//img.uscri.be/pth/a9e4711c088197f3147d653e691f66ebb6e377f7
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 27,45 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Sur les pistes de Madagascar

De
352 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 1995
Lecture(s) : 800
EAN13 : 9782296303812
Signaler un abus

SUR LES PISTES DE MADAGASCAR

Bruno de BAY

SUR LES PISTES DE MADAGASCAR

Editions L'Harmattan 5-7, rue de l'Ecole-Polytechnique 75005 Paris

1995 ISBN: 2-7384-3316-2

@ L'Harmattan,

A ma femme Vololona, pour les heures et les années qu'elle a passées à me faire
découvrir son fabuleux pays ...

Remerciements: Je remercie tous les parents, amis et collègues qui ont participé de près ou de loin à la réalisation de ce guide et plus particulièrement, à titre posthume, Daniel Fraisse, pilote de la compagnie Air Madagascar. Ses connaissances sur la chasse en terre malgache me furent d'un précieux secours. J'adresse un grand merci à mon ami Rémy Rastello sans qui les camets de route n'auraient peut-être jamais vu le jour. Je témoigne en outre toute ma gratitude à mon grand ami Jean-Luc Blanchard, à qui j'ai beaucoup demandé lorsque j'étais si près du but. n a sélectionné les clichés qui illustrent l'ouvrage et reste le principal interlocuteur entre l'éditeur et moi-même. Enfin, je suis très reconnaissant pour l'aide et les conseils que m'ont apportés les personnes suivantes: Baranger Gaëtan Bonnard Christian et Zara Bracqbien Stéphane Cabocel Didier et Martine Castaing Elie d'Erceville Isabelle Dierckx Bruno Filion Patrick Garrigos Christian Grandcolas Christophe Guillou Alain Guillou Jean-Marie Jovin Lafon Gervais Laudet Pierre Lebossenec Pierre et Jeanine Louys Roger Men Pierrot et Lucette Minet Jcan Mongenet Pierre Papillon Ravel Olivier et Miou Sicam (Automobiles Peugeot) Valensky Chantal

.

SOMMAIRE

AVANT-PRoms I.GÉNÉRALITÉS 1.1 Sensibilisation 1.2 Préparatifs et formalités 1.3 Hier et aujourd'hui 1.4 Ressources du pays 2. TANANARIVE ET SES ALENTOURS 2.1 Antananarivo, la cité des mille 2.2 Les alentours de la capitale 3. DES ROUTES ET DES PISTES 3.1 Les pièges de la route 3.2 Circuits organisés 3.3 Les parcours" sur pistes" 4. DANS LES AIRS, PAR LE TRAIN OU EN BATEAU 4.1 L'avion 4.2 Le train.. 4.3 Le bateau 5. PARCOURS PEDESTRES 5.1 Six jours dans 1'Isalo 5.2 Au pays des Zafimaniry 5.3 Sur lestraces du" Mada Raid" ...

9 Il Il 15 19 22 25 25 28 33 33 35 37 41 42 45 49 49 52 53

7

6. PEUPLEMENT, CULTURE Er TRADITION 6.1 Population, us et coutumes 6.2 Culture et religion 6.3 Folklore et fêtes traditionnelles 6.4 Artisanat et secteur informeL 7. FAUNE Er FLORE 7.1 La faune 7.2 La flore 7.3 Les aires protégées 8. LOISIRS Er DÉTENTE 8.1 Chasse, pêche, plongée et baignade 8.2 Photo, cinéma, spectacles et médias 8.3 Sites remarquables et villégiature 8.4 Les plaisirs de la table 8.5 Des endroits où se détendre 9. DE VILLE EN VILLE 10. SERVICES Er TARIRCATIONS 10.1 Pour écrire ou téléphoner 10.2 Pour se guider et se déplacer 10.3 Location de véhicules 10.4 Visites 10.5 Les musées et parcs zoologiques ANNEXES 1 - Légende des itinéraires (road book) 2 - Les douze collines sacrées de l'Imerina 3 - Les pavillons du Zoma (plan d'Analakely) 4 - Le massif ruiniforme de l'Isalo 5 - Répartition des ethnies 6 - Les aires protégées et les sites d'intérêt biologique 7 - Pluviométrie 8 - Hôtellerie et restauration

55 55 57 60 63 67 67 74 78 81 81 87 90 92 95 97 125 125 125 128 135 136

137 139 140 142 143 144 145 148

8

AVANT-PROPOS

A peine descendu d'avion et après avoir franchi les contrôles douaniers, vous découvrirez chez les habitants de cette île mystérieuse, une grande curiosité portée à votre égard ainsi qu'un art dans lequel ils excellent tous, celui de la parole. Ce comportement humain très caractéristique est toutefois modulé selon les régions. Il atteint son paroxysme dans la région des hautes terres et, en particulier, dans les villages du pays Betsileo. Il faut être indulgent si l'on vous regarde et si l'on vous juge, puis si l'on commente et si l'on raconte. En revanche, sur les côtes, personne ne s'intéressera à vous ... Raconter des histoires fait partie du quotidien des Malgaches. Qu'elles soient gaies ou tristes, imaginées ou authentiques, ces paraboles agrémentent toute leur existence. Il n'est pas de cérémonies qui ne commencent par une narration et le lecteur comprendra mieux pourquoi cet ouvrage débute par une petite histoire typique ... En ces temps rèculés, un voyageur exténué par une longue journée de marche alla demander le gîte dans un village. Le lendemain, pour remercier le couple qui l'avait hébergé, l'étranger offrit à son hôte un miroir et lui dit: "Chaque fois que tu regarderas cet objet, tu apercevras le visage de ton père défunt que tu n'as jamais connu". Rakoto se garda bien d'en parler à sa femme. Chaque nuit il se réveillait pour prendre le miroir dissimulé sous sa natte et contempler le visage de son père qui lui apparaissait. Vohirana, son épouse, voulut en savoir plus et en avoir le coeur net. Alors que son mari était aux champs, elle observa le miroir et fut stupéfaite...Rakoto retrouvait, chaque nuit, une autre femme. Mais pourquoi avoir choisi une fille aussi laide? Vohirana n'était-elle pas la plus jolie du village?
Proverbes malgaches :

Les mots sont comme les chenilles... ils s'envolent. Répudier une femme jeune, c'est faire le bonheur d'un autre. Le chagrin est comme un nuage, quand il est assez lourd, il tombe.

