//img.uscri.be/pth/1dd3ebf45dfc2834e0f9075b50a4defcbcb4b775
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Pour lire Joë Bousquet

De
224 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 1997
Lecture(s) : 78
EAN13 : 9782296332027
Signaler un abus

Bahler,

Ursula: approche sémiotique

Pour lire Joê Bousquet:
de La Connaissance

du Soir

Paris; Montréal: L'Harmattan, 1997 (Collection « Sémantiques» vol. 32) ISBN 2-7384-4960-3

Sur la proposition le présent par la Faculté

du Professeur

Jacques comme

Geninasca thèse de Zurich

travail a été accepté au semestre d'hiver

des Lettres de l'Université

1994/95.

f

A

If

l-

UNIVERSITÂT ZÜRICH Dekanat der Philosophischen Fakultât I Râmistr.71, 8006 Zürlch

,/

{

. ,i;)'--f'L

/?",(

@ L'Harmattan,

Paris et Montréal,

1997 -ISBN:

2-7384-4960-3

POUR

LIRE

JOË BOUSQUET
DU SOIR

APPROCHE SÉMIOTIQUE DE LA CONNMSSANCE

Dans la même collection

1.- M. ARABYAN. paragraphe Le 2.- B. LoBATCHEV, 'aU/rr!met't4it L 3.- A. VAN DERSTRATEN,Un enfant 4.- F. FRANçoIS, Morale 5.- E. &l1TIER, PralitJues

narratif

troublant

et ",ise en mots langagières, pratiques sociales

6.- M. CAMBOUUVES, Dessignesdanslaforêt 7.. S. COIRAULT.NEUBURGER, Dire la croyance

8.- P. JOlllSON,Ecrits sur la langue des Signes Française
9.- J..c. CHEVAUER M..F. DEU'ORT, L'horlogerie et

desaintJérôme:

problèmes

linguistiques de la traduction 10.- D. MAIu.EY, Parler catalan à Perpignan 11.- Ch. L\GARDE, onflits de langues, conflits de groupes: les immigrés espagnols C du Roussillon

12.- M. AMORIM,

Dialogis",eetaltéritédans lesscienceshumaines
du langage, esthétique et éducation et personne:

13.- BERTHIER, UFOURel al., Philosophie D 14.- A. WLODARCZVK, Politesse

lep~~~~œa~languesoccMen~~ 15.. A. BooNE,

A.JOLY,Dictiormaire

Tenllino/ogique mosaïque

de Systématique

du langage

16.. D. L\UMESFELD, Lorraine francique, la li"guistitfue

culturelle et dissidence
discours:
et créalilé,

17.. M. CosTANTINI, DARRAULT I. et alii, Sémiotique, phénoménologie, du corps présent au sujet énonçant
18.Ch.
MARcH,

Le discours

des mères martiniquaises:

diglossie

UtIpoi"t de vue sociolinguistique 19.- E. BRICARD-NAGY,passion d'une langue vivante la

20.- J. DAHLEM, Nouvelle-Calédonie
22.. R. KOREN, es enje~ L terrorisme

'PaysKanak:

un récit, deux histoires

21.. M. REBONDY, mots pour J'écrire Les éthiques de J'écn'ture de presse et la mise en mots du

23.- U. B\HLER,Pour lire Joë Bousquet: apprcxhe sémiotique de La Connaissance du Soir 24.. L CHETOUANI, Vocabulaire Général d'Enseignement 25.- P. SINGY, 'image du français L
26.. P. GARRIGUES, FJoJ,Jl! de l'imparfait

Scientifique

en Suisse romande

«
SOU

s
S

é
1a

m

a
direction

n

t

i
d e

q
Mar

u
c

e

s

»

Arabyan

Ursula Bahler

POUR LIRE JOË BOUSQUET: APPROCHE SÉMIOTIQUE DE LA CONNAISSANCE DU SOIR

Editions L'Harmattan 5-7, rue de l'Ecole-Polytechnique F -75005 PARIS'FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques
MONTRÉAL (Qc)

.

