//img.uscri.be/pth/2ebe7f28a0f03297fb23806bad54367217a21fe0
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

NOUVELLES CONGOLAISES N° 22

104 pages
- L'évolution de la vie politique congolaise (Bonaventure Mbaya)
- De la guerre civile à l'ultime barbarie (A.S. Malanda et A. Mbaya)
- Matières premières : déflation tous azimuts (B. Bilombot-Bitadys)
- Sources du droit pétrolier (D. Kounkou)
Voir plus Voir moins

NOUVELLES
CONGOLAISES
Numéro 022
Novembre-Décembre
1998

B.P. 32

- 91103

Corbeil-Essonnes
FRANCE

t1

Cedex

L 'Hann attan 5-7, rue de l'Ecole Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Hannattan INC 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) CANADA H2Y tK9

-

NOl/velles

Congolaises

nl/méro

022

@ ICES 1998

Directeur

de la publication: Alain KOUNZlLAT

ISSN: 126-7504 Commission paritaire: 769166 AS
cg L'Harmattan, 1999 ISBN: 2-7384-7581-7

-2 -

NOl/velles

COllgo/aises

lIl/méro

022

SOMMAIRE
page
Editorial Lettre de Monseigneur Anatole Milandou De la guerre civile à l'ultime barbarie (A.K. MBAYA et A.S. MALANDA) L'évolution de la vie politique congolaise (Bonaventure MBAYA) Le Congo-Démocratique, l'Angola et la France (Benjamin BILOMBOT-BITADJS) Matières premières: déflation tous azimuts (Benjamin BILOMBOT-BITADY5;) Le Club 'Diagnostic & Challenges' (MALONGA ma SIETO) Ninjas, Cobras et Zoulous: les guerres congolaises (Alain KOUNZILAT) Brazzaville à feu et à sang (général Norbert DABlRA) Congo, bravo ou fiasco depuis la Conférence nationale? (Apolinaire NGOLONGOLO) Sources du droit pétrolier (Dominique KOUNKO U)

4 6 Il 20 35 43 48 50 55 61 66

-3-

Nouvelles

COl/golaises

I//III/éro

022

EDITORIAL
Au Congo-Brazzaville, où la corruption et la
violence sont de nouveau à l'ordre du jour, et où les redevances pétrolières représentent 60% des revenus de l'Etat, la chute des cours du brut a eu des conséquences dramatiques sur le budget national et les programmes de reconstruction du pays. La guerre, qui a repris à Brazzaville et dans d'autres régions du sud, s'est muée, à partir de décembre 1998, en un processus de destruction; l'épuration ethniq ue est devenue l'étap e finale du sy stème de Sassou II. Le déploiement de l'armée de Sassou-Nguesso et des troupes angolaises dans la région du Pool n'a pas favorisé le rétablissement de 1'« ord re », mais a conduit au règne de la terreur. La violence a fait des milliers de morts. Craignant cette violence, les populations ont fuit la région du Pool qui a été entièrement saccagée. Les habitants de cette région se sont réfugiés dans les forêts, et endurent une situat ion horrib le. Pour faire obstacle à toute résolut ion effect ive des problèmes actuels, le gouvernement de Brazzaville a prétendu que l'UNIT A a envoyé certains de ses hommes se battre aux côtés des Ninjas. En fait, ce gouvernement semble -4 -

NOl/velles

Congolaises

nl/méro

022

avoir oublié que sa victoire sur Lissouba n'a été qu'une victoire militaire que l'on ne peut, par conséquent, confondre avec une victoire politique. Ayant longtemps été les parias du Congo, certains habitants du Pool semblent, désormais, avoir opté en faveur des armes. Pour promouvoir un véritable processus de réconciliation, Denis SassouNguesso se doit de tout faire afin que ses miliciens cessent leurs agissements criminels. Bien qu'elle soit délabrée, la scène congolaise donne actuellement lieu à un véritab le retour du refoulé. Les historiens savent que tous les affrontements qui ont ensanglanté le Congo-Brazzaville ont eu pour enjeu la question Kongo. Toutes les dictatures du Congo et d' Afriq ue centrale ont été hantées par cette question. Toutes ces dictatures n'ont, à nul moment, pu l' érad iquer. Ceux qui font partie de la coalit ion pro-Sassou II commettraient une erreur en l'oubliant. Il est des crimes qui sont imprescriptibles.
La Rédaction