9

1. GÉNÉRALITÉS

1.1 SENSIBILISATION

1.1.1 Approche Quatrième île du monde par sa superficie (un peu plus grande que la France), et située au sud-est de l'Afrique, Madagascar est entourée par les eaux de l'océan Indien. Elle est séparée du continent africain par les 400 km du canal du Mozambique. La porte d'entrée principale de la grande île, comme on l'appelle communément, est l'aéroport international d'IvatoAntananarivo situé à 17 km au nord-nord-ouest de la capitale Tana, abréviation de Tananarive. Madagascar compte plus de 12 millions d'habitants dont plus d'un million pour Tananarive et sa proche banlieue. Sur le plan physique, c'est un pays continent, avec plus de 5.000 km de côtes, et des massifs montagneux dont les points culminants dépassent 2.500 mètres. On a l'habitude de distinguer six grandes régions qu'il ne faut pas confondre avec les six provinces dont le symbole se retrouve sur les plaques minéralogiques des automobiles. Seule, la première des deux lettres qui suivent le numéro se rapporte à la province : A (Tamatave), D (Diégo Suarez), F (Fianarantsoa), M (Mahajunga), T (Tananarive) et U (Tuléar). L'organisation administrative s'articule autour de 6 provinces (faritany), 111 préfectures (fivondrona), 1.252 cantons (firaisana) et 13.476 quartiers ou villages (Fokontany). Les hautes terres recouvrent les provinces de Tananarive et de Fianarantsoa. La côte des îles vierges réunit les provinces de Mahajunga et de Diégo Suarez (Antsiranana). La côte de la vanille s'étend au nord-est: Antalaha, Iharana, Sambava. La côte du palissandre est celle de la province de Tamatave (Toamasina). La côte des épices borde la façade sud-est du pays, de Mananjary à Fort Dauphin (Taolagnaro). La côte du capricorne est associée à la province de Tuléar (Toliara). Le charme des îles parfumées, la diversité des paysages, les couleurs enivrantes des pistes forestières, l'originalité des villes et des villages des hautes terres et les tombeaux singuliers du Grand Sud, font de l'ile rouge une 11

beauté éclatante des jeunes filles merina qui semblent être parmi les plus jolies de la planète? Leurs yeux noirs en amande et leur jambes cuivrées sorties du moule de quelque sculpteur perfectionniste ne laisseront aucun homme indifférent. EnvoOtant, certes! Décidément, cette arche de Noé risque de ne jamais assouvir nos sens.

1.1.2 Prononciation et accent tonique
L'orthographe malgache est phonétique et très simple. [0] représente le son [ou] français, excepté dans [eo] et [ao] que l'on prononce [é-oJ et [a-o]. [JJ se dit [dz] et le [RJ est roulé. [SJ varie du [s] dur au [ch]. [Tr] et [Dr] ont un son intermédiaire, entre [tch] et [tr], [dch] et [dr]. Enfin, les voyelles [a], [yJ et parfois [oj lorsqu'elles terminent un mot sont presque muettes. L'accent tonique est presque toujours sur la première syllabe, mais la difficulté vient du fait que certains mots ont des sens différents selon la place qu'ils occupent. Exemples:

- O/ona

(les gens) se prononce

Ou/no

- Tanana (la main)se prononce Tan (accent sur la 1ère syllabe). - Tanana (le village) se prononce Tanane (accent sur la 2ème syllabe). - Ambositra se dit Ambouchtr. - Isa/o se dit /chat. La composition des mots est parfois surprenante. La langue malgache est agglutinante comme les langues malayo-polynésiennes. L'adjonction au mot d'un préfixe ou d'un suffixe, sans qu'il en fasse partie intégrante, lui donne des sens très différents. De plus la traduction littérale de certains mots montre qu'ils sont fabriqués, à partir d'autres, par simple juxtaposition. Le soleil se traduit par l'oeil du jour (masoandro = maso + andro, prononcez machouandr). Souvent ce collage a pour effet de modifier la première lettre du mot suffixé. C'est ainsi que le [f] devient [p], que le [1]devient [d], que le [v] devient [b] et que le [zJ devient [i]. Exemples: Ambohimanga, colline sacrée des environs de Tananarive est un lieu-dit, fabriqué par la concaténation (assemblage) des mots am+vohitra+manga qui se traduit par "à la colline bleue". Ce collage a été suivi par une contraction (suppression de la syllabe tra) et transformation du "v" de vohitra en b, ce qui donne am+bohi+manga. De même un autre
village Andoharanofotsy (Andouaranoufouts

= source

blanche) provient de

an+loharano+fotsy. Loharano signifie source, littéralement "tête de l'eau", et on remarquera que le I est devenu d.

1.1.3 Vocabulaire de base

Premier contact...
Merci beaucoup. Bonjour. Au revoir. A bientôt. Hier. Aujourd'hui. Demain. 12
Misaotra betsaka. Manahoana. Veloma. Mandra-pihaona. Omaly. Androany. Rahampitso.

Qui. Quoi. Quand. Où ? C'est pas grave, cela ne fait rien. Je ne sais pas, Je ne comprends pas. Je ne sais pas parler malgache. Je ne comprends pas bien le malgache. Pouvez-vous répéter lentement? Parlez lentement s'il vous plaît. Avez-vous bien compris? C'est clair? Retenez ceci. TIne faut pas oublier Où allez-vous ? Quel âge as-tu ? Où habitez-vous? Comment allez-vous? Comment dit-on ceci ? Comment t'appelles-tu ? A quelle heure êtes-vous arrivé? Puis-je visiter votre maison? Combien de temps resterez-vous ? Avez-vous des frères et soeurs? Qu'y a-t-il à voir dans la région?

lza. Inona. Oviana. Aiza ? Tsy maninona. Tsy fantatro. Tsyazoko. Tsy mahay miteny malagasy aho. Tsyazoko tsara ny teny malagasy. Avereno Iiliadana ? Mitenena miadana azafady. Azonao tsara ve ? Mazava ? Tadidio izao. Aza adino. Andeha ho aiza ianao ? Firy taana ianao ? Aiza ianao no mipetraka? Fahasalamanao? Ahoana no ftlaza an'izao ? Iza no anaranao ? Tamin'ny firy ianao no tonga ? Maka mijery ny tranonao ve aho ? Hijanona firy andro ianao? Manana irai-tampo ve ianao? Misy zavatra ho tsidihina ve aty amin'ny tanana ?

Pour ne pas se perdre

...

Croisement. Attention. Stop. Arrêtez. Je suis très pressé. Attendez un peu. Arrêtez-vous ici. Où se trouve ...? La route est bonne, mauvaise. Pouvez-vous m'accompagner? Suis-je encore loin de...? A quel étage se trouve... ? A combien de kilomètres...? Dans quel état est la route ? y a-t-il des ponts cassés? y a-t-il une route qui mène à...? Montrez-moi la route qui va vers... Quel est le nom de ce village? Puis-je y aller en voiture? Avion. Train. Bateau. A droite. A gauche. Tout droit. La route descend, monte, bifurque... N'y a-t-il pas deux chemins différents ?

Sampanana. Tandremo. Aoka. Maika be. Andraso kely. Mijanona eta. Aiza no misy...? Tsara, ratsy ny lalana. Maka miaraka amiko ve ianao? Mbola lavitra ny... ve aho ? Rihana faha-fuy no misy...? Firy kilaometatra... ? Manahoana ny lalana ? Misy tetezana tapaka ve ? Misy lalana mandeha any... ve ? Atoroy ahy ny lalana mankany... Inona ny anaran'ity tananity? Tongan'ny taomobilina ve ? Aeroplanina. Masinina. Samba. Ankavanana. Ankavia, Mahitsy. Ny lalana midina, miakatra, mivily Tsy misy lalana roa samy hafa ve ? 13

Combien de temps faut-il pour aller à...? Gare routière ( taxi, bus ). Gare ( train ). Quel est le chemin le plus court (rapide) pour aller à ?

Misy firy ora ny mandeha mankany... ? Ny stationnement. Ny gara. Aiza ny lalana akaiky (malaky) mankany ?