CANADA

H2Y lK9

A mes grands-parents Marc et Anna Bahler-Siebold Emil et Lydia Kunz-Furrer A mes parents Marc-André et Elsbeth Biihler-Kunz

REMERCIEMENTS

Je tiens tout d'abord à exprimer ma profonde reconnaissance à Monsieur le Professeur Jacques Geninasca. Son enseignement m'a ouvert des horizons nouveaux, m'a montré des possibilités insoupçonnées. Merci également à Monsieur le Professeur Roger Francillon, bien voulu accepter de jouer le rôle de rapporteur. qui a

j'exprime ma reconnaissance à Madame Catherine Geninasca, qui a beaucoup contribué à augmenter la lisibilité du livre. Merci également à Christine Jacob-Hugon relire le manuscrit. d'avoir pris la peine de

Je remercie, finalement, Monsieur le Professeur Altendoif de nos entretiens sur saint Bonaventure.

Hans-Dietrich

Je pense à Michael, à Franz et à Vera, ainsi qu'à toutes celles et à tous ceux qui, d'une façon ou d'une autre, ont pris part à ce travail.

Mon royaume est de ce monde, mais je ne suis pas dans mon royaume. Joë Bousquet

Bezüge sind lias l.J!ben.

Goethe

Introduction

pour Joë Bousquet va croissant depuis la fin des années 60. En témoi. gnent les nombreuses éditions et rééditions de ses textes chez les éditeurs Albin Michel, Rougerie, Verdier et Gallimard, entre autres. Peu nombreux, par contre, sont encore les travaux qui étudient cette œuvre importante dans une perspective théorique clairement formulée. Il vaut pourtant la peine de prendre au sérieux les écrits bousquetiens, c'est-à.dire, essentiellement, de les examiner sous leur aspect littéraire et esthétique, et non pas, ainsi que cela a souvent été fait, de les lire comme des documents pour quelque chose qui se situerait hors d'eux, pour la vie, le plus souvent, de cet homme paralysé qu'étaitJoë Bousquet. Comme son titre l'indique, notre étude poursuit un double objectif. Elle se donne pour but, d'une part, de mieux connaître et de mieux faire connaître l'univers poétique de Joë Bousquet, et, d'autre pan, de décrire et de mettre en œuvre un modèle pour l'analyse des textes poétiques, voire littéraires en général. La première partie de l'étude se veut une contribution à la mise à jour des recherches bousquetiennes. Dans le chapitre initial, nous décrirons les grandes lignes qui caractérisent les travaux faits jusqu'à présent sur l'œuvre de Bousquet, en mettant l'accent moins sur les sujets étudiés que sur les approches pratiquées. Dans le deuxième chapitre, nous aborderons une partie de cette œuvre même, à savoir la poésie proprement dite, domaine largement délaissé par la critique, mais singulièrement apte, pour des raisons qu'il s'agira de montrer, à fadliter l'accès du lecteur à l'univers souvent jugé difficile, voire hermétique de l'auteur. La deuxième panie sera entièrement consacrée à l'analyse de textes poétiques. Le premier chapitre présentera les principes d'un modèle sémiotique s'inspirant avant tout des travaux de Jacques Geninasca, modèle qui nous semble particu. lièrement approprié à l'interprétation des textes esthétiques, verbaux ou autres. Dans ce même chapitre, nous esquisserons également notre position sur quelques questions touchant le travail de l'analyste en général. Les chapitres II à V seront réservés aux microanalyses de quatre poèmes de Joë Bousquet, pris dans la section "Pensefables et Dansemuses" du recueil La Connaissance du Soir qui a été publié chez Gallimard en 1947 ainsi qu'en 1981. Au cours de ces analyses, qui se verront

L' INTÉRÊT

16

POUR UREJüË

BOUSQUET

complétées, au chapitre III, par l'interprétation d'un extrait d'un texte philosophique de l'auteur, nous tenterons à la fois de préciser notre modèle d'interprétation, et d'approfondir nos connaissances de l'univers poétique de Bousquet. Une conclusion et une bibliographie mettront un point fmal à notre travail. détaillée de la critique bousquetienne

