Apprentissage par le théâtre et les contes
400 pages
Français

Apprentissage par le théâtre et les contes

-

Description

Vecteur de la langue et de la culture, le théâtre permet aux apprenants de mettre leur parole en actes, de se confronter à la réalité linguistique et culturelle par une pratique civilisationnelle inclusive. La pratique théâtrale c'est faire parler son corps et ses émotions en même temps que sa langue, c'est se délier des contraintes et inhibitions, c'est s'exposer sans risques, c'est apprendre à s'adapter à toutes les situations. Apprendre par le théâtre, c'est interagir avec le monde.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 décembre 2018
Nombre de lectures 2
EAN13 9782140108457
Langue Français
Poids de l'ouvrage 49 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Sous la direction de Philippe MARHIC
Apprentissage par le théâtre et les contes La langue en action
Préface de Daniel Mesguich
Apprentissage par le théâtre et les contes
Nouvelles pédagogies Collection créée par Jean-Max Méjean et dirigée par Philippe Marhic À l'heure où l'école est sur tous les fronts, critiquée de toutes parts, et même remise en question dans sa forme et, quelquefois, son utilité, cette collection voudrait interroger tous les acteurs du système éducatif qui réfléchissent et ne se laissent pas aller à la morosité ambiante. S'il est vrai pourtant que la pédagogie a du mal actuellement à se régénérer, et si nous sommes plus enclins à la régression qu'à la progression (abandon de la méthode syllabique, abandon du collège unique, apprentissage à 14 ans, etc.), il existe encore des pédagogues qui tentent l'innovation et c'est eux que nous allons chercher afin qu'ils témoignent, humoristiquement, violemment, désespérément. Entre billets d'humeur, pamphlets et exhortations, il faudrait que la collection puisse réveiller le corps enseignant, mais aussi les élèves et les enseignants afin que tous comprennent la nécessité de se réapproprier vite cette école, ferment indispensable de toute société et de toute culture. Où est le temps de la païdeïa ? Où sont passées les utopies de 68 ? Pourquoi la guerre partout dans nos écoles et cet étalage gras de la violence dans les médias ? Au secours, on est en train de nous saborder, parce que la société va mal et parce que l'on n'a pas d'autre alternative à proposer à la jeunesse. Déjà parus Marianne ACQUAVIVA et Philippe MARHIC (dir.),EMI et pratiques médiatiques en milieux scolaire : Des instructions officielles au cœur des pratiques, Suivi de « J’ai rencontré des profs heureux »,2018 Sophie MOLINIE et Geneviève DI ROSA (dir), Feux croisés sur les pratiques en histoire des arts,2017Sylvie Leclerc-REYNAUD, Le cerisier et autres contes, balades philosophiques à travers les mathématiques,2016 Rahima CAUSSY (dir.),Le théâtre au lycée, 2015. Laurent GASPARD,Accompagner les lycéens vers le cinéma, éléments d’une pratique, 2015. COLLLECTIF « VIVRE LE CDI »,C'est de plus en plus fou tout ce qu'on peut encore faire au CDI !,2012. Frédérique MONTANDON,Les enfants et la musique. Visions de parents sur une activité extrascolaire, 2011. COLLECTIF « VIVRE LE CDI »,C’est fou tout ce qu’on peut faire au CDI : références théoriques et pratiques des professeurs- documentalistes, 2010 Gwénaële GUILLERM,Vous êtes sur Radio-Clype. Abécédaire d’une radio scolaire, 2009. Philippe MARHIC,L’enseignement individuel. Une alternative à l’échec scolaire, 2009.
Sous la direction de Philippe MARHICAPPRENTISSAGEPAR LE THEATRE ET LES CONTESLa langue en action Préface de Daniel MESGUICH
© L’Harmattan, 2018 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-15448-0 EAN : 9782343154480
L’éditeur remercie Mesdames Michèle BASQUIN, Béatrice BRIAND, Marie-Christine CENRAUD, ainsi que Monsieur Vincent PINEL, pour leur relecture attentive et leurs précieux conseils.
Sommaire Préface .................................................................................................................. ϵDaniel MESGUICH Avant-propos ..................................................................................................... ϭϭPhilippe MARHIC I – Témoignages et réflexions ............................................................................... ϭϯItinéraire d’un enfant du théâtre .....................................................................ϭϱAntoine PIGNOT Projet de classe à PAC théâtre ......................................................................... ϯϱPatriĐia CHABOT L’atelier Masques Peints sur le visage, ........................................................... ϰϭFlorenĐe CHANTRIAUX II - Le théâtre en pratiques .................................................................................. ϰϵLes tréteaux du poche ....................................................................................... ϱϭNiĐole CERVERA Le dispositif pédagogique des Tréteaux du Poche – Montparnasse ............. ϱϱNiĐole CERVERA « Le théâtre est une nourriture aussi indispensable à la vie que le pain et le vin. »(Jean Vilar) ............................................................................................. ϭϬϱChristine LUXARDO La « boîte à tout » ............................................................................................