Mali-France

Mali-France

-

Livres
584 pages

Description

Depuis l’année 2002, des universitaires maliens et français ont entamé une réflexion commune multidisciplinaire sur les liens entre les deux pays et les représentations réciproques, au sein d’un projet intitulé « Regards croisés France-Mali ». Il ne s’agissait pas de construire une « histoire officielle », de gommer les conflits ou les malentendus indissociables d’une longue histoire partagée ou de construire une histoire manichéenne, mais bien au contraire d’en prendre en compte toutes les complexités en intégrant la multiplicité des visions de l’Autre.





Cet ouvrage est l’un des aboutissements de ce travail commun, concrétisé par l’organisation de Rencontres à Bamako en janvier 2005. Ouvertes aux chercheurs du Mali et de France, d’autres pays africains ou européens, ces journées ont permis d’élargir les analyses et les thèmes initiaux, en posant comme principe qu’aucun sujet n’était tabou, qu’il concerne la période coloniale ou contemporaine, le rôle de la France au moment des indépendances, la place des anciens combattants, la politique de coopération monétaire (franc CFA) ou en matière de décentralisation. Cette approche offre également un autre éclairage sur des sujets brûlants de l’actualité malienne tels que les réformes de la filière coton ou le rôle des migrants.





Les contributions présentées ici n’épuisent pas les sujets possibles d’une réflexion commune. Elles témoignent de la nécessaire prise en compte de la complexité des réalités étudiées afin de ne pas céder aux stéréotypes, et d’échapper ainsi à la pétrification si facile des discours.