Pour se loger, se restaurer...
J'ai soif. J'ai très faim. Où puis-je manger? Où puis-je trouver une chambre? Je suis fatigué. Laissez-moi dormir. Je ne peux pas dormir.. n y a trop de bruit. Chaud. Froid. Grand. Petit Avez-vous de l'eau, du pain, du lait? L'addition, s'il vous plaJ,"t. Quel est le prix de ceci ? C'est trop cher. Le dernier prix ? Impossible. Cela ne m'intéresse pas. Allez-vous-en! Je n'ai pas d'argent. Mangataheta aho. Noana be aho. Aiza ahafahako misakafo ? Aiza no met y ahitako hatoriana ? Vizaka aho. Avelao aho atory. Tsy afakamatory aho... Misy tabataba loatra. Mafana. Mangatsiaka. Lehibe. Kely. Misy rano, mofo, ronono ? Ny taratasy azafady. Ohatrinona ity ( otchrin' ti ) ? Lafo loatra. Ohatrinona ny farany ? Tsymety. Tsy raharahako. Mandeha. Tsy misy vola. Tsy misy vola.

Divers...
Encore, toujours. A l'aide. Au secours. Je ne me sens pas bien. Je veux voir un médecin. Indiquez-moi un hôpital. Lundi. Mardi. Mercredi. Jeudi. Vendredi. Samedi. Dimanche. Quelle heure est-il ? Beige, blanc, bleu, brun, jaune,noir,rose, rouge, vert. Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, vingt, trente, quarante, cinquante, soixante, soixante-dix, quatre-vingts, Mbola, isan'andro. Ampio aho. Vonjeo. Tsy salama aho. Tia hijery dokotera aho. Atoroy ahy ny hopitaly. Latsinainy Talata. Larobia. Lakamisy. Zoma. Sabotsy. Lahady. Amin'ny firy izao ? Bezy, fotsy, manga, marron. mavo, mainty, mavo kely, mena, maintso. Iray, roa, telo, efatra, dimy, enina, fito, valo, sivy, folo, roampolo, telompolo, efampolo, dimampolo, enimpolo, fitompolo, valompolo,

14

quatre- vingt-dix, cent, deux cents, trois cents... mille

sivimpolo, zato, roanjato, telonjato... anvo.

Compter... Pour calculer un prix, il ne faut pas oublier que la référence de base est l'ariary valant 5 fmg, tout comme le sou qui valait autrefois 5 centimes. Pour traduire un prix de cent francs, on dira 20 (sous-entendu 20 ariary, valant 100 fmg). Si la somme dépasse 500 francs (zato, pour cent ariary), il faudra décomposer en tranches de 500. Ainsi, 1600 francs s'exprimera comme trois fois 500, plus cent et ainsi de suite jusqu'à 5000 (arivo, pour mille ariary). Attention donc avec les nouveaux billets de 500 et 5000 ariary valant respectivement 2500 et 25000 fmg. Exemples
100 fmg = roampolo 350 fmg = fitompolo 500 fmg = ariary zato 1.000 fmg = roanjato 3.000 fmg = eninjato 5.000 fmg = arivo ariary 10.000 fmg = roa arivo

50fmg

= Iraypolo

(lxlO ariary)

200 fmg efampolo 275 fmg dimy amin'ny dimampolo 850 fmg = fitompolo amin'ny zato 1.250 fmg = dimampolo sy roanjato 3.675 fmg =dimy amin'ny telompolo sy fitonjato (5 + 30 + 7)

= =

Chez les pêcheurs Vezo de la région de Tuléar...
Aiguillette: Tserampano ou tseradava Barracuda: Aloala ou tsano Cabot: Tom-pasy Calamar: Angiso ou angisy Camaron: Patsa be Capitaine: Siboto ou tsivaravara Carangue: Lanora ou kikao Crevette: Macamba Espadon: Kimboro Gatrin: Angarera Langouste: Tsitsika Marguerite: Amboramasaka ou henjy
1.2 PRÉPARATIFS ET FORMALITÉS

Merlan: Sihava Mérou: Lovo ou alovo Mulet: Antafa Muraine: Lainaira Perroquet: Bodoloha ou tabaka

Poulpe:Horita

'

Raie: Fay Requin: Akio ou atsantsa Rouget: Fiantsomotra ou koana Sardine: Karpapaka Thon: Lamatra Tortue: Fano

1.2.1 Préparatifs Le premier conseil à donner à tout voyageur désireux de se rendre à Madagascar est de s'y prendre suffisamment tôt, bien que la grande île soit correctement desservie par une demi-douzaine de compagnies. On insistera sur le bon choix de la saison en fonction de la région choisie et de ses propres goûts. La meilleure période est indubitablement celle du printemps, qui s'étend d'octobre à novembre, parfois même jusqu'à la mi-décembre si le 15

ciel veut bien contenir ses premières pluies. Les jacarandas sont en fleur et Tananarive baigne dans une brume violacée. Quant au madagascariensis, symbole de l'étendard national, il nous offre à cette époque ses fleurs rouges sur des feuilles d'un vert profond. Quelle polychromie! La saison des pluies, doublée de cyclones parfois violents sur la côte est, rendra les pistes impraticables et les routes parfois difficiles. En cette saison, la région des plateaux est haute en couleur et douce en température (20 à 25 degrés). Bien entendu, les journées se terminent souvent par une pluie torrentielle. Il faudra alors attendre le début du mois d'avril pour faire le triste bilan des dégâts occasionnés par les intempéries et les crues abondantes. Le tableau ci-dessous mentionne les températures moyennes (mini et maxi) ainsi que les précipitations annuelles pour quelques villes. Ces observations portent sur trente années. Voir annexe 7 pour plus de détails.
Mini
DIEGO SUAREZ FORT DAUPHIN FIANARANTSOA MAHAJUNGA

Maxi 28.3 25.6 21.4 28 27.2 26.7 21.1 27.4

Cm/an Jour/an 109 170 117 159 225 330 134 47 126 163 173 94 173 234 136 42

NOSYBE
TAMATAVE TANANARIVE

TULEAR

25.1 19.8 14.5 25.1 23.6 21.3 14.4 19.9

Quelle que soit la saison, les hautes terres sont dans un perpétuel courant d'air et les écarts de température n'y sont pas négligeables. Certaines précautions sont donc à prendre d'un point de vue sanitaire. L'inévitable prophylaxie contre le paludisme évitera bien des déboires. Ce parasite, transmis par la piqftre d'un moustique femelle (anophèle), est la principale cause d'une mortalité infantile très élevée. Un diffuseur électrique est donc vital. Les plaquettes RAID ou VAP sont très efficaces même toutes fenêtres ouvertes. N'oubliez pas une rallonge électrique très utile dans les chambres d'hôtel où la prise n'est pas à côté du lit. Le traitement antipaludique commencera six semaines avant le départ et se poursuivra six semaines après le retour. Côté vaccinations, pas d'obligation, mis à part la fièvre jaune. Les vaccins contre le choléra, l'hépatite A et B, la poliomyélite et le tétanos sont, malgré tout, fortement conseillés. Dans la trousse de pharmacie on trouvera les médicaments de base bien qu'un grand nombre d'entre eux soient disponibles dans la plupart des officines. Ralfan (paludisme), Bactrim forte (salmonellose), tulle gras (plaies infectées), Amodex 500 (angine), Locabiotal (gorge), collyre (yeux) et Antibiosynalar (otites) sont des produits utiles. Nous vous conseillons de distribuer Nivaquine et Paludrine, surtout au pays zafimaniry. Comment faire ses valises? Tenues de plage indispensables, mais aussi vêtements chauds (pulls, écharpes, K-way, blousons) pendant l'hiver austral et imperméables (bottes en caoutchouc et parapluies) pendant la saison des 16

