Hobbes

-

Livres
3 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 4
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0038 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Hobbes (fiche - Terminale S - Terminale ES - Terminale L - Terminale STMG)
Thomas Hobbes(1588-1679) est un philosophe anglais dont la long évité a été ème exceptionnelle : il est mort à l'âge de 91 ans. L'A ngleterre connaît au 17 siècle er deux guerres civiles successives ; en 1649, le roi Charles 1 est décapité. Pendant onze ans (1640-1651),Hobbesest exilé en France, pays dans lequel il rédige la part la plus importante de son oeuvre. Il est l'auteur d'une œuvre politique majeure :Le Léviathan,qui paraît à Londres en 1651. Considéré à la fois comme le théoricien de l'absolutisme politique, puisqu'il confère au Souverain un pouvoir absolu, et comme le fondateur de l'État moderne, démocratique et libéral, dans la mesure où ilthéorise l'idée de "contrat social", il n'est donc pas facile, d'emblée, de se faire une id ée précise de la véritable contribution deHobbesà la philosophie politique moderne. 1. Mécanisme et rationalisme a. La science politique est une science mécanique L'idée de "mécanisme naturel" est à la base de la p ensée hobbienne. La science de la politique, queHobbesie en fonctioncherche à établir, se base sur une physique, établ des mouvements des corps et des esprits. Il s'agit de construire une mécanique politique, construite sur le modèle géométrique. P ourHobbes, penser c'est calculer et compter, c'est-à-dire additionner et soustraire, ou multip lier et diviser. La philosophie se réduit à "une connaissance raisonnée des effets par leurs causes et des causes par leurs effets". Le mécanisme naturel est en même temps un rationali sme :la raison est la marche, le développement de la science est le chemin, et l'ava ntage pour l'humanité est le but, écritHobbesdansLeLéviathan. Pourquoi, alors, puisqueHobbes, à l'instar deDescartes(1596-1650), son contemporain, s'inscrit dans le courant mécaniste e t rationaliste, s'oppose-t-il radicalement à ce dernier ? b. Hobbes contre Descartes SelonHobbes, les corps physiques peuvent être composés et déco mposés ; l'esprit fonctionne de la même manière que les corps.Il n'y a donc pas lieu de les distinguer. L'âme et le corps ne peuvent être véritablement "pe nsés", au sein de la philosophie et de la science, lesquelles représentent pourHobbesune seule et même discipline. Toute pensée réflexive (Je pense, donc je suis) se trouve hors du champ de cette science et de cette philosophie que Hobbes veut ins taurer.Hobbesnie, d'une certaine manière, l'intériorité humaine, qu'il relè gue dans le domaine de la foi, de la méditation ou de la psychologie.Tous les actes humains sont soumis à la nécessité, ou à une "raison suffisante".Même dans l'action volontaire, la volition elle-même n'est pas volontaire. PourDescartesau contraire, la volonté humaine est infinie, et absolument libre. Seules l'intéressent finalement les passions humain es, dans la mesure où celles-ci engendrent l'état de fait dela guerre de tous contre tous.C'est à cet état de fait, à cet état naturel qu'il s'agit de remédier, en instauran tun pacte social. Se substitue au mécanisme naturel un mécanisme artificiel incarné par l'État.On pourrait même parler de "mécanique politique". Le p acte social sera en quelque sorte