Les commandos de l

Les commandos de l'Affiche rouge

-

Livres
320 pages

Description

Fin 1942. Dans Paris occupé par les Allemands, l'ouvrier poète Missak Manouchian prend la tête d'un groupe de jeunes juifs, hongrois, polonais, roumains, espagnols, italiens, arméniens, tous déterminés à combattre pour libérer la France. Dans la clandestinité et au péril de leur vie, les membres de ce groupe vont devenir des héros. Leurs actions : harceler l'occupant, dérailler les chemins de fer, arrêter les dénonciateurs. Les services spéciaux de la police anticommuniste de l'État vichyste, le B1 et le B2 installés à la préfecture de police de Paris depuis aout 1942, sous les ordres du chef de la police de la sécurité, et de deux agents, Roger et Albert, infiltrés dans les organisations immigrées, permettent les arrestations des 23 combattants de la première section parisienne de l'Armée secrète, fin novembre 1943. Le 21 février suivant, les membres du groupe de Manouchian sont condamnés à mort. Les nazis vont faire de cette arrestation une propagande outrageuse et placarder des affiches de ces hommes, transformés en criminels, sur les murs du Tout-Paris et dans la France entière : l'armée du crime". Le jour même, à 15 heures, au mont Valérien, des salves de balles vont cribler les corps de ces résistants. Arsène Tchakarian, dernier survivant de ces clandestins, continue à faire vivre la mémoire de la Résistance et pose la question sans détours. Il donne le nom du coupable, celui qui a sonné la mort de ces compagnons de l'ombre.".

