De la Douleur à l'Eveil de la Spiritualité, un cheminement difficile : Une maman témoigne

-

Livres
75 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce recueil est le véritable témoignage d’une maman qui a éprouvé la pire des douleurs qui soit : la perte de sa fille Nathalie le 18 février 2012, et du long cheminement plein d’embûches qui l’a amenée petit à petit vers l’éveil à la spiritualité… Grâce à un témoignage de communication avec la défunte, il présente : Une grande richesse en signes matériels avec actions sur la lumière, sur les appareils électriques et sur la matière (gravure sur la toile d’un tableau et sur un mur.) Des communications en TCI. Le récit de la vision de sa fille par sa maman éveillée, en plus de rêves très signifiants. Des messages transmis par différents médiums aux perceptions très différentes (parfois clairvoyance et clairaudience, mais aussi écriture intuitive en relation avec les Guides des défunts) qui sont toujours probants, qui font concorder les événements et corroborent des faits qui ne sont pas censés être connus d’un monde à l’autre… Un enseignement spirituel notable pour la maman de Nathalie et toute sa famille. Ce livre, qui n’est pas seulement un livre de Messages et de Signes, ne se veut pas triste, même s’il part de la plus grande souffrance au monde. Il se veut au contraire plein d’espoir puisqu’il parle de la Vie après la mort et de la présence permanente auprès de nous de nos « aimés disparus ». Mon souhait le plus cher est que ce témoignage crée un effet d’entraînement permettant aux personnes qui le souhaitent de s’insérer dans ce sillon et de trouver eux aussi dans leur cœur la flamme de l’espoir dans la Vie après la mort physique : si j’ai changé, moi, la maman de Nathalie, pourquoi, après une période de désespérance, ne seraient-elles pas capables de changer elles aussi ?

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 26 mai 2017
Nombre de lectures 153
Langue Français
Signaler un problème

















La couverture et les illustrations sont de Nicole Noto.
Merci Nicole.
















