Un nouveau diplôme afin de consolider l’éthique de la profession
4 pages
Français

Un nouveau diplôme afin de consolider l’éthique de la profession

Description

Le contexte. A compter du 1er janvier 2013, les responsables d’entreprise ou de régie de pompes funèbres verront leur savoir-faire reconnu par un diplôme national. La problématique. Les professionnels des collectivités doivent concilier sens du commerce et du service public.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 29 octobre 2012
Nombre de lectures 5
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Un nouveau diplôme afin de consolider l’éthique de la profession

« S’occuper des morts, c’est l’affaire de la société… pas d’une société ! » En bousculant ainsi la loi « Sueur » (*), qui a mis fin en 1993 au monopole communal du « marché de la mort », Corinne Loïodice, directrice générale des pompes funèbres intercommunales (PFI) de la région grenobloise (Isère) et présidente de l’Union du pôle funéraire public (UPFP), rappelle combien le métier de responsable ou directeur de services funéraires au sein d’une collectivité continue, lui, de relever d’une mission de service public. Et cela quel que soit le statut des structures concernées : régies ou entreprises publiques locales (SEM, SPL). « Elles ne sont plus qu’une cinquantaine aujourd’hui, essentiellement des régies, qui entament des réflexions pour changer de statut, poursuit l’experte. Car les démarches de communication, de recrutement, d’achats, d’investissement, etc. sont plus aisées en SEM ou en SPL, et permettent d’être plus efficace dans un environnement devenu extrêmement concurrentiel. »