. Avec des images découpées dans les magazines d'aujourd'hui, Jacques Brissot s'inspire pour ses étonnants collages des œuvres de Breuegel, Jerôme Bosh, Peter Huys, Met de Blès, Bouts, etc. Et la projection de courts métrages qu'il a réalisés, notamment pour le magazine Dim Dam Dom (Paris en pantalon, 1968; Clouzot tourne, 1968 ; Le salon de poésie, 1969; Station Louvre, 1969) ou avec le CNRS (Ombres et lumières, 1962). Cerise sur le gâteau, un inédit, Jeanne d'Arc. 4 octobre: Bougies. Avec son numéro 2647 paru ce jour et annonçant les programmes du 7 au 13 octobre, l'hebdomadaire Télérama fête ses 50 ans. C'est en effet le 14

20 janvier 1950 qu'apparaissait dans les kiosques Radio-Cinéma, premier titre de l'actuel Télérama. Un cahier spécial, comprenant un édito de Marc Lecarpentier, ouvre ce numéro de 296 pages. Pour l'occasion, Télérama a eu l'idée de demander à deux inconditionnelles vedettes des médias, Philippe Sollers et Jean-Luc Godard, leur sentiment sur le demi-siècle. Cependant qu'un sondage listait les personnalités les plus marquantes dans le domaine de l'écriture, de la chanson et du cinéma. Quant au cahier anniversaire proprement dit, il occupe 50 pages (publicités déduites) ; s'ouvre par une photo signée Jean-François Bouret des 150 collaborateurs présents (sur 180 salariés) le jour du cliché; donne la parole à ses lecteurs, aux personnes dont ils ont parlées (en bien ou en mal), une sorte de droit de réponse: «ils se vengent» ; raconte (illustrées par une sélection des unes) l'histoire et l'évolution du magazine (c'est Antoine Perraud qui a joué l'historien). En 50 ans, le tirage a été multiplié par 100, passant de 8 000, à 800 000 exemplaires. Félicitations et rendez-vous pour le centenaire! (NB: à noter que Metropolis, le magazine culturel d'Arte, a consacré, le 7 octobre un important sujet sur cet anniversaire, Télérama a 50 ans). 6 octobre: Coucou. Remercié par Canal +, Marc-Olivier Fogiel n'a pas langui longtemps. Il inaugure ce soir sur France 3, à 23 h 36, son tout nouveau magazine, On ne peut pas plaire à tout le monde (voir fiche). Sur qui ce jeune homme culotté va-t-il se faire les griffes? 8 octobre: Cinoche. Foin de promotion et de «je te passe le plat». Voilà - on en avait perdu le fumet - une vraie bonne et très goûteuse émission de cinéma mitonnée par une artiste du genre, Anne Andreu: c'est Absolument Cinéma, le dimanche à 13 h 35 sur La Cinquième (voir fiche). Entourée de ses complices Michel Boujut et Claude Ventura, Anne Andreu retrouve ici le sel et la qualité de ce qui fut le meilleur magazine jamais consacré au septième art, un enchantement pour les cinéphiles et un apprentissage pour les néophytes, Cinéma Cinémas. Les sorties du film sont certes évoquées mais mises en perspective avec les films du répertoire. Les points de vue sont confrontés, les analyses conduites avec une vo-

Le petit téléchroniqueur

lonté pédagogique hautement sympathique. On savoure. 9 octobre: Faite. Record d'audience pour France 2 qui, pour la Bicyclette Bleue (voir fiche), retrouve un pic d'audience, avec 10,7 millions de téléspectateurs, soit 42,6 % d'audience. C'est mieux que TF1 qui n'avait réalisé « que »... 10,4 millions de téléspectateurs avec le premier épisode des Misérables. 1 0 octobre: Nocturne. Ouf, Texto, émission littéraire, espèce en voie de disparition, de France 3, n'a pas été (encore) sacrifiée! Animée par Philippe Bertrand, elle passe de mensuelle à bimensuelle mais est réduite de moitié (26 mn) et installée à une heure... tardive (00 h 10 !). Il est vrai que la collection Guillaume Budé, chère aux hellénistes, avait comme symbole la chouette! 12 octobre: Presse. Fin de l'aventure éditoriale en solo du mensuel édité par le Nouvel Observateur, Le Nouveau Cinéma. Elle aura duré une année. Le titre devient hebdomadaire en fusionnant avec le supplément gratuit Télé Obs qui s'intitule désormais Télé Obs-Le Nouveau Cinéma. 12 octobre: Case. Une nouvelle case documentaire est mise à l'antenne sur France 3 par Patricia Boutinard-Rouelle, responsable des programmes documentaires. Baptisée Passé sous silence et consacrée à l'histoire immédiate, elle adopte le dispositif de l'enquête ou de la contre-enquête pour revisiter des événements, avec un regard nouveau. Le premier documentaire proposé, Tchernobyl, autopsie d'un nuage, est signé Jean-Charles Chattard et Solange Graziani. 15 octobre: Tapie. Pour RTL9, la chaîne la plus regardée du câble et du satellite, Bernard Tapie, l'homme aux innombrables talents, anime le magazine dominical (19 h 20), Rien à cacher.

(France 2, France 3, La se): Ghislain Achard est nommé directeur général, René Bonnel dirige la stratégie des programmes, etc. 1 8 octobre: Stats. Le bouquet numérique Canal Satellite (filiale de Canal + et Lagardère pour respectivement 66 % et 34 % du capital) a doublé le cap du million et demi d'abonnés. Le bouquet numérique, concurrent, Télévision Par Satellite (TPS), reste, avec neuf cent mille abonnés, en dessous du million, l'objectif que TPS voudrait atteindre cette année. 21 octobre: Scoopeur. Notre amie et fidèle saisonneuse Catherine Humblot, journaliste au Monde, consacre sous le titre Profession Journaliste Indépendant, un portrait à Arnaud Hamelin, patron de Sunset Presse dont les reportages sont souvent primés, président du syndicat des agences de presse et auteur de la fameuse cassette Méry (enregistrement des confidences de Jean-Claude Méry, un financier du RPR qui a déclenché un véritable traumatisme dans le monde politique). 25 octobre: Concept. Il faut saluer tous les dispositifs originaux que met en place le petit écran pour varier les plaisirs et laisser les rênes libres à l'imagination. C'est Canal Jimmy qui a innové avec La Route, un programme dans lequel deux personnalités devisent... dans une voiture, au hasard d'une promenade. Henri Emmanuelli et Stéphane Bern sont les cobayes de l'émission de ce soir. 25 octobre: Janus. Nous l'avions déjà vu dans Rends-moi mon nom (France 2), téléfilm dans lequel il interprétait un père de famille asiatique ruiné par la passion du jeu dans le milieu de l'émigration chinoise à Paris. Revoici l'écrivain Dai Sijie (auteur de Balzac et la petite taille use chinoise, 180000 exemplaires vendus, édité par Gallimard), par ailleurs cinéaste (Chine ma douleur, Prix Jean Vigo, 1989) dans un nouveau rôle d'émigré, celui de Chang, père de Ting Ting, la jeune fille au nom éponyme du titre de l'épisode de L'Instit diffusé ce soir (réalisation de Pascale Dallet, sur un scénario de Pierre Grimblat, voir note).

17 octobre: Casquettes. Constitution sous l'autorité du Président Marc Tessier de l'équipe du holding France Télévision

26 octobre:

Pièces à conviction. Le nou15

La saison télévisée 2001

veau magazine d'investigations (France 3) d'Élise Lucet devait être consacré à l'Affaire Dils. L'actualité en a décidé autrement et c'est la cassette vidéo Méry, confession posthume de l'ancien proche du RPR, qui est au centre du débat. 29 octobre: Coucou. Non reconduit au JT de 13 heures de France 2 dont il partageait la présentation avec Carole Gaessler, Rachid Arhab (par ailleurs récompensé par le 7 d'or « posthume », avec sa consœur, du meilleur... journal télévisé), revient avec un magazine politique J'ai rendez vous avec vous (France 2), programmé à 12 h 05, un dimanche par mois. Filmé avec des caméras DVD, sur un marché, un échange se tisse avec les gens sur un sujet de politique ou de société. 30 octobre: Barbarie. Une première pour la chaîne Histoire autorisée, par dérogation, à diffuser le procès du barbare Klaus Barbie, intégralement enregistré par l'INA devant la Cour d'Assises du Rhône à Lyon, du Il mai au 7 juillet 1987, pour crimes contre l'humanité. Sur les 185 heures d'audience, 70 heures ont été retenues et divisées en 35 émissions de deux heures, programmées du 30 octobre au 3 décembre. Un devoir de mémoire et un événement télévisuel! 3 novembre: Entreprise. À signaler, sur Arte, Braises, un téléfilm allemand (un peu tâcheron) de Mark Schichter dont le thème est voisin du (télé)film de Laurent Cantet, Ressources humaines (voir Saison 2000). Ici, le fils d'un leader syndical allemand d'origine ouvrière, revient, après de longues et brillantes études de commerce, expertiser l'aciérie dans laquelle son frère est ouvrier. 3 novembre: Rien n'NP A plus? Nouveau chambardement à Canal + qui n'arrive pas à cadrer la nouvelle formule de NPA dont l'audience chute de 7,5 % à 4,5 %. Mais comme on dit à Canal: Au bout de six semaines, ce n'est pas dramatique et il est encore temps de corriger le tir. Donc essayons de résumer: Exit Emmanuelle Gaume, (chargée de concocter un nouveau magazine). À 18 h 30, installation de NPA Classique (auparavant à 16

12 h 30). À 18 h 40 NPA Musique, présenté par Philippe Vandel et Jackie Berroyer (coucou, le revoilou !). Enfin, NPA Soir avec Thierry Dugeon et les locomotives comiques (Guignols et compagnie). 4 novembre: Jackpot. Second à remporter la cagnotte, un retraité de 72 ans empoche les 4 millions du jeu Qui veut gagner des millions? 5 novembre: Politique spectacle? Un bon sujet pour Arrêt sur images qui confronte devant un plateau d' experts le~ campagnes politiques à la télévision, aux Etats-Unis et en France. Mais au fait, la politique est-elle soluble dans le petit écran? 6 novembre: Transfuge. Pierre SIed, ancien présentateur de Stade 2 passe chez JeanLuc Delarue où il prend la direction de Réservoir Sport, nouvelle filiale dédiée au sport de Réservoir prod. 7 novembre: Hommage. Et émotion avec l'hommage organisé par la Scam dans le cycle Les Yeux et la mémoire à Yves Kovacs et présenté par Guy S~ligmann, en présence de la veuve du disparu, Elisa Kovacs, qui évoque la personne et l'œuvre du réalisateur à la fois photographe (la Scam expose du 7 novembre au 15 décembre 75 de ses photographies: portraits, repérages, paysages, natures mortes) et cinéaste. 8 novembre: Bougies. Centième, sur La Cinquième, du magazine En juin, ça sera bien, présenté par Gaël Leforestier puis Alex Jaffrey et conçu par Nathalie Darrigrand, programme intelligent qui constitue un modèle d'émission pour la jeunesse. 9 novembre: Recurrente? Une nouvelle héroïne fait son apparition ce soir. Une fliquette un peu particulière, Sandra Villiers (Philippine Leroy-Baulieu), ancien médecin psychiatre, 37 ans, qui rejoint la police après l'enlèvement et l'assassinat de son fils. Le pilote, Premières armes, est réalisé par Paul Planchon.

