Un abécédaire de la fantasmagorie

Un abécédaire de la fantasmagorie

-

Français
105 pages

Description

Cet ouvrage diffère de tout ce qui a pu paraître jusqu'à présent sur le cinéma d'animation. La fantasmagorie et son aura traversent l'espace historique originel qui voit muter les "phantasmagories" jusqu'aux expériences hybrides actuelles. Ce thème fédère ici 43 nouvelles entrées éclairantes, du "Procès" d'Orson Welles aux "Pantomines lumineuses" d'Emile Reynaud.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 octobre 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782336853123
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Collection « Cinémas d’animations »
Dirigée par Sébastien Roffat Mobile, indécis, turbulent, rétif à la définition, le film d’animation ne se laisse pas facilement appréhender. La tentative de définition lui est quelque peu chimérique tant la diversité de ses formes, de ses techniques et de ses ambitions contraint à u ne définition ouverte. Le terme même de "film d’animation" couvre un éventail si large de pratiqu es artistiques et techniques, qu’il ne saurait désigner un ensemble homogène du point de vue esthétique. La collection "Cinémas d’animations" se veut le chantre de cette incroyable diversité. Déjà parus Pascal Vimenet,Un abécédaire de la fantasmagorie, Variations,2017. Samuel Kaczorowski,Capter le moment fuyant, Osamu Tezuka et l’inventio n de l’animation télévisée,2017. Pascal Vimenet,Un abécédaire de la fantasmagorie, Suite,2016. Sous la direction de Patrick BARRES et Serge VERNY,Les expériences du dessin dans le cinéma d’animation,2016. Sous la direction de Marie Pruvost-Delaspre,L’animation japonaise en France, réception, diffusion, réappropriations,2016. Pascal Vimenet,Un abécédaire de la fantasmagorie, Prélude,2015. Sébastien Roffat,us l’Occupation (1940-Esthétique et réception du dessin animé français so 1944). L’émergence d’une école française ?,2014. Sébastien Roffat,ançais sous l’OccupationHistoire politique et économique du dessin animé fr (1940-1944). Un âge d’or ?, Tome 2,2014.
Pascal VIMENET UN ABECEDAIRE DE LA FANTASMAGORIE (textes de 1985 à 2018) TEMPO RITARDANDO Dessins originaux Théo Grémillet, Jean-François Laguionie, Cerise Lopez, Bertrand Mandico, Bernard Palacios, Agnès Patron, Quay Brothers, Georges Schwizgebel
Du même auteur Vimenet, la statue sans socle, Paris, éditivns HerVas, 1983. Le Cinéma d’animation,CinémActionn° 51 (en cvllabvrativn aVec M. RvudéVitch), Paris, éditivns Cvrlet-Télérama, 1989. Godard, une analyse duMépris, préface de J. Dvuchet, Paris, éditivns Hatier, 1991. Le Carnet de Villard de Honnecourt, cvmmenté par R. Bechmann, Paris, Hexagram/SDI/BnF, CDrvm, 2001, mentivn du jury internativnal RvberVal. Svankmajer E & J bouche à bouche, Paris, Éditivns de l’Œil/Cvmmunauté d’agglvmérati vn d’Annecy (Musée-château), 2002, prix Henri-Ginet du liVre d’art et d’essai. L’Armorial de la Toison d’or, cvmmenté par M. Pastvureau et M. Pvpvff, Paris, H exagram/BnF, CDrvm, 2003. Émile Cohl, Paris, Éditivns de l’Œil/Cvmmunauté d’agglvmérati vn d’Annecy (Musée-château), 2008. b.boro.borowczyk.walerian Borowczyk. (1923-2006), catalvgue svus la directivn d’Urszula Sniegvwska et de Pascal imenet, Paris, arsvVie, Institut français de arsvVie, KINOLAB de arsvVie, 2008. Walerian Borowczykvn d’Annecy (Musée-, Paris, Éditivns de l’Œil/Cvmmunauté d’agglvmérati château), 2009. e Cinéma, XXI s.,Passage d’encresn° 41, Paris, éditivns Passage d’encres, 2010. Catalogue raisonné & œuvres choisies des années Abd -el-Tif, Vimenet [1952-1954], svus la directivn de Jean-Luc Mvrdefrvid, Dvrvthée Gillmann, Claudine Lemaître et Pascal imenet, Lvns-le-Saunier, éditivn ille de Lvns-le-Saunier, assvciativn Jean imenet, svn œuVre, 2014. Jean-François Laguionie, Paris, Éditivns de l’Œil/Cvmmunauté d’agglvmérati vn d’Annecy (Musée-château)/ JPL Films, 2016. Un abécédaire de la fantasmagorie. Prélude,SuiteetVariations(trvis tvmes), Paris, L’Harmattan, « Cinémas d’animativns », 2015, 2016 et 2017. © L’Harmattan, 2018 5-7, rue de l’Écvle-Pvlytechnique ; 75005 Paris http://www.editivns-harmattan.fr EAN Epub : 978-2-336-85312-3
Sommaire
