Guide pédagogique des éducateurs en culture nationale
65 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Guide pédagogique des éducateurs en culture nationale

-

65 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Ce manuel s'inscrit dans le champ de la didactique des langues et cultures nationales. Quels sont les grands thèmes et les sous-disciplines de la culture nationale ? Quels sont les objectifs d'apprentissage ? Quels sont les éléments de la littérature orale et comment évaluer cette discipline selon la taxonomie de Bloom ? Des exemples pratiques et concrets de fiches de préparation des leçons selon l'APC (approche par compétences) seront autant d'atouts pour aider l'enseignant et enraciner davantage l'apprenant dans sa culture avec une ouverture sur le monde.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 31 mai 2018
Nombre de lectures 2
EAN13 9782336843018
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Couverture
4e de couverture
Titre
Thérèse NANKAP, Manfred NOUNGA,
Thomas DJIKANG




Guide pédagogique
des éducateurs en culture nationale





Préface de Simon Belinga Bessala
Copyright

© L’Harmattan, 2018
5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.editions-harmattan.fr
EAN Epub : 978-2-336-84301-8
Dédicace
À la progéniture de la Patrie bénie de tous les temps, qui aime sans bornes le berceau de nos ancêtres et s’engage corps et âme à le sécuriser et le grandir.
Remerciements
Notre parfaite gratitude est destinée à tous les responsables hiérarchiques de tous les services centraux et déconcentrés des ministères en charge de la formation de la jeunesse, à tous les niveaux, privés et publics, aux didacticiens universitaires huppés, aux parents, enseignants, dirigeants d’établissements, élèves, et à tous les collaborateurs anglophones et francophones sur le terrain, qui ont accepté, sans complication, contribuer, de près ou de loin, à la réalisation du présent guide pédagogique de l’E.C.N.
Leur patriotisme est un modèle : digne d’être bien imité et un message très fort !

Les auteurs
Quelques Abréviations utiles
A.I.P :
Activités d’Intégration Partielle,
APCn :
Approche Par les Compétences nuancée
C.E.1-2 :
Cours Élémentaires 1re/2e Année
C.E.P :
Certificat d’Études Primaires
Cf :
Confère
C.M.1-2 :
Cours Moyen 1re/2eAnnée
C.N. :
Culture Nationale
C.P. :
Cours Préparatoire
D.T.T. /A :
Dispositifs Technologiques Traditionnels ou Ancestraux
E.C.N. :
Enseignement (ou enseignant) de la C.N.
E.L.O :
Éléments de la Littérature Orale
E.M. /A :
École Maternelle Annexe/d’Application
E.N.I. (EG/T) :
École Normale d’Instituteurs (de l’Enseignement Général/Technique).
E.N.S :
École Normale Supérieure (formant des Professeurs d’ENIEG et de Collèges/Lycées d’Enseignements secondaires généraux) ;
E.N.S.E.T :
École Normale Supérieure formant des professeurs d’ENIET et de collèges/lycées d’Enseignements secondaires Techniques.
E.P. /A :
École Primaire/Annexes ou d’Application
H1, 2, 3 :
Hypothèse n o 1, 2, 3
I.E.M.P.N :
Inspec(tion)teur de l’Enseignement Maternel, Primaire et Normal
I.P.E.G ( C/E) :
Instituteur Principal de l’Enseignement Général (Classe Exceptionnelle).
L.E :
Langue Étrangère
L.N :
Langues Nationales
M.A.P :
Main À la Pâte
N.A.P :
Nouvelle Approche Pédagogique
N.B :
Nota Bene ou Noter Bien.
N.T.I.C :
Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication
P.E.N.I (E.G/T) :
Professeur d’ENI (de l’Enseignement Général/Technique)
P.O :
Programmes Officiels (d’enseignement).
Pr :
Professeur (Rang Magistral).
SC.ED/I.T :
Sciences de l’Éducation/Ingénierie des Technologies
S.I.L/C.I.L :
Section ou Cours d’Initiation au Langage
TIC :
Technologies de l’Information et de la Communication
T-M/m T :
ransfert des savoirs des Meilleurs élèves vers les moins maîtrisants
T 1 , T 2 , T 3 :
Tableau n° 1, n° 2, n° 3
T.U.C :
Traditions, Us et Coutumes
UNESCO :
United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture.
Préface
« Guide Pédagogique des Educateurs en culture nationale » , tel est le titre de ce manuel pratique mis sur pied par un groupe de chercheurs, ayant travaillé intensément avec beaucoup d’autres spécialistes, responsables et élèves, à une large échelle, sur les modalités de l’ECN.
C’est pour nous un honneur, mais surtout un devoir patriotique, de préfacer ce manuel innovant à l’école primaire et à l’enseignement normal. Innovant, ce manuel l’est de par son contenu riche et varié et à part, son apport dans l’opérationnalisation des PO en vigueur. La CN a été insérée dans les programmes de l’école primaire en vigueur depuis plus d’une décennie ; mais, de l’avis (100 %) des enseignants rencontrés, l’ECN est ineffectif dans les salles de classe. Ceci se justifie par le manque de guide didactique et du manuel de l’élève. D’ailleurs, certains travaux de recherche en Didactique des Langues et Cultures, confortent la confirmation de cette hypothèse.
Ce guide en CN, conçu pour l’école primaire, les E.N.I. et toutes institutions de formation d’éducateurs, vient insuffler aux non avertis, une âme nouvelle, consciente, s’attachant à sa culture d’origine et « CAPABLE » de s’approprier, d’enseigner, et de valoriser à l’intérieur et au-delà de nos frontières (« inside and abroad »), notre riche patrimoine culturel national.
Bien plus, précisons que, la CN, discipline fondamentale composite, prioritaire aux disciplines instrumentales (mathématique, langue), même si elle arrive trop tard sur sa propre scène, loin de dépendre d’une autre, mérite une masse horaire considérable en raison de son poids sur l’éducation à la citoyenneté. Le contenu de ce guide en CN mérite que l’on exalte sa qualité des plus convaincantes ! Car, ses équipes à pied d’œuvre, ne se sont pas limités à donner des indications méthodologiques ; elles ont pioché loin, élaborant canevas et fiches de leçons selon l’APCn dans différentes classes et sous-disciplines de CN. Des contenus scientifiques de taxonomies, de notion d’item, et de nouvelle vision de l’évaluation, valent-elles à la publication une originalité tenace.
Face à un tel outil de travail aussi recherché, tenant au succès et prêt à employer, nous souhaiterions que les autorités éducatives étatiques s’en servent en le mettant à la portée de toutes nos instances qui s’impliquent dans la « résolution du déracinement culturel.
À nos praticiens, nous souhaitons un bon usage du présent manuel et courage, aux auteurs bien outillés par ailleurs, pour multiplier de telles innovations de très grande valeur réelle sur d’autres fronts du chantier éducatif pour un avenir plus digne !