Le petit téléchroniqueur

10 novembre: Kiosque. Sortie du mensuel Culture Pub, pseudopode en kiosque du célèbre magazine de M6. Tiré à 180 000 exemplaires, riche de 120 pages et vendu 18/F, il se veut décodeur de la communication et de l'information. Vaste programme! 19 novembre: Luciiiiiie. On disait que la violence était partout et que notre belle jeunesse en devenait insensible, cynique... Aussi, qu'elle ne fût, ce dimanche 19 novembre, un peu après 21 h 30, la stupéfaction (émue) des parents d'adolescentes (petites, grandes, voire carrément très grandes), lorsqu'à Urgences, la nouvelle tomba, inexorable, définitive: Lucie est morte! Elle qui avait un si joli sourire! Et voici nos gamines encore incrédules, submergées par le désespoir, pleurant à chaudes larmes. Et presque aussitôt, se précipitant sur leurs (coûteux) téléphones portables pour partager avec leurs plus fidèles copines cette insoutenable épreuve. N'en finissant plus de se lamenter, d'épancher leur chagrin. Interminablement. Enfoncés les forfaits! La note sera aussi salée que les larmes des jouvencelles! Tout de même ces Ricains, ils exagèrent. Ils ont un caillou à la place du cœur ou quoi? Et à France 2, ils auraient pas pu censurer, faire comme dans les Mercredis de la vie où c'est tragique: d'accord; poignant: ok ; mais où ça finit toujours bien. C'est pas compliqué, non? 25 novembre: Dérive. Le quotidien Libération, consacre sa Une à la télévision. Sous le titre Télé ego à gogo, il rend compte de la colère des députés et de l'avertissement du CSA qui dénoncent la dérive sensationnaliste de la télévision du service public. Le magazine C'est mon choix (France 3), regardé par 7 millions de Français, est dans le collimateur. Un dossier de trois pages est consacré à la télé trash, avec des papiers de Raphaël Garrigos, Isabelle Roberts, Catherine Mallaval, Olivier Costemale, Fabrice Rousselot et un édito de Gérard I?upuis. C'est mon choix, magazine de 45 mn d'Evelyne Thomas (du lundi au vendredi) est produit par la société de Jean-Luc Delarue, aujourd'hui premier pourvoyeur de programmes de France 3 avec 7 heures par semaine (C'est mon choix, 3 fois plus net, Tous égo) et le troisième pourvoyeur des chaînes hertziennes avec presque 10 heures par semaine (Ça se discute, hebdo

sur France 2 qu'il anime; Jour après jour également sur France 2 mais mensuel; Qu'en pensez-vous, hebdo, La Cinquième). Il est, rappelle encore Libération, le cinquième fournisseur du câble et du satellite avec 3 h 43 mn hebdomadaires (Toast; Paris Première, qu'il anime; La Quotidienne sur Teva; Dac Annonce et Dans 2 minutes sur Ciné faz). Mâtin, quel appétit ! 26 novembre: Doyen. Champion de la fiction allemande (Non, ce n'est pas Derrick, vous avez perdu !) la série policière Tatort fête ses 30 ans et ses 458 épisodes. De plus, elle est toujours bien vivante alors que Derrick a jeté le gant compte tenu de l'âge trop avancé de son héros, le comédien Horst Tappert. Tatort, avec 20 millions de téléspectateurs, présente cette particularité d'être produit, comme le rappelle Samuel Douhaire dans Libération, par les onze stations d'ARD, la chaîne des régions en Allemagne. Pas moins de soixante-dix commissaires différents ont enquêté pour Tatort. Pour célébrer l'événement, Arte a choisi de programmer six épisodes réalisés par des grands noms du cinéma. Et cela démarre fort ce soir avec Quand les pigeons meurent, réalisé en 1973 par... Samuel Fuller. 26 novembre: Encourageant. Sept à huit (TF1) réalise sa meilleure performance depuis son lancement le 10 septembre, avec 31,2 % d'audience. 26 novembre: Bienvenue. Naissance d'Angelin, «bébé saisonneur », fils de Laurence Briot. Félicitations à ses parents. On lui réserve une place dans 22 à 25 ans au comité de rédaction de La Saison? 27 novembre: Money show. M6 qui rongeait son frein, après le succès de Qui veut gagner des millions? sur TF1, servi par l'inénarrable Jean-Pierre Foucault, lance aujourd'hui son« money show» : Mission un million inspiré par Greed, concept USA lancé en 1999 et diffusé dans 12 pays. C'est présenté par Alexandre Delpérier tous les jours, à 19 heures, du lundi au vendredi. Cinq candidats mettent en commun leurs connaissances pour ensuite se flinguer les uns les autres jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'un qui rafle la mise. 17

La saison télévisée 2001

27 novembre: Décrochage. Nouveau, c'est le douzième décrochage local de M6 qui instaure un 6 minutes toulousain du lundi au vendredi à 20 h 40. 28 novembre: Sur les doigts. Un coup de règle sur les doigts pour France télévision qui reçoit une lettre du CSA dénonçant les dérives et dérapages de certaines émissions des chaînes de service public. L'autorité de régulation de l'audiovisuel vise notamment (sans le nommer toutefois) le magazine C'est mon choix. 28 novembre: Déception. Flop pour Mission un million qui n'a recueilli qu'une audience modeste sur M6 avec 1,9 million de téléspectateurs (un peu plus de 10 % d'audience), beaucoup moins, en tout cas que la série Charmed qui l'avait précédé sur cette tranche horaIre. 29 novembre: Déontologie. Arte programme un documentaire réalisé par Timon Koulmasis, Anis Naccache, révolutionnaire ou terroriste (voir note) largement basé sur 20 heures de rushes et d'entretiens réalisés par l'auteur, Gilles du Jonchay, qui proteste contre le montage et le commentaire (qu'il estime parfois erroné). Ainsi dépossédé du montage et des commentaires, Gilles du Jonchay a décidé d'attaquer en justice AMIP (le producteur).

télévision qui réponde simplement à la demande, mais doit maintenir son ambition ». 3 décembre: Miller. C'est une des grandes figures médiatiques de l'année. Sous le titre Le Rouge et le noir, Francis Cornu, dans Le Monde Télévision (semaine du 4 au 10 décembre 2000) fait le portrait de Gérard Miller, psy et ex révolutionnaire, que les plateaux se disputent.

5 décembre-21 janvier: Hommage. Sous le titre, Thierry Garrel, juste une image, la manifestation organisée à Paris à la Galerie nationale du Jeu de Paume dresse une rétrospective édifiante des œuvres produites par Thierry Garrel (fils du comédien Maurice GarreI et frère du réalisateur Philippe Garrel), directeur des programmes documentaires sur Arte, à travers la projection d'une sélection de quatre-vingt-huit programmes. Son principal mérite est d'avoir ouvert l'antenne à toute une nouvelle génération de réalisateurs de documentaires : Yves Billon, Gérard Mordillat, Denis Gheerbrand, Jacques Renard, Coline Serreau, Dominique Gros, William Karel, Richard Copans, Frédéric Laffont, etc. Il a favorisé également la naissance des premières sociétés de production indépendantes comme Les Films du village, Les Films d'ici, etc.
9 décembre: e-puissances. Avec la photo de Jean-Marie Messier à la Une, auprès de celles de ses concurrents et autres magnats de la communication, Steve Case (AOL- Time Warner), Nobuyuki (Sony), Thomas Middelhoff (Bertelsmann) et Summer Redstone (CBS- Viacom), le quotidien Libération consacre un important article à la naissance de Vivendi-UniversaI: «Les géants des médias, nouveaux maîtres du monde ». Jean-Marie Messier en avait fait l'annonce le 8 décembre, en compagnie de Pierre Lescure, futur patron du pôle ciné-télé, aux actionnaires de Canal + désormais partie prenante de ce nouveau titan de la communication.

1er décembre:

Ségolène.

Ségolène

Royal, notre ministre déléguée à la famille et à l'enfance prend parti dans la polémique entourant le magazine C'est mon choix (France 3) et, dans le quotidien Le Parisien, se fait l'avocate de cette émission taxée de voyeurisme et de vulgarité! Elle déclare avoir constaté des dérapages beaucoup plus graves et notamment sur TF1 (Les Enfants de la télé d'Arthur) et M6. 2 décembre: Feuilleton. C'est au tour de Catherine Tasca, ministre de la Communication de s'exprimer sur la polémique de la télé voyeuriste. Elle déclare devant le Sénat que « la télévision publique, à vocation généraliste et grand public, n'a pas à se transformer en une 18

9 décembre: Concurrence. Deux institutions s'affrontent: L'élection de Miss France sur TF1, avec Alain Delon, lui-même, comme
Président du jury et l'inévitable Jean-Pierre

Le petit téléchroniqueur

Foucault en présentateur et, sur France 2, la 14e édition du Téléthon avec comme animateurs Sophie Davant, Patrice Laffont et Patrick Sebastien. Mais comme la première s'achevait plus tôt, Jean-Pierre Foucault, le sirupeux magnanime, a pu inviter ses téléspectateurs à ne pas lâcher leur téléphone, geste que le miel!eux Patrick Sebastien s'empressa de saluer. A la télé tout le monde il est gentil! 11 décembre: Toise. Selon Médiamétrie, la part d'audience de TF1 n'est plus en novembre 2000 que de 33,2 % contre 35,8 % en novembre 1999. France 2 est stationnaire (un gain de 0,2 points à 22,2 %). En revanche France 3 tire son épingle du jeu avec un gain de 2 points (17,1 % en novembre 2000, contre 15,1 % pour le même mois l'année précédente). L'autre perdante (avec TF!) est M6, la petite chaîne qui redescend (12,6 % contre 14,6 % en novembre 1999). 12 décembre: Patrimoine. Hommage (en sa présence) au réalisateur Jacques Krier, l'un des inventeurs de «l'écriture par l'image », à la Scam, dans le cycle Les Yeux et la mémoire animé par Maurice Failevic. Au programme, la projection de 3 documentaires, Une famille de mineurs: Bruay-en-Artois (1958) ; Les ouvriers noirs de Paris (Cinq colonnes à la Une, 1964); Les matinales (Les femmes aussi, 1967). 13 décembre: Guiness? Je m'esbaudissais, le mois dernier dans ces colonnes en évoquant la longévité de Tatort. Et je lis ce matin dans Libération que le soap britannique Coronation street qui ne devait pas, à sa création sur ITV, dépasser les seize épisodes, vient de fêter ses quarante ans d'audience (à raison de quatre épisodes par semaine) devant... 19 millions de téléspectateurs. 17 décembre: Ramadan. Comme c'est désormais la tradition, Frédéric Mitterrand présentera La nuit du Ramadan sur France 3 pour la communauté musulmane française. Au programme un mélo musical avec la grandiose Oum Kalsoun et trois heures de programme alternant chants, reportages et témoignages.

