Clemenceau, la République, la Vendée

Clemenceau, la République, la Vendée

-

Livres
200 pages

Description

1906 : Georges Clemenceau fait sa première visite officielle en Vendée à La Roche-sur-Yon. Évoquant la Révolution, les chouans, la séparation de l’Église et de l’État, il prononce un discours grandiose selon Jean-Baptiste Duroselle. Dans ce livre, après une biographie du Tigre, l’auteur replace le discours de Clemenceau – jamais encore publié – dans son contexte social, politique et humain durant la période troublée des Inventaires. Le livre est illustré de nombreuses photos et documents ; certains sont inédits.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 1999
Nombre de lectures 2
EAN13 9782842383015
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
CLEMENCEAU, LA RÉPUBLIQUE, LA VENDÉE
LES VENDÉENS ET LA RÉPUBLIQUE
insi, au début du siècle la République apparaît A triomphante et ses valeurs largement admises par l’opinion publique comme le montrent, par exemple, les résultats des élections de 1902. Mais elle ne fait pas l’una-nimité. D’une part elle commence à être contestée par les socialistes qui élaborent un autre projet politique. D’autre part, elle continue à être refusée par les droites, du moins par les parties les plus intransigeantes de celles-ci, qui se regroupent derrière le drapeau catho-lique et proposent un autre modèle inspiré du passé. De cette dernière résistance au modèle républicain la Vendée est devenue le symbole.
LA VENDÉE CONTRE LA RÉPUBLIQUE ?
Pourquoi la Vendée symbolise-t-elle l’opposition à la République ? D’abord à cause d’une confusion entre les mots. Ensuite à cause d’une nette orientation des électeurs du dépar-tement en faveur des conservateurs les plus intransigeants.
47
* Jean-Clément Martin : "La Vendée, région-mémoire" in "Les lieux de mémoire. 1. La République", Paris, Gallimard, 1984.
CLEMENCEAU, LA RÉPUBLIQUE, LA VENDÉE
VENDÉE : LE DÉPARTEMENT ET L’INSURRECTION
Dès la période révolutionnaire en effet le mot Vendée a un double sens. Depuis 1790 il désigne le nouveau département correspondant à peu près aux limites de l’ancien Bas-Poitou. À partir de 1793 il sert aussi à dénommer le mouvement insur-rectionnel qui se développe au sud de la Loire, dans une région beaucoup plus vaste comprenant le nord du département de la Vendée, mais aussi le sud de la Loire-Inférieure, le sud-ouest du Maine-et-Loire et le nord des Deux-Sèvres.
C’est *« pendant la Révolution française, et contre elle, que la Vendée s’est définie et fait connaître, à la suite de la longue guer-re qui se déroula sur son sol de 1793 à 1796. L’image qu’elle acquiert alors, la région la gardera ensuite, en même temps que ses habitants conservent et transmettent les souvenirs des combats et des massacres. S’établissaient à cette époque les bases d’une tradition qui fit de la Vendée une région particulière, marquée par les souvenirs, la mémoire de cette guerre. » Dans le département de la Vendée même l’insurrection touche donc le nord (marais breton, bocage), mais elle se heur-te à une forte résistance dans le sud (plaine, marais poitevin, littoral). Il n’y a donc pas coïncidence entre le mouvement social et politique de 1793 et la circonscription administrative. Mais le fait d’employer un seul mot pour désigner ces deux réalités a créé de fréquentes confusions et favorisé une sorte d’assimilation entre Vendée insurgée et Vendée départementa-le, cette dernière devenant bientôt synonyme d’insurrection et de contre-révolution.
48
Niort
LE FIEF D’UNE DROITE COMBATIVE
Zone disputée entre Blancs et Bleus en 1793
La Roche-sur-Yon
Les Herbiers
Châtillon
Zone demeurée sous contrôle des troupes républicaines Zone sous contrôle des Blancs de mai à septembre 1793 Principaux « fiefs » vendéens (1795-1796)
Fontenay
Bressuire
Coron
Paimbœuf
Machecoul
Points de résistance républicaine
Principaux foyers insurrectionnels (mars 1793)
St-Florent-le-Vieil
Nantes
Les Sables d’Olonne Luçon
Montaigu
Legé
CLEMENCEAU, LA RÉPUBLIQUE, LA VENDÉE
Aspects de la Vendée insurgée, d’après Jean-Clément Martin, « La guerre de Vendée en 30 questions ». Geste éditions.
Clisson
Cholet
49
Cette confusion est renforcée par le fait que la Vendée e départementale est considérée pendant tout le XIX siècle comme un fief de la droite la plus opposée à toute évolution politique rompant avec la tradition. Après la guerre civile de 1793 et la répression de 1794, une nouvelle révolte éclate en 1795. Puis d’autres troubles plus ou moins importants, en 1799, 1815, 1832, renforcent l’image contre-révolutionnaire accolée au département de la Vendée. Dès l’établissement du suffrage universel en 1848 le rapport de forces apparaît très favorable aux conservateurs dans le département puisqu’ils obtiennent sept sièges contre deux aux républicains. Cette orientation à droite est confirmée lors du
CLEMENCEAU, LA RÉPUBLIQUE, LA VENDÉE
retour à la liberté du suffrage universel au début de la e III République. Ainsi lors des neuf élections législatives géné-rales qui se déroulent de 1876 à 1906, les Vendéens choisissent 40 députés conservateurs contre 15 républicains. Sept de ces élections sont favorables aux Blancs, une seule aux Bleus (en 1893), une autre donnant un résultat équilibré (trois sièges pour chaque camp en 1876).
Cette droite largement majoritaire est en outre très conser-vatrice. Le poids des légitimistes y est primordial alors que les conservateurs plus modérés n’y sont pas ou sont peu repré-sentés. C’est une droite combative à l’image de Baudry d’Asson, député royaliste au verbe haut et volontiers provocateur, ce qui lui vaut d’être expulsé de la Chambre des députés. C’est une droite opposée à la politique du ralliement esquissée à partir de 1889. Une droite qui doit toutefois tenir compte de l’absence de perspectives monarchistes et se regrouper au début du siècle derrière le thème de la "défense catholique" autour des éléments les plus intransigeants du clergé.
Cette domination de la droite est particulièrement nette lorsque les enjeux politiques généraux sont forts. Mais on peut constater un timide et provisoire rééquilibrage quand la République apparaît plus conservatrice ou lorsque les enjeux semblent moins importants, notamment lors des élections par-tielles. Pendant cette période, le département de la Vendée appa-raît donc majoritairement conservateur. Pourtant il n’est pas unanime, car il comprend aussi une minorité républicaine net-tement affirmée. Or ces oppositions politiques se retrouvent au plan géographique : il y a en Vendée un territoire "blanc" et un territoire "bleu".
50