Ont contribué à cet ouvrage: Monique Bertrand, Pierre Boilley, Catherine Choquet, Cheick Chikouna Cissé, Christian Connan, Christophe Daum, Boubacar Séga Diallo, Anne Doquet, Françoise Dufour, Claude Fay, Vincent Géronimi, Philippe Hugon, Naffet Keita, Marina Lafay, Michèle Leclerc-Olive, Vittorio Morabito, Erika Nimis, Nicolas Normand, Naïma Pagès, Anne Richebois, Issa Sacko, Bernard Salvaing, Ibrahima Baba Sidibé, Lansina Sidibé, Cheick Oumar Sissoko, Tal Tamari, Mamadou Lamine Traoré, Marie Tranchet.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 novembre 2005
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782845867246
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Présentation
Depuis l’année 2002, des universitaires m aliens et français ont entam é une réflexion com m une m ultidisciplinaire sur les liens entre les deux pays et les représentations réciproques, au sein d’un projet in titulé « Regards croisés France-Mali ». Il ne s’agissait pas de construire u ne « histoire officielle », de gom m er les conflits ou les m alentendus indissociabl es d’une longue histoire partagée ou de construire une histoire m anichéenne, m ais bien au contraire d’en prendre en com pte toutes les com plexités en in tégrant la m ultiplicité des visions de l’Autre.
Cet ouvrage est l’un des aboutissem ents de ce trava il com m un, concrétisé par l’organisation de Rencontres à Bam ako en janvier 20 05. Ouvertes aux chercheurs du Mali et de France, d’autres pays afri cains ou européens, ces journées ont perm is d’élargir les analyses et les t hèm es initiaux, en posant com m e principe qu’aucun sujet n’était tabou, qu’il concerne la période coloniale ou contem poraine, le rôle de la France au m om ent des indépendances, la place des anciens com battants, la politique de coopération m onétaire (franc CFA) ou en m atière de décentralisa tion. Cette approche offre égalem ent un autre éclairage sur des sujets brûlant s de l’actualité m alienne tels que les réform es de la filière coton ou le rôl e des m igrants.
Les contributions présentées ici n’épuisent pas les sujets possibles d’une réflexion com m une. Elles tém oignent de la nécessair e prise en com pte de la com plexité des réalités étudiées afin de ne pas céd er aux stéréotypes, et d’échapper ainsi à la pétrification si facile des d iscours.
Sous la direction de
GEMDEV et Université du Mali
Mali - France
Regards sur une histoire partagée
Copyright
© Editions Karthala, 2018 Première édition papier, 2005
ISBN numérique : 9782811122072
http://www.karthala.com
Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre est st rictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve l e droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle d evant les juridictions civiles ou pénales.
Préface
Christian Connan SE Christian Connan, ex-Ambassadeur de France au Mali.
e suis particulièrem ent heureux de vous présenter a ujourd’hui les actes du J colloque « Regards croisés » de Bam ako. Cette publi cation m e touche, dans la m esure où elle constituera, après que le colloqu e lui-m êm e a perm is de faire connaître le program m e « Regards croisés » à un large public, la prem ière trace durable d’un projet à la naissance duquel j’a i contribué et en l’im portance duquel je crois.
Am bassadeur de France au Mali d’octobre 1998 à octo bre 2002, j’ai en plusieurs circonstances éprouvé com bien des lectures différen tes du passé com m un pouvaient entraîner une appréciation erronée de tel ou tel com portem ent actuel du partenaire et engendrer des interprétatio ns divergentes de faits présents. Les m alentendus qui en résultaient n’ont, pour ceux dont j’ai eu à connaître, guère eu d’incidences, m ais ils étaient d’autant plus rem arquables que les relations bilatérales étaient excellentes.
C’est ainsi que j’en suis venu à penser qu’il pourr ait être utile de confier à des équipes m ixtes d’historiens, français et m aliens, l e soin de procéder à une relecture conjointe du passé com m un à nos deux pays .
L’entreprise pourra paraître présom ptueuse. De par son am pleur tout d’abord.. De par les questions m éthodologiques qu’elle soulèv e ensuite. C’est ainsi que la sim ple délim itation de son cham p géographique ne va pas de soi. Non seulem ent, en effet, les frontières issues de la dé colonisation présentent, ici com m e ailleurs en Afrique, leur part d’artifice, m a is le Mali n’a pas toujours été le Mali, et les différentes entités successivem ent connues com m e « Em pires du Mali » ont occupé au cours de l’histoi re des territoires qui ne se recouvraient que fort partiellem ent ; le recours à la notion de Soudan ne saurait suffire à trancher le dilem m e.
Cette incertitude géographique ne doit cependant pa s être considérée com m e un problèm e, m ais com m e une invitation à élargir le cercle des chercheurs qui participent actuellem ent au projet à des collègues issus des pays voisins, d’Afrique de l’Ouest com m e « de l’autre côté du Sah ara », je veux dire d’Afrique du Nord. Com m ent ignorer l’influence m arocaine, et plus généralem ent celle des échanges trans-sahariens, sur le Nord de l’actu el Mali ? Seul aussi l’élargissem ent du cercle des participants perm ettr a d’aborder