Couverture 4e de couverture Collection « Cinémas d’animations » Titre Copyright Sommaire Remerciements Avertissement O [190] Michel Ocelot. L’enchanteur [191] L’ombre qui tombe [192] L’Opéra baroque. Un opéra de poche [193] Otesánek. Origine ou résonance de l’œuvre [194] Otesánek. Une question à Jan Svankmajer [195] Otesánek. Mythologie de l’apprenti sorcier [196] L’Ours renifleur P [197] Pantomimes lumineuses et Photo-peintures. Pour décoder l’esthétique animée de Reynaud [198] Nick Park [199] Claire Parker [200] Regina Pessoa. En filmant… [201] Le Petit Soldat. Charade amoureuse [202] Le Petit Soldat. Clef argotique et réalisme poétique [203] Vladimir Petkevitch. L’homme au sable [204] Peur(s) du noir. Avant-propos [205] Peur(s) du noir. Traces et gribouillis [206] Peur(s) du noir. Au-delà, en deçà du langage [207] Peur(s) du noir. Analyse de trois séquences [208] Plaisir du conspirateur. Les Conspirateurs du plaisir [209] La Planète sauvage. Le rire de Topor [210] Plumb Ballit [211] Poésie et cinéma d’animation. Affinités électives ? [212] Bretislav Pojar [213] Bretislav Pojar. Une leçon de cinéma [214] La Porte. Nina Shorina, illumination, irréalisme [215] Possibilités du dialogue. Un film-manifeste
Q
[216] La postmodernité au tournant du millénaire [217] Poupées animées au pays du Soleil-Levant [218] Pour un cinéma impur. De McCay à Zeman [219] La preuve par Chulyen. Cerise Lopez, Agnès Patron : fantasmagories inuites [220] Le Procès. Welles et Alexeïeff sur le seuil, entre ténèbres et lumière [221] La Prophétie des grenouilles. Notes éparses en forme de prédictions
[222] Les Quatre Vœux [223] Questions aux frères Quay. Le corps de la marionnette [224] Quay Brothers. « Continental drift »
R [225] Benjamin Rabier. Les bandes filmées, panoramique et gros plan (1916-1923) [226] Retour du muet et du sujet peint [227] Revisitation. 9 mois après J.-C.… A. [228] Normand Roger. Composition et écoute cinétiques [229] Le Roi et l’Oiseau. Strabisme [230] Le Roi et l’Oiseau. Analyse de séquence [231] Le Roi et l’Oiseau. Image ricochet [232] Rue des Crocodiles. « Generatio æquivoqua » Biographie des dessinateurs ARTS ET BEAUX LIVRES, CINÉMA AUX ÉDITIONS L’HARMATTAN Adresse
Remerciements
Aux éditeurs, pour les autorisations de réédition : Animatographe / Éditions L’Autrerive Animafest Zagreb CinémAction / Corlet-Télérama (revue dirigée par Gu y Hennebelle / Éditions Charles-Corlet, rue Maximilien-Vox, BP 86, 14110 Condé-sur-Noireau) Beaux Arts magazine Citia CNC Conseil général de la Vendée Dreamland éditeur École et cinéma d’animation Éditions de l’Œil / Communauté de l’agglomération d’Annecy (Musée-château) FOCAL, Suisse Folimage, Valence Forum des images, Paris Institut international de la marionnette / Éditions l’Entretemps Larousse Les enfants de cinéma / Yellow Now 0 de conduite Passage d’encres P.I.E.-Peter Lang Poitou-Charentes cinéma Somogy éditions d’art Aux auteurs et aux institutions, pour les autorisations iconographiques : Théo Grémillet Jean-François Laguionie Cerise Lopez Bertrand Mandico Bernard Palacios Agnès Patron Quay Brothers Georges Schwizgebel Famille Oudart-Reynaud Les amis d’Émile Reynaud BnF Pour l’édition : Sébastien Roffat Pour le secrétariat de rédaction, la correction (et sa patience méphistophélesque) : Claudine Lemaître
Avertissement
Pour cette quatrième livraison, qui laisse enfin entrevoir, après cinq ans d’un travail exigeant, l’aboutissement de cet abécédaire, le parcours proposé au lecteur n’en demeure pas moins labyrinthique. L’étrange alchimie qui a rendu sensible et perméable l’écriture de ces ouvrages au caractère métamorphique de la fantasmagorie, et que j’évoquais déjà dans l’« Avertissement » précédent, a peut-être opéré, cette fois, sur un autre plan. À trop fréquenter les fantasmagories, ce nouveau volume a probablement été victime, à son corps défendant, du maléfice des mots choisis pour son sous-titre :Tempo ritardando. Si ces termes établissent, une nouvelle fois, un parallèle patent entre animation et mouvement musical, leur signification de ralentissement s’est propagée à la vitesse de l’élaboration, plutôt lente et pleine d’aléas, du présent volume. C omme si certains des thèmes qui le constituent – e n particulier les P antomimes lumineuses de R eynaud, l’évocation de Trnka par P ojar ou les spéculations analytiques duProcèsde Welles d’après Kafka – l’avaient plongé dans une torpeur délicieuse ou une rêverie profonde, proche de celle duS onge d’une nuit d’été, qu’il ne parvenait plus à quitter. Si cela est le propre de la jouissance d’écrire, cela peut aussi co nstituer son danger le plus aigu. Attiré par des sirènes, qui n’ont rien à envier à celles d’Ulysse, ce jeu d’écriture risque à tout moment de ne contempler que lui-même. Mais ce « tempo retardé » dit aussi autre chose : qu’il y a un temps, nécessairement apaisé, pour