Préface



J'avoue avoir été très touché par le souhait d'Ilda Cuomo de me voir lui
préfacer son livre, mais à la fois un peu désemparé avec la peur de ne pas être à la
hauteur face aux écrits d'une maman qui a vécu l'innommable en perdant son enfant.
Cependant, ce fut assez bref, car en lisant l'ouvrage, au-delà du drame
terrestre c'est un hymne vibrant à la Vie qui se révèle, la vraie, celle qui perdure
dans l'infinitude du temps et de l'espace. Et là, je me suis senti un peu plus à l'aise,
car je pouvais, par expérience personnelle en premier lieu, mais aussi au regard des
multiples témoignages recueillis au cours du temps, apporter une petite note
supplémentaire au formidable message d'espoir qui se veut être la finalité de ce
livre.
Il est un fait que l'on ne saurait décrire la perte d'un enfant, aucun mot ne
peut révéler l'intensité du vide qui en découle, d'ailleurs le dictionnaire n'en contient
pas l'appellation, on ne trouve pas un mot pour qualifier cet état.
Mais, on pourrait se demander s'il est nécessaire de qualifier cette
indescriptible peine et trouver un « statut » à cet état ? Je ne le pense pas, ce n'est
pas cela qui la rendra moins pénible et plus supportable. Il me semble qu'il n'y a que
le temps qui soit capable d'en atténuer la douleur, capable de la transcender, de
l'apprivoiser et la rendre moins lourde à porter, sans pour cela que le souvenir
s'efface, il est à vie, tout au moins terrestre !
N'oublions pas cependant que ce temps est très variable en fonction de
chacun, de l'environnement familial et amical, mais aussi du chemin qui sera pris
après ce déchirement.
Au début, on peut se sentir victime d'une implacable cruauté du destin ; en
fait il n'en est rien et c'est Nathalie elle-même qui le déclare, par l'intermédiaire de
sa sœur : « Le départ des proches, alors qu'ils sont encore dans leurs jeunes années
n'est pas une quelconque marque de cruauté ou de mesquinerie du Créateur. Ce sont
les âmes elles-mêmes qui choisissent de retourner dans ce que vous appelez
l'Audelà ».
Oui, aussi bizarre et parfois totalement incompréhensible, vu le chemin de
vie perturbé de beaucoup d'êtres, quantité d'écrits, terrestres et célestes à travers le
temps, concourent à nous faire comprendre que l'on choisit son destin, son
environnement et ses parents, avant de venir en incarnation.
Notre esprit est toujours en questionnement à ce sujet, mais notre âme le
sait. « Cette dernière a une toute autre vision des choses » nous dit Nathalie, tout en
poursuivant qu'elle n'est pas insensible en quittant ses proches, mais que : « ... l'âme
s'est avant tout fait un serment à elle-même : celui de mettre en œuvre une grande
tâche, celle de l'accomplissement de son chemin de vie ».
On voit alors bien que le destin est choisi et qu'il doit s'accomplir, en dépit
de notre légitime peine de voir partir ceux que l'on aime.
Mais il n'est pas facile aussi, pour celui qui n'a pas fait de chemin spirituel,
de penser que la mort n'est pas une fin. Difficile, voire impossible pour certains, de
penser qu'une parcelle intelligente et active de l'être puisse continuer à exister et
aimer. Pourtant, combien au cours des âges l'ont dit et combien de chercheurs l'ont
démontré et prouvé à l'aide de moyens permettant d'établir une liaison avec ce
monde de l'au-delà, ce monde d'après où nous irons tous un jour.
Néanmoins, comme c'est le cas dans bien des domaines, il faut avoir
soimême entamé un chemin de recherche pour arriver à cette découverte. Alors,
comme pour Ilda, l'évidence s'impose et il lui est possible de nous dire : « ... et
pourtant ! Je le crois, j'en suis convaincue, je le « sais » ... ».
Certes, le chemin qui mène du désespoir à l'espoir n'est pas toujours facile,
il est semé d'embuches, épreuves dirons-nous, d'incompréhension bien souvent, de
rejet de temps en temps par le milieu environnant, ce n'est pas le cas ici, mais
combien la récompense est gratifiante lorsque la communion avec l'être cher se
révèle et s'instaure, cela suite à certains signes ou messages, voire des
manifestations plus concrètes. Dans ce dernier cas, c'est l'apothéose, la consécration
de sa foi dans la vie éternelle.
C'est ce chemin qui a été suivi par Ilda Cuomo, un chemin où les signes se
sont succédés : un téléphone portable qui s'éclaire soudain, sans raison apparente, à
un moment bien particulier : l'anniversaire de la naissance de Nathalie, ou qui
affiche le nom de Nathalie, des ampoules qui explosent, le téléviseur et la radio qui
s'allument seuls, des papillons plutôt bien familiers...
Certes, les esprits rationnels penseront plutôt à des hasards ou avanceront
une tentative d'explication psychique faute de mieux... on se demande parfois si ce
n'est pas pour se rassurer eux-mêmes.
Mais il faut savoir que s'il s'agit d'un signe, cela ne trompe pas celui à qui il
est destiné, car le signe est personnel. Lorsque perçu comme tel, il est déclencheur
d'une profonde émotion, c'est comme si le cœur se trouvait soudain à l'étroit et
voulait prendre des ailes pour s'échapper de sa prison, c'est une grande chaleur qui,
curieusement fait frissonner le corps tout entier et ce sont enfin des larmes qui
coulent, non plus de peine cette fois, mais de gratitude et de joie. Il faut l'avoir vécu
pour comprendre cela.
Pour Ilda, le panel est riche puisque de signes en signes, elle aura des
songes révélateurs, des messages en écriture inspirée, en Tci aussi, d'étranges
gravures sur un tableau et sur le mur, pour enfin, un jour, voir sa fille alors qu'elle
est bien éveillée : « ... une lumière blanche avance vers moi et se transforme en une
immense « femme ange » resplendissante, lumineuse, en longue robe souple de
blancs différents... ». C'est avec force détails qu'elle nous décrit cette scène jusqu'au
moment où Nathalie disparait.
Ce phénomène, non fréquent toutefois, n'est quand même pas isolé. Je ne
l'ai pas vécu personnellement, mais de nombreux témoignages viennent l'étayer.
Cela commence très souvent par un point lumineux qui va s'étendre et prendre
forme, comme une silhouette lumineuse, et généralement cette forme n'est perçue
que dans sa partie supérieure, le buste, alors qu'ici elle est complète. On s'imagine,