progressivem ent, au fil du tem ps, la m ultiplicité d es sujets dont l’am bitieux dessein initial com m ande la prise en com pte.
Mais si l’entreprise est am bitieuse, voire peut par aître présom ptueuse, c’est plus encore dans son principe m êm e. Ne pose-t-elle pas, en dernière analyse, la question de la vérité historique ? Je n’avais pas l a naïveté d’espérer que la m éthode proposée perm ettrait d’obtenir la vérité, o bjective et irréfragable. Plus m odestem ent, il m e sem blait que la confrontati on des points de vue favoriserait une m eilleure connaissance réciproque des m anières de penser et des m otivations, et aiderait par conséquent à éclai rer, pour les responsables politiques aussi bien que pour les opinions publiqu es, certaines sources potentielles d’incom préhension.
En ce sens, « Regards croisés » est, à l’origine, u n projet politique. Pourtant, il ne s’agit évidem m ent pas d’écrire une histoire offi cielle, et le program m e ne pourra répondre à sa finalité et atteindre ses obje ctifs que dans la m esure où il est conduit par les chercheurs qui y participent, e n toute liberté, com m e un projet scientifique.
Il leur reviendra, tout d’abord, d’établir certains faits ; l’abondance des archives inexploitées est telle, en effet, que des pans entiers de cette histoire com m une dem eurent ignorés. Il leur reviendra, ensui te, de parvenir, dans toute la m esure du possible, à une interprétation p artagée de ces faits, sans m asquer les opinions dissidentes lorsqu’il ne sera pas possible dégager une interprétation consensuelle.
Ces objectifs ont dicté la m éthode. Après que l’am b assade de France au Mali se fut assurée de l’intérêt pour le projet des autorit és m aliennes com m e de ses propres autorités, deux m aîtres d’œuvre furent choi sis, en France le GEMDEV[1]FLASHau Mali le doyen de la  et [2], et, en décem bre 2000, un prem ier sém inaire a réuni à Bam ako, autour des serv ices concernés de l’am bassade de France, du m inistère m alien de l’édu cation et des m aîtres d’œuvre, des chercheurs reconnus, français et m alie ns, naturellem ent, historiens, m ais aussi économ istes, sociologues, ju ristes, ethnologues. C’est en effet, m e sem ble-t-il, un autre intérêt m ajeur de c e program m e que d’avoir adopté une approche pluridisciplinaire.
Après quelques interrogations et hésitations initia les, un accord est facilem ent intervenu sur quelques principes de base :
- la confirm ation de l’approche paritaire et pluridis ciplinaire,
- la volonté de traiter progressivem ent toute l’histo ire des relations franco-m aliennes depuis l’origine (ce qui im pliquer a, par exem ple, d’aborder la traite des esclaves),
- le choix de considérer en priorité, sans tabous, de s questions contem poraines qui ont pu donner lieu à controverse s (la sortie du Mali de la zone franc, les questions m igratoires),
- la décision de com pléter le program m e de recherche par un échange d’étudiants perm ettant à de jeunes Maliens et Franç ais de séjourner, pour plusieurs m ois, dans le pays partenaire, pour y procéder à des recherches d’archives ou aux enquêtes de terrain né cessaires pour m ener à bien leur travail de recherche (m aîtrise, m aster, doctorat de troisièm e cycle).
Les chercheurs intéressés ont été invités à se regr ouper, en fonction des affinités personnelles et des appétences respective s pour tel ou tel sujet, en binôm es franco-m aliens, ou, bien entendu, en équipe s plus larges dès lors qu’était respectée une certaine parité, et ce sont ces équipes qui ont choisi leur thèm e de recherche.
Cinq ans plus tard, les prem iers fruits de ce trava il collectif étaient présentés au colloque de Bam ako, dont voici les actes. J’espè re - et ne doute pas - que c’est la prem ière d’une longue série de publication s. Car l’œuvre entreprise est de longue haleine. Par ailleurs, on l’aura com pris, « Regards croisés » ne saurait se lim iter à un projet de recherche, m êm e s i celle-ci en est le fondem ent. Le program m e ne prendra tout son sens qu e si le résultat des travaux scientifiques qu’il prom eut sont diffusés, aussi largem ent que possible, auprès des responsables politiques économ iques et culturels des deux pays com m e auprès de leurs opinions publiques.
C’est dans cette perspective que s’est situé l’exce llent colloque de Bam ako, et l’on ne saurait trop rem ercier les organisateurs d’ avoir su associer diverses form es d’expressions – conférences, livres, film s, photos – pour perm ettre aux participants et au public de m ieux saisir dans tout e leur dim ension les sujets abordés.
Notes du chapitre
[ 1 ]Groupement d’intérêt scientifique pour l’Etude de la Mondialisation et du Développement
[2]Faculté des Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines
T a b l e
Préface(Christian Connan)
a
r
r
c
d e s
(Mamadou Lamine Traoré)
(GEMDEV et Université du Mali)
Altérités et pratiques de domination