Pr. Simon Belinga Bessala

Chef de Département des SCED ENS Yaoundé.
Avant-propos
En tant que référence concrète de base, la constitution en vigueur du pays, adoptée et rendue publique par une loi, est porteuse d’une espérance en adoptant le principe de la promotion de toutes les cultures et langues nationales ainsi que le développement des langues officielles en résonance aux exigences politogènes du pays.
Dans la même lancée, le contexte international de recherche d’une formule plus humanisante de la mondialisation est favorable à la sauvegarde de la pluralité et de la diversité des langues et cultures dans le monde. C’est ce qui a justifié le sens et la portée de la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles adoptées lors de la 33e session de la Conférence générale de l’UNESCO. Ainsi, la Communauté mondiale dispose désormais d’un instrument normatif qui institue et établit la « diversité culturelle » comme patrimoine commun et sa promotion comme exigence éthique qui participe à l’œuvre de construction de l’humanité.
De ce fait, l’issue des états généraux et grandes rencontres au sujet de l’éducation nationale, ne peut fixer que de nouveaux contenus des PO dont la CN. Ainsi, ces PO de la CN comportent danses, chansons, contes, proverbes, dictons, traditions, us et coutumes… qui sont liés à la musique et au chant sans oublier d’autres réalités du milieu qu’il conviendra d’étudier dans les détails. Il existe une relation étroite et confuse entre la CN et les langues nationales, expression première d’une communauté qui partage un bon nombre de valeurs. Ces langues, en cours d’expérimentation dans quelques écoles, expriment nos valeurs authentiques au service de l’intégration nationale et du patriotisme. Les CN perpétuées font la différence entre les peuples. Et, les ex-colonies se rendent compte que les langues et réalités coloniales ne leur sont pas toujours, toutes, bénéfiques.
Le programme de la CN couvre tous les domaines de la vie familiale ou sociétale (voir T 15 ). Chaque peuple du monde a sa culture qui lui permet de s’identifier dans un contexte multiculturel. Et chaque membre devra s’y assimiler, s’accommoder ou alors éviter de contraster. Une esquisse méthodologique, canevas et fiches par sous-disciplines de CN selon l’APCn participent de notre engagement à combler de mieux en mieux le vide constaté :
- chez les enseignants d’écoles normales et primaires ( Seigneurs Sociaux de l’Or Blanc ), éducateurs et tous communicateurs soucieux et dévoués à revaloriser la CN ;
- chez de nombreux responsables actuels de jeunes, en plein déracinement culturel face aux défis de la mondialisation.
Cette discipline encore ineffective dans la plupart de nos écoles au départ, peut n’intervenir qu’à l’oral du CEP et dans des occasions au sein des établissements scolaires ; à terme, elle sera intégrée à tout examen ou concours officiels, à l’écrit et à l’oral, car, dit un penseur africain « Ignorer sa culture c’est ignorer ses racines ». Voilà le défi que nous osons faire relever par nous tous, ensemble, à travers notre présent guide.
Comment exploiter le présent guide pour l’ECN
Il n’est pas déjà volumineux pour prétendre faire tout le travail pour tous les enseignants de tous les niveaux ou classes ! Loin d’eux une telle utopie !
Le présent guide, dans son esprit, trempe tout lecteur ou éducateur dans un aperçu général des programmes officiels en vigueur, et vise à féconder le courage de l’enseignant de la CN en plaçant dans sa synopse (seul coup d’œil) des éléments dont a besoin une bonne préparation d’une activité de CN pour une classe, selon le niveau, selon l’effectif et selon la complexité du fait culturel à faire acquérir :
• le niveau de la classe impose l’adaptation en quantité et qualité de la leçon ;