de Janvier est partlcul1èrement ensole1l1é. Pensez aussi aux petits cadeaux qui sont très appréciés, surtout si vous avez pris une photo, ou conservé les coquillages que l'on vous a apportés. En dehors des tee-shirts, les briquets, stylos, bics, savonnettes et autres auto...collants font la joie des petits et des grands. Pour tous vos appareils électriques portatifs (rasoir, torche, walkman,...) les piles rechargeables offrent le meilleur compromis, car dans ce domaine, la qualité locale est désastreuse. En ce qui concerne les films 24 x 36, on trouve sur place aussi bien de l'Ektachrome 200 que du Fujicolor 100. Cependant, même si ces films ne sont pas périmés, ils peuvent avoir souffert des conditions climatiques. Le développement des diapositives est encore à ses premiers essais mais pour le traitement des films papier et même pour les agrandissements proposés par Opticam ou Photorama, rien à craindre. Lecture et documentation avant le départ? Inutile de s'encombrer de cartes routières, les meilleures sont à la FfM de Tananarive, c'est l'Institut géographique malgache. Pour s'y rendre, prendre le boulevard circulaire jusqu'à Ambanidia (en bandit) voir petit tour de ville au 2.1.2. Pour les inconditionnels de la mer, les tables des marées peuvent se trouver en France, au service hydrographique et océanographique de la marine BP 426 - F 29275 Brest Cedex. Sans donner une bibliographie exhaustive, on peut distinguer plusieurs critères de choix sur la documentation existante. Les publications de haute vulgarisation sont nombreuses (guides), les beaux livres dans lesquels foisonnent de splendides photos existent, les ouvrages sérieux et complets peuvent se trouver, bien que trop souvent anciens, quant aux articles consacrés à Madagascar par certains magazines, ils prolifèrent.

-

Beaux livres Ouvrages sérieux

Articles

Aventures vécues

'j

Madagascar de Christian Vaisse. Madagascar, mon île au bout du monde de J.Hannebicque. Géographie de Madagascar de Battistini . Madagascar, un sanctuaire de la nature de Ph. Oberlé. Madagascar de S. Thierry. Petite planète. L'insurrection malgache de 1947. Grands reportages (N° 28 / 54 / 59 / 107 / 120) 4x4Magazine(N° 170/119). Terres sauvages (42) + un numéro spécial sur les lémuriens. Sciences et nature (3). Grands espaces (13). Géo (117) et National Géographic. Les sorciers de la pleine lune de Nicole V iloteau Ed. J'ai lu.

17

Air Madagascar Ambassade de RDM -Sanitaires:

1.2.2 Formalités 7, avode l'Opéra, 75001 Paris, 42.60.30.51. 4, av Raphaël, 75016 Paris, 45.04.62.11.

seule la vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire.

-Pièces d'identité: passeport en cours de validité et visa obligatoire donnant droit à une entrée et un séjour inférieur à trois mois. L'obtention de celui-ci est rapide (72h) en prenant soin de se munir de quatre photos d'identité, du billet d'avion et de remplir quatre formulaires fournis par les consulats et ambassades. Une prolongation du séjour peut toujours se négocier sur place en s'adressant au Ministère de l'Intérieur, (plus facile en province). Celui-ci délivrera une attestation provisoire en attendant que le passeport soit visé par les services compétents. Au delà de trois mois, tout étranger devient résident et doit être en possession d'une CI d'étranger délivrée dans les bureaux des collectivités décentralisées (faritany ). -Douanières: réduites depuis 1990. Noter que l'aéroport d'Ivato est un des rares dans le monde où l'on peut se procurer des articles en détaxe à l'arrivée (dans la salle de débarquement) et à des prix plus intéressants que ceux de nos aéroports français. Inutile donc de se coltiner les classiques bouteilles de pastis, de whisky, d'eau de toilette ni les cartouches de cigarettes. -Devises: importation réglementée et déclaration à faire sur un formulaire remis à chaque visiteur. Le but n'est pas tant de contrôler le montant de celles-ci, mais le mode de conversion choisi. Toutes les opérations de change doivent être réalisées dans des bureaux officiels (banques, hôtels...) et mentionnées sur le formulaire. Le jour du départ, un contrôle peut avoir lieu afin de vérifier que le montant des devises déclarées à l'entrée moins celles restantes correspond à la somme des opérations de change effectuées durant le séjour. Une astuce, ouvrez un compte au Trésor Public en France, vous pourrez retirer l'équivalent de 6000 FF/semaine à la Paierie de France de Tananarive (Ambassade). 1 FF =700 Fmg, au 01109/94. -Autorisations d'importation et d'exportation: à l'entrée, obsession des douaniers pour les cartouches qui sont introuvables sur l'île et essentielles pour les chasseurs. De plus, à la sortie, certains produits artisanaux ne doivent pas dépasser une quantité tolérée. Toutefois cette tolérance est soumise à la délivrance d'une autorisation que l'on se procurera aux adresses mentionnées à la fin de ce paragraphe. Pour terminer, l'exportation de certains objets est interdite en vue de la conservation et de la protection du patrimoine national. Ce sont principalement les animaux et leurs dérivés, les plantes ou parties de plantes, les documents historiques, les pierres brutes etc. Nous pensons tout de suite aux lémuriens, tortues ou carapaces, crocodiles même naturalisés, orchidées ainsi que leurs fleurs ou leurs graines, et certaines plantes de la famille des aloès, des cactacées ou autres euphorbiacées. En principe, les objets sont à présenter, en vue de 18

remplir une déclaration. On se munira du laissez-passer délivré par le vendeur, du passeport et du billet d'avion. Pour l'ensemble des articles autorisés à l'exportation, leur transport dans les bagages, dans la limite de valeurs et de quantités jugées normalement" non commerciales", est libre. Ces limites dépassées, obligation est faite de demander une dispense d'engagement de rapatriement de devises, délivrée par le Service des Droits Indirects Extérieurs, au Ministère des Finances d'Antaninarenina. -Double tarification: la législation en vigueur applique ce système pour les non-résidents (touristes, hommes d'affaires etc.). Les tarifs sont plus élevés et les factures, pour certains services publics, doivent être payées en devises. C'est le cas des transports, des hôtels de catégorie supérieure à 2 étoiles, etc.). Pour la location de véhicules, une certaine souplesse est consentie. Notons en outre que des dérogations sont accordées pour les familles des résidents. Ministère Ministère Ministère Direction Direction Direction de l'Intérieur-Ampefiloha BP 833 : 266.62/ / 214.65 / 236.84 de l'Industrie, de l'Energie et des Mines-Antaninarenina : 255.15 de l'Art et de la Culture-Antsahavola : 270.92 de la Culture, Galerie 6, av de l'Indépendance: 226.58 de la Recherche scientifique-Tsimbazaza, BP 694283.40 des Eaux et Forêts-Antsahavola : 240.26

1.3 HISTORIQUE ill ACTUEL 1.3.1 Historique Au pays des reines, il est encore difficile de préciser avec exactitude l'origine de la dynastie merina fondée au XVlème siècle par le roi Ralambo. En tenant compte des incertitudes qui subsistent, la majeure partie du peuple malgache des hautes terres est indonésien. L'histoire nous apprend que ces émigrés se seraient retirés vers le centre de l'île au début du XVème siècle. Laquelle, des deux premières reines, Rangita ou Rafohy, succéda à l'autre? Ce qui est certain, c'est que les premières collines où s'installèrent ces peuplades mélanésiennes, voire indo-océaniennes, se nomment Ambohimasimbola, Merimanjaka et Alasora. On trouvera ci-dessous un arbre généalogique de la monarchie merina dont le foi le plus célèbre fut Ramboasalama, plus connu sous le nom d'Andrianampoinimerina, qui eut le mérite d'unifier ce que son grand-oncle avait défait en partageant le royaume entre ses quatre fils. Périodes
illes. Ve s. IXe s. XeauXIes. 1400...
Evénements

Arrivée des Vazimbas (premiers habitants connus). Migrations de l'Asie du Sud-Est. Arrivée des Arabes sur la côte nord-est. Immigrations malaises, traces de civilisation avancée. Règne de Andriandraviranina.