~

Conventions typographiques

a) Citations et renvois
Renvois à d'autres ouvrages, dans le texte: a) Lors de la première apparition du nom d'un critique, nous le donnons avec prénom; par la suite, le prénom est donné sous forme abrégée. b) Les noms des artistes, écrivains, poètes, à l'exception de celui de Bousquet, sont toujours indiqués sous forme complète. c) Les citations insérées dans le texte sont marquées par des guillemets autres sont reproduites dans des paragraphes en retrait, en italiques, et guillemets. Renvois à d'autres ouvrages, dans les notes: Joë j les sans

a) Nous citons les ouvrages critiques avec le nom, l'année de la publication et la (les) page(s) concernée(s) : Nelli (1975a, 35) ou si l'indication se trouve entre parenthèses: (Nelli, 1975a, 35). Ces indications renvoient à la bibliographie donnée en fin d'ouvrage. b) Les œuvres littéraires sont toujours citées sous forme complète. Renvois à notre propre texte : a) Si le renvoi se réfère au même chapitre, nous indiquons la section:

3.1.

b) Si le renvoi se réfère à un autre chapitre, nous donnons la référence complète : Deux. part. 11.3.1(pour Deuxième partie, chapitre II, section 3.1).

b) Italiques
1. Catégories sémantiques et termes catégoriels: continu / discontinu. 2. Mise en évidence d'un terme métaIinguistique dans le texte. lors de sa première apparition

3. Mise en évidence de tout autre terme dans le texte.

18

POUR

IlRE

JOË

BOUSQUET

c) Symboles
1. I 2. Il fin d'un vers fin d'unestrophe

3.

::

4. *...* 5. [...] 6. 1.../

a/b:: cid (aestàb commec està d) énoncés hypothétiques construitsparnous
homologation:

a)phonèmes
b) insertions dans les dtations a) acteurs: /jel b) isotopies : leau/ c) figures de la sémiotique d) procès, programmes du monde naturel;

Ifaw.'l
Icacherl

narratifs, parcours figuratifs:

7. "...n 8. '...'

a) lexème cité d'un texte b) dtations insérées dans le texte de citations

citations à l'intérieur

d) Abréviations
1.cr. 2.v.lw.
3. Premo part.
4. Deux. part. compte rendu

vers (singulier I pluriel)
Première partie Deuxième partie

5.s.Iss.

suivant I suivants

èa.

,

PREMIERE PARTIE

I Aperçu de la critique bousquetienne

portés les études consacrées à l'œuvre et à la vie de Joë Bousquet. Nous nous proposons, plutôt, de relever quelques-unes des tendances dominantes dans ces travaux, en mettant l'accent moins sur les sujets étudiés que sur les approches pratiquées jusqu'à ce jour. Nous choisirons de préférence un ou deux représentants typiques de chacune des approches que nous discuterons. La division en sections poursuit un but méthodique. Elle est quelque peu artifidelle, dans la mesure où les différentes caractéristiques de la critique bousquetienne que nous essaierons de dégager, peuvent se retrouver de manière syncrétique chez un seul auteur, dans une seule étude. Notons que nous traiterons toutes les interprétations sur le même plan, ne faisant pas de distinction entre une critique "journalistique", une critique "sdentifique" ou d'autres types de critiques.