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 mai 2012
Nombre de lectures 13
EAN13 9782268074887
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Les commandos de L’affiche rouge
Du même auteur
Les Fusillés du mont Valérien, L’ÉCRItOIRE, 1991. Les Francs-Tireurs de l’Affiche rouge, ÉDItIONS SOCIàlES, 1986.
arsÈne Tchakarian àvEC là COllàbORàtION DEhÉLÈne kossÉian
LES COMMàNDOS DE l’aFFICHE ROUGE
La vérité historique sur la première section de l’Armée secrète
oUvRàGE pRéSENté pàR VlàDIMIR féDOROvSKI
Afin de conserver leur authenticité, les documents en annexes du livre ont été reproduits dans leur état initial, avec les erreurs diverses figurant sur les originaux.
Les documents en annexes proviennent des archives d’Arsène Tchakarian.
TOUS DROItS DE tRàDUCtION, D’àDàptàtION Et DE REpRODUCtION RéSERvéS pOUR tOUS pàyS.
© ÉDItIONS DU rOCHER, 2012.
isBnversion papier: 978-2-268-07406-1 ISBNversion pdf : 978-2-268-07695-9
1944. BIENtôt qUàtRE àNS qUE là fRàNCE ESt OCCUpéE pàR l’àRMéE HItléRIENNE. PàRtOUt DàNS lE MONDE, lES COMbàtS FONt E RàGE. màIS lES tROUpES DU iii rEICH NE SONt plUS INvINCIblES COMME EN 1940. aU FIl DES MOIS, EllES SUbISSENt DES REvERS IMpORtàNtS SUR lES FRONtS DE l’eSt, D’aFRIqUE Et DE méDItERRàNéE. á l’àUbE DE là lIbéRàtION NàtIONàlE, CES vàINqUEURS àRROGàNtS Et lEURS COMplICES MONtRENt DE plUS EN plUS CRûMENt lEUR vRàI vISàGE. cElUI DE là bàRbàRIE.
PROlOGUE « mORtS pOUR là fRàNCE »
17 FévRIER 1944 – 9 HEURES DU MàtIN. uNE COUR MàRtIàlE àllEMàNDE ESt RéUNIE DàNS lES SàlONS DE l’HôtElContinental. dàNS UNE IMMENSE SàllE làMbRISSéE D’OR, àSSIS SUR DES CHàISES GàRNIES DE vElOURS ROUGE, vINGt-tROIS HOMMES Et UNE FEMME SONt MENOttéS DEUx pàR DEUx FàCE À DEUx GRàNDES FlàMMES DE GUERRE àllEMàNDES ENCàDRàNt l’EMblèME DU rEICH : UN àIGlE Et UN pORtRàIt DUFührer. á GàUCHE, lE pROCUREUR. á DROItE, lES DéFENSEURS. dEvàNt lES àCCUSéS, l’INtERpRètE. sOMptUEUSE MISE EN SCèNE pOUR UN SIMUlàCRE DE pROCèS DEStINé À IMpRESSIONNER l’àSSIStàNCE Et À pERSUàDER l’OpINION pUblIqUE qU’Il S’àGIt DE jUGER DE DàNGEREUx bàNDItS, DES « étRàNGERS » À là SOlDE DE LONDRES Et DE mOSCOU. JOURNàlIStES, pHOtOGRàpHES, CINéàStES, pERSONNà-lItéS ; fRàNçàIS, allEMàNDS Et étRàNGERS ONt été INvItéS. LE pROCèS DIt DES « vINGt-tROIS » ESt àbONDàMMENt REtRàNSMIS pàR là pRESSE Et là RàDIO. QUI SONt CES « vINGt-tROIS » ? dES RéSIS-tàNtS. iNCàRCéRéS àpRèS lEUR àRREStàtION EN NOvEMbRE Et DéCEMbRE 1943, INtERROGéS, tORtURéS qUOtIDIENNEMENt DEpUIS plUS DE tROIS MOIS, CHOISIS pàR lES bOURREàUx pàRMI DES CENtàINES D’àUtRES EMpRISONNéS, DU FàIt DE lEUR àppàRtENàNCE À UNE ORGàNISàtION SECRètE COMpOSéE ESSENtIEllEMENt D’IMMIGRéS. PàRMI CES « vINGt-tROIS », tROIS fRàNçàIS.
7
Les commandos de L’affiche rouge
