De mère en fille: comment faire ressortir la lignée maternelle de votre arbre généalogique
96 pages
Français

De mère en fille: comment faire ressortir la lignée maternelle de votre arbre généalogique

-

Description

Saviez-vous que les femmes n’ont pas de nom de famille ? À la naissance, elles héritent du nom de leur père. Autrefois, à leur mariage, elles prenaient le patronyme de leur mari. Depuis la loi de 1984, l’épouse conserve le nom de famille de son père. Une fois qu’elle est mère, elle peut transmettre son patronyme à son enfant. Mais c’est encore un nom d’homme : celui de son père à elle !
Est-il possible pour une femme d’avoir un patronyme bien à elle ? OUI ! Comme l’explique Claire L’Heureux-Dubé, juge retraitée de la Cour suprême du Canada, dans la préface, « après plus d’une décennie de recherche sur les noms de famille des femmes et l’absence coutumière de ces noms dans la chaîne de filiation », l’auteur « est arrivé à une proposition vraiment novatrice : donner à chaque femme un patronyme personnel, distinct, héréditaire. »

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 0001
Nombre de lectures 46
EAN13 9782895442813
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

ISBN 2-89544-053-0
Pierre-Yves Dionne
Demèreenille
en ille
De mère
Comment faire ressortir lalignée maternellede votre arbre généalogique
Préface de Claire L’Heureux-DubéJuge (retraitée) de la Cour suprême du Canada
les éditions du remue-ménage Extrait de la publication
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Catalogage avant publication de la Bibliothèque nationale du Canada
Dionne, Pierre-Yves, 1928-
De mère en fille : comment faire ressortir la lignée maternelle de votre arbre généalogique Comrend des réf. bibliogr. Publ. en collab. : Éditions du remue-ménage ISBN 2-89544-053-0 1. Femmes – Généalogies – Méthodologie. 2. Généalogies. 3. Filiation matrilinéaire – Québec (Province). 4. Québec (Province) – Généalogies. I. Titre.
CS14.D46 2004
929’.I’082
Extrait de la publication
C2004-940404-0
Extrait de la publication
Révision et traduction : Robert Paré Impression : AGMV Imprimeur inc.
© Éditions MultiMondes et Éditions du remue-ménage 2004 ISBN 2-89544-053-0 Dépôt légal – Bibliothèque nationale du Québec, 2004 Dépôt légal – Bibliothèque nationale du Canada, 2004
Éditions MultiMondes Éditions du remue-ménage 930, rue Pouliot 110, rue Sainte-Thérèse, bureau 501 Sainte-Foy (Québec) G1V 3N9 Montréal (Québec) H2Y 1E6 CANADA CANADA Téléphone : (418) 651-3885 Téléphone : (514) 876-0097 Téléphone sans frais depuis Télécopie : (514) 876-7951 l’Amérique du Nord: 1 800 840-3029 info@editions-remuemenage.qc.ca Télécopie : (418) 651-6822 www.editions-remuemenage.qc.ca Télécopie sans frais depuis l’Amérique du Nord: 1 888 303-5931 multimondes@multim.com http://www.multim.com DISTRIBUTION EN LIBRAIRIEDISTRIBUTION ENBELGIQUE AUCANADALibrairie Océan Diffusion Dimedia Avenue de Tervuren 139 539, boulevard Lebeau B-1150 Bruxelles Saint-Laurent (Québec) H4N 1S2 BELGIQUE CANADA Téléphone : +32 2 732.35.32 Téléphone : (514) 336-3941 Télécopie : +32 2 732.42.74 Télécopie : (514) 331-3916 g.i.a@wol.be general@dimedia.qc.ca DISTRIBUTION ENSUISSE DISTRIBUTION ENFRANCESERVIDIS SA Librairie du Québec Rue de l’Etraz, 2 30, rue Gay-Lussac CH-1027 LONAY 75005 Paris SUISSE FRANCE Téléphone : (021) 803 26 26 Téléphone : 01 43 54 49 02 Télécopie : (021) 803 26 29 Télécopie : 01 43 54 39 15 pgavillet@servidis.ch liquebec@noos.fr http://www.servidis.ch Les Éditions MultiMondes et les Éditions du remue-ménage reconnaissent l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour leurs activités d’édition. Elles remercient la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) pour son aide à l’édition et à la promotion. Les Éditions MultiMondes remercient également le gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – gestion SODEC.