19 décembre: Courts. Début de la diffusion, sur La Cinquième (avant d'être programmés sur l'ensemble de chaînes hertziennes) de douze courts métrages dénonçant le racisme. Il s'agit de douze fictions réalisées notamment par Vincent Lindon, Émilie Deleuze, Yamina Benguigui, etc. (voir fiche). 21 décembre: Organigramme. Nouveau directoire pour le groupe Canal + après la fusion avec Vivendi Universal: Le Président est Pierre Lescure entouré de Marc-André Feffer, Ron Meyer (PDG d'Universal) et Denis Olivennes (Président directeur général). Aux commandes, Michel Denisot, chef du service des sports, est promu directeur général délégué, avec, à ses côtés, comme directeur des programmes Alexandre Drubigny (transfuge de TF1). Alain de Greef, membre du directoire, est «directeur de l'ensemble des programmes à travers le monde» (kesako ?). Belle promotion pour Bibiane Godfroi jusqu'alors directrice de l'antenne qui devient directrice générale adjointe en charge de chaînes et services thématiques. 21 décembre: Récurrent. Un nouveau flic prend du service sur TF1 avec vocation à la récurrence. Il s'agit de Mathieu Corot (Michel Boujenah) ancien a1coolo, flanqué de deux partenaires, un a1coolo (en exercice) et un bègue! 21 décembre: Polémique. Hervé Bourges nommé à la Présidence du CSA en janvier 1995 par François Mitterrand s'inquiète publiquement d'une éventuelle nomination à sa succession de Dominique Baudis, maire de Toulouse, par Jacques Chirac, ce qui provoque la réaction de Philippe Douste-Blazy, président du groupe UDF à l'Assemblée nationale et candidat à la succession de Dominique Baudis à Toulouse. 22 décembre: Jeunisme. Dernière de La Chance aux chansons de Pascal Sevran. Écrivain de talent (Prix Roger Nimier 1979 avec Le Passé supplémentaire), il sait aussi pousser la chansonnette et surtout cultiver la nostalgie du music-hall pour la plus grande joie des «seniors » et des femmes aux foyer, fidèles de son 19

La saison télévisée 2001

émission quotidienne du milieu de l'après-midi sur France 2, au ton et au charme surannés. Après 3 500 émissions, France Télévision a choisi de supprimer La Chance aux chansons. Peur d'être taxée de ringarde au début du troisième millénaire? Pour une fois ce n'est pas l'audimat qui a tranché! Avec un million de téléspectateurs à cette heure là, Pascal Sevran ne déméritait pas. Au contraire! France 2 devra sans doute ramer très fort pour trouver celui (ou celle) qui, avec un nouveau «concept », fera aussi bien. 0 tempora, 0 mores. 22 décembre: Koniec. La dynamique Julie Snyder qui animait son talk show (Lundi, Mardi... c'est Julie) depuis octobre renonce et présente sa dernière émission quotidienne. La fantaisiste québécoise n'a pas réuni l'audience attendue et a dû se contenter de résultats décevants (autour de 11,5 %)... C'était Julie. 22 décembre: Bougies. C'est à Venise que le magazine Thalassa (France 3) a choisi de venir «faire escale» pour fêter ses vingtcinq ans d'antenne. L'émission de Georges Pernoud a su rester un modèle avec des reportages toujours passionnants, des images magnifiques et des sujets souvent engagés. 24 décembre: Animation. À l'antenne sur France 2, Le Tour du monde en 80 jours dessin animé européen (coproduction entre la France, la Belgique et la Grande Bretagne) signé Henri Heidsieck, avec le concours de JeanFrançois Laguionie (directeur artistique). Cinq autres films, inspirés par Les Voyages extraordinaires de Jules Verne pourraient être mis en chantier. 31 décembre: Zapping. Depuis 1989, à l'initiative de Michel Denisot, le zapping est une des initiatives les plus originales de Canal +, d'abord rubrique hebdomadaire puis quotidienne. Patrick Menais, pour ce changement de siècle, a opéré parmi les innombrables archives de l'émission réunies au fil des années par les vaillants zappeurs de Canal +, une sélection de six heures quarante d'antenne présentée en deux volets et enrichie de commentaires et de micros trottoirs. 20

7 ionvier: Bougies. L'Équipe du Dimanche, présentée par Thierry Gilardi, est le rendez-vous sportif de Canal +. Né à l'antenne en septembre 1990 et consacré aux championnats de football en Europe, le magazine a aujourd'hui dix ans. 7 ionvier : Flic. Un nouveau commissaire Vincent Duval (Jacques Spiesser) déboule, sur France 3, en milieu rural. Recurrera-t-il ? On peut lui trouver quelqu'air de ressemblance dans sa manière balourde (mais opiniâtre) avec un certain Colombo. La série s'appelle Un flic nommé Duval tout simplement. Le pilote Un mort de trop est réalisé par Daniel Losset (voir fiche). 8 ionvier : Coucou, la revoilà. Et revoici, sur France 2, dans la tranche dite stratégique de l'avant 20 heures, Marie-Ange Nardi qui y installe son jeu Qui est qui? Diffusé à 19 h 15, à sa création en janvier 1996, il avait été ensuite diffusé à 17 h 25. 8 ionvier: Habit. Nouveau décor pour le JT de 13 heures présenté par Gérard Holtz qui recevra l'appui de deux nouveaux journalistes. Jusqu'ici en effet, l'audience reste médiocre. Le «jeune» homme paraîtrait-il trop désinvolte? 14 ionvier : Dispositif. La télévision doit surprendre. Comme savait le faire naguère Jean Frapat inventant, avec une économie de moyens quasi totale, des situations et des confrontations riches et stimulantes. C'est un peu dans cette lignée (peu fréquentée hélas) que nous entraîne La Cinquième avec Le Goût du noir. Deux personnalités, nommées par leurs initiales et conviées à dîner dans le noir absolu, conversent et essayent de se «reconnaître ». Avec pour animer le repas le sympathique histrion psychanalyste Gérard Miller et Sophie Massieu, journaliste non voyante. Le tout est filmé avec une caméra à infrarouge. Premiers cobayes consentants bien sûr et pleinement informés du dispositif, Vincent Cassel et Alex Metayer. À partir du dimanche 14 janvier, 26 mn, La Cinquième (voir fiche).

15 ionvier

: Audience.

La Peur au ventre

Le petit téléchroniqueur

(collection Vertiges sur M6), téléfilm réalisé par Didier Le Pêcheur, co-écrit par Yves Ramonet et Thierry Depambour et produit par Son et Lumière a fait un tabac avec 4,2 millions de spectateurs (voir fiche). 15 janvier: Ovalie. France Télévision a marqué l'essai. En enlevant pour 150 millions de francs et, de haute lutte, les droits de retransmission des matchs de la prochaine Coupe du monde de rugby à XV qui se jouera en 2003, en Australie et en Nouvelle Zélande. TF1 et Canal + avaient retransmis les trois précédentes éditions.

France 2, et à une tranche horaire très disputée sinon stratégique (18 h 20-19 h 15). Réussirat-illà où Julie Snyder avait échoué? 23 janvier: Anthologie. Dans le cadre du cycle organisé par la Scam, Les Yeux et la mémoire, hommage (en sa présence) au réalisateur Michel Meurice (soirée animée par Pierre Encrevé). Au programme des projections: Laissez-moi le temps de me souvenir (Les Provinciales, 1974) ; Bram Van Velde (1963) ; Simon Hantaï ou les silences rétiniens (1978) ; La machine de Marly (Le nouveau dimanche, 1967). 25 janvier: Parité. Deux journalistes, Guilaine Chenu et Françoise Joly ont été choisies par Paul Nahan et Bernard Benyamin pour leur succéder aux commandes du magazine d'informations de France 2, Envoyé Spécial, programme de référence, reconnu pour le sérieux et la rigueur du choix et du contenu de ses sujets ainsi que de leur qualité formelle (images et montage). Entrées en journalisme après de solides études, en 1983 (TF1, puis France 2, pour Guilaine Chenu et en 1985 pour Françoise Joly à Radio France puis Antenne 2), elles ont toutes les deux réalisé une dizaine de sujets pour Envoyé Spécial. On se souvient en particulier de Faut-il avoir peur de l'Autriche? Guin 2000) pour la première et de Silence, on tue (le drame algérien) pour la seconde. 25 janvier: Débat. La Saison, que je représente pour la circonstance, est invitée à participer, avec le scénariste auteur de polars Hugues Pagant (Police District), Yves Rénier (le célèbre commissaire Moulin), Laurence Bachman (responsable de la fiction sur France 2), à un débat sur le policier à la télévision, animé par Sylvain Attal sur le plateau de Forum Planète. 26 janvier: Exit. Après la fusion VivendiSeagram-Canal +, l'agitation perdure. Michel Thoulouze qui dirigea une filiale italienne (déficitaire) de Canal + démissionne du groupe Canal +. Pierre Lescure le remplace à la tête de Multithématiques société pour laquelle Bibiane Godfroid avait d'abord été pressentie. Bruno Thibaudeau a été désigné comme directeur général délégué. 21

18 janvier: Conflit. Grève des salariés de la Société Française de production (SFP).
20 janvier: Gaume. Où mettre la belle enfant? Depuis son éviction de NPA, Canal + tatonne. On l'essaye à + de zapping, une nouvelle émission. Mais la chose, mal préparée, cafouille. Copie à revoir. 20 janvier: Relève. Pauline Scoupe Fournier, « bébé Saison », est arrivée. En 2026, qui sait si elle ne prendra pas, jeune saisonneuse, la relève de sa maman Martine? 21 janvier: Plateaux. Ils crèvent l'écran. Ce ne sont que des gens ordinaires parlant de choses très ordinaires mais ils en jettent. Ce sont les « vrais gens» que nous montrent Ça se discute, C'est mon choix, etc. Recrutés par appels à témoins et objets, comme les acteurs de fiction, d'un casting rigoureux, ils viennent témoigner mais aussi «être dans le poste ». Francis Cornu consacre un papier à ce phénomène dans Le Monde Radio-Télévision (semaine du 22 au 28 janvier). 21 janvier: Bougies. Cinquantième numéro du magazine Ripostes (voir Saison 2000) lancé en septembre 1999 par Serge Moati. Débats libres, quelque peu tumultueux, conduits par Serge Moati qui joue le bon sauvage voltairien. Une heure de liberté de parole. 22 janvier: Coucou. Retour de Nagui avec un magazine quotidien Tutti frutti sur

La saison télévisée 2001

27 ianvier : Dérapage. Grisé par son succès, Thierry Ardisson laisse dériver Tout le monde en parle. Le résumé de la précédente émission se focalise sur ce qu'il faut bien appeler la trilogie ardissonnienne (à psychanalyser) : clubs échangistes, « canabis », SM. Plus grave en matière de dérapage incontrôlé, les scandaleux propos tenus par «l'humoriste» (sic) Jean-Marie Bigard sur les homosexuels. Et Ardisson de l'encourager. Beurk ! 29 ianvier: Occupations. Au douzième jour de la grève qu'ils poursuivent pour demander l'intégration de la Société Française de Production à France Télévision (SFP), une grosse centaine de salariés de la SFP (qui n'en compte plus que 430 salariés) ont investi, pour donner plus de retentissement à leur action, le Conseil supérieur de l'audiovisuel. La SFP était née du démantèlement de l'ORTF en 1974. Elle est actuellement présidée par Roland Fiszel. 30 ianvier: Portefeuilles. Dominique Baudis, le nouveau président du CSA, distribue les dossiers. Le numérique hertzien, dossier chaud, est confié à Yvon Le Bars et Francis Beck (auquel sont également dévolus les programmes et la production audiovisuelle); Pierre Wiehn se reconvertit dans l'économie de l'audiovisuel; Jo Daniel prend en charge le câble et le satellite, ainsi que le dossier du pluralisme avec Jacqueline de Guillenchmidt (chargée également de la radio) et Philippe Levrier la télévision locale. Les anciens conseillers conservent leurs domaines de réflexion: Janine Langlois-Glandier, le cinéma, le sport dans leurs rapports avec la télévision; Hélène Fatou, la protection de l'enfance. 30 ianvier: Tendance. Les Inrockuptibles est cette année parmi les tout premiers magazines leaders d'opinion à signaler la parution de Télévision française: la Saison 2000. 31 ianvier: Monopoly. TF1 a acquis pour 2,26 milliards de francs la totalité des participations de Canal + et de Havas Images dans le groupe Eurosport qu'elle contrôle désormais à 100%. 22

1 er février:

Audimatés. Delphine de Mal-

levoüe consacre un article dans le quotidien Le Figaro aux 6780 français (2800 foyers) qui, triés sur le volet par Médiamétrie et équipés d'un « audimètre », mémoire de tous les comportements du zappeur, décident, en fonction des programmes qu'ils regardent, du succès ou de l'échec des émissions. On apprend également que les chaînes du Câble et du Satellite seront bientôt prises en compte dans les mesures d'audience.

