//img.uscri.be/pth/a43cde2916fbc71348e521e6937edc5ec64e682e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Arts performatifs et spectaculaires des Premières Nations de l'Est du Canada

De
144 pages
Les actes du symposium portent sur le powwow et le théâtre autochtone, notamment au Québec et en Ontario. 10 contributions de chercheurs français et canadiens (certains autochtones) aux approches complémentaires (ethnoscénologie, musicologie, science politique, sociologie, droit, anthropologie, science et techniques des activités physiques et sportives) et une artiste autochtone, offrent une multiplicité de perspectives ; la culture powwow permettant de mieux aborder celle du théâtre autochtone.
Voir plus Voir moins
Sous la direction de Jérôme Dubois & Dalie Giroux
LES ARTS PERFORMATIFS ET SPECTACULAIRES DES PREMIÈRES NATIONS DE L’EST DU CANADA
Série Études culturelles
Les arts performatifs et spectaculaires des Premières Nations de l’est du Canada
Collection Logiques Sociales Série : Études Culturelles Dirigée par Bruno Péquignot Le champ des pratiques culturelles est devenu un enjeu essentiel de la vie sociale. Depuis de nombreuses années se sont développées des recherches importantes sur les agents sociaux et les institutions, comme sur les politiques qui définissent ce champ. Le monde anglo-saxon utilise pour les désigner l’expressioncultural studies. Cette série publie des recherches et des études réalisées par des praticiens comme par des chercheurs dans l’esprit général de la collection. e Jean-Louis FAVRE,Unehistoire populaire du 13arrondissement de Paris. « Mieux vivre ensemble », 2013. Marisol FACUSE,Le monde de la compagnie Jolie Môme. Pour une sociologie du théâtre militant, 2013. Ji Eun Min,La réception de la comédie musicale de langue française en Corée. Echanges culturels dans une économie mondialisée, 2013. Nadine BOUDOU,Les imaginaires cinématographiques de la menace. Émergence du héros postmoderne, 2013. Laetitia SIBAUD,Les musiciens de variété à l’épreuve de l’intermittence. Des précarités maitrisées ?, 2013. Christian APPRILL, Aurélien DJAKOUANE et Maud NICOLAS-DANIEL, L’enseignement des danses non réglementées en France. Le cas des danses du monde et des danses traditionnelles, 2013.Christiana CONSTANTOPOULOU,Barbaries contemporaines, 2012. Barbara LEBRUN (éd.),Chanson et performance. Mise en scène du corps dans la chanson française et francophone, 2012.Isabelle PAPIEAU,Du culte du héros à la peoplemania, 2012. Frédéric GIMELLO-MESPLOMB,L’invention d’un genre : le cinéma fantastique français, 2012. Frédéric GIMELLO-MESPLOMB,Les cinéastes français à l’épreuve du genre fantastique, 2012. Raphaële VANÇON,Musicien amateur ou professionnel? La construction identitaire musicienne, 2011. Yves RAIBAUD,Géographie socioculturelle, 2011. Françoise CARECCHIO,La culture des jeux. Une poétique enfantine, 2010. Steve GADET,La Culture hip hop dans tous ses états, 2010. Marie-Claude ROGERAT,Les biographies d'artistes. Auteurs, personnages, public, 2010. J. de M. PESSOA et M. FELIX,Les voyages des Rois Mages. De l'Orient jusqu'au Brésil, 2010.