m a t i è r e s
Représentations culturelles et imaginaires
Héritage colonial et coopération : acteurs et pratiques
Asymétries dans les relations économiques et monétaires internationales
Pre
re
ar  e
érités et pratiques de domination
1. Regards maliens et guinéens sur la culture et la religion face à la colonisation française(Bernard Salvaing)
Une méfiance générale face au pouvoir desKuffar
Rendons à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu !
La préservation d’une identité islamique et africaine
Les positions des différents protagonistes face à la culture occidentale
2. La confrérie Hamalliste face à l’administration coloniale française(Cheick Chikouna Cissé) e La situation socio-politique et religieuse à Nioro du début du XX siècle à la fin des années 1920
Qui est Yacouba Sylla ?
Le conflit avec les autorités coloniales
L’exil en terre ivoirienne : Gagnoa, nouveau foyer Hamalliste
3. Les traitements différents des communautés africaines par les Français (Elmouloud Yattara)
Le domaine de l’ordre et de la sécurité
De l’exercice des fonctions de chef
De la scolarisation
4. De l’identitaire au problème de la territorialité(Naffet Keïta)
Le projet saharien : une vision économique ou une reconfiguration territoriale L’OCRS : du territoire à la re-territorialisationversusirrédentisme Tamacheq Le spectre de l’OCRS et la fondation de l’Etat-nation du Mali
5. La stéréotypie comme processus de dominance dans les discours sur le Mali (Françoise Dufour)
La stéréotypie dans la formation discursive coloniale Du « progrès de la civilisation » au « développement »
6. Paradigmes de la « coutume » et réalité des pouvoirs au Maasina (Mali) (Claude Fay)
Pouvoirs et droits précoloniaux
Colonisation, loi et tradition
Le politique, l’administratif et le coutumier : variations post-coloniales
L’histoire entre coutume et droit : démocratie et décentralisation
Deuxième partie. Représentations culturelles et imaginaires
7. Un complot français au Sahara ? Politiques françaises et représentations maliennes…(Pierre Boilley)
1957-1963 : le sentiment malien d’un complot français
1963-1992 : Une méfiance durable
8. La représentation des Touaregs dans le roman saharien français(Marie Tranchet)
Des premières images au contour du mythe. L’irréductible étrangeté des Touaregs entre crainte et fascination : 1830-1918
Exaltation et apogée des représentations. Le roman colonial saharien de l’entre-deux-guerres Permanences et nouvelles perspectives : Vers une mise en conscience de cet imaginaire : 1950-1998
9. Nature des perceptions de l’autorité coloniale sur les populations de la boucle du Niger(Anne Richebois)
Émergence des représentations
Maturation : le temps de l’expérience de terrain
Se souvenir des populations
10.L’Homme du Nigeret ses sources d’inspiration(Vittorio Morabito)
L’Homme du Niger, réalisation et enjeux idéologiques du film
Le projet historique de l’Office du Niger, matrice du film La source littéraire, un regard intermédiaire inspirateur du film
11. Tous les Toubab ne se ressemblent pas(Anne Doquet)
Mali, un tourisme à visage humain France-Mali : les guides au cœur de l’ambiguïté Les Français et les autres : variations des représentations sur les touristes et les résidents
12. Les appréciations portées sur les traditions orales maliennes(Tal Tamari)
Troisième partie. Héritage colonial et coopération : acteurs et pratiques
13. Décentralisation et « réforme de l’État », à l’épreuve des pratiques de coopération(Michèle Leclerc-Olive)
Décentralisation et État
Analyser les décentralisations
Quelle expérience du politique ?
Démocratie locale et aide au développement : différents styles de coopération
Légitimité instrumentale ou légitimité politique ?
14. Le jumelage Allier-Niafunké, une coopération décentralisée entre un département français et un cercle malien(Marina Lafay)
Le jumelage Allier-Niafunké : une association de développement Des représentations des Maliens et des Français, convergences et ruptures Une histoire de « jumeaux »
15. Foncier urbain, transfert de modèles et logiques de ré-appropriation (Monique Bertrand)
Une triple rationalité coloniale
Du Soudan au Mali : lieux et contradictions de « l’indigénisation » Impératifs gestionnaires et nouvelles « conditionalités » internationales
16. Les relations franco-maliennes à la recherche d’un nouveau souffle (Ibrahima Baba Sidibé)
La volonté d’émancipation réelle
Les contraintes du pré carré Les éléments d’un renouvellement des relations franco-maliennes
17. Quelques éclairages sur les relations franco-maliennes à partir des paradoxes de la migration malienne(Christophe Daum)
Un regard paradoxal sur les Maliens de France et sur le Mali
Les émigrés et leur rapport au pays d’origine
18. De Nadar à Keita(Erika Nimis)
Premiers contacts : la période coloniale Bamako « capitale de la photographie africaine » De nouveaux échanges : la « photographie malienne » s’exporte en France
Quatrième partie. Asymétries dans les relations internationales économiques et diplomatiques
19. Des cauris au franc CFA(Boubacar Séga Diallo)
La période 1895-1922