De nouvelles conflictualités après la fin de la guerre froide

-

Livres
4 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 3
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0038 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
De nouvelles conflictualités après la fin re re de la guerre froide (fiche - 1 L - 1 ES -re Histoire pour adulte - 1 S)
Jusqu'à la fin des années 1980, les relations internationales sont caractérisées par la bipolarisation. Le monde bipolaire disparaît entre 1989 et 1991, date de la dislocation de l'URSS. Dès lors, les États-Unis se posent comme l'unique superpuissance et tentent d'imposer un « nouvel ordre mondial » fondé sur les valeurs du modèle américain. Cependant, l'histoire récente met en évi dence de nouveaux rapports de force, de nouvelles conflictualités qui témoignent de la complexité des relations internationales. 1. Un nouvel ordre mondial dominé par les États-Uni s ? a. Une domination sans partage La dislocation du bloc communiste marque le triomph e du camp démocratique et des États-Unis en particulier. Ce pays est désormais le seul à remplir les quatre critères qui fondent ce que l'ancien ministre des Affaires étran gères français,Hubert Védrine, nomme, l'«hyperpuissance». Ils disposent de la force économique, militaire , politique et culturelle qui leur permet d'exercer une influen ce décisive sur les affaires internationales.
La conjoncture nouvelle et la position hégémonique du pays sont l'occasion pour lui d'imposer unnouvel ordre mondialfondé sur les valeurs de la démocratie libérale et du capitalisme. La volonté est d'établir une «Pax Americana», une paix guidée par les États-Unis, devant garantir une stabilité du mo nde. Parmi les atouts dont dispose le pays, la supériorité militaire constitue un outil i ndispensable pour assurer ce rôle de gendarme du mondene et marine. Dans ce domaine, la capacité de projection aérien des forces est impressionnante. Le pays dispose de flottes sur tous les océans et mers du monde. La capacité d'intervention est appuyée pa r un système de communication ultramoderne avec ses satellites espions et ses éco utes téléphoniques tandis que l'arsenal nucléaire assure une réelle dissuasion. b. Une politique d'intervention concertée au début des années 90 Dans les premières années qui suivent la guerre fro ide, les États-Unis mènent à bien leur mission de « gendarme du monde » tout en s'attachant àpromouvoir le respect des institutions internationales. L'exemple le plus spectaculaire de la cohésion de l a communauté internationale est fourni lors del'invasion de l'Irak en août 1990. Les États-Unis interviennent sous couvert de l'ONU : le Conseil de Sécurité vote à l'unanimité une résolution créant une force multinationale d'intervention. Cette première guerre contre l'Irak de Saddam Hussein rallie une large coalition même si les trou pes sont principalement américaines. C'est le triomphe d'une vision multilatérale des re lations internationales, le multilatéralisme.
Les États-Unis s'imposent également comme l'interlo cuteur incontournable dans le règlement duconflit israëlo-palestinien. L'Organisation de Libération de la Palestine (OLP) deYasser Arafats'engage dans un processus de reconnaissance de l'État