Sous la direction de Jérôme Dubois &Dalie Giroux Les arts performatifs et spectaculaires des Premières Nations de l’est du Canada
Du même auteur : Dubois J.,La mise en scène du corps social, Logiques Sociales, L’Harmattan, 2007. Dubois J. (dir.),Les usages sociaux du théâtre hors ses murs (école, entreprise, hôpital, prison, etc.), Logiques Sociales, L’Harmattan, 2012. © L’HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-029207 EAN : 9782343029207
SOMMAIRE Jérôme Dubois & Dalie Giroux Présentation7Partie I. Pow-wow Amélie-Anne Mailhot & Dalie Giroux Le powwow contemporain dans l’est du Canada : une pratique du rassemblement11Sylvie Berbaum Quelques symboles visuels, sonores et conceptuels à l’endroit du powwow29Sandra Dubs L’aigle ou sa plume dans les danses autochtones, un concept chorégraphié d’est en ouest39Fabrice Delsahut L’art en jeu. Les pratiques performatives nord-amérindiennes à travers les jeux sportifs51Darren O’Toole Le droit hors-la-loi : l’interdiction des cérémonies performatives et la reproduction de l’ordre juridique ojibwa65Partie II. Théâtre Jérôme Dubois Les compagnies de théâtre autochtone dans l’est du Canada73 Véronique Hébert Le théâtre autochtone : un parcours entre pratique et théorie95 Lindsay Lachance Floyd Favel’s theories on « native performance culture » as an example of a theatre methodology based indigenous principals101Sylvie-Anne Sioui-Trudel « Apparitions d’Aataentsic » et « Histoire de Théâtre »109
5
Astrid Tirel L’esthétique théâtrale autochtone au Québec : un enjeu d’affirmation du sujet autochtone contemporainJean-François Côté La scène continentale du théâtre autochtone : prémisses politiques et rhétoriques de l’âme amérindienne contemporaine en Amérique du nord Les auteurs
6
117
125
131
Présentation Jérôme Dubois,Université Paris 8 & Dalie Giroux, Université d’Ottawa Les actes du symposiumLes Arts performatifs et spectaculaires des Premières er Nations de l’est du Canada,et 2 juin 2012 au départementqui s’est tenu les 1 Théâtre de l’Université Paris 8 Saint-Denis et au Théâtre de l’Epée de Bois à la Cartoucherie de Vincennes, se divisent en deux parties au même titre que les deux journées organisées par le Laboratoire d’Ethnoscénologie (EA1573) en partenariat avec l’Observatoire des nouvelles pratiques symboliques (Onoups) de l’Université d’Ottawa. La première partie porte sur le powwow, la seconde sur le théâtre. Pour rendre au mieux toute la richesse de ces journées de rencontres et communications, il aurait été bon d’introduire un cédérom avec les captations des trois spectacles auxquels nous avons pu assister grâce à la présence d’artistes autochtones: a) Santee Smith, chorégraphe et danseuse mohawk, directrice artistique de la compagnieKaha :wi Dance Theatre (Toronto, Ontario) a dansé un solo inspiré du spectacle qui a donné nom a sa compagnieKaha :wi ;Sylvie-Anne Sioui-Trudel, comédienne huronne- b) wendatte, directrice artistique de la compagnieAataentsic Masques et théâtre (Montréal, Québec), aproduit une performance poétique et musicale Apparitions d’Aataentsicreprenant le récit mythologique au fondement de sa compagnie; enfin c) les ojibways Joe Osawabine (directeur, comédien), Bruce Naokwegijig (comédien), Jessica Wilde Peltier (comédienne), Joshua Peltier (comédien), Ron Berti (régisseur, administrateur, metteur en scène) de la compagnieDebajehmujig(Manitou Island, Ontario) ont joué un spectacle didactique en anglaisThe Unknown 18,000 year history of the Indigenous People of North America / Les 18000 ans d’histoire inconnus des autochtones d’Amérique du Nord.Sans oublier que chaque spectacle fut suivi d’une communication et d’un échange avec le public sur la poïétique mise en œuvre. D’autre part, deux documentaires bilingues, illustrant le terrain de recherche par un montage d’entretiens et de performances, ont été projetés :Les Powwows dans l’est canadien,Les Compagnies de théâtre autochtones des Premières Nations de l’est du Canada.Seulement d’une part, les spectacles n’ont pas été filmés, d’autre part, pour une question de droits, notamment à l’image, ces documentaires sont strictement réservés à un usage pédagogique. Il n’en reste pas moins que les textes rassemblés ici donneront au lecteur une idée significative de la richesse des interventions effectuées lors du symposium.
