//img.uscri.be/pth/4069763bb02eb4db257810d2c1d27db2c94e889d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Napoléon, l'esclavage et les colonies

De
374 pages
Oui, Napoléon Bonaparte a rétabli l’esclavage, après de longues hésitations. Oui, les généraux envoyés par lui aux Antilles ont férocement réprimé les révoltes des Noirs et des mulâtres. Mais c’est à ne pas replacer ces faits dans leur contexte que l’on perd le fil de l’histoire. C’est en oublier que le projet de Napoléon était d’abord géopolitique, que son ambition était « mondiale ». C’est ignorer que le rétablissement de l’esclavage intervient dans un monde où l’abolitionnisme balbutiait, son coût économique étant jugé insupportable par un secteur qui employait alors un Français sur dix.

Privilégier l’hypothèse « raciste », lire l’histoire à l’envers, d’aujourd’hui à hier et - pourquoi pas ? - à avant-hier, ne peut que contribuer à une utilisation déréglée d’une mémoire pourtant si utile lorsqu’elle ne se confond pas avec le militantisme partial.

Empoignant à bras-le-corps une affaire qui, c’est vrai, en a embarrassé plus d’un avant eux, Pierre Branda et Thierry Lentz ont repris le dossier de l’esclavage et des colonies pièce par pièce, à l’aide d’une documentation complète, parfois inédite. Comme toujours en histoire, ils en tirent un bilan qui n’a que faire des bons sentiments (sinon ils ne seraient pas historiens !).
Voir plus Voir moins
Oui, Napoléon Bonaparte a rétabli l’esclavage, après de longues hésitations. Oui, les généraux envoyés par lui aux Antilles ont férocement réprimé les révoltes des Noirs et des mulâtres. Mais c’est à ne pas replacer ces faits dans leur contexte que l’on perd le fil de l’histoire. C’est en oublier que le projet de Napoléon était d’abord géopolitique, que son ambition était « mondiale ». C’est ignorer que le rétablissement de l’esclavage intervient dans un monde où l’abolitionnisme balbutiait, son coût économique étant jugé insupportable par un secteur qui employait alors un Français sur dix.

Privilégier l’hypothèse « raciste », lire l’histoire à l’envers, d’aujourd’hui à hier et - pourquoi pas ? - à avant-hier, ne peut que contribuer à une utilisation déréglée d’une mémoire pourtant si utile lorsqu’elle ne se confond pas avec le militantisme partial.


Empoignant à bras-le-corps une affaire qui, c’est vrai, en a embarrassé plus d’un avant eux, Pierre Branda et Thierry Lentz ont repris le dossier de l’esclavage et des colonies pièce par pièce, à l’aide d’une documentation complète, parfois inédite. Comme toujours en histoire, ils en tirent un bilan qui n’a que faire des bons sentiments (sinon ils ne seraient pas historiens !).