//img.uscri.be/pth/bb14f1a1183c04544d4f675a40c1c566a64f97e6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Essentiel de la géopolitique

De
215 pages
Ce livre met à la disposition du public certaines notions fondamentales qui peuvent favoriser la compréhension de la géopolitique. Au centre des préoccupations des auteurs se trouvent l'Etat, les enjeux majeurs, les rivalités, les crises, la paix, les défis à relever, le sport etc. Pour bien comprendre ces dimensions, les auteurs ont effectué une plongée assez détaillée dans les diverses théories géopolitiques, lesquelles marquent la volonté des entités politiques d'agir, de mener la guerre ou d'appliquer leur politique expansionniste, de s'enrichir, de négocier, de faire des alliances etc.
Voir plus Voir moins
Berthold OYANGANDJIDIMANDJA
ESSENTIEL DE LA GÉOPOLITIQUE
en collaboration avec Aimé KAYEMBA CIMANGA, Jean Rostand KALOMBO NTAMBUE Préface de Félicien LUKIANA MABONDO
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris www.harmattan.fr ISBN :978-2-343-12615-9EAN :9782343126159
Essentiel de la géopolitique
Notes de cours Dirigée par Benjamin Mulamba Mbuyi L'objet de la collection est de susciter les publications dont la vocation est double : d'une part offrir aux professeurs d'universités l'opportunité de publier leurs notes de cours, utilisées tout au long de leur carrière, et d'autre part offrir aux étudiants et chercheurs les outils de travail dont ils ont grandement besoin. La collection s’adresse principalement aux étudiants et se propose d’envisager toutes les questions qui touchent tous les aspects de droit, de science politique et de relations internationales qui font l’objet d’un enseignement universitaire autonome. Nous privilégierons la publication de manuels de grande qualité scientifique qui seront mis à la disposition des étudiants, régulièrement révisés comme des outils pédagogiques et utilisés dans un grand nombre d’institutions universitaires à travers le monde. Déjà parus : Beaujolais BOFOYA KOMBA,Mathématiques pour économistes, Cours et exercices résolus,2017. Marie-Thérèse KENGE NGOMBA TSHILOMBAYI,Droit civil, Les obligations,2017 ; Rémy MUSUNGAYI BAMPALE,Les associations pré-politiques dans la ville de Luluabourg (Kananga) avant 1960, Cas de l'association Lulua-Frères, Nouvelle édition, 2017 Georges MUYAYABANTU MUPALA,La culture du maïs sur les oxisols en République Démocratique du Congo, 2017. José-Marie TASOKI MANZELE,Procédure pénale congolaise, 2016. Dieudonné MIRIMO MULONGO,Comment briser le plafond de verre pour les femmes candidates aux élections en RD Congo, 2016. Jean-Louis ESAMBO KANGASHE,Le droit congolais des marchés publics,2016. Marcel WETSH’OKONDA KOSO,La protection des droits de l’Homme par le juge constitutionnel congolais, Analyse critique et jurisprudence (2003-2013),2016. Richard LUKUNDA VAKALA-MFUMU,Le développement intégré de l’Afrique par les bassins fluviaux, Cas des bassins du Congo et du Nil,2016. Hubert MUKENDI MPINGA,Pauvreté et résilience des enfants dans les mines de diamants (Kasaï-Oriental), 2016. Hilaire KABUYA KABEYA TSHILOBO,La gestion des forêts en RDC, Étude écologique, économique et juridique, 2016. Dieudonné KALINDYE BYANJIRA,Droit international humanitaire, 2015.
