//img.uscri.be/pth/013f4fb5e64b46cbd854185d058e0985fc8b9249
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Des prisons

De
110 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 1997
Lecture(s) : 219
EAN13 : 9782296340305
Signaler un abus

Paul Calligas

DES PRISONS
Traduit et annoté par Marie-Paule Masson- Vincourt

Éditions L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y 1K9

Colleçtion "ETUDES GRECQUES" dirigée par Renée-Paule Debaisieux

La collection "Etude.s grecques", créée en 1995, est consacrée au domaine néo-hellénique, et se donne pour objectif de publier:
_ _

des "introuvables" : ex : textes de voyageurs français des
XVIlIème et XIXème siècles,

des ouvrages bilingues:
moderne, assortis commentaires,

textes anciens, composés en grec
de leur traduction et de

_ _

des textes contemporains (d'auteurs français) de critique
littéraire, d'histoire, d'histoire de l'art, de géographie,

des traductions d'ouvrages grecs de référence (critique
littéraire, histoire...).

Ouvrages parus: Edmond ABOUT, La Grèce contemporaine (1854) [présenté et annoté par J. Tucoo-ChaIa] Paul CALUGAS, Thanos Vlécas [traduit et annoté par M.P. Masson-Vincourt] En édition bilingue, avec annotations de M.P. Masson-Vincourt: Réflexions historiographiques Voyage à Syros, à Smyrne et à Constantinople Renée-Paule DEBAlSIEUX, Le Décadentisme grec (1894-1912) Marie-Paule MASSON-VINCOURT, Paul Calligas et la fondation de l'Etat grec Henri TONNET, Histoire du roman grec Mario VITI1, Introduction à la poésie de Georges Séféris A paraître: BERGADIS, Apokopos, 1509 [édition bilingue] Joëlle DALEGRE, La Thrace grecque, populations et territoire

r-\0 Q:I
a) ,..j

~

o
\0

~ g
"'0 C ....

o
......

.3
CI)

o

.~ :::: o

"'0 13 as Q::; o .....

:0 ~

~ o CI) c ::s ;;, CI) .~ S =i ,g o u -8 ~ (:) c £ '13 '& ::s "'0 1a 0::

::i <ê o

u

<1)

"0 <1) '"

> :a u ~

::i
<1)

<ê o

u

"0 ....

<1)

'u c <1) 'S '<1) p.. ::I "0 ~

~

g ~

AVANT-PROPOS

L'auteur Ce petit traité sur les prisons, surprenant par sa modernité, est encore singulièrement adapté à la situation actuelle des prisons grecques. Il fut publié en 1866. Son auteur, Paul Calligas, était arrivé en Grèce en 18371. Il avait passé son enfance à Smyrne. Puis il avait fréquenté l'Ecole Grecque de Venise et poursuivi sa formation en milieu protestant, au Collège Heyer de Genève. Après un court séjour à Munich, il avait brillamment réussi des études d'histoire et de droit dans les universités allemandes de Berlin et de Heidelberg. Lorsqu'il rédige le Des Prisons, Calligas a déjà derrière lui plusieurs carrières: il avait été ou était encore avocat, universitaire, Président de la Cour de Cassation, membre de la commission chargée de rédiger le Code civil, membre de la commission chargée de la rédaction de la Constitution de 1864.11 avait aussi commencé une carrière dans la haute finance, comme Conseiller juridique de la Banque Nationale de Grèce dont il deviendra plus tard ViceGouverneur, puis Gouverneur. Enfin il avait mené une carrière politique: il avait été député et plusieurs fois.ministre, notamment à deux reprises ministre de la lustice2. En 1866, Calligas a déjà beaucoup écrit: adepte des idées libérales, il a mené une importante activité de publiciste; il a traduit, présenté et commenté ses maîtres allemands Biener et Ranke; il a déjà produit l'énorme traité de Doit romain en cinq tomes auquel son

1. Nous renvoyons pour plus de détails à notre ouvrage Calligas (1814.1896) et la fondation de t'Etat grec, L'Harmattan, 1996. 2. Nous avons cru utile pour le lecteur de donner ici une chronologie figurant dans Calligas..., op. cit.