19

1500-1540 1540-1575 1575-1610 1610-1630 1630-1675 1675-1710

1725-...... 1767-1797 1785-1810

1808 1810-1828 1828-1861 1861-1863 1863-1868 1868-1883

1883-1895

1890 1896 1897 1947 1958 1959

Portugais. Règne de deux reines, la petite Rangita et la frisée Rafohy. Andriamanelo, fils de la dernière reine, s'installe à Alasora. Ralambo, son fils cadet, consolide le royaume en se fixant à Ambohidrabiby. Andrianjaka construit Tananarive à Analamanga (la forêt bleue). Plusieurs successions conduisent au règne de Razakatsitakatrandriana. Andriamasinavolona dont une des épouses vit à Ambohidrapeto, partage le royaume entre ses quatre fils qui règneront sur Tananarive, Ambohimanga, Ambohidratrimo et Ambohidrabiby. Guerre de roitelets. Fondation d'Antsahadinta par Andriamangarira. Règne du dernier roi de Tananarive, Andrianamboatsimarofy. Andrianampoinimerina succède au dernier roi d'Ambohimanga et entame la réunification du royaume avec la prise de Tananarive en 1794. Premières assemblées villageoises (fokonolona). Mort de la dernière reine Sakalava, Ravahany, au pouvoir depuis 1780. Fils du roi précédent, Radama I épouse sa cousine germaine Ranavalona Sa femme devient la reine Ranavalona I, concubine de Jean Laborde (1832). Son fils Rakoto, marié à Rasoherina, deviendra Radama II. Règne de Rasoherina qui épouse le premier ministre Rainilaiarivony. Cousine de Rasoherina et deuxième femme de Radama II, la prochaine reine sera Ranavalona II qui épousera aussi le même premier ministre. Sa petite-nièce, la princesse Razafindrahety, deviendra Ranavalona III et sera la troisième femme du ministre. Elle signe un protectorat avec la France le 17 décembre 1885. 5 août, convention franco-britannique de Zanzibar sur le protectorat. 6 août, annexion de Madagascar par la France. Abolition de la royauté. Révolution contre l'occupation coloniale. Proclamation de la première République, le 14 octobre. Philibert Tsiranana, premier président.

1.3.2 Actuel En 1959, Philibert Tsiranana devient président de la jeune République malgache qui accéda à l'indépendance en 1960. Jusqu'en 1970, il dirigea le pays avec beaucoup de sagesse mais la maladie le guettait. C'est en mai 1972 qu'éclata la crise provoquant la chute du régime. Le président décida de démissionner et confia ses fonctions à Ramanantsoa. Celui-ci, ancien élève de Saint-Cyr, se révéla vélléitaire et hésitant, accumulant les erreurs. Sous l'influence de son ministre Didier Ratsiraka, il retira son pays de la zone franc, en mars 1973. Dès le mois de juin de la même année allaient commencer le retrait rapide des unités françaises basées à Ivato et l'évacua20

tion progressive de la base de Diégo Suarez. Il fut très vite destitué par ceux qui l'avaient porté au pouvoir: le colonel Ratsimandrava et le capitaine de frégate Ratsiraka. Le premier prit les rênes du pouvoir le 6 février 1975 et fut victime d'un attentat cinq jours plus tard. Le second n'eut aucune difficulté à lui succéder et fut nommé en juin 1975 président du Conseil de la Révolution, chef de l'Etat et du gouvernement. On connaît la suite: socialisme à la malgache, nationalisation des banques, pénuries en tous genres, malgachisation à outrance, puis, à partir de septembre 1988, tendance à une libéralisation incontrôlée qui, tout doucement, asphyxie et paralyse la capitale vu l'importation à outrance de véhicules d'occasion en provenance de la Réunion. Cependant, Madagascar est citée par la Banque Mondiale comme le pays ayant l'un des programmes d'ajustement structurelles plus remarquables d'Afrique. Le revers de la médaille, ce sont les conséquences sociales souvent graves, sans parler d'une dévaluation permanente du franc fmg et d'une inflation galopante. Le nouveau code des investissements publié à la fin de 1989, la création des zones franches industrielles, la privatisation des banques nous amènent à constater que depuis peu, le ciel se dégage... mais vers quel horizon? Tout va se précipiter dès le début de cette dernière décennie. Au milieu de l'année 1990, le président Mitterrand est accueilli par son homologue malgache en ces termes: " C'est la première fois dans l'histoire de Madagascar depuis son accession à l'indépendance que nous avons l'honneur de recevoir ici un président de la République Française. Ne doutez pas que

ce soit avec honneur, joie et satisfaction

It.

Le chef de l'Etat français en

profitera pour effacer la dette énorme de la grande île puis se rendra à Tamatave où déjà en 1951, il signait le Livre d'Or de la ville, en qualité de ministre de la France d'Outre-Mer. Depuis le 1er mai 1991, les Forces Vives de l'opposition ont manifesté leur mécontentement sur la place du 13 mai, tristement célèbre. Il s'ensuivit une grève générale qui débouchera sur la Convention du 31 octobre 1991. Celle-ci proclame une période de transition de 18 mois, puis l'avènement d'une troisième république. Le professeur Zafy Albert, chef de ligne des Forces Vives est proclamé président de la Haute Autorité de l'Etat et Didier Ratsiraka n'a plus qu'un rôle secondaire devant son premier ministre, Guy Razanamasy. Ce dernier constituera un nouveau gouvernement à trois reprises. A l'aube de l'année 1992, pour la cérémonie de remise de voeux, le discours traditionnel du président ne parviendra pas à faire oublier le drame du 10 ao6t de l'année écoulée. Une marche pacifique de 15 km, jusqu'au palais de lavoloha, organisée par les Forces Vives, allait se terminer dans un bain de sang. Les élections législatives du 16 juin 1993 confirmeront le résultat des présidentielles, par lesquelles Albert Zafy, l'homme au chapeau de paille, fut élevé au rang de président de la République Démocratique Malgache, troisième du nom. Les Forces Vives obtiendront-elles la majorité absolue dans la prochaine assemblée de 138 membres? C'est moins sûr. Le système de scrutin proportionnel a conduit les partis politiques à adopter une tactique d'éparpillement des listes, surtout dans les grandes agglomérations. Cette lente mutation a quand même abouti

21

à la fin d'un régime dictatorial. La terre promise est en ligne de mire, reste à apprivoiser le paradis.
1.4 RESSOURCES DU PAYS