examiner vraiment, au ralenti, certaines facettes de l’objet qui nous préoccupe.Un abécédaire de la fantasmagoriea quelque chose de sous-marin. Il invite chacun à oser plonger en profondeur, pas seulement dans le temps, mais dans la matière constituante des images dont i l est question. C ’est donc un jeu optique qui tente de prendre en compte non seulement l’image-temps e t l’image-mouvement mais aussi, en écho aux définitio ns de Deleuze, les états de ses cristaux, qu’ils so ient parfaits ou fêlés – soit à jouer des courts-circuits de ce quisous-vient. C e temps retardé est aussi celui d’un décalage ou d’un décadrage temporel qui nous oblige à revoir et à relire certaines œuvres passées, figées, dans le moulinet de nos mémoires, à l’état de paysages monumentaux. Une manière non pas de retenir le temps mais de le revivifier brièvement, en l’éclairant, par définition, autrement qu’il ne l’a été sur le moment. P armi les 43 nouvelles entrées figurant dans ce volume, on trouvera une proportion d’inédits, de même nature que dans le volume précédent, soit plus de 1 0 textes. C ette fois, la répartition de ces 43 textes est cependant plus diffuse quant à leur catégorisation. Ainsi découvrira-t-on aussi bien plusieurs entretiens déjà anciens, et probablement oubliés, notamment avec Jan Svankmajer, les frères Quay ou Normand R oger, mais également des entretiens inédits avec R egina P essoa, alors qu’elle préparait, à Valence, en 2004,Histoire tragique avec fin heureuse, ou avec B ojar, à É retislav P 002, notamment sur sapinay-sur-Seine, en 2 collaboration avec Jirí Trnka. E t si des études historiques (sur le cinéma de B enjamin R abier), des propositions analytiques de réalisations contemporaines (Peur(s) du noir;Chulyen; les créations de Jean-C hristophe Averty) ou des inédits analytiques de films sont également présents (onspirateurs du plaisirles C ;rocèsle P ), peut-être sont-ils en moins grand nombre au profit de la présence de plusieurs études transversales qu i, je le crois, proposent de nouvelles pistes de réflexion, tel l’ensemble sur les P antomimes lumineuses et les P ho to-peintures d’É mile R eynaud, celui sur la poésie e t le cinéma d’animation, celui sur le rapport Welle s-Alexeïeff/Kafka viale Procès, ou encore celui sur la notion de cinéma impur, en référence à un célèbre texte d’André Bazin. 1 Dans ce travail, que Jacques Kermabon, dans un entretien avec moi pourBref, a qualifié l’an dernier de «rhizomatique», dans ce « work in progress », notion e joycienne que j’assume, je poursuis mon questionnement sur la nature hybride du cinéma et sur ses définitions en ce début de XXI siècle. P ar cette accumulation libre et démultiplicatrice – 232 textes jusqu’ici – , par cette mise en mémoire factuelle et de problém atiques de pensée, par ces affirmations de filiatio n, par ces hasards convoquant parfois une même figure, par le jeu iconographique original qui s’y attache, j’espère aussi enrichir une nouvelle fois ce qui tend à devenir, un véritable collector. Je le fais dans l’espoir de pouvoir proposer à la génération qui vient le bilan d’un certain état de perception. De ce point de vue, les présentations contextuelles, les renvois, les addendas ou l’index ne sont pas parts négligeables mais participent pleinement du projet. Une innovation essaie de faciliter la lecture : désormais, les présentations contemporaines, en ouverture de textes, sont traitées en italique pour éviter to ute confusion avec les présentations antérieures. Tout cela vise à former un ensemble qui transcende tout aspect anecdotique pour concentrer l’attention sur les récurrences et les lignes de force qui définissent l’évolution actuelle du cinéma. Tous contribueront à nourrir les futures recherches en cinéma d’animation. B ien évidemment, cette élaboration, qui entretient une certaine parenté avec l’exécution d’une fresque, dont on saurait d’avance que l’espace qui lui est imparti est infini, doit beaucoup aux propositions visuelle s que chaque volume a accumulées, grâce aux œuvres originales que plusieurs auteurs ont accepté de fai re gracieusement, et que je remercie une nouvelle fois. C es contributions participent progressivement du caractère de cadavre exquis de l’Abécédaire, qui cultive volontairement une certaine désorientation : sur ce territoire de la fantasmagorie où vous pénétrez de nouveau, tout n’est pas fléché, tout n’est pas prédigéré. La liberté de penser est à ce prix. Pascal Vimenet, critique, auteur, documentariste, septembre 2018.