-5-

No uv ell es

Co Ilg 0 I ai ses

IllIlIlérO

022

LETTRE DE MONSEIGNEUR ANATOLE MILANDOU
Mon Cher Adolphe,

C'est le 10 octobre que j'ai quitté Kinkala. Après une retraite d 5 jours dans un village, pour fùir la folie des rebelles et l'armée des Cobras. J'ai regagné Brazzaville le 15 octobre 1998. La situation est grave et dramatique dans la région administrative du Pool dont les limites cotncident à 95% avec celles de mon diocèse, Kinkala. Depuis bientôt deux mois, de violents qlfrontements oppose nt les contingents des fàrces gouvernementales aux bandes armées constitués, semble-t-il d'anciens Ninjas (milice de Bernard Kolélas) qui se disent traqués par les services de sécurité et donc fàrcés de vivre dans la fàrêt depuis une année. Ces durs et meurtr iers combats ne font pas que des victim es parmi les belligérants: bien plus, ce sont surtout les paisibles populations civiles de mon diocèse qui sont la cible sans défènse des uns et des autres. Outre les exécutions sommaires qu'ils commettent, les belligérants pratiquent à grande échelle le pillage des
-6 -

No uv ell es Co lIg 0 I ais es

1I1I111éro022

biens publics et privés. Toutes les paroisses du diocèse, à l'exception de deux ou trois à ce jour, ont été attaquées et pillées. L'Evêché n'a pas été épargné. Partout, les personnels ont été menacés ou molestés, les biens matériels meubles et véhicules emportés, les pharmacies éventrées. Les jeunes filles sont violées. A la parois se de Vaka, cinq jeunes .filles ont été violées dans l 'église même. Les jeunes gens soupçonnés d'être de mèche avec les bandes armées subissent les représailles de l'armée. C'est ainsi qu'un militaire a tiré à bout portant le mercredi 21 octobre, sur un de mes jeunes prêtres à la gare de Madzia: Monsie ur l'abbé Jacques Nziendolo. Il est encore en vie - Dieu merci! mais son état m'inspire de vives inquiétudes. J'ai la crainte qu'il ne retrouve plus l'usage de son bras droit. Devant tant de violences, de cruauté et d'exactions, la presque totalité des populations civiles a déserté les grandes localités et villages pour trouver rejùge dans la forêt, livrée à elle-m ême, sans aucun soin, sans nourriture, dans le dénuement total. La situation est rendue plus tragique par l'arrivée de la saison des pluies et par l'inter ruption depuis bientô t un mois du trafic fèrrov iaire et du tramp ort routie r. Malheureusement, l'issue de cette crise tarde à venir, les intérêts des politiciens étant divergents. Le Conseil oecuménique des églises a décidé de s'impliquer dans la résolution de la crise. Je compte beaucoup sur vos fèrventes prières pour qu'une solution soit vite trouvée et que la vie
redev ienne normale. Bienfrater nellement. 'M bote yay ingi! Je suis obligé de retarder mon voyage - Peu! être en -7 I

Nouvelles

COl/golaises

I/uméro

022

janvier. Ilfaut que nous prenions le temps de constater les dégâts de nos parois ses pour bien .ficeler les projets. Tu seras obligé de m'attendre là-bas.
Monseigneur Anatole MlLANDOU

-8-

NOl/velles

Congol

aises

nl/méro

022

DlOCES E DE KINKALA - REGION DU POOL REPUBLIQUE DU CONGO-BRAZZAVILLE Paris le 29/1 011 998
CARITAS

- DEVELOPPEMENT

Diocèse de Kinkala B.P. 164 Congo- Bramvill e CCP 5485-56A - Bordea ux Procure Diocésaine de Kinkala

AIDE HUMANITAIRE AUX SINISTRES AUX PO PUlA TIONS RURALES DE IA REGION DU POOL CONGO -BRAZZAVILLE
NlRéf.: N°002-98 Le diocèse de Kinkala (Région du Pool) en République du Congo-Brazzaville vit depuis plusieurs semain es une situat ion dramat ique. En effet des séries de pillages, de viols, vols ont secoué des villages entiers par des bandits armés. Des populations entières victimes d'exactions vivent dans les forêts, exposées aux épidémies et à la famine. A l'Evêché de Kinkala et dans les cinq parois ses, tout le matériel de bureau, des médicaments de Caritas, des habits, des meubles ont été pillés et emportés par des jeunes armés. -9-

Nouvelles

COl/golaises

1Iuméro

022

La population rurale est coupée du reste du pays, trains et véhicu les ne desservent p lus cette région. Nous sollicitons l'aide matérielle et financière pour réhabiliter, équiper nos presbytères, l'Evêché, nos paroisses. Face à une telle misère, la Caritas du Diocèse lance un appel à tous les religieux du Diocèse. Nous demandons aux amis(es) de parrainer si possible nos séminaristes qui depuis bientôt trois ans ont déserté le séminaire à cause de l'insécurité politique qui règne dans le pays. D'avance, merci à toute personne chargée de diffuser cet appel dans le monde entier. Enfin, nous sollicitons vos prières et votre soutien moral.

Pour tous rensei gnements, s'adresser au secrétariat du centre salésien à Paris. Tél.:01-43-67-60-60 (9hOOà 20h00). Fax: 0] -43-70-44 -73 57-59, rue Uon Frot 75011 Paris Fra nee ou à L'économe du Diocèse de Kinkala, abbé 0 unounou Portable: 0614950290 CCP 5.485.56A Bordeaux Procure Diocésai ne de Kinkala

- 10-