//img.uscri.be/pth/2c873774a2dd6970269d871dd5c9fd6caea6488e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF - ZIP

sans DRM

article du 09 juin 2011 - MIFA : l'animation face aux nouvelles problématique du numérique

4 pages
MIFA : l'animation face aux nouvelles problématique du numérique Le secteur de l'animation télévisuelle, dont le schéma historique est axé autour du couple producteur-diffuseur, se trouve confronté, comme tout l'audiovisuel, à l'apparition de nouveaux acteurs du monde numérique dont l'impact reste encore difficile à mesurer. « Netflix a acquis des droits et s'est organisé un accès à une librairie de programmes et se positionne aussi en amont, pour un premier passage temporairement exclusif, sur des programmes neufs », a ainsi rappelé Christian Davin (Christian Davin Productions), modérateur d'une table ronde sur les plates-formes numériques, organisée hier par le Mifa à Annecy. De tels acteurs viennent bouleverser le marché, même si certaines sociétés de production ont réussi à les intégrer dans leur modèle économique. Ainsi, la canadienne Cookie Jar (6 000 demi-heures en catalogue, en partie issues du rachat de Cinar) a conclu un accord avec Netflix aux Etats-Unis et, récemment, au Canada et en Amérique Latine, a indiqué son représentant pour l'Europe, Jean-Michel Ciszewski. « C'est un deal plutôt large sur une grosse partie du catalogue avec des droits d'un an et demi à deux ans », a-t-il ajouté. Netflix : un acteur « complémentaire » « De nouveaux systèmes se mettent en place, il faut les apprivoiser », a considéré Jean-Michel Ciszewski : Cookie Jar a négocié avec Netflix une fenêtre spécifique sur une série d'animation dont le financement n'est pas encore bouclé.
Voir plus Voir moins
MIFA : l'animation face aux nouvelles problématique du numérique