Des Prisons nom devait rester attaché; il était aussi l'auteur d'un roman, d'un récit de voyage en Turquie, et d'un traité d'historiographie qui amorçait une carrière d'historien à venirl. Parmi toutes ses activités, certaines avaient amené le juriste à se pencher sur les questions pénitentiaires. Avant le Des Prisons, nous en avons comme témoignage les lettres circulaires qu'il avait rédigées en tant que ministre de la Justice, et les longues descriptions de prison

qui figurent dans son roman Thanos V/écas. De plus, ses activités d'avocat et de Président de la Cour de Cassation l'ont amené à fréquenter régulièrement le milieu carcéral. Par ailleurs, Calligas connaissait personnellement Benjamin Appert. Un philanthrope disciple de Fourier était venu en Grèce en 1855, à la demande du gouvernement Mavrocordatos, auquel Calligas participait en tant que ministre de la Justice, pour étudier l'implantation d'une colonie agricole pour les condamnés à plus d'un an de détention; il envisageait une formule proche du phalanstère. Appert avait commencé sa mission par une tournée d'inspection des prisons grecques; il avait aussi visité les casernes et les écoles. Son rapport figure dans un récit de voyage publié à la fin de 18562. Le bilan est alarmant: prisons insalubres, où règnent promiscuité, oisiveté et absence de rééducation morale. Nous publions en annexe le texte d'une conférence prononcée par Appert à l'Université d'Athènes à la fin de 1855. Il Yfait le bilan de son inspection. Le droit d'entrée était perçu au profit des prisonniers grecs, comme d'ailleurs les produits de la vente du livre. Calligas est placé en tête de la liste des donateurs fournie par Appert. On jugera de la parenté des deux textes, mais aussi de leurs différences: à côté d'Appert, apparemment plus naïf et cherchant à émouvoir, Calligas se montre plus. expérimenté, plus érudit et plus technique, mais surtout plus critique et plus pessimiste. L'ancien ministre de la Justice et le législateur n'ont rien pu faire; le temps imparti était trop court. L'écrivain reprend la question des prisons sur le plan théorique. Nourri des Lumières européennes, il 1. Nous aVonspublié ces trois ouvrages en édition bilingue annotée chez l'Harmattan en 1996. 2. Voir les références complètes dans notre ouvrage: Calligas..., Bibliographie générale.
8

Avant-propos

connaît Beccarial. A Berlin, il avait été l'élève de Mittermayer, un professeur de droit qui avait travaillé à l'annotation de la traduction française de l'ouvrage de Julius parue en 1831 sous le titre Leçons sur les Prisons. Ainsi, dans le milieu germanique OùCalligas a VéCU,.o11 s'était préoccupé des questions pénitentiaires. Dans cet opuscule, où Calligas présente au public grec les innovations britanniques en matière de prison (panopticon de Bentham et tread-mill ou moulin à roue) et les systèmes pénitentiaires américains, Calligas a deux sources: l'ouvrage allemand de Juliuscité plus haut et celui d'A. de Tocqueville et G. de Beaumont intitulé Le
système pénitentiaire au...'\: Etats-Unis et son application en France2. Il n'est pas étonnant que Calligas commente de seconde main les nouveautés anglo-américaines sur la question des prisons; il ne connaît pas l'anglais. Nous trouvons ici un intéressant exemple de la circulation des idées en Europe: de l'Angleterre ou des Etats-Unis via la France, vers l'Allemagne, pour aboutir en Grèce. Calligas suit de très près Julius et Tocqueville. Inutile de s'interroger sur son apport personnel en la matière. Il se limite àla situation du pénitencier de Corfou construit pendant l'occupation anglaise de l'île sur le modèle de la prison panoptique de Bentham. L'écrivain fait ici oeuvre de publiciste et s'inscrit dans la lignée des Voltaire et des Bolingbroke qu'il admire: comme eux, il met le savoir à la portée du peuple3.