1 er février:

JT. Lancement par M6 d'un

nouveau rendez vous avec l'information baptisé Six Minutes midi du lundi au vendredi.

3 février: Bougies. 600eémission d' Histoire parallèle, de l'historien, Marc Ferro, mise à l'antenne le 3 septembre 1989.
3 février: Première(s). Présentée par Flavie Flament, Stars à domicile est la première émission de variétés produite pour TF1 par l'entreprenant Jean-Luc Delarue (Réservoir prod) qui irrigue déjà France 2 (Ça se discute) et France 3 (C'est mon choix). Mis à l'antenne face à Tapis rouge (France 2) de Michel Drucker, le nouveau magazine organise, dans chacun de ses numéros, la visite surprise d'une vedette au domicile d'un de ses fans. C'est Patrick Fiori qui inaugure la formule. 5 février: Flicum. Décidément la PJ est une pépinière d'auteurs. Après Hugues Pagant (Police District sur M6), Philippe Isard (21 ans à la Brigade mondaine) a lui aussi réussi sa reconversion dans l'écriture. C'est lui qui a signé le Bœuf-carottes diffusé ce soir, Haute Voltige, réalisé par Claude-Michel Rome. 6 février: Châtié(s). Patrick Poivre d'Arvor a reçu le Prix Roland Dorgeles dans la catégorie télévision. Cette récompense distingue le professionnel qui respecte le mieux la langue française (pour la radio, c'est Philippe Bouvard qui a été élu).

6 février: Bougies. En 1991, un nouveau magazine arrivait à l'antenne de M6, E=M6 dont le mérite et la nouveauté étaient, à une

Le petit téléchroniqueur

heure de grande écoute de rendre accessible à un public curieux le côté caché des sciences et des techniques. Mac Lesguy, ingénieur agronome en avait, avec Nicolas Goldzahl, imaginé le concept. Dix ans après, Mac Lesguy (et ses célèbres lunettes) anime toujours cet incontournable magazine qui séduit les téléspectateurs qu'il instruit en amusant, et les professeurs qui n'ont jamais cessé de recommander ce programme à leurs élèves! Aujourd'hui, après plus de 300 émissions et quelque 1 500 reportages, le magazine allume ses 10 bougies, il est devenu l'une des émissions phares de M6 et réalise une audience moyenne de 3 millions de téléspectateurs, ce qui en fait l'émission scientifique la plus regardée de France. On le sait E=M6 a fait des petits avec des émissions spéciales d'une heure et demie consacrées à de grands thèmes, E=M6 Découverte. Et au programme de cette année un portail scientifique sur le Web, réalisé conjointement par M6 et VM Groupe où les amateurs de sciences pourront consulter à toute heure les reportages qui les intéressent. C'est pour bientôt... 7 février: Refus. Catherine Tasca, ministre de la Culture et de la Communication, s'est déclarée hostile à la solution proposée par les salariés de rattacher la Société Française de Production à France Télévision. 8 février: Star. Dixième anniversaire pour lulie Lescaut (Véronique Genest) star incontestée de l'audimat pour les fictions françaises avec les sept premières places au Top 100 des fictions pour l'année 2000, une moyenne de 10 millions de téléspectateurs et plus de 47 % d'audience! Produite par lean-Pierre Guérin, elle se partage entre la chronique d'une vie de famille « moderne» et les intrigues policières. Le pilote a été réalisé en juin 1991 et diffusé le 9 janvier 1992. Depuis 46 épisodes ont été tournés et 73 diffusés (28 en seconde et 3 en troisième diffusion). Le record absolu d'audience est détenu par l'épisode Harcèlement réalisé par Caroline Huppert, avec 12,3 millions de téléspectateurs soit 54,3 % de part d'audience.

d'antenne (du 4 janvier 1995 à aujourd'hui), la série Un siècle d'écrivains produite par Bernard Rapp, anthologie unique au monde en 257 portraits (dont 123 français) d'écrivains ayant marqué le xx' siècle. Cette aventure éditoriale a concerné 101 producteurs et 215 auteurs et réalisateurs et donné naissance à une télévision de rêve dont La Saison a régulièrement rendu compte dans ses fiches. Pour célébrer l'événement, un rendez-vous avec un «écrivain mystère» (voir fiche) «Antoine Chuquet» (avec la complicité des incontournables cathodiques que sont Philippe Sollers et Gérard Miller) et la rediffusion de cinq portraits d'auteurs au cours d'une Nuit du Siècle d'écrivains. Ce sont Nadine Gordimer; Salman Rushdie; Vladimir Maïakovski; Primo Levi; Albert Camus, tous les cinq engagés dans les grands combats idéologiques du xx' siècle. 1 0 février: Production. Daniel Leconte, réalisateur et producteur (Dac en stock) spécialisé dans le documentaire se diversifie dans la fiction avec la création d'une filiale à 100 %, Film en stock. 12 février: Baromètre. Les chiffres se suivent et ne se ressemblent pas. Pour février, et selon l'étude médiamat mensuelle, TF1 gagne 0,8 % de parts d'audience sur décembre (33,8 % contre 33 %). Au contraire France 2 se tasse (de 21,5 % à 20,6 %). M6 «la petite chaîne », recommence à monter, 12,8 % contre 12,6 %. Canal + perd 0,1 % point, de 3,8 % à 3,7 %. France 3 reste stable avec 17,7 % de parts d'audience. 14 février: Casquette. À 38 ans, Emmanuel Haag succède à la présidence de l'Institut national de l'audiovisuel (INA) à Francis Beck qui rejoint le CSA. Énarque, fonctionnaire au ministère de la Culture (1988-1992), Emmanuel Hoog est un homme de culture. Ainsi, dans sa jeunesse, avait-il fondé le Festival de poésie du Haut-Allier. De 1992 à 1997, il avait administré le Théâtre de l'Odéon et a été directeur délégué, deux années durant, du Piccolo Teatro de Milan. Il dirige, depuis 1988, le Printemps des poètes.

8 février: Rideau. La belle aventure est terminée (quand bien même on ose espérer une suite ?). Ce soir s'achève, après six années

15 février:

Abyme. Crime cathodique. 23

La saison télévisée 2001

Réalisé par Eames Yates, et diffusé par France 3 (Sujet Tabou), ce documentaire américain autopsie les dérives hallucinantes de certaines émissions très populaires de la télévision américaine et de leurs présentateurs - rois de la télé-poubelle (Trash TV) - comme Jerry Springers, Sally Jesse Rapahaël ou Jerry Jones qui se complaisent dans le malheur et la détresse de leurs invités. Surenchères à l'humiliation au sensationnel et à la provocation, bidouillages, le top est d'amener des candidats dans un talk show explosif à s'affronter. Jenny Jones a poussé ces manipulations à leur paroxysme au point d'acculer l'une de ses victimes à commettre un crime. Écœurant! 18 février: Fiction. Il n'y a pas que les grandes pointures qui ont des idées. La fiction inspire aussi les peties chaînes du câble et du satellite (]3e rue, Cinefaz...) capables, elles aussi de mettre en œuvre des dispositifs originaux. Ainsi Maisons à louer, une collection coproduite par TPS Cinéma, Ker productions et Les Films en hiver, née à la suite d'un concours de scénarios obligatoirement organisés autour d'un thème unique: des amis louent une résidence d'été pour passer leurs vacances. Sur soixante scénarios présentés, six ont été tournés en deux ou trois jours chacun et avec une minicaméra DV. Ils sont à partis d'aujourd'hui diffusés sur Cinefaz et cela démarre avec Petites scènes d'été de Pierre FoItes. 19 février: Coulisses. Début dans le Soir 3 d'une série, Paris 2001 : élection capitale, de courts sujets (deux à trois minutes) quotidiens, du lundi au vendredi, au cours desquels Serge Moati (familier des chroniques électorales: 47,3 ou la campagne présidentielle de Lionel Jospin) filme son bloc-notes avec une « petite caméra» et surprend les à-côtés de la campagne électorale pour les municipales à Paris. 20 février: JO. Seconde Édition des Masters d'or organisé par Julien Lepers, le présentateur de Questions pour un champion (France 3) champion de l'audimat sur sa tranche horaire. Cette confrontation au sommet réunit, avec la périodicité des JO, c'est-à-dire tous les quatre ans les meilleurs candidats des quatre dernières années. Deux masters d'or sont décernés. Le Master d'or de la langue française 24

ouvert aux candidats venant d'autres pays et le master d'or «national ». Depuis 1988, Julien Lepers, maître des cérémonies de ce jeu produit par Annick Lizé et inspiré par un concept australien, a reçu 12 000 candidats et posé 250000 questions (cf. l'article de Delphine Moreau, Le Figaro). 20 février: Coucou la revoilou ! La Cinq, disparue le 12 avril 1992 à minuit (qui ne se souvient de la dramaturgie de cet «écran noir»?) qui diffusera sur le net (www.Lacinq .net) des vidéos de la chaîne rachetés par les fidèles de l'Association de Défense de La Cinq. 21 février: Monopoly. Le groupe Pathé va prendre 30 % du capital de la chaîne Histoire (1,2 millions d'abonnés) dirigée par Philippe Chazal et grosse consommatrice de documents d'archives dont Pathé détient un fonds important. 21 février: Catinou. En province aussi, on apprécie les bonnes lectures. Bel et sympathique article consacré à Télévision française: la Saison 2000 dans La Dépêche du Midi qui s'inscrit ainsi, après Ouest-France, L'Alsace, Le Journal du Centre, etc. dans le club des quotidiens de province qui nous apprécient. 22 février: Bougies. Jean-Pierre Pernaud qui avait succédé à Yves Mourousi fête ses treize années à la barre du JT de 13 heures de TF!. 22 février: Flic again? On ne les compte plus ces inspecteurs, ou commissaires qui, à la télévision aspirent à devenir des héros récurrents. C'est au tour de Smaïn de s'y coller dans le rôle du Commissaire Loumani pour la nouvelle série Commissariat Bastille (TF1). Le premier épisode (le pilote comme on dit), En toute innocence, a été réalisé par Jacques Malaterre (voir fiche).