N

ous n'avons pas l'intention de présenter id l'ensemble des résultats qu'ont ap-

1. Vie et œuvre 1.1. Déséquilibre
Peu connue du vaste public, l'œuvre de Joë Bousquet a néanmoins susdté bon nombre de lectures et de commentaires1, qui convergent de manière étonnante et dont l'histoire est, par là même, vite racontée. Pour le dire en une phrase: la blessure de l'auteur pèse lourdement sur l'interprétation de son œuvre.2 En effet, sachant que c'est d'abord à cause de sa vie particulière que l'artiste a échappé à l'oubli, nous ne nous étonnons pas de constater que beaucoup de critiques désirant parler de son œuvre littéraire, parlent, en réalité, de sa vie, ou plus exactement, de l'image qu'ils se font de cette vie. Françoise Haffner a bien vu le déséquilibre dans les recherches : La critique en face de Bousquet est à la fois extrêmement "riche" - la place particulière de Bousquet dans le milieu littéraire et artistique de son 1 Voir "Bibliographie" (2. Critique bousquetienne). 2 Rappelons au lecteur non averti que "[a]tteint à la colonne vertébrale par une balle allemande en 1918, Joë Bousquet [1897-1950] passa la majeure partie de son existence sur un lit de paralytique, à Carcassonne" (Bergez, 1994,511).

22

POUR UREJOË

BOUSQUET

temps, sa situation de blessé, le cas-Bousquet, la légende-Bousquet -, et extrêmement démunie, car tout paraît se passer ailleurs; ailleurs que dans la vie; ailleurs que dans la légende; ailleurs que dans les écrits.

Etpourtant lefait est là : puisque nous ne connaîtrons pas sa présence
"fascinante" et sa parole "éblouissante" au dire de ses amis, nous avons bien affaire à des mots, et, pourquoi pas, à de la littérature.1 Notons dans ce contexte que même un écrivain comme Alain Robbe-Grillet accorde plus d'importance aux écrits de type autobiographique, qui seraient propres à nous faire connaître la vie intime de Joë Bousquet, qu'aux œuvres strictement littéraires: [...] plus peut-être que par ses œuvres proprement poétiques ou romanesques, c'est par ces réflexions quotidiennes, dans lesquelles il s'acharne à nous faire comprendre sa situation, qu'il se montre irremplaçable. Car sa situation n'est qu'une image cruelle de celle même du créateur.2

1.2. Confession et connaissance
L'approche biographique repose sur une longue tradition: en 1936, le philosophe Carlo Suarès, dans deux comptes rendus du roman La Tisane de Sarments, apprend au grand public la vérité sur l'état physique de Joë Bousquet.3 Ce qu'il importe de retenir dans ses développements, c'est qu'il rattache intimement la paralysie de l'auteur à deux expériences, qu'il présente comme inextricablement liées, mais qui sont, au fond, essentiellement étrangère l'une à l'autre. Premièrement, au dire du philosophe, c'est la révélation de son état physique seulement - dans La Tisane de Sarments le narrateur parle effectivement de sa maladie - qui permet àJoë Bousquet de montrer sa véritable qualité d'artiste: Jusqu'ici Bousquet, dans ses œuvres, avait refusé de laisser soupçonner son état physique. Dans La Tisane de Sarments, l'aveu, bien qu'encore un peu réticent, de sa "maladie ", lui permet enfin de toucher le fond inexploré de son génie, d'atteindre une source intérieure jaillissante et claire, que sa soujJrance avait jusqu'ici troublée. Voilà pourquoi ce livre est tellement plus important que ceux qui l'ont précédé.4 Secondement, un lecteur ne peut comprendre l'œuvre qu'à l'aide de connais-

1 Haffner (1978, 73). Voir également Augère (1974, 22) : "Nous sommes nés lorsque Bousquet mourait. [...] La légende l'entoure toujours qui l'enveloppait de son vivant [...]. Mais quelques-uns déjà, n'ayant pas connu cet homme, ont commencé à parler de son œuvre, et nous attendons maintenant, dans le public, le lent changement entraîné par l'apparition et l'établissement d'une telle œuvre." 2 Robbe-Grillet (1986, 92). 3 Suarès (1936a et 1936b).
Cassou (1932, 4) et Estève (1933, 283), dans leurs comptes rendus de Il ne fait

pas

assez noir, parlent également de la condition physique de l'auteur, mais ils sont beaucoup plus brefs, et leurs articles ne semblent pas avoir eu la même répercussion que ceux de C. Suarès. 4 Suarès (1936a, 573).