//img.uscri.be/pth/b47153735d8965c47b7db71a25bab3b2dbb52962
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Genèse des musiques d'Amérique latine

De
560 pages
C’est dans les Amériques que sont nées et se sont épanouies les deux grandes inventions musicales du XXe siècle : le jazz et la « musique latino ». Celle-ci est l’objet de ce livre qui retrace sa genèse depuis la fin du XVe siècle jusqu’au début des enregistrements sonores. L’ouvrage débute par la confrontation de trois traditions musicales à la fin du XVe siècle : l’ibérique, dans laquelle le « populaire » est intimement lié à ce que nous appelons aujourd’hui la « grande musique » ; l’amérindienne, fortement ritualisée ; et l’africaine, qui accorde une importance majeure au rythme et aux percussions. Dans le mélange instrumental, mélodique et textuel qui s’opère au fil des siècles dans le cadre des grandes festivités religieuses baroques, les esclaves et affranchis d’origine africaine jouent un rôle de premier plan donnant à la musique (sons, chansons, gestes) une sensualité et une liberté de mouvements toutes nouvelles. Créativité permanente, la musique des Amériques, espagnole et portugaise, se décline sur une longue durée où le fado, la samba, le tango, les congadas, la rumba et les corridos, parmi nombre d’autres genres, deviennent des marques identitaires des peuples latino-américains. Dans cette gestation, des ponts unissent ces musiques aux premières manifestations du jazz, ainsi qu’à la musique flamenco des Gitans andalous.
Voir plus Voir moins
C’est dans les Amériques que sont nées et se sont épanouies les deux grandes inventions musicales du XXe siècle : le jazz et la « musique latino ». Celle-ci est l’objet de ce livre qui retrace sa genèse depuis la fin du XVe siècle jusqu’au début des enregistrements sonores. L’ouvrage débute par la confrontation de trois traditions musicales à la fin du XVe siècle : l’ibérique, dans laquelle le « populaire » est intimement lié à ce que nous appelons aujourd’hui la « grande musique » ; l’amérindienne, fortement ritualisée ; et l’africaine, qui accorde une importance majeure au rythme et aux percussions. Dans le mélange instrumental, mélodique et textuel qui s’opère au fil des siècles dans le cadre des grandes festivités religieuses baroques, les esclaves et affranchis d’origine africaine jouent un rôle de premier plan donnant à la musique (sons, chansons, gestes) une sensualité et une liberté de mouvements toutes nouvelles. Créativité permanente, la musique des Amériques, espagnole et portugaise, se décline sur une longue durée où le fado, la samba, le tango, les congadas, la rumba et les corridos, parmi nombre d’autres genres, deviennent des marques identitaires des peuples latino-américains. Dans cette gestation, des ponts unissent ces musiques aux premières manifestations du jazz, ainsi qu’à la musique flamenco des Gitans andalous.