Le texte Le Des prisons4 est donc, à l'origine, un cours public prononcé par Paul Calligas devant l'assistance de l'Athénée, le dimanche 6 mars 18665. Cette association avait été créée en 1865 sur le modèle de
1. Il possède la deuxième édition de la traduction de Coray ; voir Cal/igas... Beccaria. 2. Il possède les deux ouvrages dans sa bibliothèque. 3. Voir Voyage à Syros. à Constantinople et à Smyrne. L'Harmattan, 1996, p. 37. 4. Voir Calligas..., op. cit., quatrième partie, chapitre III, Calligas et l'Athénée. 5. Sur l'organisation de cette association et sur la participation de Paul Calligas aux cours.publics qu'elle dispensait, voir Calligas... Athénée. 9

Des Prisons

l'Association littéraire grecque de Constantinople. Elle était présidée par A. Rangabé et avait comme objectif de proposer au public des causeries, des conférences ou des lectures. Pendant les deux ans où fonctionna ce cercle, Calligas y présenta deux autres conférences, l'une sur Pythagore, l'autre sur l'enseignement du droit à Rome. Le texte fut publié quelques semaines plus tard par fragments dans le journal Palingénésiel. Issu des notes d'un sténographe, il fut ensuite reproduit sans modification dans la revue Pandore du 15 septembre 18662. Il fut plus tard introduit dans le recueil posthume publié par Georges Calligas à la mémoire de son père en 18993. On relève un certain nombre de variantes entre la forme initiale du texte et celle qu'il revêt dans l'édition posthume; en examinant les divergences, on constate que l'on peut les classer en deux catégories: les unes visent à introduire des formes archaïsantes, selon un usage fréquent en cette fin de siècle; les autres amendent à juste titre le texte de la Pandore, qui ne manque pas de négligences. Il est de règle que prévale l'édition publiée du vivant de l'auteur. C'est donc le texte de la Pandore que nous avons suivi dans ce travail. Toutefois, nous avons adopté les corrections de Georges Calligas, lorsqu'elles nous ont paru justifiées. Nous avons relevé 49 variantes: pour 23 d'entre elles, nous avons suivi le texte de la Pandore, pour les 26 autres, nous avons admis les corrections de la deuxième édition. Nous ne pensons pas nécessaire de justifier chaque variante adoptée. Nous les donnons dans la forme suivante:
La La La La Le première colonne renvoie à la page de notre texte grec. deuxième colonne renvoie à la ligne. troisième colonne cite le texte de 1866. quatrième colonne cite le texte de 1899. caractère italique indique la variante retenue.

1. Sur les comptes-rendus des réunions de l'Athénée dans ce Journal. et les publications des textes des cours, voir Calligas. .. Athénée. 2. W 396, tome IZ', p. 2&9-298. 3. T. 1. p. 83-104. Voir les références complètes des œuvres citées ici dans Calligas..., Bibliographie générale. 10

Avant-propos

Liste des variantes avec indication du choix

P.
34 36 38 40

L.
26 18 28 15 28 8 14 19 9 10 16 13 28 17 15 17 24 24 30 31 27 22 26 24 25 33 4 9 18 18 1 Il 16

Pandore
&VTO\JTOlÇ ciJLVTlcm:{a aJLQ

Georges Calligas

ev rouTo,ç
â~VTlOT{O

napaf3a)J.OpEva JJ£9à
n1p&YP{vou opq.v
noAeCc)v eC1Tiv 9).ulnç j.LOu JJ£Xp\OOÜ âV9pwmvoç rc)vl3ao,Aea
JJ£Xp\OOÜ BUCc) &VTOOO\JT<f)

êij.W~ç nop~).).0JJ£VO\ IJEfJ '0 lIepeyp{vou âpav
no).&wv &OTtV fJÀi/fI{ç p.ou JLéxp,ç 00
civfJpCc>n{VYI

42

44 46 50

~oov.&o JLéxP.ç 00 Boo ev rouoUTCc)
XOTà no).).à

noUà
&VTOUTOlÇ

.