Berthold OYANGANDJIDIMANDJAEssentiel de la géopolitique
en collaboration avec Aimé KAYEMBACIMANGA,Jean Rostand KALOMBONTAMBUE
Préface de Félicien LUKIANAMABONDO
Préface Cet ouvrage a été construit avec la volonté d’offrir aux étudiants et chercheurs des sciences politiques un maximum de données générales propres aux aspects géopolitiques, sans pour autant vouloir être exhaustif. En d’autres termes, cet ouvrage amène les étudiants et les chercheurs à réfléchir autour des grandes écoles et des enjeux majeurs de la géopolitique. Au centre des préoccupations des auteurs se trouvent l’Etat (acteur privilégié des Relations Internationales), les enjeux majeurs (le territoire, l’eau, les océans, les mers, les ressources naturelles « pétrole, diamant, coltan, gaz... »), les rivalités, les crises, la paix, les défis à relever, le sport, etc. Pour bien comprendre ces dimensions, les auteurs ont effectué une plongée assez détaillée dans les diverses théories géopolitiques, lesquelles marquent la volonté des entités politiques d’agir, de mener la guerre ou d’appliquer leur politique expansionniste, de s’enrichir, de devenir une grande puissance, de négocier, de faire des alliances, etc. L’ouvrage vise également à montrer aux étudiants que les théories géopolitiques se nourrissent d’une pensée évolutionniste, parce que le monde est en perpétuelle évolution. C’est en effet dans l’espace terrestre ou planétaire que se joue la géopolitique parce qu’elle est indissociable des réalités spatiales façonnées par les hommes, leurs intérêts et leurs rêves. Elle donne matière à réflexion sur les autres, et par conséquent sur soi-même et sur les appétits ou les ambitions que nous vivons, et parce que ceux-ci sont sources des conflits. Certaines zones de la planète sont convoitées. Il peut s’agir d’une mer, d’un détroit ou d’une terre occupant une position particulière. Depuis quelques années, sur tous les
7
continents, les rivalités séculaires ressurgissent : guerres, antagonismes ethniques, clivages historiques, querelles culturelles et économiques ou encore frontières artificielles. Un seul mot peut expliquer ces maux tragiques : «La Géopolitique». Avec la multiplication des acteurs mondiaux, d’abord lors d’un vaste mouvement de la décolonisation puis après la désintégration de l’empire soviétique, il est devenu impératif de comprendre le comportement des peuples et donc, des Etats. Après la liquéfaction du monde communiste, la géopolitique a entre autres vocation de démêler les situations politiques embrouillées là où se trouvent imbriquées des rivalités religieuses, politiques et territoriales. La complexité de ce monde contemporain impose le recours à un nouveau mode d’analyse, délaissant les traditionnels prismes idéologiques ou les paramètres économiques, devenus désormais surannés. Ainsi la géopolitique fait partie de ces mots qui paraissent expliquer tout et même l’inexplicable. En effet, trop longtemps, les différends, les rivalités ont été analysées en fonction de critères économiques (le monde capitaliste luttant contre la pieuvre communiste) ou idéologiques. De la guerre de Corée à la sécession du Biafra en 1968 ou à la guerre en Angola, de la guerre de Kippour à la révolution cubaine, l’explication de ces heurts était identique : le conflit Est/Ouest, l’antagonisme soviéto-américain. Or, depuis une vingtaine d’années, ces explications économiques ou idéologiques ne tiennent plus debout. Le génocide rwandais, la guerre civile algérienne, les guerres armées des Grands Lacs, la guerre d’agression du Congo par le Rwanda ou encore l’implosion de la Yougoslavie n’entrent pas dans notre schéma de raisonnement ou de compréhension classique. Ni enjeux économiques, ni explications idéologiques dans ces catastrophes contemporaines, si ce n’est «La Géopolitique». Le Professeur Berthold Oyangandji et ses Assistants se sont efforcés de montrer que l’agressivité positive et négative
8
des hommes, dans leur course au plaisir, au pouvoir et à la gloire, les conduise au conflit permanent, à la crise sans cesse recommencée. Pour cela, la géopolitique a pour tâche première non seulement de mettre en évidence les origines des conflits et les motivations des acteurs, mais aussi d’analyser les comportements des individus, de groupes ou des Etats.Disons donc, la lutte pour la survie. Au vingtième siècle, la lutte pour les ressources a été la lutte primordiale, essentielle, plus ou moins camouflée derrière les légitimations idéologiques : le combat contre le communisme des Etats-Unis d’Amérique jusqu’à la disparition de l’Union soviétique au début des années 90. L’objectif réel est de contrôler le pétrole, l’uranium, les diamants, etc. Tout conflit s’inscrit dans un ou des territoires. L’objectif des protagonistes est toujours le contrôle d’un territoire et, évidemment, des populations qui s’y trouvent. Car le territoire, c’est d’abord une protection, une source de la survie, de bonheur, de bénédiction, de fantasme et donc de conflits. Actuellement, la Géopolitique semble désormais être partout. Tout devient géopolitique. A côté des rivalités des grandes puissances, on débat également sur celles des matières premières, des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), de l’espace extra-atmosphérique, des compétitions sportives mondialisées, du tourisme, mais aussi des luttes syndicales, des religions, des émeutes, de la faim, des partis politiques. La géopolitique, autrefois bannie comme savoir scientifique pour cause de trop grande proximité idéologique avec le nazisme, a retrouvé une nouvelle légitimité d’approche à la suite de différents conflits qui ont émergé dans les années 1970, et est désormais partout, y compris dans des aspects de la vie quotidienne. C’est la raison pour laquelle la géopolitique tient une place essentielle dans l’horizon des sociétés modernes et que son étude s’est considérablement développée dans les programmes académiques de la plupart des universités de la planète. Des recherches sont sans cesse
9