23 février: Bougies. Le Dix-neuvième épisode de la série Avocats et Associés (France 2), série de bonne facture aux scénarios solides lancée en octobre 1998, démarre la

Le petit téléchroniqueur

quatrième saison de cette série coproduite par France 2 et Fit Productions, et écrite par Valérie Guignabodet et Alain Krief A raison de douze épisodes par an (contre six auparavant), la série raconte les aventures juridico-sentimentales d'un cabinet d'avocats composé à l'origine de cinq personnes (trois hommes et deux femmes) : Julie Debazac (Caroline), Micky Sébastian (Michèle), François- Éric Gendron (Robert), le principal « héros» de la série, Victor Garrivier (Antoine) et Frédéric Gorny (Laurent), rejointes par un sixième Muriel Combeau (Gladys). 23 février: Bougies. Le quotidien Le Monde salue la dixième parution de Télévision française: la Saison et intitule sa notule La Saison a dix ans. 26 février: Nouveau. Dans le créneau (de plus en plus porteur) des émissions consacrées à la santé, une petite nouvelle sur France 3, La Vie en question, qui adopte un angle nouveau, et donne à voir l'histoire de patients affectés d'une pathologie grave et auxquels une thérapie adaptée et souvent nouvelle est proposée. Un don pour toujours aborde ce soir le cas d'une greffe d'organe avec ses aspects médicaux et techniques mais aussi ses aspects humains et psychologiques. 27 février: Redevance. Didier Migaud, rapporteur général de la commission des Finances et député socialiste de l'Isère, est interviewé par le quotidien Libération. Cet impôt jugé archaïque et coûteux à percevoir, rapporte 13,5 milliards pour un coût de 0,9 milliards de perception et une fraude estimée à 1,2 millions de francs. Une réforme envisagée serait de remplacer la redevance par une taxe pour tous (possesseurs ou non de récepteurs de télévision) adossé à la taxe d'habitation. Ce qui n'est pas farfelu quand on sait que 95 % des foyers sont équipés en récepteurs de télévision. 28 février: Cellule de crise. Rien ne va plus à France 2 avec des audiences en baisse (moins 5 points sur la tranche horaire occupée jusqu'en janvier, c'est-à-dire avant sa mise au rebut, par La Chance aux chansons de Pascal Sevran) ; un JT de 13 heures calamiteux où les

espoirs fondés sur Gérard Holtz sont déçus (moins de 18 % de part d'audience, contre plus de 20 % pour le duo Carole Gaessler-Rachid Arhab que l'on avait pourtant estimé peu performant !). Et à 18 h 30, cela ne va pas mieux avec Tutti Frutti de Nagui ! D'où une assemblée générale de la société des journalistes pour analyser cette accumulation d'« accidents industriels ». 3 mars: Casquette. Laurent Touvet, 39 ans, HEC et énarque, est nommé par Dominique Baudis, le nouveau président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), directeur général de cet organisme. Il succède à Anne Durupty, nommée en 1997. 5 mars: Vieille garde. Pour tenter de juguler la chute d'audience des après-midi de France 2, de l'audace, toujours de l'audace. Michèle Cotta a choisi... Horst Tappert. Mais si, vous savez bien, le sémillant et sympathique Inspecteur Derrick! Et on double la dose, s'il vous plaît. Premier Derrick à 14 h 00 et un second, servi à 15 h 05. Derrick, le pétrole de France 2 (en guise d'idées ?). 7 mars: Business. 27 sociétés de production, distributeurs et chaînes de télévision française ont participé au Tokyo Show Case, rendez-vous franco-annuel de télévision organisé par TV France International. Après Maigret, Julie Lescaut et Navarro ont les faveurs des téléphages japonais. 8 mars: Mecs. Arte fait fort. Pour la Journée de la femme, la chaîne européenne a concocté une Thema un peu provoc'sur... Le Sexe des hommes. Le clou (si je puis dire ainsi) du spectacle paraît être Queue je t'aime, documentaire de société américain alignant, sl!r un commentaire ringardissime, les zizis. A la queue leu leu, bien sûr... 8 mars: Bougies. Le quotidien La Croix salue la dixième parution de Télévision française : la Saison... sous le titre: Un bel anniversaire.

9 mars: On prend les mêmes. Ce ne sont 25

La saison télévisée 2001

pas moins que 45 noms de la chanson, du sport et des médias autour des «habitués» (Patrick Broe!, Zazie, Mimie Mathy, Jean-Jacques Goldmann, Julien Clerc...) qui prêtent leur concours ce soir à une nouvelle mais désormais traditionnelle soirée des Enfoirés, baptisée ce soir 2001 : L'Odyssée des Enfoirés, diffusée sur TF1 (après trois années sur France 2), et donnée au profit des Restos du cœur (créés par Coluche en 1985, animés par sa femme Véronique Colucci et portés par 40000 bénévoles). Succès assuré. 9 mars: Câble. Le cap des 3 millions d'abonnés est franchi. Ils sont exactement 3041 959 à être, au quatrième trimestre 2000, abonnés à un service câblé en France, annonce l'association Avicam (villes câblées). 11 mars: Astuce. Comment dépasser TF1 en audience? France Télévision a trouvé: additionner, pour la soirée électorale, les audiences de France 3 et de France 2 et afficher ainsi «39,4 % de parts d'audience cumulée de 19 heures à minuit ». Ce qui permet de griller la vraie gagnante de cette triangulaire, TF1 qui, à elle seule, avait recueilli 26,7 % de parts d'audience (de 19 h 37 à 21 h 30). 12 mars: Rab. Décidément, on ne se console pas de la disparition (il est vrai annoncée) de l'indispensable collection de Bernard Rapp, Un siècle d'écrivains. Aussi, saluons cette petite collection (26 auteurs tout de même !) de sujets courts (13 mn) consacrée par Olivier Barrot et Bernard Rapp, aux grands auteurs de la littérature anglaise, de Forster à Kipling, de Shakespeare à Agatha Christie, etc., Lettres anglaises sur La Cinquième (voir fiche). 15 mars: Côte (d'amour). Le baromètre annuel publié par Ipsos-Stratégies confirme France 3 comme la chaîne la plus appréciée des Français (72 % de satisfaits, contre 70 % l'année dernière) devant France 2 (65 %), M6 (63 %), La Cinquième et TF1 (57 %) et enfin Arte (55 %). 16 mars: TV5. Jean Stock, actuel président de TV5, annonce qu'il ne terminera pas 26

son mandat et mettra fin à ses fonctions en novembre 2001. Il vient en effet d'accepter le poste de secrétaire général de l'Union Européenne de radiotélévision qui regroupe les radio-diffuseurs publics. La course aux candidats est ouverte! TV5 est une chaîne internationale francophone lancée en 1984 par les télévisions publiques françaises, belges et suisses, puis rejointes, en 1986, par un consortium de chaînes canadiennes (notamment du Québec), elle touche 135 millions de foyers dans le monde, et se targue d'être la troisième chaîne du monde après MTV et CNN. Elle est diffusée par 37 satellites et 6 000 réseaux câblés. 24 mars: ,Bougies. Bon sang ne saurait mentir, fils d'Eliane Victor, Jean-Christophe Victor, sinologue anthropologue, chargé de cours naguère à Saint-Cyr et à La Sorbonne, ancien diplomate reconverti à la géopolitique est un formidable professeur, rigoureux et précis, capable de présenter très simplement des réalités complexes, à la fois passionnant et passionné. Ce donneur de sens qui depuis lOans nous propose avec les dix minutes hebdomadaires de son magazine Le Dessous des cartes de réfléchir sur les évènements du monde et leurs enjeux. Le support pédagogique, ce sont les cartes remarquablement tracées et expliquées à la palette graphique. 40 000 cartes ont été ainsi utilisées au cours des cinq cents émissions. Et, cerise sur le gâteau, il se forge une opinion et la livre. Avec lui, la géographie, l'histoire, l'économie et la politique (car tout est lié) deviennent sources de plaisir. Co-réalisé et co-écrit par Jean-Christophe Victor, Alain Jomier, Natacha Nisic et Frédéric Lernoud, Le Dessous des cartes bénéficie du talent de deux graphistes: Frédéric Lernoud (déjà cité) et Anne Criou. 26 mars: Casquette. Olivier Mazerolle (58 ans, RTL), remplace Pierre-Henri Arnstam au poste de directeur de la rédaction de France 2. Ce dernier avait appris la nouvelle il y a peu... par la presse! C'est Noël Couëdel, directeur de la rédaction d'i-télévision qui prend la place d'Olivier Mazerolle à RTL. Lors des adieux de Pierre-Henri Arnstam aux journalistes de France 2 (cf. Libération, 24/03/2001), le jeudi 22 mars, les syndicats CFDT, CGT et SNJ ont regretté« l'éviction du

Le petit téléchroniqueur

seul dirigeant de l'entreprise ayant réellement une haute notion du service public ». Aucune proposition (sauf une «parfaitement humiliante ») n'aurait été faite à un homme qui a fait toute sa carrière dans le service public. 28 mars: Mission. Jean-Marie Le Guen, député socialiste de Paris et spécialiste des médias au sein du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale, présente un rapport sur la Télévision numérique terrestre, ou TNT, on sait que cette nouvelle technologie permettra de recevoir 36 chaînes, sans câble ni satellite, mais en adjoignant simplement un décodeur à son récepteur). Le projet, qui écarte la privatisation de France 2, devrait recentrer le service public sur les chaînes existantes (France 2, France 3, La Cinquième), augmentées de deux canaux numériques seulement (contre six souhaitées par le Président de France Télévision, Marc Tessier). Les missions essentielles et les valeurs d'une télévision publique seront privilégiées ainsi qu'une meilleure mise en commun des moyens. L'opération TNT sera très onéreuse. Paradoxalement, cependant, la redevance devrait diminuer progressivement pour être remplacée par une contribution de l'Etat (taxe nouvelle). 30 mars: Big Brother. Trash ou télé dite

un débat à la violence urbaine, en prime time et en direct sur France 3 : Ma Société est violente. Pour l'illustrer, une équipe de journalistes s'est immergée une semaine dans un quartier de banlieue dite sensible pour interroger les habitants. Les stations régionales enchaîneront ensuite avec treize débats régionaux déclinant ce thème. Parmi les expériences originales qui sont montrées, on retiendra la décision prise à Bergerac (Dordogne), pour éviter «l'effet ghetto» de répartir sur toutes les écoles de la ville la quasi-totalité des élèves étrangers concentrés dans le même quartier (France 3 Aquitaine). 2 avril: Salon. Thierry Ardisson invite pour le second numéro de Ça s'en va et ça revient (encore à la recherche de ses marques) Stéphane Loisy, l'ex-otage des rebelles philippins, qui vient de publier un livre sur le récit de sa captivité et qui accomplit sans complexe, pour sa promotion, la désormais incontournable tournée des « plateaux» de télévision. 3 avril: TNT. Le dossier est explosif! À l'occasion du MIP-TV, le quotidien Libération consacre deux pages à La Télévision numérique terrestre après les arbitrages pris sur cette nouvelle technologie qui permettra d'ici à 2002 de recevoir, sans câble ni satellite, et avec un simple décodeur (dont le coût restera modeste), trente six chaînes, sans doute en 2002. 4 avril: Naissance. À l'initiative du groupe Pathé et de RF2K, une nouvelle chaîne thématique, Cuisine TV, est née, diffusée sur Canal Satellite. 4 avril: TSF. C'est un vrai bonheur d'avoir le privilège d'être invité sur France-Inter au Pop Club de José Artur. Ce soir, ce n'est pas au Fouquet's mais à la Maison de la Radio que l'émission est enregistrée, et le sujet du jour, peu de temps après les RITV de Reims, est La Saison télévision 2000 (la nôtre, qui, en 350 pages, résume une année de petit écran). Vingt minutes, en deux mi-temps avant et après les nouvelles de 23 heures, de conversation avec José Artur qui a lu (et bien lu !) La Saison et pose les bonnes questions. On se régale et on ne voit pas le temps passer. Vive la radio! 27

du « réel? ». Foin d'euphémisme, Big Brother
va débarquer. C'est TF1 qui confirme (relayée par le magazine Stratégies) la mise à l'antenne d'une version française de Survivor, baptisée Les Aventuriers de Ko Lanta (île au large de la Thai1ande). De son côté, M6 concocte Loft Story (prévu pour le mois de mai), un groupe de onze jeunes gens (garçons et filles), filmés jour et nuit dans un appartement... 0 tempora, o mores! 30 mars: Dénonciation. «Act Up» s'érige contre Loft Story (M6) et dénonce les « pratiques discriminatoires» prises à l'encontre des postulants au nouveau jeu. Ces derniers en effet devront subir des tests (Sida, hépatite C, tuberculose) et satisfaire à un examen psychologique avant d'être définitivement sélectionnés.