ϭϭϯBéatriĐe CHAMPEVAL Comment mener un atelier théâtre ? ............................................................ ϭϭϳDorothée RICHEZ Spectacle Les P’tits Loups .............................................................................. ϭϯϳNiĐole CERVERA L’enseignement du théâtre en milieu scolaire .............................................. ϭϱϳBrigitte CELOTTO III – Théâtre et FLE ........................................................................................... ϭϴϭEnseigner le français par le théâtre ............................................................... ϭϴϯAdrien PAYET Mettre la parole en acte .................................................................................. ϭϵϵAlex CORMANSKI
Le clown de théâtre ......................................................................................... ϮϯϭSéverine ROBLIN Une expérience de théâtre plurilingue et multiculturelle à l’université ..... ϮϲϭIsaďel VASQUEZ de CASTRO, Brigitte LABADIE, Roďerta, CONTERONACH
IV – Paroles de pro ............................................................................................. Ϯϳϯ
Mettre en scène la relation professeur-élève ................................................. ϮϳϱMaud BUINOUD Les rencontres artiste - public ........................................................................ϮϵϵFlorenĐe CHANTRIAUX La Compagnie du Chewing ............................................................................ ϯϬϵNiĐole POUGHEON La Fabrique des Petits Hasards ..................................................................... ϯϭϱAnne PUISAIS
V – Et le conte dans tout ça ? ............................................................................. ϯϱϭ
La place des contes dans les programmes scolaires ..................................... ϯϱϯRoxane PAILLIER Enfance et imaginaire : lecture et création autour des figures d’Alice ...... ϯϲϵMagali ERLICH, Christelle BLOT, Stéphanie TUR Conter au collège ............................................................................................. ϯϳϵ Christine LAVEDER
Préface
Dès la lecture des premières pages, à peine après avoir lu quelques articles – tous passionnants à divers titres – parmi ceux qui composent le livre que vous tenez entre les mains, je n’ai pu, je l’avoue, m’empêcher de penser déjà que nous étions bien en retard : comment a-t-on pu attendre si longtemps qu’un tel livre existât ? Et pourquoi, d’ailleurs, un, un seul, et non pas cinquante, deux cents autres livres, qui creuseraient, encore et encore, ce sillon fondamental : qu’il faut apprendre « par » le théâtre.
Et, lisant, je pensais – je rêvais : apprendre non seulement, certes, les langues étrangères, que l’on vivrait et ferait vivre, chaque fois, avec « invention », avec humour et « vue sur le monde », mais – puisqu’aussi bien il n’est pas de « matière » qui ne se dise, se parle, s’écrive, puisqu’aucune « matière » ne saurait échapper à la langue –toutesles « matières ».
 Annexeren soi des territoires nouveaux, c’est d’abord toujours, n’est-ce pas, se décoller momentanément de soi-même, laisser là un certain soi, et en devenir un autre (au théâtre, on le sait, on jouel’autre, de comme on dirait du piano, ou du couteau, et ce passage par l’autre, cette aspiration à l’autre, s’y retrouve partout, que cet autre soit le personnage, comme on dit, ou encore l’auteur, le partenaire, le spectateur, ou, mais oui, le texte, la mise en scène, et même la société, le monde, que sais-je ?)… Oui, pas d’apprentissage sans ajustement à l’hétérogène, c’est-à-dire sans mouvement, sans voyage…
Au fond, tout apprentissage avait toujours été théâtre, mais faible, voire piètre. Minimal, honteux. Assis. Et voici que ce recueil nous dit que ce n’est pas là une fatalité. Qu’on peut, qu’on doit,avouerle théâtre ; l’inventer, le laisser éclore, exploser, passer par les corps, par le « faire » ; et par d’autresmémoires.
 Directeur du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de 2007 à 2014, j’y ai, moi aussi, voulu que les cours d’anglais et d’histoire du théâtre, traditionnellement dispensés jusque-là, deviennent – comme les cours pratiques dits « d’interprétation » –théâtre: que les élèves apprennent l’anglaisen jouantles textes originaux de Harold Pinter, Tennessee Williams ou Shakespeare ; qu’ils apprennent l’histoire de leur arten jouant, dans de courts spectacles, les rôles des plus grands théoriciens de leur art, Stanislavski, Meyerhold, Brecht, Artaud, Vitez, etc. Mais j’avais moins de mérite, sans doute, que les signataires des articles de ce livre : je dirigeais une école d’acteurs !...
En vérité, j’avais voulu que la matière enseignée – le théâtre – emporte jusqu’au concept même d’enseignement. Qu’un « enseignement » ne puisse pas, indemne et inentamé, diriger, à distance et en toute sécurité, une « matière » qui aurait été le théâtre. Que, chez nous, l’enseignement, l’enseignement lui-même,fûtthéâtre. Non pas, donc, un enseignementen vuede faire du théâtre, mais
9