1.4.1 Agriculture Base du développement économique, ce secteur représente 40% du PNB et intervient pour 80% des exportations, avec dans l'ordre: le café, la vanille (1er rang mondial), le girofle, la canne à sucre, le coton, le pois du Cap etc. 1.4.2 Artisanat Ce secteur est extrêmement porteur, tant grâce à l'habileté des artisans, qu'à l'importance des ressources naturelles. On distinguera l'artisanat utilitaire, dit de production, et l'artisanat décoratif. Le premier représente 85% de l'ensemble, qu'il s'agisse de la poterie, de la vannerie ou du tissage. Le second englobe les lapidaires et joailliers, les marqueteurs et sculpteurs, les brodeuses etc. 1.4.3 Elevage Le cheptel bovin, quantitativement, fut longtemps supérieur ou égal au nombre de Malgaches, mais avec la réhabilitation de ses abattoirs, et dans le cadre de la Convention de Lomé, le pays est appelé à honorer un quota d'exportation qui s'élevait à près de 8.000 tonnes en 1988. On assiste actuellement au développement de l'élevage à viande blanche et de l'élevage laitier. 1.4.4 Industrie L'industrie agro-alimentaire (40%) occupe le premier rang de ce secteur dont la part dans l'économie malgache reste relativement faible (14% du PNB). Ce sont principalement l'industrie sucrière, les rizeries, les brasseries, les conserveries, les laiteries, les huileries, les minoteries etc. Au second plan, apparaît l'industrie textile, avec 30% de la production industrielle. La Cotona (Cotonnière d'Antsirabe) génère des flux d'exportation en croissance. Enfin, la pêche industrielle est quasiment axée sur l'exportation de crevettes, avec loin derrière, des produits halieutiques comme la langouste et le thon. 1.4.5 Richesses minières Madagascar est un des rares pays d'Afrique entièrement couvert par une cartographie géologique à l'échelle de 1 : 100.000 (cartes des ressources minières). Les principaux gisements sont la chromite, le graphite, apprécié pour sa qualité, sous forme de grosses paillettes, le mica, le quartz et la bauxite. Viennent ensuite le charbon de la Sakoa, le fer sous forme de quartzite à magnétite, le nickel de Moramanga, des minéraux lourds et des grès bitumineux dans la plaine de Mahajunga. L'éventail serait incomplet si l'on ne citait pas les pierres fines (béryl, tourmaline, rubis, saphir, grenat, aigue marine,...) et les pierres d'ornementation (labradorite, rhodonite, cristal de roche...) très recherchées. Enfin, l'or, d'alluvions ou en filons, se réduit aujourd'hui à quelques kilogrammes.

22

1.4.6 Tourisme Bien que possédant de nombreux atouts, Madagascar en est encore à ses premiers balbutiements. Cette situation s'explique par le manque d'infrastructure routière et hôtelière, l'absence de télécommunications décentes et par une mauvaise réputation dont l'île a du mal à se défaire. Révolution marxiste, banditisme et pauvreté n'arrangent pas les choses. Le nombre de touristes est passé cependant de 26.913 en 1986 à près de 50.000 en 1990. Ce chiffre est le dernier en date depuis les événements que l'on sait. Espérons que ce guide fera la vérité sur tous ces problèmes et ne pourra que vous inciter à venir vérifier vous-mêmes.

23

2.
TANANARIVE ET SES ALENTOURS

2.1. ANTANANARIVO,

LA CITÉ DES MILLE...

2.1.1 Premier contact Situé à 17 km du centre ville, l'aéroport d'Ivato est la porte d'entrée de l'île continent. Depuis peu, Mahajunga et Tamatave accueillent les vols en provenance respectivement des Comores et de la Réunion. Tananarive est construite sur l'une des douze collines sacrées, coiffée du palais de la reine, érigé en 1834, de telle façon qu'il soit visible de n'importe quel endroit de la ville. Ainsi l'avait voulu Ranavalona l, dite la Sanguinaire. Ce qui frappe le nouveau venu empruntant la vieille nationale 4, à moins que son chauffeur ne préfère la nouvelle route Digue, c'est l'incomparable luminosité qui, quelles que soient les saisons, fait toujours le bonheur du photographe. Véritable caméléon, la colline bleue (analamanga) est entourée de rizières qui passent par tous les stades de vert, puis de jaune quand l'hiver approche. Les teintes ocrées des cases en terre cuite et le rouge de la latérite omniprésente seront nuancés au fil des jours et des mois en attendant la prochaine saison des pluies. Alors que l'on s'approche et que l'on contourne d'autres collines, les quartiers deviennent de plus en plus animés et la circulation plus difficile. Il est grand temps de prendre quelques points de repère car si l'on s'écarte des grands axes, Tananarive (Tana pour les habitués), peut se révéler être un véritable labyrinthe. 2.1.2 Principaux repères

- La tour

de l'hôtel BDton et le lac Anosy au sud-ouest.

- Ambanidia (prononcez "en bandit") est un quartier traversé par le boulevard circulaire, le long duquel se trouvent la FfM (IGN malgache) et le magasin de pierres fines Le Quartz. Vers le sud, ce boulevard rejoint le zoo réputé de Tsimbazaza. - Analakely (la petite forêt) est traversée par l'imposante avenue de l'Indépendance à double voie. Bordée d'arcades et de petits commerces, elle a pour extrémités la gare RNCFM et les jardins d'Ambohijatovo. Sous les arcades, côté Air France et Air Madagascar, on trouvera des produits de 25

l'artisanat local avec principalement de la vannerie, du cuir, de la broderie etc.Grand marché du Zoma (vendredi), le plus grand marché à ciel ouvert du monde. - Andravohangy ("Andravouang") regroupe tout l'artisanat sous forme de marché de quartier.
- Antaninarenina ("Antananareine ville. Bijoutiers, hôtel Colbert... ") est le quartier Il chic Il de la haute

- Antsahavola est le quartier des ambassades avec la belle avenue des Français, bordée de palmiers. - Besarety ("Bécharette") est le point de départ de la route de Tamatave, dans la banlieue est. C'est aussi la direction à indiquer au chauffeur de taxi, si l'on veut se rendre à l'excellent restaurant "La Rotonde" jumelé au non moins fameux "Aquarium". Consulter l'annexe 8. Ces deux restaurants sont intégrés à l'hôtel Grégoire. - Isotry ("Ichoutr") est le quartier populaire par définition où se tient un véritable marché aux puces (au propre comme au figuré) et où il convient d'être encore plus vigilant (vol à la tire). 2.1.3 Visites incontournables - Le Palais de la Reine, véritable recueil historique, est le symbole de la dynastie Merina. Pour les horaires de visite se renseigner en téléphonant au Conservateur du musée (200.91). Une demande d'autorisation de photographier l'extérieur du palais est à déposer 24h avant la visite. Il est ouvert tous les jours sauf le lundi; le dimanche de 9h à 12h et de 14h à 17h. La visite commence par l'ancien palais du premier ministre à Andrafihavaratra, puis se poursuit par le palais de justice d'Ambatondrafandrana (belle architecture). Enfin, le rova est l'endroit où les familles régnantes de la dynastie avaient leur tombeau. On ne manquera pas, avant de redescendre par les charmantes ruelles et les interminables escaliers, de se rendre plus au sud du palais, au lieu-dit "Ambohipotsy" (la colline blanche). C'est là qu'étaient exécutés les criminels, tout comme la première martyre chrétienne malgache, sur ordre de Ranavalona I.