7
Introduisant la première partie, Amélie-Anne Mailhot et Dalie Giroux rendent compte, par leur texteLe powwow contemporain dans l’est du Canada,des premiers résultats de recherche de terrain menée durant trois ans (2009-12) à travers les powwows des provinces du Québec et de l’Ontario, avec comme axe de réflexion, la politique d’habitation et de reterritorialisation par les corps qui se dégage philosophiquement de l’organisation de powwows au sein de communautés autochtones et des trajets à la fois physiques et psychiques, individuels et sociaux, esthétiques et spirituels, éthiques et politiques enfin, qu’ils occasionnent pour et par les performeurs (danseurs, musiciens-chanteurs, maître de cérémonie) entre ces communautés. Dans le prolongement, le texte de Sylvie Berbaum,Quelques symboles visuels, sonores et conceptuels à l’endroit du powwow, met en rapport homologique l’organisation symbolique de l’espace physique du powwow ojibwa et celui structurel de leurs chants, dégageant ainsi deux fonctions : une fonction sociale intégrative et réparatrice des êtres humains en cercle, une fonction religieuse de communication entre le monde visible des humains et celui invisible des ancêtres. De façon complémentaire, Sandra Dubs, dans le texteL’aigle ou sa plume dans les danses autochtones, un concept chorégraphié d’est en ouest, tant à montrer qu’il existe une trame culturelle commune et repérable dans les danses pratiquées aujourd’hui par les autochtones du Canada, en comparant et mettant en exergue certains éléments mythologiques clés, notamment à partir de la figure de l’Aigle, au sein de performances aux deux extrémités Est et Ouest du Canada. A leur suite, Fabrice Delsahut, par son texteL’art en jeu. Les pratiques performatives nord-amérindiennes à travers les jeux sportifs, montre à partir de récits de tradition orale et ceux écrits ou peints des premiers voyageurs, combien les jeux sportifs traditionnels autochtones, enracinés dans les cérémonies liées à la mort, la naissance, la moisson, la chasse, la guerre, n’étaient pas exempts d’art et d’esthétique, notamment à travers les ustensiles de jeu, les parures et les décorations corporelles revêtant un aspect symbolique et mythologique essentiel, mais aussi à partir d’éléments performatifs et spectaculaires tels que les danses et chants lors des parties de lacrosse et lors des rituels pré-sportifs. Enfin, concluant cette partie, Darren O’Toole, dans son texteLe droit hors-la-loi: l’interdiction des cérémonies performatives et la reproduction de l’ordre juridique ojibwa, illustre à partir de textes de lois, d’un côté, la tentative d’assimilation qu’ont représenté les interdits des cérémonies d’offrandes ou de danses rituelles, telles que le potlatch, de l’autre, la résistance et la préservation de la transmission ethnojuridique territoriale à travers les danses cérémoniales, telles celles du powwow, en dépit de la longue période punitive des interdits fédéraux.
8
Introduisant la seconde partie, Jérôme Dubois, dans son texteLes compagnies de théâtre autochtone à l’est du Canadarevient sur l’institutionnalisation de ce théâtre singularisé par des artistes des arts du spectacle issus des Premières Nations, en s’appuyant notamment sur des documents du Conseil des arts du Canada, pour donner un panorama historique, en focalisant son regard sur les deux provinces de l’Ontario et du Québec contextualisées dans une perspective comparative à échelle nationale, suggérant en outre un parallèle avec le mouvement de reconquête culturelle du powwow, en retraçant leur avènement respectif depuis les Etats-Unis. Véronique Hébert, dans son texteLe théâtre autochtone : un parcours entre pratique et théorieillustre son propre parcours artistique en montrant comment sa réflexion esthétique de metteur en scène articule la philosophie et la mythologie de sa communauté atikamekw en adaptant une pièce du répertoire occidental. Dans le texte suivant, en anglais, Lindsay Lachance développenative performanceFloyd Favel’s theories on « culture » as an example of a theatre methodology based indigenous principals, autrement dit, typifie et donne à comprendre les principes qui définissent culturellement une approche propre à un artiste majeur du mouvement du théâtre autochtone au Canada. Puis, une autre artiste, Sylvie-Anne Sioui-Trudel, apporte avec son texte« Apparitions d’Aataentsic » et « Histoire de Théâtre », des clés de compréhension au sujet de la pratique qu’elle mène depuis presque trente ans au Québec et décrit notamment la performance réalisée dans le cadre du symposium. Astrid Tirel, dans son texteL’esthétique théâtrale autochtone au Québec : un enjeu d’affirmation du sujet autochtone contemporain, montre que ce mouvement artistique – sous entendant une possible globalisation à l’échelle nationale, voire de l’Amérique -, comporte une dimension sociale de réhabilitation et revendication identitaire. Enfin, le sociologue Jean-François Côté, à travers son texte:La scène continentale du théâtre autochtone prémisses politiques et rhétoriques de l’âme amérindienne contemporaine en Amérique du nord,appuie l’idée d’un renouvellement et renforcement de l’autochtonie des Premières Nations grâce au travail de spiritualisation des compagnies de théâtre autochtone.*
9