~;;'(£ £ia,p{aç pl
&pl1a)J.{a,ç
JJ£TO).{YOV

ev rouTo,ç &op& &To1pdoç j.LOl
8&POUU{OlÇ

52 54 56

IJET'oÀ,Yov
n&plÉn&O'ov

riep,énel1av 800
OÙ1(a)Ç&ut&i v &VTOUTOiç

8uo
OiiTCc)Ç eineiv

58

pl
eùp;;Kav
£VTOUTO\Ç

pl

ev TOUTOiç j.LOl &ùpov ev rouTo,ç j.LOl
AÙTOXpaT&{paÇ nP<l>T)v trKaT£ÀrpnaVeTO

60

A ûToKparop{l1l1T1f:
npiJ."v &yxuTo).\~âv&TO\
Il

Des Prisons

62

3
7 11 35 6 18 2 6 13 21 7 7

BanavllpWttpa\ p.ucpoTéptùv ùY';; &Up;;Ka
ICaICoupyoB\lCdwv
JIÈ

6ana..,.""oT£pa'
~\ICPWT&PWV

64 66 68 70 72

uy\éi l' &opov KaKoupy,06,Kefwv
\

~\

ICaICoupyoB\lCdwv

uY\ll
&VUJXUoVTaç

KaKoupy,06,Kefwv ùy,ei
tVU:JXUoVTO("
Un&'KWV

uneiICov
wç&n\TonAeioTov ai Kup\aICa{u;
tW&w1KOVTa

. ,

6JC'tni TOnAeiOTOV ai Kup,aKa{,
&V&V&V1]ICovTa &V&V&V1]ICoVTa

35
74

5

tW&w1KOVTa ICa&11IJipav

14

KaB ';,pipav

NOTICE D'UTILISATION

Les références bibliographiques sont données sous une forme allégée. Elles sont répertoriées dans la bibliographie générale publiée dans Paul Calligas (1814-1896) et lafondation de l'Etat grec. La mention Calligas... suivie d'un mot en italique renvoie à l'index du même ouvrage. Pour les œuvres de Calligas, la mention M.N. 1. 1, M.N. t. 2 renvoie à l'édition posthume de Georges Calligas ; la mention M.A. renvoie à M£ÀéTa, I(ai Adyar (1882), recueil d'ouvrages, d'articles et de discours publié par Calligas lui-même.

12

CHRONOLOGIE!

DE PAUL CALLIGAS

1776 1796 1810 1812 1813 1814 1816 1818

naissance de Panagis Calligas (Céphalonie). naissance.de Sophie Mavrogordatos (Smyrne). (30 juin / 12 juillet) fiançailles de Panagis Calligas et de Sophie Mavrogordatos (Smyrne). (14 / 26 mai) mariage de Panagis Calligas et de Sophie Mavrogordatos (Smyrne). naissance de Marie Calligas, sœur aînée de Paul (Smyrne). (20 septembre) naissance de Paul Calligas (Smyrne). (16 / 28 septembre) achat de la maison de Bornova. (14 / 26 septembre) inscription Evangélique de Smyrne. de Calligas à l'Ecole

1821 ? départ de la famille CaUigas pour Trieste. (25 décembre) première inscription dePanagis .Calligas sur 1825
les listes électorales de la communauté grecque de Trieste.

1825 ? 1826

Paul Calligas au Collège Flanginion de Venise. Panagis Calligas loue un brigantin autrichien (Trieste). qui bat pavillon

1. Le calendrier grégorien ne fut adopté en Grèce qu'en 1923. La datation des documents exploités ici n'est pas homogène, dans la mesure où certains sont d'origine occidentale. Lorsque le calendrier de référence est connu avec certitude, les dates sont indiquées dans les deux calendriers, même si la source ne comporte pas la double dataûon ; si le calendrier de référence est douteux, on n'a mentionné que la date indiquée sur .Ie document utilisé comme source.