- Le parc zoologique et botanique de Tsimbazaza témoigne d'une belle collection de la flore et de la faune malgache. Un musée paléonthologique, un musée ethnographique et un vivarium en font partie intégrante. Il est ouvert le jeudi, le dimanche et les jours fériés de 8h à Il h et de 14h à 17h.
- Le grand Zoma (marché du vendredi) s'installe d'ailleurs dans l'aprèsmidi du jeudi. On y fera d'excellentes affaires, surtout les semaines qui précèdent les fêtes importantes (Noël, Pâques, 26 Juin...) et les autres jours, en fin d'après-midi. Attention, n'emportez pas trop d'argent avec vous et ne portez pas vos bijoux habituels. Si vous devez faire un gros achat, venez d'abord sans argent pour négocier le prix. 26

-La place du 13 mai, en bas de l'avenue de l'Indépendance, non loin de la gare, est devenue malheureusement célèbre depuis les incidents de 1972 (révolte des étudiants et incendie de l'hôtel de ville). Derrière la place, on retrouve de nombreuses échoppes qui regroupent les principaux produits de l'artisanat malgache. -L'atelier Dera, situé à Amboditsiry, juste à la sortie de la ville sur la RN 3, est intéressant par les peintures sur soie, la vannerie fine, la céramique et les batiks qu'il propose. -Le musée d'art et d'archéologie d1soraka (210.47) -Le musée national de géologie d'Ampandrianomby une belle exposition de pierres et de minerais. où l'on trouvera

Petit tour de ville en taxi (Ih 8.000 fmg) Départ d'Antaninarenina, devant le "le Buffet du Jardin". Négociez un taxi en maraude. Direction le Palais de la Reine en passant devant l'Alliance Française. Au bout de la rue Ranavalona III, demander Amparibe. La route passe derrière le' collège Saint-Michel et débouche sur le stade de Mahamasina. On fera le tour du lac Anosy dans le sens des aiguilles d'une montre et en passant devant la tour Hilton. Direction Ambohijatovo, puis Ambanidia (prononcez: "en bandit") après être passé sous les deux tunnels. Après le second tunnel, demander le quartier d'Andohalo ("andoual"). Redescendre vers Faravohitra ("faravoutch") - la dernière colline - en prenant à droite sur la place Ratsimandrava. Continuer vers le jardin de la poste d'Antanimena et terminer en faisant le tour du lac Behorika ("Béourirk"). On pourra se faire déposer devant la gare.

-

Grandtour de la ville en taxi (2h -IS.OOOfmg)
Départ de l'hôtel Hilton ou du Colbert, en évitant de prendre un taxi juste devant. Tour du lac Anosy, stade Mahamasina et montée vers le parc de Tsimbazaza. En haut de la côte, suivre à gauche pour redescendre vers le boulevard circulaire. Direction Ambanidia (prononcez: "en bandit"). Possibilité d'ajouter un aller / retour vers les lacs Mahazorivo et Mandroseza. Monter vers Andrainarivo (Fort Duchesne), via Antanimoro. On empruntera un petit bout de l'avenue Charles de Gaulle qui mène au campus universitaire d'Ankatso. Direction Ampasampito, puis Nanisana (Nanichan) et Analamahitsy. On passera successivement derrière l'Institut Pasteur, puis devant l'ambassade de Chine. Cette grande boucle se termine en parcourant la belle avenue du pape Jean-Paul II qui mène au quartier résidentiel d'Ivandry en passant devant le stade d'Alarobia où le souverain pontife donna une messe lors de sa venue en 1990. Retour par la route des Hydrocarbures qui arrive derrière la gare RNCFM.

27

2.2 LES ALENTOURS

DE LA CAPITALE

2.2.1 Les douze collines Voir l'annexe 2, ainsi que le road book (itinéraire fléché)
Alasora: Par le lac Mandroseza ou par Tanjombato (RN 7), cette colline est à 7 km de la ville. Il s'agit d'une des capitales du groupe merina, choisie en 1540, par Andriamanelo. - Ambohidrabiby : C'est dans ces lieux que Ralambo, devenu roi en 1575, s'installa jusqu'à sa mort en 1610. Pour s'y rendre, emprunter la RN 3 jusqu'au Pk 21.2, puis tourner à droite. Juste après avoir parcouru 1,8 km, on découvre un cirque en gradins pour les discours (kabary). Cette colline est reliée en ligne droite à Ambohimanga par cinq pierres levées. Ambohidrapeto : Cette autre colline sacrée, à 2,5 km d'Itaosy, fut le fief d'une épouse d'Andriamasinavalona, roi merina de 1675 à 1710. - Ambohidratrimo : Sur la RN 4 au Pk 14, avant la localité, une montée conduit à gauche au sommet de la colline d'où la vue est intéressante. Excursion au lac d'Andranonandriana, le lac de la reine, en prenant à droite entre les Pk 17 et Pk 18 vers Antsahamamy. Les tombeaux royaux sont surmontés de "tranomasina" ou "maisons sacrées". - Ambohijoky : Colline située entre Antsahadinta et le Pk 22 de la RN 7. Andrianampoinimerina y installa une de ses douze épouses qui y vécut et en fit sa célébrité.

-

-

- Ambohimanambola: Prendre la direction d'Alasora, puis suivre la
RN 58 à partir de Mandroseza. Cette colline est souvent contestée.

- Ambohimanga : C'est la plus connue des douze collines sacrées. Ville sainte de la monarchie merina. Place forte entourée de deux séries de sept portes, chacune d'elles était gardée autrefois par une tribu différente. En haut des marches se trouve la place Fidasiana plantée d'Amontana. Sur la gauche, l'escalier conduit à l'entrée du Rova. Ici vécut Andrianampoinimerina, de 1788 à 1810. Visite tous les jours de 9h à Ilh et de 14h à 17h. Fermé le lundi. Possibilité de se restaurer. Très beau panorama. Ambohimasimbola : Près de Beravina, à 7 km de la capitale (4 km sur la RN 1, puis à gauche), ce village est au fond de la tête de vallée d'Ampandrana. Ancienne capitale vazimba, c'est là que la royauté merina s'installa entre 1400 et 1500. A voir, la vieille porte d'entrée. Analamanga: Le palais de la reine. C'est Andrianjaka, fils de Ralambo, qui s'empara de la cité des mille. Son règne dura vingt ans de 1610 à 1630. 28

-

-

Antsahadinta: Au Pk 6 de la RN 1 (Ampitatafika), tourner à gauche après le pont à double voie qui franchit la Sisaony, puis parcourir 12 km. C'est une des collines non contestées qui mérite le déplacement. Fondée en 1725 par un roitelet, ce village offre un superbe point de vue sur la vallée. Tombeaux, rova, pierre cylindrique et pierres levées font partie du décor. IIafy : La plus connue des collines, où vécut Jean Laborde. Prendre à droite sur la RN 3 au Pk 8, juste après l'usine de la SMC (Société malgache de couvertures). Elle fut le fief de Radama II et des menamaso (yeux rouges). Merimanjaka: Sur la RN 7, au Pk 9,2 (Andoharanofotsy), suivre à gauche pendant 2 km en direction d'Ambohijanaka. Capitale de transition sous le règne de Rangita et de Rafohy, cette localité se dispute la vérité avec Alasora. Namehana / Sabotsy: Plus connu pour son marché du samedi, ce village est situé à 10 km sur la RN 3. Pour monter vers la colline sacrée et boisée, il faut passer devant une belle église. 2.2.2 Autres villages - Ambatofotsy : Au départ de Tananarive, prendre à droite au Pk 10 de la RN 3. On peut même prendre à droite juste après la pancarte SABOTSY et l'on retrouvera la route 200 mètres plus loin. Continuer pendant 2 km et peu avant le premier hameau, prendre à gauche et au bout à droite. Le tombeau de Rabearivelo J.J, célèbre poète (1901-1937), est à 50 mètres. - Ambatomanoina : Considéré comme une des douze collines sacrées, ce vieux village donna naissance aux trois souveraines de la dynastie merina qui régnèrent au début du XIXe siècle. Pour s'y rendre, aller jusqu'au Pk 21.4 de la RN 2, puis continuer à pied pendant 1,5 km. - Ambohibao : Outre le fameux plan d'eau et son excellent restaurant (Le Nouveau Relais) se cache un lieu de culte. On prendra à gauche en venant de Tana, au Pk 8.8 sur la RN 4, pour passer devant l'hôtel "Le Refuge". Suivre le goudron jusqu'au bout où il se divise en deux pistes au niveau de l'église. A droite, le canal des souverains merina, à gauche le site boisé et sacré d'Andranoro. La route effectue un droite/gauche avant de déboucher sur un terrain vague où l'on peut garer le véhicule. Sur la droite, une route empierrée descend vers le lieu saint. Pour visiter, obligation de se déchausser et d'arriver avant 17h. Ampitatafika : Au Pk 8 de la RN 1, sur les bords de la Sisaony. De ce petit bourg, il est possible de se rendre aux deux collines sacrées d'Ambohidrapeto (à droite) et d'Antsahadinta (à gauche).