LE 21 FévRIER àU MàtIN, lE vERDICt tOMbE. LES « vINGt-tROIS » SONt CONDàMNéS À MORt. Là SENtENCE pRéCISE qU’IlS ONt CINq jOURS pOUR pRéSENtER lEUR RECOURS EN GRâCE. eN RéàlIté, CEttE ClàUSE NE SERà pàS RESpECtéE CàR, DèS lE DébUt DE jàNvIER 1944, lEUR SORt ESt DéjÀ àRRêté. Là DéCISION RENDUE pàR lE tRIbUNàl MIlItàIRE DE là RUE BOISSy-D’aNGlàS, À PàRIS, FORMé UNIqUEMENt DE tROIS À CINq OFFICIERS àllEMàNDS, SE RéFèRE UNIqUEMENt àUx DOSSIERS pRéSENtéS pàR là pOlICE DE SéCURIté NàzIE. LE jOUR MêME, À 15 HEURES, àU MONt VàléRIEN, DES SàlvES DE bàllES vIENNENt CRIblER lES CORpS DES « vINGt-tROIS ». TOUS SONt FUSIlléS àU MONt VàléRIEN, À l’ExCEptION D’UNE jEUNE FEMME, olGà BàNCIC, DéCàpItéE SàUvàGEMENt À stUttGàRt lE jOUR àNNIvERSàIRE DE SES tRENtE-DEUx àNS. eNtRéE àUjOURD’HUI DàNS l’hIStOIRE, l’« aFFICHE ROUGE » SyMbOlISE lES « vINGt-tROIS ».
***
Là pUblICIté ExCEptIONNEllE FàItE àU pROCèS Et UNE « aFFICHE ROUGE » plàCàRDéE SUR lES MURS DE PàRIS Et DE fRàNCE téMOI-GNENt DE là vIOlENCE àCHàRNéE DévElOppéE CONtRE tOUS CEUx qUI OSENt SE lEvER pOUR CRIER « LIbERté ! » àUx HEURES lES plUS SOMbRES DE l’oCCUpàtION. sOUS lES yEUx DES pàSSàNtS, lES pORtRàItS EN MéDàIllON DE DIx DE CES vICtIMES àRbORENt DES vISàGES DE SOUFFRàNCE. LEURS NOMS àUx CONSONàNCES étRàN-GèRES, MêME lORSqU’Il S’àGIt DU fRàNçàIS WItCHItz qUàlIFIé pOUR là CIRCONStàNCE DE « JUIF pOlONàIS », DéMONtRENt là vOlONté DE lEURS bOURREàUx DE lES pRéSENtER À l’OpINION pUblIqUE COMME DES « êtRES MENàçàNtS ». « JUIF, aRMéNIEN, COMMUNIStE, ROUGE, CHEF DE bàNDE, CRIMINEl pROFESSIONNEl, àRMéE DU CRIME… », lES vISàGES Et lES MOtS CHOISIS DOIvENt évEIllER là pEUR Et SOUlIGNER qUE là réSIStàNCE ESt lE FàIt D’UNE pOIGNéE D’étRàNGERS, ENNEMIS DE
8
« morTs Pour La france »
là fRàNCE. eN élàbORàNt CE SINIStRE SCéNàRIO, là pROpàGàNDE àllEMàNDE Et vICHyStE UtIlISE CES MàRtyRS pOUR CàCHER À l’OpINION pUblIqUE l’ExIStENCE D’UN MOUvEMENt pROFOND – là réSIStàNCE – àppROUvéE pàR là MàjORIté DES fRàNçàIS qUI àSpIRENt À là lIbéRàtION. cEttE GROSSIèRE OpéRàtION D’INtOxICàtION SE REtOURNERà CONtRE SES àUtEURS. LOIN D’INSpIRER là RépRObàtION, l’àFFICHE SUSCItE DE COURàGEUSES pRISES DE pOSItION. aU pIED DES MURS Où EllE ESt COlléE, DES FlEURS SONt DépOSéES. sOUS là pHOtO DES vICtIMES, lES MOtS « MORtS pOUR là fRàNCE » SONt éCRItS. hOMMàGES àNONyMES Et COMbIEN SIGNIFICàtIFS DES RESSENtI-MENtS DE CEUx qUI RISqUENt àUSSI lEUR vIE pOUR lES ExpRIMER. L’« aFFICHE ROUGE » NE FàIt pàS pEUR. aU CONtRàIRE. ellE RENFORCE CEttE HàINE CONtRE lES bOURREàUx – CEttE vOlONté DE vàINCRE lE FàSCISME pOUR lIbéRER lE pàyS Et lE MONDE.
eN plONGEàNt DàNS là ClàNDEStINIté D’UNE qUàRàNtàINE DE fTPf (fRàNCS-TIREURS Et PàRtISàNS FRàNçàIS), CE RéCIt REND HOMMàGE À CES MàRtyRS. fàUtE D’àRCHIvES pROpRES À l’àCtION ClàNDEStINE, DES zONES D’OMbRE SUbSIStENt ENCORE CàR lE MOt D’ORDRE étàIt À l’épOqUE DE NE làISSER àUCUNE tRàCE. néàNMOINS, qUElqUES DOCUMENtS ExIStENt, NOtàMMENt lES RàppORtS D’àCtIvIté FOURNIS CHàqUE SEMàINE àU cOMIté DE COORDINàtION DE l’aRMéE SECRètE pàR mISSàK màNOUCHIàN, DEpUIS Sà NOMINàtION COMME RESpONSàblE MIlItàIRE. dépOSéES DàNS DIFFéRENtES CàCHEttES DE là RéGION pàRISIENNE, DES COpIES DE CES DOCUMENtS, qUI FONt étàt DE SOIxàNtE-DOUzE àCtIONS, SONt RéCUpéRéES àpRèS là LIbéRàtION pàR Sà COMpàGNE, mélINéE. màIS, EN RéàlIté, UNE CENtàINE àU MOINS à été ExéCUtéE pàR NOtRE FORMàtION ENtRE lE 17 MàRS Et lE 12 NOvEMbRE 1943. TOUS lES RàppORtS N’ONt DONC pRObàblEMENt pàS été REtROUvéS. réDIGéS tRèS bRIèvEMENt, CE SONt DES COMMUNIqUéS MIlItàIRES qUI S’EN tIENNENt À l’ESSENtIEl.
9