IMPRIMÉ AUCANADA/PRINTED INCANADA
Extrait de la publication
Préface
Après plus d’une décennie de recherche sur les noms de famille des femmes et l’absence coutumière de ces noms dans la chaîne de filiation, l’auteur a étudié diverses solutions pour corriger cette lacune. Il est arrivé à une proposition vraiment novatrice, une idée originale, intéressante, même fascinante, qui peut se résumer ainsi : donner à chaque femme un patronyme personnel, distinct, héréditaire. Voilà l’idée qu’il développe au long de son ouvrage en exposant le procédé permettant de l’appliquer.
Dans le contexte actuel, tant du Québec que du monde francophone, où l’adoption des doubles patronymes semble se généraliser, montrant ainsi le désir des femmes de transmettre leur patronyme à leurs descendants, sa proposition vient non seulement combler un vide mais encore servir de guide à tous ceux et celles qui cherchent une solution logique. Il faut en recon-naître la valeur et l’à-propos.
Cette proposition sera-t-elle bien accueillie ? Pourrait-elle être adoptée dans un avenir rapproché ? Bien futé qui le dira ! Nul doute, cependant, qu’elle causera un choc dans le monde de la généalogie, où elle suscitera autant l’approbation des novateurs que la négation des traditionalistes. Assurément, nul ne restera indifférent. Néanmoins, il y a fort à parier qu’une majorité de généalogistes se retrancheront dans la réconfortante attitude de l’attentisme.
Mais une telle attitude ne devrait pas persister bien longtemps. En effet, à mesure qu’elles reconnaîtront dans l’acquisition d’un patronyme propre un bénéfice certain non négligeable, c’est-à-dire leur identité par l’hérédité nominale et biologique, les femmes s’efforceront de découvrir leur véritable patronyme, celui de leur lignée maternelle. Pour leur part, les actuels porteurs de doubles patronymes seront bien heureux d’y trouver une solution simple à l’arrimage des quatre noms pour leur progéniture.
Extrait de la publication
De mère en fille
À cet ouvrage il faut donc reconnaître non seulement l’originalité, mais aussi la pertinence, surtout en ces temps d’incertitude et de confusion dans la quête de l’individualité. Le changement proposé ne pourra s’opérer que progressivement et la résistance à ce changement ne manquera pas d’en ralentir aussi l’adoption, mais force nous est de croire que « patience et longueur de temps » vaincront cette résistance naturelle au changement.
Je suis donc heureuse d’appuyer cette initiative et d’en recom-mander la diffusion. Je remercie l’auteur de nous révéler sa solution et je souhaite que nombreuses soient les femmes qui se voueront à sa promotion.
Claire L’Heureux-Dubé Juge (retraitée) de la Cour suprême du Canada
viii
Avant-propos
En Nouvelle-France, il était d’usage de ne pas insérer dans les documents officiels de mariage et de naissance le nom de famille des mères. Les actes ne contiennent donc que peu ou pas de renseignements à cet égard. Souvent aussi ces renseignements apparaissent sous différentes orthographes.
Mes recherches pour retrouver mon ascendance maternelle ont été longues et ardues. J’ai constaté que bien des femmes n’ont jamais enregistré leur identité propre. De surcroît, quelques-unes seulement ont laissé leur nom de famille à leurs descendants, des noms tôt perdus et oubliés, qui auraient pourtant bien illustré la contribution majeure et essentielle des mères à la croissance de la population.
Est-il possible de remédier à cette absence d’identité ? Certaine-ment ! Il est même opportun de le faire maintenant, alors que plus de femmes cherchent à s’émanciper. Le présent ouvrage en fournit le moyen ; il expose en détail la méthode pour donner son vrai patronyme à la femme et ainsi introduire la lignée maternelle.
Extrait de la publication
Extrait de la publication