-

-

-

-

29

- Andnunasina: Prendre à gauche après le pont du Pk 22.2 sur la RN 7. Le village est à 18 km. On traverse le hameau d'Ankorona, puis la piste longe la Sisaony. Après avoir passé Ambohitrandriana, on découvre une route bordée d'arbres aux essences les plus variées. Belles gorges boisées, jolie chute, possibilité de pique-nique. Si l'état de la piste le permet, on peut continuer jusqu'au réservoir de Tsiazompaniry dans un cadre sauvage et grandiose (le barrage est à 64 km de la RN 7). De là, on peut encore pousser plus au nord jusqu'au village d'Angodongodona.
, - Antelomita: Prendre l'itinéraire Jean Laborde (à partir de la RN 2) jusqu'à Anjeva, puis laisser la piste qui mène à Ambatomanga et continuer tout droit pendant Il km. Centrale électrique sur les bords de l'Ikopa, chutes et très jolis sites.

- Imerintsiatosika: A 28 km sur la RN 1 vers l'ouest, ce gros village traversé par une belle avenue bordée de grands eucalyptus est le point de départ d'une balade "escalade". Prendre à droite la direction de Morarano, puis au bout d'une dizaine de kilomètres, on contournera par l'ouest le gros rocher d'Antanongona (façade plus facile d'accès). Une autre promenade conduit à Ambohimandry en prenant à gauche à la sortie du village (environ 20 km). Enfin, 10 km plus loin sur la RN 1, s'embranche à gauche une route conduisant à l'ancienne station américaine de la NASA (observations spatiales).
- Mahitsy : A 30 km de Tana, ce petit bourg est à l'origine de nombreuses balades. La plus connue est celle qui conduit aux très belles chutes de l'Ikopa par une piste d'environ 10 km. Prendre à gauche en venant de Tana, dans la descente, pour se rendre au "lieu-dit" de Farahantsana. La piste court à travers des plantations de m1lriers et traverse plusieurs hameaux: Andranovaky, Ambohitrakely et Ambaniavaratra. A 13 km plus au nord de Mahitsy, sur la RN 4, s'embranche sur la droite une piste pour le charmant village de Mahabo, situé à 7,5 km. On découvrira la petite rivière d'Andrianamahabo, fraîche et accueillante, qui se déverse en cascades dans une piscine. Le retour sur Mahitsy, selon l'état de la piste, peut se faire par le col d'Antanetibe (environ 14 km). A partir de Mahitsy, une autre excursion permet de rejoindre l'aéroport d'Ivato par Nandihizana (direction Merimandroso ).

- Manankavaly : Accès par une piste de 6 km dont l'origine est au Pk 23.2 de la RN 2 en direction de Tamatave. Ce village agréablement fleuri est le centre d'une léproserie modèle. Pour les amoureux de balades sur pistes, il existe un autre itinéraire, repris par le road book au départ de Ilafy (voir cette localité).

- Manjakatompo : Situé à 1900 m d'altitude, ce hameau prit de l'importance depuis que l'on décida de reboiser la région en 1921. Un parcours de 15 km au départ d'Ambatolampy (à 60 km au sud de Tana, sur
30

la RN 7) permet d'accéder à la station forestière où s'amorcent de nombreux circuits pédestres.

- Merimandroso : A Il km d'Ambohimanga, par une piste saisonnière difficile ou à 22 km de Mahitsy (voir cette localité), ce village abrite un vieux collège de missions, plus que centenaire, ainsi qu'une très curieuse église anglicane de style 16ème, bien qu'édifiée en 1887.
- Talata-Volonondry : Terminus de la voie sacrée sur la RN 3. Ce
parcours passe par 4 collines sacrées.

- Tanjombato : Au Pk 7 de la RN 7, la sortie sud de Tananarive est marquée par un pont qui franchit l'Ikopa. Sur la droite se trouve la zone industrielle de Forello, la piste de gauche conduit à Alasora.

31

3.
DES ROUTES Er DES PISTES

3.1 LES PIÈGES DE LA ROtITE

3.1.1 En ville S'il vous arrive de prendre le volant à Tananarive, soyez très prudents les premiers jours, le temps de vous habituer. Un plan vous sera indispensable pour vous repérer, d'autant plus que la moitié des rues sont à sens unique. Dans les autres villes, votre seule préoccupation sera d'éviter les piétons distraits (gare aux enfants) et les nids de poule. En cas de panne, le chapitre 9 vous indiquera un bon mécanicien dans la plupart des villes et des villages. Premier point, les panneaux de sens interdit, de priorité et de stop, sont quasiment inexistants; de plus, les feux sont souvent symboliques. Automobiles en panne au milieu de la chaussée, feux hors d'usage, fumée d'échappement des bus, à la limite du supportable (surtout dans les tunnels), sont autant d'éléments qui ne facilitent pas la conduite; la progression est lente et problématique. Mieux vaut un bon taxi ... essayez une vieille 203, mais en tout cas, utilisez la carte du grand Tana au 1 : 10.000, avec les sens unIques. Secundo, la priorité est souvent à gauche et a fortiori dans les rondspoints quand vous vous y engagez. Méfiez-vous des allées transversales de l'avenue de l'Indépendance, elles sont à double sens pour permettre de faire un demi-tour dans l'avenue. Il faut prendre la première à gauche, de même lorsque vous arrivez d'une rue perpendiculaire à cette avenue et que vous désirez la traverser. D'ailleurs, sur certaines avenues à quatre voies (début de la RN 7) ou autour du Hilton, on roule à gauche! Tertio, les vols à la tire méritent que l'on s'y attarde. Il est impératif de remonter les vitres du véhicule surtout dans le centre (analakely, gare, poste centrale...) surtout si vous portez des lunettes de soleil ou des bijoux (fortement déconseillé). La technique des voleurs est éprouvée et cela se passe toujours lorsque vous êtes coincé dans un encombrement. Pour stationner, utlisezles "parkings" des hôtels. Dans le bas de la ville, seules les places devant la pizzeria de l'hôtel de France (0 Poivre Vert) sont surveillées; dans le haut de la ville seuls les gardiens du "Buffet du jardin" ou de l'hôtel Colbert sont fiables. N'hésitez pas à leur donner la pièce, c'est moins cher qu'un parcmètre ou qu'une serrure forcée. 33