2 avril: Immersion. Élise Lucet consacre

La saison télévisée 2001

7 avril: Rediff. Retour aux sources avec la rediffusion de Belphegor (le seul, le vrai), le feuilleton culte de Claude Banna sur Festival.
10 avril: Saison. Le quotidien Libération consacre sa colonne « kiosque» à une analyse de Télévisionfrançaise, La saison 2000 sous le titre: La Saison 2000 passe la télé française au crible. 13 avril: Fliquette. Enfin du nouveau dans la galerie des policières cathodiques. C'est un personnage tout neuf, le Capitaine Éloi'se Rome, plein de fantaisie et d'humour que campe Christine Citti, gourmande (elle craque devant un berlingot de lait vitaminé), têtue et un tantinet extra lucide (voir fiche). 17 avril: Transfuge. La journaliste Ruth Elkrief quitte LCI où elle animait tous les lundis un débat d'actualité (Le Club LCI), pour la radio. C'est à RTL en effet qu'elle officiera désormais, succédant à Olivier Mazerolle (nommé fin mars à la direction de l'information de France 2), pour assurer l'interview de L'Invité du Jour (7 h 50). On se souvient que Ruth Ellaief qui présentait avec talent, l'émission politique 19: 00 Dimanche sur TF1, avait dû renoncer, pour audience insuffisante et après une seule année d'antenne. 17 avril: Sous. France Télévision (France 2, France 3, La Cinquième et 25 sociétés intégrées dans le groupe) a réalisé en 2000 un chiffre d'affaires consolidé de 2,1 milliards d'euros (13,8 milliards de francs) en progression de 10 % sur 1999, un résultat net de 38,8 millions d'euros (225 millions de francs), contre une perte de 32 millions d'euros (213,4 millions de francs) en 2000. 20 avril: Sixième Saison. On s'est habitué à PJ, la série policière réalisée par Gérard Vergez, portée aux nues par notre amie Catherine Humblot dans Le Monde et franchement snobée par notre non moins ami Jean-Jacques Schléret, dont l'indifférence à l'égard de ce presque OVNI, inspiré par les séries américaines, leur rythme, leur format et leur réalisme, nous avait surpris. De fait, la série qui entrera bientôt dans sa sixième saison a su s'adapter et évoluer. Elle 28

retient toujours l'attention avec des scénarios peaufinés sous la direction de Catherine Moinot et bâtis chacun sur deux faits divers dont l'un est basé sur l'action. 23 avril: Koniec. Tutti frutti, c'est fini pour le magazine quotidien diffusé par France 2 à 18 h 20. Il avait marqué le retour de l'animateur producteur Nagui à l'antenne mais ses résultats ont déçu: 1,2 million de téléspectateurs en moyenne, pour 10,1 % de part d'audience. 23 avril: Coucou la revoilà. Retour sur France 3 et en prime time (20 h 55) de C'est mon choix présenté par Évelyne Thomas, et dont le caractère vulgaire et choquant avait suscité une levée de bouclier et une polémique en automne. L'émission serait mieux contrôlée et « plus regardable ». 23 avril: Écran Noir. Relayant l'initiative de l'association canadienne Abbusters Media Foundation un collectif d'associations (Brisons nos chaînes,. Résistance à l'Agression Publicitaire,. Casseur de pub,. Le Publiphobe) prône la Semaine internationale sans télé. 24 avril: Zénith. Grand spectacle pour l'assemblée générale ordinaire de Vivendi Universal au Zénith (mazette !) sous la présidence de Jean-Marie Messier, plus maître du monde que Jamais. 24 avril: Casquette. Bibiane Godfraid est nommée présidente de Canal + Belgique. Elle était déjà en charge de la direction de l'ensemble des chaînes et services du groupe Canal +. 26 avril: Séisme. La real TV est arrivée! Révolution dans le PAF avec le coup de force de M6 qui diffuse le premier épisode de Loft Story. Onze candidats, six garçons et cinq filles (onze cobayes dans un bocal) vont vivre enfermés et filmés en permanence pendant 10 semaines dans un «loft» de 225 m2 aménagé en Seine-Saint-Denis, agrémenté d'un jardin avec piscine, d'un poulailler et d'un jardin potager. Une salle de bains, deux chambres (seulement) et vingt six caméras filmant en permanence. Une émission quotidienne est prévue à 18 h 25.

Le petit téléchroniqueur

Chaque jeudi les candidats proposent au vote du public deux noms dont l'un sera éliminé. Charmant! (voir fiche). 27 avril: Résistance. En réaction à Loft Story, le collectif Souriez, vous êtes filmés appelle les téléspectateurs à un acte hygiénique, aller déposer leurs poubelles devant le siège de M6, 89, avenue Charles-De-Gaulle à Neuilly. 27 avril: Peeping Dupont. L'audience de M6 s'envole. Le premier numéro de Loft Story a réuni 5,2 millions de téléspectateurs soit 26,1 % d'audience. On sait que, par ailleurs (c'est la version hard), pour 70 francs par mois, TPS diffuse en continu la triste vie des lofteurs. 27 avril: Field. France 3 venant d'annoncer qu'elle ne renouvellerait pas son contrat, Michel Field (Ce qui fait débat,. Prise directe) déclare dans Le Figaro «S'il (Marc Tessier, Président de France Télévision) veut reconduire C'est Mon Choix et arrêter Ce qui fait débat, c'est son choix... » 29 avril: Quisékapété? Ceci est un extrait des merveilleux « dialogues» de Loft Story « la fiction du réel» diffusée par M6. « Scato Story» ? 30 avril: Bougies. Saviez vous que le sigle ARTE est l'acronyme de l'Association Relative à la Télévision Européenne (Bonne Question, n'est ce pas 7). Voulue par François Mitterrand et Helmut Kohl, Arte a fait son petit bonhomme de chemin en France et s'est distinguée tant dans le domaine du documentaire (Thierry GarreI) que de la fiction (Pierre Chevallier) par une ambition exceptionnelle de qualité! Il n'est qu'à lire les nombreuses fiches que La Saison a consacrées aux programmes d' Arte pour s'en convaincre ! 30 avril: Animation. À l'occasion de la diffusion sur France 3 de Patate et le jardin potager (moyen métrage de 26 mn) de Damien Louche-Pélissier et Benoît Chieux, auteur également de L'Enfant au grelot (ithème 2001 du meilleur dessin animé inédit), Isabelle Nataf pour le quotidien Le Figaro consacre un repor-

tage à Folimage, société de production installée près de Valence et qui s'est spécialisée dans le film d'animation. 30 avril: Praline (comme cul cul la). Désarmant de niaiserie, Steevy, l'un des héros de Loft Story traîne partout une peluche nommée Bourriquet à laquelle le dadais porte une affection démesurée. Peluche Story 7

2 mai: Naissance. Mise à l'antenne par TPS de Cineinfo, chaîne consacrée au cinéma: bandes annonces, magazines, etc.
3 mai: Première pierre. Catherine Tasca, ministre de la Culture et de la Communication, pose la première pierre du nouveau siège de la chaîne Arte à Strasbourg, dix ans après la création de la chaîne dans la capitale alsacienne, le 30 avril 1991. Construit sur les berges de l'Ill, quai du chanoine Winterer, le nouveau siège, qui devrait être achevé au début 2003, accueillera, avec ses 15000 m2 utiles, l'ensemble du personnel de la chaîne, soit environ 400 personnes aujourd'hui abritées dans sept sites différents. Il devrait coûter 200 millions de francs (ça fait combien d'euros ?). 6 mai: Bougies. Lieu d'échange et de dialogue entre chrétiens et entre croyants et athés, Agapè, émission dominicale (France 2) présentée par Martine Chardon et Hervé Claude proposée par le Pasteur Claudette Marquet et le Père Hervé Jegou et associant les magazines La Vie (catholique) et Réforme (protestant), célèbre son dixième anniversaire. Et pour l'occasion sont invités Laure Adler et Jean-Denis Bredin. 10 mai: Viré. Aziz est le premier éliminé du Loft. 1 857609 personnes (50,4 % des votants) ont demander son éviction contre 1 830600 qui souhaient flinguer Jean-Édouard, le goujat de service, celui qui a séduit et abandonnée Loana. Avec ce nombre phénoménal de coups de fil, c'est le jackpot pour M6 qui encaisse sa commission. Fric Story 7 Une seule vraie question se pose. Comment arrêter cette ânerie qui gâche le joli mois de Mai 7 29

La saison télévisée 2001

11 mai: Torchon (brûle). Toujours le Loft. Et une polémique qui ne manque pas de sel. Les dirigeants de TF1, rendus nerveux par les scores d'audience de M6, invoquent un accord passé entre les deux chaînes pour ne pas faire dans la «trash TV». Le patron de M6, Nicolas de Tavemost, répond dans Libération à une tribune libre de Patrick Le Lay dans Le Monde d'hier soir (daté d'aujourd'hui) : La violence des propos du président de TF1 est proportionnelle au succès de Loft Story. Il est vrai que TF1, partant en guerre contre la télé poubelle et donneur de leçons en ce domaine, ça vaut son pesant de noix de macada (celles dont se goinfrent les comédiens de Friends). Castagne Story? 13 mai: Bougies. Cinquième anniversaire du magazine Thé ou Café proposé et présenté tous les dimanches matins (7 h) sur France 2 par Catherine Ceylac qui a réuni pour cette grande occasion, quatre personnalités: le footballeur Marcel Dessailly, le comédien Philippe Noiret, la jeune actrice Elsa Zylberstein et la chanteuse Barbara Hendricks. 13 mai: Polar. Un événement à Droit d'auteurs (la se) avec ce Spécial James Ellroy, entièrement consacré à un échange entre Frédéric Ferney et l'auteur mythique de polars-cultes américains, l'auteur du Dalhia Noir. Le débat devient vite tendu. Car Ferney, qui refuse la langue de bois, entend pousser son interlocuteur dans ses retranchements. Ce qui n'est pas du tout du goût d'Ellroy qui, d'emblée, avait déclaré avoir définitivement renoncé au polar pour se consacrer à sa monumentale histoire politique des États-Unis démarrée avec American Death Trip dont Ferney a le toupet de dire qu'il n'en aime pas le style! Sportif! 15 mai: Trop. Loft Story, décidément, nous gonfle. C'est un délire dans la presse et chacun y va de sa Une. La rubrique Après coup dans Libération est monopolisée par la chose. Et jusqu'à Daniel Schneidermann qui tombe sous le charme de Loana ! C'est une star écritil, après avoir consacrée un Arrêt sur image et demi à Loft Story! Ce déferlement journalistique pour la plus bêtifiante des émissions? Je cauchemarde! 30

