La Fayette, nous voici !

La Fayette, nous voici !

-

Livres
200 pages

Description

Le 6 juin 1918 a vu tomber plus de soldats américains sur le sol français que le célèbre débarquement de 1944. Qui le sait  ?
Un historien de la guerre peut tout étudier  : la stratégie, les armes, la médecine militaire et même les vêtements, mais c’est bien la capacité à tuer autrui qui reste centrale. En creusant la question des pics de mortalité durant le premier conflit mondial, Jean-Michel Steg envisage la guerre au moment d’un paroxysme  : celui où les jeunes appelés et volontaires tombent sous les balles et les baïonnettes ennemies. Après un premier opus consacré aux morts français (22  août 1914) et anglais (1er  juillet 1916), il clôt sa trilogie par le jour le plus meurtrier de la «  Der des Ders  » pour les Marines américains, dans un petit bois de l’Aisne.
Pourquoi un gouvernement neutre en 1914, poussé par une population largement pacifiste, finit-il par s’engager aux côtés des Alliés en 1917  ? Le bilan des pertes américaines peut sembler faible par rapport aux morts français et britanniques, mais il ne l’est pas, rapporté aux effectifs réellement engagés et au nombre de jours de combats.
Avec La Fayette, nous voici  !, récit vivant d’un épisode funèbre, Jean-Michel Steg nous fait partager l’engagement intense des Américains dans la Grande Guerre.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 25 avril 2018
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782213707617
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Cartes réalisées par Philippe Paraire.
Couverture : Antoine du Payrat Illustration © Soldats américains à la cote 204 au bois Belleau (Aisne, France). En 1918. Coll. Bourseaux / adoc-photos Dépôt légal : avril 2018 ISBN : 978-2-213-70761-7 © Librairie Arthème Fayard, 2018.
DU MÊME AUTEUR
22 août 1914. Le jour le plus meurtrier de l’histoire de France, Fayard, 2014. Ces Anglais morts pour la France. Le jour le plus meurtrier de l’histoire britannique. er 1 juillet 1916, Fayard, 2016.
Pour E., R. et G.
« I have a rendez-vous with Death At some disputed barricade When Spring comes back with rustling shade And apple blossoms fill the air I have a rendez-vous with Death When Spring brings back blue days and fair. »
Alan Seeger (1888-1916)
« J’ai un rendez-vous avec la Mort Auprès de quelque barricade contestée Quand repasse le printemps avec son ombre fredonnante Et que l’air embaume de la fleur des pommiers J’ai un rendez-vous avec la Mort Quand le printemps ramène des journées bleues et douces. »