//img.uscri.be/pth/6115153638e575801baf1ad7014ff529bd034c44
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Ces OGM qui changent le monde

De
207 pages
Apparus dans les années 1980 pour remplacer les plantes à la base de l’alimentation animale et humaine, les OGM sont aujourd’hui produits par une poignée de multinationales détentrices d’un immense pouvoir économique. Ces grandes firmes, qui sont également fabricantes de pesticides et de médicaments, ambitionnent de breveter le vivant, de monopoliser le marché mondial de l’agro-alimentaire, et n’hésitent pas à dissimuler les données qui permettraient d’évaluer – comme il se doit – la dangerosité de leurs produits.
Face à cette mainmise, les pays divergent sur la politique à adopter. Pourtant le laxisme qui entoure les tests sur la santé et la traçabilité n’est plus tolérable. À quoi les OGM exposent-ils les hommes et l’environnement ? Leur technique de production est-elle fiable ? Les contrôles sont-ils suffisants ? Peut-on vraiment penser qu’ils apaiseront la faim dans le monde ? Les enjeux financiers à court terme auront-ils raison de la santé mondiale ?
Les recherches et contre-expertises de Gilles-Éric Séralini sur les impacts sanitaires et environnementaux des OGM commercialisés et des pesticides qu’ils produisent (ou absorbent) ont fait le tour du monde, divisant même les partisans de la première firme visée : Monsanto.
© Éditions Flammarion, Paris, 2004
© Éditions Flammarion, Paris, 2010, pour la présente édition
couverture : Photomontage d’après photos © Getty Images : Saumon © Lew Robertson, Riz © Chris Stein, Maïs © Burazin, Blé © Burazin, Salmonelle © S. Lowry/Univ Ulster, Fleurs de coton © Lauren Nicole, Tomates © Tanya Constantine, Germes de soja © Jo Kirchherr.
Voir plus Voir moins
CES OGM QUI CHANGENT LE MONDE
DU MÊME AUTEUR (extraits)
Après nous le déluge ?(avec JeanMarie Pelt), Flammarion/ Fayard, 2006. Génétiquement incorrect, Flammarion, 2003. Le Sursis de l’espèce humaine, Belfond, 1997 (prix Philips Science Frontières) ; rééd. revue et augmentée sous le titre Nous pouvons nous dépolluer !, Josette Lyon, 2009. L’Évolution de la matière, de la naissance de l’univers à l’ADN, Pocket, coll. « Explora », 1994.
Participation à des ouvrages collectifs : Médecines et Alimentation du futur, Le Courrier du Livre, 2009. Les 7 Familles du développement durable, Presse Entreprises, 2009. Aux origines des plantes. Des plantes et des hommes, Fayard, 2008. Regards croisés sur le commerce équitable, L’Harmattan, 2006. Santé et Droits de l’homme, vol. 2, Médecine & Hygiène, 2006. Ensemble sauvons notre planète, Guy Trédaniel, 2005. Dictionnaire des risques. Approche socioanthropologique, Armand Colin, 2003. La Guerre au vivant, Agone, 2001. Les Organismes génétiquement modifiés face au droit, Annonces de la Seine, 2000. Transgénique. Le temps des manipulations, FrisonRoche, 1998. Génie génétique. Des chercheurs citoyens s’expriment, Sang de la Terre/Écoropa, 1997.
GillesÉric SÉRALINI
CES OGM QUI CHANGENT LE MONDE
Édition revue et augmentée 2010
La première fois qu’apparaît un mot spécialisé, il est suivi d’un astérisque. dans le glossaire p. 183.
relevant d’un vocabulaire On trouvera sa définition
www.centrenationaldulivre.fr
© Éditions Flammarion, Paris, 2004 © Éditions Flammarion, Paris, 2010, pour la présente édition ISBN : 9782081235007
Introduction
Pour la toute première fois dans l’histoire de la vie, une espèce, la nôtre, manipule la force de l’évolution à une vitesse industrielle : elle modifie artificiellement le patri moine héréditaire des êtres vivants et traverse les barrières sexuelles entre les règnes. Il serait préjudiciable, voire mal sain de ne pas s’interroger sur les régulations sanitaires et environnementales mises en place par les gouvernements pour contrôler une telle puissance, décrite soit comme un progrès contre la faim, soit comme une pollution géné tique automultiplicatrice. L’ensemble des populations du monde consultées * depuis le milieu des années 1990 sur les OGM agricoles préfère ne pas en manger ou avoir le choix. En Inde, en Indonésie, au Japon, au RoyaumeUni, en France…, les OGM – cultivés sur plus de cent millions d’hectares dans le monde ! – sont la cause de suicides ou d’emprisonne ments ; on brûle, on arrache, on insulte, on accuse, on se lance des arguments inconciliables à la tête jusqu’à créer un climat de haine entre pro et antiOGM. Les lobbies, quant à eux, déguisent la vérité… C’est pourquoi cet ouvrage se propose de donner une grille de lecture prag matique de ce qui change et divise le monde dans un des e domaines majeurs duXXIsiècle : la génétique.
8
CES OGM QUI CHANGENT LE MONDE
Le continent américain continue à produire plus de 95 % des OGM alimentaires – hors cotons chinois et indien – sans vouloir les étiqueter ni les tester préalable ment sur les animaux plus de quelques mois. Il les bana lise, s’insurgeant contre le protocole international de 1 biosécurité qui contrôle les échanges aux frontières 2 d’OGM vivants dans plus de cent cinquante pays, comme il a été fait pour la régulation du climat depuis les accords de Kyoto. Les ÉtatsUnis, principaux produc teurs du monde, n’ont pas voulu s’associer à cet accord adopté à Carthagène en 2000 et soutenu par le pro gramme des Nations unies pour l’environnement. Les OGM, protégés par des brevets détenus par quelques multinationales, et représentant pour cette raison un des plus grands enjeux économiques de tous les temps, ont été conçus dès les années 1980 pour rem placer à l’échelle mondiale les plantes qui sont à la base de l’alimentation animale et humaine (en particulier le 3 soja et le maïs ). Mais les principaux pays producteurs n’ont pas conçu de réglementation pour que les aliments issus de semences génétiquement modifiées soient testés sur la santé à moyen et à long terme, puis étiquetés et ainsi distingués des autres. Une partie importante du débat est née de là. Nous venons d’ailleurs de montrer, fin 2009, les effets secondaires de trois maïs OGM commercialisés sur la santé des mammifères : entre autres,
1. www.biodiv.org. Nous reviendrons plus loin sur ce protocole (voir p. 57). 2. On désigne ainsi les organismes génétiquement modifiés qui peuvent généralement se reproduire (certaines semences, récoltes, microbes, animaux) et non les produits issus d’OGM. 3. Sous forme de tourteaux de soja et de maïs (alimentation ani male), de lécithine de soja et d’amidon de maïs (alimentation humaine et animale), et de maïs doux en grains.