MAURITANIE : CHRONIQUES D

MAURITANIE : CHRONIQUES D'UN DÉBAT DÉPASSÉ

Livres
104 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

A travers des chroniques publiées dans divers journaux, l'auteur aborde les principaux thèmes du débat qui a déchiré, au lendemain du déclenchement du processus démocratique en 1991, l'élite de son pays : le choix entre le pouvoir et l'opposition, les horreurs du régime d'exception, la transition politique, la conférence nationale, les rapports intercommunautaires, l'identité nationale, les droits de l'homme, la mondialisation etc. Une contribution indispensable pour comprendre les multiples contradictions de la vie politique dans la Mauritanie d'aujourd'hui.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 janvier 2001
Nombre de lectures 40
EAN13 9782296202085
Langue Français
Signaler un abus

Mauritanie

"

chroniques d'un débat dépassé

@L'Hannatian,2001 ISBN: 2-7475-0598-7

ABDEL KADER OULD MOHAMED

Mauritanie

"

chroniques d'un débat dépassé

Préface

Mohamed Said QuId Hamody

L'Harmattan 5-7, me de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) CANADA H2Y 1K9

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

"N'établir aucune différence entre la vérité découverte par toi et celle qui serait découverte par un autre".
AL-GAZALI, 1058 - 1111 (in lettre au Disciple)

SOMMAIRE
- Préface

par Mohamed Said Quid Hamody

- Avant-Propos 1 Le Silence qu'il ne fallait pas rompre
(MauritanieDemain n° 34 du 18/12/1991)

-

2
3

- Bonjour,
(Mauritanie-

la Censure!
Demain n° 36 du 7/1/1992)

- De la Démocratie

Souveraine

(Horizon n° 147 du 21/1/1992)

4 5
6

-La Tragédie de Nouadhibou,
(Le Temps n032 du 9 février 1992)

autrement.

-Mourir pour l'Ouguiya
(Mauritanie - Nouvelles n° 24 du 9 juillet 1992)

-La Mémoire
(Mauritanie-

Douteuse

(AlBayane n° 52 du 12 au 15 décembre 1992)

7 8

- Le Changement

dans la Légalité aujourd'hui...

Nouvelles- février 1993)

- Les Droits de l'Homme,

(Mauritanie-Nouvelles n° 53 du 29 avril 1993)
9

- Taisez-vous, Monsieur Soudan!
(La Caravane n° 005 du 10 au 17 mai 1993)

8

10 Il 12 13 14 15 16 17 18 19

- La Rébellion

Permanente Nationale de Vienne n'aura pas lieu

(La Caravane n0006 du 18 au 25 mai 1993)

- La Conférence - La Rage - La

(La Caravane n° 007 du 30 mai au 08 juin 1993)

Contre la Démocratie

(La Caravane n° 008 du 13 au 20 juin 1993)

Dernière tentation du Parti Unique (La Caravanen° 009 du 5 au 12juillet 1993)

- Le Terrorisme Intellectuel
(Mauritanie- Nouvelles n° 82- 9 janvier 1994)

- Les "Haratines"
(Le Calame-Supplément

d'un Point de Vue Républicain
n° 08 de mars 1994)

- Eloge du Silence
(Maghreb Hebdo de janvier 1995)

- De L'Esprit
(Aljoumhouriya

du Parti
n° 100 du mardi 13 juin 1995)

- Le Sacre Républicain
(Aljoumhouriya n° 101 juillet 1995)

- L'Impossible

Procès

(Mauritanie-Nouvelles n° 237 du 5 au 12février 1997)

Postface Par WaneBirane, Professeurà l'Université de Nouakchott

Préface
Bien surprenantes sont ces chroniques quand on fait le parcours en flash -back d'articles parus depuis 1991 signés par le pamphlétaire talentueux qu'est Abdel Kader QuId Mohamed, alias Khaled QuId Sidi Mohamed, alias le comité pas moins de soutien, alias même un parfait anonyme... Le titre de chacune de ces chroniques dénote chez l'auteur une grande maîtrise de la dérision et de la parodie, et révèle également l'homme de culture générale et politique; le «rat» qui a fouiné les bibliothèques de Baghdad, de Damas et du Caire, toutes celles de France et de Navarre, mais aussi celles

de Chinguitti et de Qualata... Et il étale, à l'occasion, avec
délectation et grande vanité -bien justifiée d'ailleurs-, le savoir livresque de sa famille. Il a, en effet, de qui tenir en matière de parchemins et roseaux: Abdel Kader QuId Mohamed QuId Ahmed Mahmoud QuId Abdellahi QuId Ahmedou QuId Mohamed Salem. A travers toute l'aire d'implantation et d'expansion des Maures, ce nom conduit l'imaginaire vers la Mahadrah de cette illustre famille de Medlech qui s'exila, il y a longtemps, de sa Guebla d'origine, dispensant à plusieurs générations d'érudits en Inchiri, en Adrar, au

10

Mauritanie: chroniques d'un débat dépassé

Sahara Occidental et au Sud Marocain des lueurs qui n'y couraient pas les dunes, ni n'escaladaient les montagnes. Mahadrah que Paul Marty qualifia, dans «Tribus de la Haute Mauritanie», si justement, de Faculté de Droit. Examinons ces rubriques qui tonnent comme des boulets de canons bien ajustés: «Bonjour la Censure», «Mourir pour l'Ouguiya», «Eloge du Silence», «Les Haratines d'un Point de vue Républicain», «Taisez-vous, Monsieur Soudan», «laTentation du Parti Unique»... Nous avons donc vu défiler, au hasard des articles, de pièces de théâtre à succès, des films sacrilèges, des ordres péremptoires de politiques doctrinaires, des pamphlets d'hommes d'Etat amers, des expressions fameuses passées à la postérité... Abdel Kader prend toujours parti avec passion (rage même, peut-être) en ne réservant ni bec, ni ongles, certes! Mais il dispense aussi des clins d'oeils malicieux qui en disent long sur son refus de spolier quelque adversaire, aussi résolu soit-il, de son droit naturel au choix politique différent. Il s'ingénie aussi à affirmer son credo démocratique, fort honorablement, -que cela soit dit en passant- : la nécessité d'élections transparentes et de la neutralité de l'administration publique, le refus de toute rétention de l'information au citoyen et du monolithisme en politique, autre maladie infantile des démocraties d'Afrique et de la Nation Arabe. Il soutient son Parti dans le sens Chiaa plutôt que dans le sens stalinien du termesans affirmer, ni même penser -m'a-t-il dit en confidencedétenir le monopole exclusif de la vérité absolue. Huit, sept, cinq, quatre ou trois années après leur impres-