17 mai: L'eusses-tu cru? Libération consacre sa quatre de couverture à Abdel-Aziz Essayed, 28 ans, le viré du loft.
17 et 18 mai: Vous avez dit auteur? On croise le fer à La Saison avec des bataillons de sceptiques pour faire partager notre conviction. Oui, la télévision est, comme le cinéma, un territoire de création. Oui, elle peut, comme le grand écran, susciter des œuvres et des auteurs. Aussi, bravo à l'ami René Gardies, professeur à l'Université de Provence, d'avoir, avec Marie-Claude Tarranger (de la même université), Nancy Angel et Marie-Christine Hélias (INA-Méditerranée), organisé un colloque sur le thème Télévision: notion d'œuvre, notion d'auteur. Pas moins de seize communications sur des sujets variés. Exemples: La Retransmission sportive, une œuvre sans auteur ? ; L'Auto-représentation de l'auteur à la télévision: l'exemple de Jean-Christophe Averty; L'Auteur de télévision une figure plurielle ; etc. Une rencontre était également organisée avec le réalisateur Maurice Frydland. 22 mai: Golitah. UFA Sports (groupe RTL, Bertelsmann) et Sport + (groupe Canal +, Vivendi-Universal) fusionnant avec le groupe de Jean-Claude Darmon. Le nouvel ensemble dédié à la gestion de droits sportifs emploiera 350 personnes, vaudra (Bourse) autour de 1,1 milliard d'euros et commercialisera 320 clubs dans le monde. Domicilié à Paris, le groupe sera présidé par Jean-Claude Darmon. Les trois opérateurs améliorent ainsi leur position dans la concurrence livrée au groupe allemand Kirch. 23 mai: Audience. Le seul mérite de l'Anerie (Loft Story) aura été de tarir l' audience d'une autre, Le Bigdil (TF1). Lundi soir, l'audience de Loft Story s'est élevée à 6,1 millions de téléspectateurs (36,2 % de parts d'audience) contre 3,5 millions pour Le Bigdil. On se console comme on peut, non? 23 mai: Opinion. Laure Adler s'exprime dans Le Figaro sur Loft Story: Ce qui est scandaleux, déclare-t-elle, ce n'est pas Loft Story mais la dégradation effroyable de l'offre télévisuelle. Car enfin ne soyons pas hypocrites:

Le petit téléchroniqueur

quelle est la différence de fond entre Loft Story et les sitcoms dont on nous abreuve à longueur de journées? (...) Ce qu'il Y a de choquant c'est l'absence de différence entre les chaînes privées et chaînes publiques. 27 mai: Gogos? Il Y a une espèce de terrorisme intellectuel qui voudrait que pour ne pas paraître ringard et s'avérer tendance, il faille condescendre à estimer que tout n'est pas si mauvais que cela dans Loft Story, cette formidable expérience sociologique, ces retrouvailles autour d'une téloche des enfants et des parents qui ne se parlaient plus (etc.). Après Schneidermann, et Beneix qui font dans la Loft Story attitude, c'est au tour de l'inénarrable Philippe Sollers qui n'hésite pas à proposer à Kenza (c'est une lofteuse) de devenir... écrivain(e) : « Tu as un minois d'écrivain» lui susurre-t-il dans sa chronique du journal du Dimanche. Gaga Story ? 29 mai: Proximité. Mise à l'antenne sur France 3 de deux nouvelles éditions locales alsaciennes: France 3 Strasbourg et France 3 Haute-Alsace diffusées à 19 h 55. 30 mai: Bon sang... Ne saurait mentir. Ayant reçu une éducation musicale (piano), Emmanuelle Gaume avait, il y a plusieurs années, collaboré à France Musique. Elle retrouve cette passion avec Drôles de gammes (France 3) dont elle est la (compétente) présentatrice. Au programme la soprano Mireille Delunsh, le pianiste Nicolas Angelich, etc. Des figures de la scène et de l'écran toutes passionnées de musique ~ont conviées à participer au magazine. Ainsi Elie Semoun, Michel Blanc, etc., dans le rôle de « passeurs ». 30 mai: Apprentissage... Face à la déferlante lofteuse (selon la Sofrès, 94 % des 15-24 ans ont déjà regardé l'émission et 50 % en discutent avec leurs parents), le quotidien La Croix consacre, sans démagogie et avec beaucoup de bon sens, trois pages « utiles» à Loft Story: «Loft Story s'est lourdement imposé dans la famille, qu'ils (les parents) le veuillent ou non, leurs enfants suivent l'émission de M6. Autant en discuter ensemble... » titre le dossier. « Certes, la vraie vie est ailleurs et vraiment,

on s'en serait passé» commente Louis de Curcy. Mais, face à l'événement, il conseille d'accompagner la lucidité du regard. Avec Loft Stroy, en effet, et les émissions qui ne manquent pas de s'en inspirer, éduquer le rapport des jeunes à l'image télévisuelle devient une tâche compliquée, mais passionnante. Ainsi pense, après avoir constaté (non sans amertume) l'existence de Loft Story, qui (hélas), «fera tache », Lise Didier-Moulonguet, responsable d'une association (Savoir au présent) dont l'objectif, précisément, est de former le regard des jeunes face au défilement des émissions de télévision. 31 mai: Dégonflé! Julie, la copine de Christophe, a été virée du loft. On s'attendait à une réaction de l'abandonné. Au moins que Christophe mette les adjas lui aussi et fasse à tout ce bidule un hénaurme bras d'honneur. D'autant qu'on le disait gaucho, prolo de choc, trotskiste. Que nenni! L'appât du gain est le plus fort et bien disciplinés sont les cobayes. Finalement, c'est ça qui m'aura le plus esbaudi dans ce scénario pervers: qu'il n'y ait jamais eu de révolte si l'on excepte les abandons de David et de Delphine qui ont en quelque sorte « sauvé l'honneur ». Que les rats de laboratoire ne se soient pas insurgés pour saboter tout et laisser Castaldi et les siens déconfits et marris. Qu'il n'yen ait pas eu au moins un pour tout faire imploser. Ils sont vraiment trop plan plan à Pelucheland ! Quant à l'audience, elle ne retombe pas. 7,7 millions de téléspectateurs pour la semaine dernière et, pour la « sortie» de Julie un pic de 9,9 millions! Cata Story ? 31 mai: Bimbo-Cosette. «Comment Loana la mutante, une gogo-girl est devenue la Cosette des Français en 34 jours de "loft" », explique France Soir dans son édition du jour.

1er iuin : Bougies. Dominique Farrugia patron de la chaîne Comédie! fête le 700e numéro de son émission phare La Grosse Émission présentée par Kad et Olivier. Clou de la soirée, un faux documentaire sur L'Affaire Pamela rose, le feuilleton réalisé par les deux fantaisistes, en direct et tous les jours depuis une saison.

5 iuin: Exit. Anne Sinclair, qui anima et 31

La saison télévisée 2001

produisit 7 sur 7, l'émission dominicale phare de TF1 pendant treize ans et qui occupait depuis les fonctions de directrice générale adjointe de l'antenne et de présidente de la filiale internet e-TF1, déclare avoir été unilatéralement remerciée par Patrick Le Lay, le PDG de TF1. À TF1, on indique que c'est Anne Sinclair qui a choisi de partir. 7 juin: Locale. TV7, la nouvelle chaîne de télévision bordelaise, grand public et gratuite, commence à émettre sur la Communauté urbaine de Bordeaux (800000 habitants). Olivier Faguer, directeur général du quotidien Sud Ouest préside la petite nouvelle dont le budget a été fixé à 20 millions de francs. 7 juin: Pivot. Jérôme Garcin a recueilli pour le Nouvel Observateur (qui publie une photo de Bernard Pivot à sa « Une») les confidences de celui qui, après plus d'un quart de siècle d'émissions littéraires, abandonne son « trône» le 29 juin: La Confession du Roi Lire ou le récit d'une grande aventure télévisuelle déclare notamment: «Je persiste et je signe: une grande émission culturelle du service public est incompatible avec la constitution d'une Société privée indépendante de la chaîne. J'ai l'âme d'un artisan, pas celle d'un chef d'entreprise» et plus loin « Il faut bien réaliser qu'en 20 ans, l'on est passé de l'époque où la grande question était de savoir s'il fallait ou non débarquer Pivot, à celle où, dans Libération, Le Figaro et Le Monde, les meilleurs intellectuels s'inquiètent de savoir qui va quitter le loft sur M6. » 9 juin: Enfin! Le Commissaire Moulin (TF!) a du punch. On savait qu'il ne fait pas toujours dans le dentelle. Mais, pour une fois, on l'embrasserait, car il a eu, jeudi dernier, raison de Loft Story qu'il a battu, avec une audience de 7,7 millions de téléspectateurs contre 7 millions à la chose. 12 juin: Contre feu. Confronté au stupéfiant succès de Loft Story, TF1 a conclu une alliance avec Endemol France le producteur. Ce dernier s'engage à proposer chaque année à TF1 un nouveau programme de « télévision du réel ». Escalade Story? 32

12 juin: Coucou. Daniel Bilalian a été choisi pour succéder à Gérard Holtz au JT de 13 heures sur France 2. Le journaliste qui n'était plus à l'antenne depuis trois ans était resté salarié de la chaîne comme conseiller du président. David Pujadas remplacera Claude Serillon au JT de 20 heures. 12 juin: Les Femmes aussi. Après Jacques Brissot, François Billetdoux, Yves Kovacs, Jacques Krier et Jean-Michel Meurice, le cycle Les Yeux et la mémoire, organisé par la Scam, avec le concours de l'INA, donne un coup de chapeau à Éliane Victor, formée à Cinq colonnes à la Une et pionnière de la production à l'ORTF, notamment avec la série Les Femmes aussi. Projections de Les Halles de Michel Droit et Jean-Jacques Rebuffat (Cinq colonnes à la Une, 1959) ; Micheline, six enfants, allée des Jonquilles de Claude Goretta et Françoise Mallet-Jorris (Les Femmes aussi, 1967) ; L'Invasion de la sexualité dans la vie quotidienne de Maurice Dugowson (Procès, 1967). 13 juin: Dégâts. Le succès Loft Story qui a accéléré l'érosion d'audience de NP A n'est peut-être pas étranger à une décision qui bouleverse le PAF. Canal + supprimera NPA à la rentrée. C'est peut être sa plus belle vitrine qui va disparaître. Mais, avec seulement 700 000 téléspectateurs contre deux millions il n'y a pas si longtemps encore, NP A ne jouait plus son rôle de locomotive. Deux cents dix sept emplois sont menacés (licenciements ou reclassements, comme l'aurait promis Pierre Lescure ?) par cette suppression. Le matin, une rediffusion et Les Télétubbies remplaceront NP A matin; À Votre Avis présenté par Philippe Gildas remplacera NP A midi; le soir on trouvera, les Guignols, Le Zapping et un jeu animé par Alain Chabbat. 14 juin: Navarro. Avec une audience un peu érodée (8,3 millions) de téléspectateurs le célèbre commissaire a pourtant battu Loft Story (6,8 millions). Vive la police ! 15 juin: Télé crochet. Nouveau divertissement présenté en « prime time» par Arthur, Rêve d'un soir (réalisation Jean-Louis Cap) sur TF1. Dix huit chanteurs ou animateurs sur une