• celle-ci tenant compte du temps imparti et prévoyant le nombre d’interventions possibles des élèves au cours de l’activité ; l’effectif pléthorique d’une classe impose que le contenu d’une préparation soit réduit à l’essentiel pour faire agir le plus d’élèves possible dans le temps réglementaire imparti (et non la rédaction d’une longue préparation de leçon où seul l’enseignant va bavarder face au flux, du début à la fin de l’heure, pour dire « j’ai terminé ma leçon »).
• L’activité de CN est, par essence, pratique bien que l’expression théorique en accompagne généralement la pratique. C’est pourquoi ses phases de remédiation, dans l’APC nuancée, ressemblent fort bien aux phases internes de la leçon construite, car il s’agit beaucoup plus du développement des aptitudes individuelles et non pas de l’étouffement des virtuosités par un modèle imposé à tous. Par exemple, un pas de danse a « un schème » ; mais celui-ci n’est pas soumis à une rigueur qui enferme tous les exécutants de la danse à la même raideur ou souplesse du corps. Ici, il faut que personne ne rate le rythme ou le pas imposé par la cadence. Mais la souplesse du corps, qui affiche une certaine aisance du danseur, a une bonne marge de tolérance ou d’acceptabilité qui reste à apprécier par chaque encadreur.
• C’est ici que la complexité de la transmission de nombre de nos faits culturels passe patiemment par une subtilité psychopédagogique bien usitée chez nos ancêtres africains pour instruire leurs un ou deux seuls apprenants selon le modèle amicaliste. Là où, en toute confiance, l’apprenti demande de l’aide sur ce qui lui résiste dans un apprentissage difficile ou réessaie ce dont il est capable pour faire dépister ses propres lacunes par l’ami (maître, moniteur…) se comportant en vrai camarade sympathique ; vraie aide horizontale de cet autre pair pour la maîtrise parfaite de ces notions ou schèmes répétés et redressés. Très largement utilisée chez nos ascendants, cette touche didactique est la pièce maîtresse du pragmatisme afro-didactique où tout ce qui s’y enseignait réussissait toujours. Levin croit la réinventer et l’appelle la « Transmission des nouveaux savoirs des élèves Meilleurs Maîtrisants vers ceux en retard », les moins maîtrisants ; et nous l’abrégeons par le sigle (t-M/m) dans le présent guide de l’ECN.
Les éléments que le présent guide s’engage à placer à l’attention de l’Éducateur en CN pour lui faire réussir à remplir son contrat d’enseignement/apprentissage des faits culturels nationaux sont de six ordres, à savoir :
1- L’auto-libération psychosomatique tout d’abord, pour se faire confiance ; l’apprentissage et la maîtrise du fait culturel par l’enseignant lui-même au préalable, tout au moins, la veille (exigence déontologique du bon éducateur) ;
2- La justification documentaire par les PO en vigueur, inséparable ou vade-mecum des enseignants » dont extraits rappelés aux chap. 1-2-3 infra ;
3- La présence sans bavure des Dispositifs Technologiques Traditionnels ou Ancestraux (DTT/A) concrets à apprêter et, quelques fois, à nuancer par leur enregistrement textuel (sonore/visuel), sur les supports des NTIC.
4- La situation du fait culturel à étudier dans les supports de composantes fondamentales majeures (corpus ou contenu) et mineures (medium) de la CN, présentées sur un tableau de synthèse par niveau tel qu’esquissé aux T 1 et T 15 .
5- Un canevas type ou une fiche de préparation d’activité de CN selon l’APCn et par sous-discipline, à consulter via liste des tableaux.
6- La collecte personnelle assidue, par l’enseignant, des éléments culturels analogues du cadre d’étude, dans un esprit de collaboration avec les anciens, les personnes ressources et les élèves pré-outillés ; et elle se fait préalablement à toute leçon portant sur l’un de ces éléments (voir chap.