Aspect microscopique de la réactivité en chimie organique

Aspect microscopique de la réactivité en chimie organique

-

Livres
3 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Ajouté le 30 mars 2018
Nombre de lectures 10
Langue Français
Signaler un abus
Aspect microscopique de la réactivité en chimie organique (fiche - Terminale S)
Objectif Au niveau microscopique, les interactions entre sites donneurs et accepteurs d’électrons permettent d’expliquer la réactivité en chimie organique. L’électronégativité des éléments est à l’origine de l’existence de ces sites et des liaisons polarisées. Qu’est-ce qu’un site donneur ? un site accepteur ? 1. Électronégativité L'électronégativité permet d'expliquer la polarité des liaisons chimiques. a. Définition L’électronégativité, notéeχ, est une grandeur sans dimension qui traduit lacapacité d’un élément à attirer les électronsde la liaison de covalence. Plus un élément est électronégatif, plus il attire les électrons de la liaison, et plus son électronégativité est élevée. Il existe plusieurs échelles d’électronégativité : l’échelle de Mulliken, l'échelle d'Allred-Rochow, et l’échelle de Pauling (la plus utilisée). b. Échelle de Pauling Le tableau ci-dessous donne les valeurs de l'électronégativité des différents éléments chimiques.
On remarque que : • les gaz rares (dernière colonne à droite) ne sont pas électronégatifs ; • dans une même période (ligne) du tableau périodiq ue, plus le numéro atomique Z est élevé, plus l'électronégativité est élevée ; • dans un même groupe (colonne) du tableau périodiq ue, plus le numéro atomique Z est élevé, plus l'électronégativité est faible.
2. Polarisation d'une liaison Une liaison chimique peut être polarisée ou non. Lo rsqu'une liaison est polarisée, on dit que la molécule est polaire. a. Liaison de covalence