Le petit téléchroniqueur

pré-sélection de deux cents candidats se présentent au public qui vote et élit l'interprète de son choix. Offrir le « prime time» à des obscurs constitue le concept de cette émission inspiré de Star for a night qui fait un tabac en Angleterre. 20 juin: Bougies. Dixième anniversaire de Combien ça coûte? (TF1) de lean-Pierre Pernaud. Avec une sélection des meilleurs sujets diffusés depuis 1991. 21 juin: Coucou. Retour de lulie Snyder qui présente ce soir sur France 2 un Tapis Rouge Spécial Fête de la Musique. 22 juin: Symbole. Avant dernier numéro de Bouillon de Culture, enregistré dans la bibliothèque de Sarajevo ravagée avec tous ses livres, et en cours de reconstruction. 26 juin: Scam. Poursuite de l'hommage à Eliane Victor en l'hôtel de la rue Velasquez avec les projections d'Une femme dans la cité de Maurice Dugowson (Les Femmes aussi, 1972) ; Paul-Émile Victor, un rêveur dans le siècle de Jean-Louis Comolli (1991) ; Le premier doigt de Philippe Truffaut (1998) ; Les députés aussi de Laurent Praet (2000, pour la chaîne parlementaire Assemblée Nationale). 27 juin: 154. 154, tel est le nombre des grands reportages de 52 mn que lean Bertolino depuis 1988 a proposé dans l'émission 52 sur la Une diffusé le samedi sur TF1 après le JT de 13 heures et qui s'achève ce soir. C'est un des (rares) très beaux fleurons de TF1 qui disparaît. Le plus bel hommage que l'on peut faire à ce magazine qui reçut le 7 d'Or en 1997 dans la catégorie magazine est de rappeler quelques prix glanés par plusieurs de ses reportages: Prix à la Mostra de Valence pour La Fièvre verte (1988) de Jean Bertolino; Prix Albert Londres et Prix Ondas pour Les Enfants de la honte (1989) de Vicenti ; Prix Ondas pour Recherche Femme désespérément (1990) de Fournel ; Prix de la Nuit des yeux d'or pour Les Chariots du diable (1993) de Tony Comiti et Patrick Charles-Messance; Nymphe au Festival de Monte Carlo pour La Vallée des trompela-mort (1994) de Marion Desmarres ; Nymphe

au Festival de Monte Carlo pour Des prêtres contre la mafia (1995) ; Prix de La Montagne au Festival de BANFF pour Les Forçats du volcan (1998) de Tony Comiti et Patrick CharlesMessance ; etc. 27 juin: Adieu. Dernier numéro de Ce qui fait débat (France 3) de Michel Field. 27 au 30 juin: Docs. Douzième édition de Sunny Side of the doc, marché international du film documentaire à Marseille (voir Que la fête commence). La Cinquième, premier diffuseur hertzien de documentaires en France consacre 3 émissions spéciales à ce genre (28, 29 et 30 juin à 14 h 00). Son évolution, son actualité, à travers une série d'extraits et d'entretiens avec des auteurs, des réalisateurs, des producteurs. 28 juin: Adieu (bis). Dernier numéro de Prise Directe (France 3) de Michel Field à Lyon en public et en direct, avec Jean-Jacques Kaufman commentant des retours sur des séquences des émissions de l'année. 28 juin: Monome. En fait de révolte tant attendue, la gentille «rebellion» des anciens rats-lofteurs successivement éliminés au cours de trop longues semaines qui, pour faire une surprise aux deux derniers pensionnaires, avaient eu la permission de leur rendre visite pour une heure dans leur bocal, s'est simplement soldée par un Castaldi furieux flanqué à la baille et un petit retard des morveux à sortir du Loft. Plouf Stroy ? Tout cela reste décidément bien niaiseux. 28 juin: Bougies. Générations Séries, l'incontournable revue cornaquée par Christophe PetU fête, avec son 37e numéro (été 2001), son 10e anniversaire (voir La télévision en livres, revues et cassettes). 29 juin: Épilogue. Dernier numéro de Bouillon de Culture de Bernard Pivot sur France 2 après onze ans d'existence (lancement en janvier 1991). D'abord ouvert à tous les domaines de la culture, pour se distinguer de l'émission Apostrophes à laquelle ce magazine 33

La saison télévisée 2001

succédait, l'émission s'est finalement recentrée sur le livre. La dernière émission est suivie d'une Nuit Bouillon de Culture. À la rentrée, c'est Guillaume Durand qui devrait, sur France 2, reprendre le flambeau avec le nouveau magazine Campus bâti sur un concept différent. 3 juillet: Spicilèges. L'été, ça rediffuse plein pot. La manière la moins indigeste est celle pratiquée par Mireille Dumas avec la rediffusion complète d'un choix d'émissions que l'on a plaisir à ré-écouter ou que l'on avait manqué. Et Thierry Ardisson a, lui, inventé le remix qui consiste à rediffuser de larges extraits montrés en continuité du magazine Tout le monde en parle. Enfin il y a les best of tissés un peu n'importe comment de courts extraits mis bout à bout. Ce soir, par exemple, voici les « meilleurs» moments du magazine présenté par Laurent Bayer, Les Moments de vérité, programme à succès de M6 (avec une moyenne de 3,3 millions de téléspectateurs) et qui va entamer, à la rentrée, sa quatrième saison. Le thème en était Quand la télévision dérape. 4 juillet: Tradition. Retour à la tradition et bravo à TF1 qui a eu, seule, le courage de renouer avec les grandes sagas de l'été, ces mélos invraisemblables, riches en conflits familiaux et secrets de familles, jalousies, enfants secrets, passions et haines, coups de théâtre, vils suborneurs et traîtres infâmes, sombres turpitudes, etc. Tous ces ingrédients existent pour notre «béate» nostalgie dans Méditerranée (5 épisodes du 4 juillet au 1eraoût) réalisé par Henri Helman également «directeur de l'écriture» (voir fiche). 7 juillet: Gratos. Dominique Baudis, président du CSA, annonce qu'il pourrait y avoir entre quinze et dix-sept chaînes gratuites sur la Télévision numérique terrestre (TNT). 7 au 29 juillet: Fiction. Cette année le Tour de France 2001 a tenu ses promesses. Des étapes à suspense, du panache (merci Laurent Jalabert), des échappées d'anthologie, un contre la montre par équipes superbe (merci à la formation Crédit agricole), de la sueur, de la hargne (merci «ptit Sim»), de la peur (la chute 34

d'Ulrich, plongeant dans un ravin) et des larmes, bref un vrai scénar, en direct et aux antipodes de Loft Story! Aussi France Télévision a-t-elle fait recette: sept heures de direct quotidiennes et une part d'audience moyenne de 48,4 % contre 47,3 % en 2000. C'était un vrai grand feuilleton de l'été. En vingt-trois épisodes.

9 juillet: Nouvelle. Laurence Ostoloza, 34 ans, présente le JT de 13 heures sur France 2 jusqu'au 27 juillet.
9 juillet: Maîtresse. Lancement sur TF1 du jeu quotidien Le Maillon faible dont la présentatrice de noir vêtue et genre sado maso (l'actrice Laurence Buccolini) a pour principale activité de tancer et de ridiculiser les malheureux candidats appelés à subir les sarcasmes de la « maîtresse» tout en s'éliminant les uns les autres (voir fiche). 9 juillet: Re-belote? Nonobstant ce que l'on peut penser de Loft Story, il faut (non sans tristesse) constater que ce programme a fédéré un vaste public jeune et moins jeune d'où l'intérêt des publicitaires et la décision très logique de M6 de préparer un Loft Story 2. Bégaie Story? 11 juillet: Top. On connaît l'audience réalisé par Le Maillon faible (19-19 h 30 sur TF1) Le jeu a réuni pour son premier numéro 4,2 millions de téléspectateurs et 32,9 % d'audience. Jackpot pour la chaîne commerciale.

11 juillet: Casquette. François Tron, 48 ans, est nommé directeur des programmes de France 2.
12 juillet: Loana. Le quotidien Libération consacre sa quatre de couverture à Loana, la gogo girl, sortie la dernière de Loft Story avec Christophe et ici racontée par Judith Perrignon. 24 juillet: TNT. Lancement par Dominique Baudis, président du CSA, de l'appel à candidature pour les trente trois chaînes du numérique hertzien.

Le petit téléchroniqueur

27 iuillet : Niet. Le Parisien annonce que France 2 renonce à lancer Douce France, le nouveau concept de magazine proposé par Christine Bravo, animatrice d'Union Libre. Celle-ci, qui a appris ce revirement de France 2... par la presse, alors qu'elle mettait une dernière main à la maquette du premier numéro, a piqué une grosse colère. Pas de raison affichée pour ce renoncement sinon peut-être le refus par Christine Bravo d'utiliser les locaux de France Télévision comme elle l'avait accepté pour Union Libre. L'animatrice reste jusqu'à la fin de l'année sous contrat avec France 2. Bonjour l'ambiance !

française de Survivor). Dans cet archipel au large de la Thaïlande, rencontre de personnalités très différentes: Jean-Luc, 50 ans ancien nageur de combat ;Sandra, la belle, 19 ans; Romain, Ie black champion de kung fu ; Gilles, « l'intellectuel» de la bande; etc. Un casting a priori intéressant. Huit hommes et huit femmes, partis vivre deux mois sur une île déserte sous le regard des téléspectateurs. Bouclée il y a 4 mois, cette série dont le suspens a été scrupuleusement préservé, a attendu l'été pour sa mise à l'antenne. 30 iuillet: F comme Foot (et Femme). Première de Foot 3 (France 3, voir fiche) qui sera désormais diffusé chaque lundi à 20 h 15 et animé par la très tonique Valérie Perez, une vraie fan du sport en général et du football en particulier qui a notamment été journaliste à OL Télé (chaîne de l'Olympique Lyonnais) avant de créer et d'animer Le Journal du Sport sur i télévision. Âgée de 33 ans, elle a baigné dans le football, « depuis toute petite », son père faisant partie de l'encadrement au PSG. Téléfoot (TF1) et Sophie Thalmann ont désormais une sacrée concurrente!

28 iuillet : Teasing. Après Loft Story (M6) et son immense et consternant succès médiatique TF1 va fourbir son programme de téléréalité. C'est avec un numéro spécial de son créneau Reportages (le samedi à 13 h 25) que TF1 présente, dans un document signé Bernard Fauré, élaboré en forme de bande annonce et d'une durée de 52 mn, les candidats de sa première plongée dans l'univers de la « télé-réalité », Les Aventuriers de Koh Lanta (version

'Q) ..Q 'Q) U o

..c: Il. @

o
La Saison au Pop Club (José Artur et Christian Bosséno) 35

La saison télévisée 2001

N Q)

" et> " u.. c. c. E Q)
.<=
Cf) Q) <f>

"

t9 @

Fatou la malienne

CD :;!; @

Piège en haute sphère 36