Des régions à l'écart de la mondialisation

-

Livres
4 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 3
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0038 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Des régions à l'écart de la mondialisation (fiche - Terminale STMG)
La mondialisationest un phénomène complexe qui, au fil du temps, a fini par différencier les espaces. Reposant sur unelogique d'intégration ou d'exclusion des territoirese hiérarchisé entre(à de nombreuses échelles), elle a dessiné un mond des centres d'impulsion(Amérique du Nord, Europe de l’Ouest et Asie orientale), des périphéries plus ou moins intégrées et dominéeset desterritoires encore marginalisés.
Quelles peuvent être les raisons et les conséquences de l’inégale intégration de certaines régions – et donc de certaines sociétés – à la mondialisation ? 1. Des régions en marge de la mondialisation La mondialisation est, au niveau économique,un véritable moteur de croissance.Elle valorise certains territoires dont les États qui se sont adaptés aucapitalisme. Elle est pour eux unesource de richesses.LesÉtats de la Triade(États-Unis, Europe de l'Ouest, Japon) en ont retiré les bénéfices depuis longtemps, mais aujourd'hui c'est au tour desÉtats émergents, ces pays en développement rapide d'Asie du Sud-Es t et d'Amérique latine, et notamment du groupe des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) qui en ont adopté le modèle, debénéficier de croissances économiques fortes(5,7 % en moyenne en2010, alors que la moyenne mondiale était de 3 %) et de s'intégrer au « village global ». C'est en grande partie grâce à la mondialisation que des centaines de millions de Chinois et d'Indiens ont pu sortir de leur extrême pauvreté. a. Des disparités à l'échelle mondiale • Des États sont toutefois exclusde la mondialisation La mondialisation engendre unedifférenciation des espaceset crée denouvelles disparités territoriales, et ce à différentes échelles (régionale, nationale, et mondiale). D'un côté, elle tend àfaciliter la mise en relation des économies et des sociétés du monde entiermais alimente de l'autrela marginalisationde certains territoires. Aujourd’hui encore, de nombreux pays ne sont pas – ou très peu – concernés par cet accroissement des flux.
• Les PMA(Pays les moins avancés de la planète – il s'agit essentiellement des États d'Afrique subsaharienne, du Moyen-Orient et d’Asie du Sud-Est), soit 1,2 milliard d’habitants, sontexclus du partage des richesses que la mondialisation génère. Sur une centaine d’États non pétroliers africains, la m oitié a vu son niveau de vie par habitant stagner depuis1965et 46 ont même véritablement régressé. Ils ne sont que quelques-uns à avoir réussi à tirer parti de la mondialisation. L'Afriquene représente qu'1 % du commerce international. La plupart des États qui la composent sont souvent spécialisés dans l'exportation de produits agricoles, ce qui fait que leurbonne santé économique– et donc sociale – est soumise auxcours internationaux, qui ont unenette tendance à baisser depuis des décennies. Les PMA ne réalisent que0,5 % du PNB mondial. La plus grande partie de la population y est très pauvre : en Afrique subsaharienne, plus de 40 % de la population vit avec moins d’un euro par jour.
• Certains États restent en dehors de la mondialisation pour des raisons