//img.uscri.be/pth/75fb150b3d4b808db087bc9d8cdb997d235f8756
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Believe Me - Episode 5

De
49 pages
Believe Me - Episode 5
Il n’est pas le prince charmant, il est celui qui la comprend.
Voir plus Voir moins
20
Ben
L’amphithéâtre était plein. Normal. À leur place, moi aussi j’aurais voulu voir le clown s’écraser en vol pour la deuxième fois. Désolé, mais ce soir ça n’arriverait pas. J’étais fin prêt. Et surtout, j’avais confiance en moi. Je pouvais remercier Grace. La soirée chez Elle Cosmetics avait confirmé ce que j’avais tenté de nier pendant des semaines : j’étais en train de tomber amoureux. J’é tais peut-être même déjà carrément amoureux. Peu m’importait son passé, mes sentiments pour elle étaient enracinés dans le présent, dans le plaisir que j’avais d’être avec elle, au lit et ailleurs. Mon attirance physique du début s’était transformée en un sentiment profond, intense. En sentant arriver le désastre, j’avais essayé de freiner des deux pieds — en pure perte. Aujourd’hui, je n’avais d’autre choix que d’admettre que cette émotion inconnue, c’était de l’amour. J’aimais Grace et je n’avais jamais éprouvé ça, pour personne. J’avais entendu quelques mots de sa conversation avec ce fumier de Scott et, pendant une horrible seconde, il m’avait semblé qu’elle flirtait avec lui. Puis elle avait couru vers moi, et j’avais compris qu’il s’agissait d’une ruse pour le calmer. Je m’en voulais à mort de l’avoir soupçonnée, mais cette scène avait confirmé ce que je savais depuis le premier jour : Grace savait dire à un homme exactement ce qu’il vo ulait entendre. Dans ces conditions, comment avoir la certitude qu’elle était sincère avec moi ? Il restait un peu de temps avant le début de la con férence. J’observai mon auditoire, tout en gardant un œil sur la porte, en haut des marches. Grace allait arriver d’une minute à l’autre. Installé au premier rang, Cory parlait à sa voisine , une jolie blonde à la mine pimbêche. C’était un garçon formidable, et la fille qui sortirait avec lui aurait beaucoup de chance. Je le regardai tenter maladroitement une tactique d’approche. C’était fascinant de voir à quel point nous étions différents, lui et moi, et cependant si semblables. Ma confiance en moi n’était qu’une façade. Un show que j’avais mis au point pendant des années auprès d’une mère indifférente, après av oir compris que je n’avais rien à attendre de personne. Mais Cory n’était pas moi. Il n’avait pas besoin de faire semblant d’être quelqu’un d’autre, parce que, lui, il était génial au naturel. Pour autant, il n’était pas interdit de lui donner un petit coup de pouce. Je le rejoignis et lui tapai sur l’épaule. — Amie voudrait savoir si tu serais tenté par un petit débriefing en tête à tête, quand elle aura fini de tourner sa scène. Libre à la fille d’interpréter le « débriefing » co mme elle l’entendait. Si possible comme une séance de sexe torride. — Elle attend la réponse. Je lui dis que tu es disponible ? Je levai mon téléphone comme si je venais juste de recevoir un texto. Cory en resta la bouche ouverte pendant quelques secondes, puis se ressaisit. — Euh, oui, pas de problème. Il se racla la gorge. — Dites-lui que j’adorerais. Comme je m’éloignais, j’entendis sa voisine lui demander son numéro de téléphone. Jeu. Set. Et match. Je retournai m’asseoir et, soudain, comme si nos esprits étaient connectés, je sus que Grace venait d’entrer dans l’amphithéâtre. Je levai les yeux. Elle était bien là, dans l’encadrement de la porte, cherchant une place des yeux. Toutes mes tensions disparurent à sa vue et un sentiment de plénitude m’envahit.
Je m’étais acharné à la tenir à distance, parce que j’avais peur qu’elle me laisse tomber dès que l’attrait de la nouveauté se serait éventé. Et pourtant, elle était venue. Comme elle me l’avait promis. Elle était… Au moment où elle allait s’asseoir, elle s’arrêta subitement et regarda son téléphone. Un nœud se forma aussitôt dans mon ventre. Qui l’ap pelait ? Everly ? Sadie ? Elle répondit et, même à cette distance, je vis son visage pâlir. Elle fit demi-tour, ses cheveux auburn virevoltant sur ses épaules, et quitta la salle sans même m’adresser un regard.
TITRE ORIGINAL :REASON TO BELIEVE Traduction française :ÉVELYNE JOUVE Ce roman est publié avec l’aimable autorisation de Ballantine Books, une marque de Random House, une division de Penguin Random House LLC. Le visuel de couverture est reproduit avec l’autorisation de : Silhouettes : © shutterstock/royaltyfree/photoshooter2015 Réalisation graphique couverture : STUDIO Piaude Tous droits réservés. © 2016, Andrea Foy. © 2017, HarperCollins France pour la traduction française. ISBN 978-2-2803-6665-6
HARPERCOLLINS FRANCE 83-85, boulevard Vincent-Auriol, 75646 PARIS CEDEX 13. www.harlequin.fr Tous droits réservés, y compris le droit de reproduction de tout ou partie de l’ouvrage, sous quelque forme que ce soit. Cette œuvre est une œuvre de fiction. Les noms propres, les personnages, les lieux, les intrigues, sont soit le fruit de l’imagination de l’auteur, soit utilisés dans le cadre d’une œuvre de fiction. Toute ressemblance avec des personnes réelles, vivantes ou décédées, des entreprises, des événements ou des lieux, serait une pure coïncidence.